Aquarelle de reportage : le Pétassou de Trèves . - Aquarelliste et peintre voyageur
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aquarelliste et peintre voyageur
  • Aquarelliste et peintre voyageur
  • : En peinture, l'art de l'aquarelle est un mode d'expression qui va des carnets de voyages à la création de tableaux : en voici les différentes facettes inspiratrices, techniques et créatives selon Alain MARC ...
  • Contact

Me joindre, les stages, etc. :

Pour m'écrire, cliquez ici

Pour le calendrier des stages 2017 cliquez ici

Plein de nouveautés vous attendent !

(pour les tarifs et disponibilités me les demander directement en cliquant ici)

-  Les stages "aquarelle" dans l'Hexagone sont ouverts aux débutants et aux pratiquants déjà confirmés souhaitant se perfectionner : ils ont pour but d'apporter efficacité et aisance d'expression à l'aquarelliste de terrain.
- Les stages "carnets de voyages" sont une véritable immersion dans la pratique du carnet de voyage et de l'aquarelle sur le terrain, orientés "autonomie" ils sont ouverts aux stagiaires ayant assez de pratique pour en profiter pleinement . De la Provence au Jura Oriental, du Portugal, à l'INDE DU SUD, ce sont quelques destinations où vous pourrez aller en 2016...

- Tous les stages sont différents, n'hésitez pas à m'en demander les informations par courriel (voir plus haut) .

-------------------------------------------------------------------------------------------

Vous aimez ce blog ?

Alors découvrez le nouveau site d'Alain MARC :

width="300"

 

Extraits vidéo d'Aquarelle en Voyage :

Pour me retrouver sur HOUZZ :

Alain MARC Artiste peintre in GAGES, FR sur Houzz

 

https://alain-marc.fr/

 

Recherche

Partenaires

Voici où trouver vos meilleurs

produits aquarelle

et carnets de voyages :

aquarelle-bouton-2

N'hésitez pas à les contacter

et à leur commander de ma part,

ce sont de vrais amis qui soutiennent mon travail !

 

Andalousies

«Andalousie, la Route d’Alain MARC», carnet de voyage de Pierre NAVA
Découvrez article après article en cliquant sur les vignettes ci-dessous le carnet spontané de Pierre m’accompagnant en Andalousie, et les «Petites Histoires vidéo» qu’il m’a inspirées :

La-Barca-1b-Pierre-Nava.jpg

Préambule

La Barca 2a Pierre Nava

L'étape de Peniscola

Andalousie b Pierre Nava

Sur la route de l'Andalousie...

Moulin-b Pierre-San Jose 2

Au Cabo de Gata

Bateau Pierre Isleta 3b

La Isleta del Moro

Huebro Pierre vignette

Huebro, la montagne enchantée

Pierre-Nava-Guadix-4-copie-1

Guadix, les maisons troglodytiques

Rio Fardès

Le rio Fardés

Équipiers-équipières aquarelle

 

- Vous aimeriez partager vos bons moments d'aquarelle lorsque vous partez peindre dans votre ville ou votre quartier ? - vous aimeriez aller peindre avec d'autres artistes motivés comme vous lorsque vous voyagez ?
Alors cet espace est fait pour vous uniquement si vous êtes amateurs souhaitant vous retrouver entre-vous (je réfléchis pour l'avenir à une autre rubrique possible s'adressant aux professionnels ou semi-professionnels) : - si vous êtes amateur donc,  et voulez entrer dans ce module transmettez-moi votre prénom (ou un pseudonyme et lieu de résidence) je les rajouterai ci-dessous en établissant un lien anonyme avec votre e-mail, et vous pourrez ainsi trouver des coéquipiers  (ères) de peinture plus facilement . Il suffira de cliquer dessus pour vous écrire un e-mail !


BELGIQUE

En BRABANT WALLON :

Chantal

FRANCE

En ÎLE DE FRANCE :

à PARIS
:

Bernard
  Blog


Fabienne

 Jane

Dans les BOUCHES-DU-RHÔNE :

à Marseille
:

 Mirelle

Junguilin

Solange
   Blog

Dans le CHER :

Sancerrois :

Elizabeth

Dans le GARD :

à NÎMES
:


Annynîmes

lepeintre30@voila.fr
         Blog


Nicoleagathe

         Blog

Dans le LOT à Figeac en QUERCY :

Max

En HAUTE MARNE :

Claire et Pascal
         Blog

Près de Lagny-sur-MARNE :

 Anne-Laure  

En Lot-et-Garonne :

Cécile

à Toulouse (et environs immédiats) :

Marie-Claude

Val de Loire (Chaumont sur Loire) :

Catherine

Dans la Loire (en Forez) :

Roger
Blog

Sur Lyon / Beaujolais :

Claudia

Dans la région de Colmar (68000) :

Françoise

Dans le NORD :

Joëlle

Dans le PUY DE DÔME :

à RIOM :


Maryse
  Blog

En NORMANDIE :

Calvados, Trouville-sur-Mer :

Aline

En SEINE - MARITIME :

Rouen et Yvetot :


Nathalie
   Blog


En SUD-LUBERON :

Jane

Avignon (Vaucluse) :

Jean-Louis 

Sur la Côte d'Azur

(Nice et environs) :

Petit Nuage

 Christine

5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 20:51

Aquarelle de reportage : le Pétassou de Trèves .

Voici la nouvelle rubrique promise, dont je pense qu’elle va beaucoup vous intéresser !  ... Lisez-là pausément  (même si elle est assez longue) avant de lancer la vidéo, cela vous permettra de bien la comprendre et de mieux l'apprécier .

L’aquarelle de reportage :

Elle est le fruit d’un travail qui même s’il parait rapide et facile sur le terrain, n’en est pas moins approfondi, faisant appel à de nombreux médias et demandant un minimum de recherche et d’enquête pour s’affirmer pleinement . La mise en ligne d’articles nouveau dans cette rubrique sera moins fréquente que pour celle des carnets de voyages, car l’aquarelle de reportage et ses investigations demandent qu’un minimum d’éléments soient réunis pour offrir toute leur potentialité .

Mais le résultat débouche toujours sur une expression multiple, où l’aquarelle seule bien qu’étant un élément de l’ensemble, est un élément déterminant, car c’est autour d’elle (comme dans le carnet de voyage) que vont s’articuler les principales lignes de force dégageant l’identité du reportage et la mise en valeur du sujet dont il est l’objet .

Ce qui différencie l’aquarelle de reportage et son produit global (dont écriture, photos, documents multimédias, etc.) du carnet de voyage, c’est que l’aquarelle de reportage est assujettie pendant la durée d’un évènement aux trois grandes lois du classicisme dans les principes de la tragédie : unité de temps, de lieu, d’action, principes dont elle est tributaire, et pour lesquels « l’aquarelliste reporter » pour être plus performant dans sa démarche, doit être préparé .

Elle se double par conséquent de recherche d'informations et d’une enquête préalable de terrain (ce qui n’est pas nécessaire en carnet de voyage, le voyage lui-même avec ses rencontres et aventures constituant la matière du carnet), permettant de suffisamment connaître l’évènement afin d’être plus « attentif » au moment de s’y confronter, et par la suite de compléter son investigation pour en finaliser le reportage de la façon la plus élaborée et la plus fidèle possible .

Elle s’implique aussi davantage, en élargissant sa démarche de base à une action dans laquelle elle participe à l’évènement en devenant l'un de ses supports et de ses prolongements . La boucle est ainsi bouclée, l’artiste devenant objet de son art, ( - la vie elle-même pouvant alors être « art » à son tour … - ) son produit pictural devenant donc acteur de l'évènement auquel il participe .

undefined

Le matériel de peinture de l’aquarelliste de reportage est réduit à sa plus simple expression : il doit contenir sans encombrement dans les poches du gilet, sans crayon, sans gomme, ni eau . (Photo Alain MARC )

Sur le plan purement technique, l’aquarelle de reportage doit être libérée de toute contrainte d’exécution (accentuation et adaptation de certains procédés déjà efficaces en carnet de voyage et apparition de nouveaux procédés) : pas ou peu de dessin (celui-ci étant directement réalisé par la mise en forme des couleurs), adaptation des prises de notes selon le déroulement de l’évènement, maîtrise parfaite de la technique « aquarelle de terrain », des mélanges de couleur, très grande rapidité d’exécution, disponibilité permanente par rapport au sujet (ce n’est pas lui qui doit s’adapter à nous, mais nous qui devons être capables de « le suivre » quelle qu’en soient les difficultés), improvisation et mémorisation pour restituer au mieux l’éphémère, matériel très léger et fonctionnel (ce qui fait de l’aquarelle le seul médium « élaboré » offrant autant de possibilités d’expression, le pinceau à réservoir, la boîte pliable et le gilet de pêcheur avec carnets de peinture dans les poches devenant alors indispensables) .
C’est donc autant dans la forme que dans le fond que cette approche de l'aquarelle se différencie de celle généralement utilisée dans le carnet de voyage (bien qu'elle en emprunte certains aspects et que son utilisation dans ce cas bénéficie de ses plus performants moyens) !

Sa complémentarité avec les autres formes de support (écrit, photo, multimédia, etc. qui restent quant à eux comparables à ceux du carnet de voyage) en tant qu’outil d'expansion et de vie propre de l'évènement en question, lui permettant de s'inscrire dans la durée non seulement avec la valeur d'un témoignage, mais resituant ses valeurs et son existence dans une intemporalité sans distanciation .

Le Pétassou de Trèves : 

Pour l’aquarelle de reportage il faut des sujets forts, captivants, hors du commun . Peu importe que l’évènement soit médiatisé ou pas, très connu ou tout à fait confidentiel …
Le choix du Pétassou pour ce qui est du premier article me permettant de lancer ce concept nouveau « d’aquarelle de reportage » n’est pas anodin : ce personnage est selon Jean-Marie LAMBLARD l’un des archétypes de celui d’Arlequin, Arlequin évocation de la Commedia dell’arte, le mouvement humaniste produit par la renaissance qui donna aux bateleurs et aux artistes dans une dimension tout à fait novatrice, leur véritable droit de cité …

Ne soyez pas étonnés de me voir avec une minerve à la fin de cette vidéo : elle est le produit d’un monumental vol plané effectué dans les Gorges du Trévezel !

En ce qui concerne ce clip, (merci à Isabelle qui en me véhiculant m’a permis de le réaliser) c’est pour des raisons d’espace que j’ai dû compresser en les accélérant légèrement les images d’introduction de cette première vidéo consacrée à l’aquarelle de reportage (la démo de peinture des chevaux et leurs cavaliers) .

Quant à moi, j’espère maintenant que les ondes positives du Pétassou vont m’aider à surmonter la présente passe et à guérir vite de tous les soucis associés . (Vidéo Alain MARC, la laisser se télécharger avant de la relire)

Dans le cas du Pétassou de Trèves, nous partons à la découverte de l’une des plus anciennes et des plus étranges traditions, qui relève plus de l’ethnologie que du folklore, car il s’agit d’une tradition bien vivante, toujours inscrite dans notre époque et qui joue un rôle social en véhiculant des valeurs de référence pour toute une communauté . Un héritage qui, bien qu’il soit liée aux manifestations carnavalesques, demeure une originalité par sa spécificité autant que par le lieu de sa manifestation .

Trèves est effectivement un petit village du nord des Cévennes, au fond des Gorges du Trévezel, dont le destin, avant même que le lieu-dit n’existe, puisait déjà ses racines dans les profondeurs de l’irrationnel par la magie de pratiques sépulcrales néolithiques des plus mystérieuses, en témoignent les vestiges (classés) de la grotte du Pas-de-Joulié dominant (elle n’est pas la seule) le village . À noter dans ce domaine du monde souterrain, la proximité de l’Aven Noir, ce qui m’amène à vous révéler qu’une partie de cet article est extraite des pages consacrées à Trèves dans mon carnet d’exploration de ce gouffre (édition à venir de cette exploration menée par Roland PÉLISSIER et de ses équipes, dont je témoigne dans ce carnet) .

undefined

Trèves : le joli pont romain sur le Trévezel, avec en fond le Causse Noir sur les pentes duquel se trouve l‘entrée de l'Aven Noir . ( Aquarelle extraite du Carnet d’exploration de l’Aven du même nom )

Mais la présence du Pétassou en ces lieux ne remonte pas aussi loin …

Trèves viendrait du mot « carrefour » - en latin « trivium » - ici croisée de trois importantes voies de communication . On y vivait autrefois en autarcie quasi-totale, de différentes cultures, du ramassage des châtaignes et de l’élevage de petit et gros bétail, de volaille, d’apiculture . En parallèle avec ces activités, un artisanat saisonnier florissant à base de textiles (laine, soie, coton et surtout chanvre), permettait au village de commercer avec l’extérieur, d’affirmer son identité à travers cette particularité . En atteste mon ami Daniel ANDRÉ, historien et spéléologue, dont certains ancêtres vivaient dans la vallée du Trévezel, qui me dit : « …il y avait des Canaguiers et un dénommé Canaïer possédait des propriétés dans le secteur de la Baume Saint-Firmin (autre grotte dominant le village où se serait réfugié ce saint aux débuts du christianisme) il est curieux que ce secteur s'appelle aujourd'hui "causse de Canayères".

Entre "canayères" et "Canabières", il n'y a pas grand chose !

Les champs qui pouvaient produire du chanvre étaient toujours siliceux ; c'est le cas des abords de Canayères » .

C’est dont tout naturellement que la petite communauté s’en remettait à un autre saint et en faisait le saint patron du lieu : Saint Blaise, évêque arménien martyrisé en 316 dont le corps fut lacéré par des peignes à carder, ce qui en fit le patron des tisserands et des peigneurs de chanvre, ainsi que d’autres métiers dont la plupart des métiers du textile ; il est aussi le « maître des vents », ce qui est très important dans de nombreuses cultures, particulièrement celle du Languedoc .

undefined

Le Pétassou dans sa première version, tel que je l’ai dessiné pendant sa tournée des fermes de la commune de Trèves . C’est la spontanéité et le ressenti qui priment dans l’exécution de ce type de travail . (Aquarelle extraite du Carnet d’exploration de l’Aven Noir)

Ainsi, le 3 février, Trèves fête la Saint Blaise : c’est le jour de la fête votive, (on dit en occitan la « voto ») . Nous sommes au lendemain de la chandeleur, et c’est à cette occasion que sort le « Pétassou », personnage central de mon reportage .

Les origines de sa présence au village restent mystérieuses, (elles seraient associées à l’apparition du carnaval à la fin du Moyen-Âge et au début de la renaissance), mais j’ai de la part de Régis VALGALLIER, (l’un des habitant de Trèves interrogé pour cette enquête et connaissant le mieux son village et ses environs), une fort intéressante hypothèse : « Ce serait une famille de tisserands gitans d’Andalousie, la famille  TREVES  originaire de Trevélez (notez la similitude des noms et leur force symbolique) le plus haut village d’Espagne dans les Alpujaras de la Sierra Nevada, qui l’aurait amené à Trèves (le village) lorsqu’à l’époque de Charles Quint, elle vint s’y réfugier » . À cette époque les populations gitanes de la région de Grenade, déjà pourchassées au même titre que les mauresques, s’étaient réfugiées avec elles au lendemain de la chute de la dynastie nasride (et de la prise de la ville par les catholiques en 1492) dans les contrées les plus reculées des Alpujaras . Hors un décret (dit de Tolède en 1539), signé par Charles Quint, leur intima l’ordre de se soumettre (ce que certains firent en s’enrôlant dans les troupes de l’empereur d'où le mot « flamenco » - flamand - dans l’argot des gitans de l’époque, Charles Quint étant d’abord ce souverain qui bien que petit fils d’Isabelle la Catholique venait des Pays Bas), ou de quitter le royaume, ce que firent les andalous réfugiés à Trèves . Ils y apportèrent leurs coutumes dont celle du Pétassou (car il paraît que le Pétassou est toujours fêté en août dans le village de Trevélez - information en cours de vérification par mon amie Katia FERSING spécialiste des contes et légendes d’Andalousie - ) .

Régis VALGALLIER a eu la chance et le mérite pour fonder cette hypothèse de recueillir le témoignage d’un descendant direct de cette famille vivant aujourd’hui en Vendée .

undefined

Dans cette version je me suis davantage attaché à traduire du personnage son côté naïf, primitif, révélant sous le bouffon l’ogre débonnaire et protecteur ... (Aquarelle extraite du Carnet d’exploration de l’Aven Noir)

Le Pétassous est vêtu d’un habit recouvert de centaines de « pétas », chutes de tissus multicolores plutôt longs et étroits comme des rubans, conservées par les couturières et servant généralement au rapiéçage, cousues les unes au dessus des autres sur une blouse de paysan comme les écailles d’un poisson . Ce costume était autrefois entretenu par les jeunes du village, qui, après collecte des « pétas » par les garçons célibataires dans les fermes et maisons des environs, (garçons de la tranche d’âge des conscrits de l’année mais ceux qui avaient contracté mariage étaient exclus) se retrouvaient à la veillée pour préparer avec les filles dans les longues soirées d’hiver, la fête du Pétassou . Parmi tous ces garçons était désigné la semaine avant la fête celui d’entre eux qui allait porter l’habit et ses attributs (le masque, le balai de genêt et une vessie de porc remplie d’air et accrochée dans son dos) .

Cette tradition est aujourd’hui relancée grâce à l’association des Ganels, animée par les jeunes du village, qui se réunit deux semaines avant la fête du Pétassou pour en préparer le déroulement tout en rafistolant son habit . 

Le masque change chaque année et nul ne doit reconnaître le Pétassou : celui-ci est porteur des forces surnaturelles venant purifier la communauté de ses culpabilités (fautes, erreurs et péchés), un être magique sur lequel on va aussi projeter ses vœux les plus secrets !

La vessie de porc gonflée d’air est très importante car c’est elle qui contient les « souffles », les esprits assimilés à l’air, au vent, véhicule des âmes à naître autant que celui libérant celles des morts portée en soi par chacun, la métaphore du souffle cosmique, celui de la vitalité en cette période de Carnaval qui marque la fin de l’hiver et l’arrivée du printemps …

Elle est également assimilable aux symboles liés aux « pets » (comme l’ours sortant de son hibernation aux alentours de la chandeleur qui se purge de diverses façons), symboles d’ailleurs repris sous différents aspects par d’autres bouffons carnavalesques, tels que les « buffétaïres » de Lunas .

Au sortir de l’hiver, en jouant avec les souffles, Pétassou tente symboliquement de maîtriser la mort en exaltant la vie et en affirmant son triomphe dans la joie et les facéties . Il est le bon génie du village, sorte d’ogre débonnaire apte à éloigner les maléfices et les mauvais esprits .

C’est pour cela qu’il va défendre cette vessie accrochée dans son dos de qui s’en approcherait, avec son balai de genêt . On retrouve ici le mythe carnavalesque du balai fertilisateur, un balai qui lui sert à bien des drôleries comme celle d’effrayer les passants ou les chiens, ou d’arroser l’assistance en le trempant dans la fontaine du village .

undefined

La danse avec le Pétassou . Ici, ayant plus de temps pour travailler, j’ai eu recours pour le dessin au crayon à papier, on se trouve alors dans la classique problématique des carnets de voyages, qui vient en complément de celle de l’aquarelle de reportage . (Aquarelle extraite du Carnet d’exploration de l’Aven Noir) .
Le rite du Pétassou se déroulait traditionnellement sur trois jours, le dernier d’entre eux, celui où son habit en flammes était précipité du haut du pont de Trèves en contrebas dans le Trévezel ayant aujourd’hui disparu faute de participants pour en maintenir la tradition .

Mais les deux autres se déroulent toujours avec le même enthousiasme et la même implication de la part des habitants de la localité et des environs, prouvant ainsi la vitalité de leur jeunesse d’esprit tant au niveau individuel que collectif, ayant su conserver une tradition identitaire apte à regrouper toute une communauté autour de son mythique personnage tutélaire et fédérateur :

Le premier jour, le samedi, c’est la tournée des fermes pour le droit de quête exercé par les garçons . Les filles, qui ne boivent pas, (ou le plus sobre des garçons) conduisent la fourgonnette transportant la jeunesses environnante avec le Pétassou (ne portant pas à ce moment-là sa vessie accrochée dans le dos pour des raisons pratiques) et l’accordéoniste accompagnant la petite troupe de ferme en ferme sur les routes communales . Quelques habitants suivent dans une ou deux voitures tous warnings allumés pour sécuriser le cortège .

À chaque arrivée dans les fermes, à grands renforts de coups de klaxon et de cornet à piston, au son de l’accordéon qui joue des airs de fête et du folklore régional, le Pétassou va frapper aux portes, suivi par les filles qui portent la fougasse et un gros couteau pour en couper des parts (on prononce ici « fouasse », c’est une brioche parfumée à la fleur d’oranger en forme de couronne préparée par le boulanger du village) ainsi que la boîte à offrandes, sorte de grande tirelire destinée à recevoir l’obole de chaque maître de maison .

undefined

La tournée des fermes se continue tard dans le froid piquant de la nuit cévenole … On la termine aux lampes de poche avant de rejoindre le bal populaire à la salle des fêtes du village . (Photo Alain MARC )

Le Pétassou est toujours attendu avec impatience et accueilli comme un véritable ami . On prend plaisir à danser avec lui, à rire de ses facéties, et on lui offre ainsi qu’aux différents convives la « goutte » (liqueur familiale et alcoolisée comme le vin de noix, la prune ou l’eau de coing) quand ce ne sont pas toutes les boissons à la fois d’un copieux apéritif ! Le maître ou la maîtresse de maison est alors invité à découper sa part de fougasse (d’autant plus importante que sa famille est nombreuse), et il ou elle dépose ensuite dans la boîte à offrande son obole, qui en s’ajoutant à toutes les autres servira à couvrir les frais occasionnés par cette fête .

Les enfants sont parfois amusés parfois apeurés par cet ogre à l’allure sauvage et au comportement inattendu, mais c’est avec ravissement qu’ils se joignent au cortège pour suivre toute l’équipe dans les fermes voisines …

Quant aux chiens, qu’ils soient de berger ou de garde (ils assument généralement les deux rôles ici), je les ai toujours vu aussi féroces soient-ils reculer, même en aboyant, certains manifestant une sacré frousse devant le Pétassou !

La tournée se termine parfois tard dans le nuit, tant sont isolées les fermes dans cette région des Cévenne et Grands Causses … Un bal a lieu au retour du Pétassou dans la salle des fêtes .

undefined

La farandole dans les rues de Trèves le dimanche matin : temps fort du rôle social et symbolique du Pétassou . (Aquarelle extraite du Carnet d’exploration de l’Aven Noir)

Le lendemain, (le dimanche), a lieu le matin la farandole menée par le Pétassou (dont la vessie accrochée dans son dos au niveau de l'omoplate gauche n’est aujourd'hui plus celle d’un porc mais de son cousin sauvage le sanglier) sur la place et dans les rues du village, avec la tournée des maisons avoisinantes . Elle avait traditionnellement lieu après la messe, mais il n’y a plus de messe à Trèves ce jour-là, le seul prêtre disponible du secteur officiant à tour de rôle pour plusieurs paroisses .

Les sympathiques restaurants du village proposent en cette occasion pour les repas de midi et du dîner des menus de circonstance souvent terminés par des « pérals » (fromages de chèvre), du Roquefort et des oreillettes (savoureux gâteaux de pâte fine, craquante et sucrée cuite dans l’huile) .

undefined

Danses traditionnelles du dimanche après-midi à la salle des fêtes : moments de partage de toute la population autour d’un évènement ludique et joyeux . (Croquis extrait du Carnet d’exploration de l’Aven Noir)
L’après-midi marque les retrouvailles de tous les habitants à la salle des fêtes pour assister à un spectacle, un moment de grande convivialité apprécié tant des grands que des petits fascinés par un retour aux sources avec des danses folkloriques ou des tours de magie .

Enfin, c’est un grand bal qui clôture en soirée ces deux journées de « voto », occasion pour tous les jeunes des environs de se rencontrer une fois encore autour du Pétassou .

Je tiens pour terminer cet article à remercier toutes les personnes (citées dans le texte) qui m’ont aidées à approfondir mes sources et à effectuer ce reportage, à commencer par les habitants de Trèves et la dynamique association des Ganels (mot qui a plusieurs significations en occitan mais veut localement dire « les gens curieux ») qui perpétue la tradition du Pétassou et a entrepris d’animer le village .

Grâce à elle cette très rare mémoire collective continue de vivre dans nos campagnes, et l’esprit du Pétassou ne cesse de jouer son rôle protecteur et fédérateur, s’inscrivant ainsi dans les plus intéressantes manifestations culturelles du vivant .

undefined

J’ai bien besoin moi aussi en ce moment de la protection et de l’aide du Pétassou ... (Photo Isabelle DONDRILLE )

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Abellion 25/10/2008 10:01

A mon avis, deux êtres sont proches du Pétassou dans l'Aude : la Fassilière, l'ermite de Bugarach. La Fassilière (Montagne noire)Je te répondrai plus en détail quand j'aurai retrouvé la référence, mais voici ce dont je me souviens: aux alentours de la Chandeleur, on chassait, dans les villages de la Montagnenoire audoise, un personnage déguisé, appelé "Fassilière", ce qui se traduit grossièrement par "être surnaturel", sorcière (On a proposé l'étymologie "Fati lector", devin, celui qui lit le destin). C'était, un peu comme le pétassou, une sorte de bouc émissaire qu'onfaisait fuir pour éloigner l'hiver. Mais contrairement au Pétassou, la Fassilière semble relever d'une symbolique féminine (sorcière, fée), et plus négative (sorte de bouc émissaire qui est chassé, emportant avec lui l'hiver et les maux qui assaillent la communauté). Les Fassilières étaient aussi dans les légendes des sortes de lutins qui passaient par les cheminées, en chevauchant des fougères ("Pied sur feuille, passepar la cheminée").L'ermite de Bugarach. Par ailleurs, dans le région de Bugararch, d'après D. Fabre, il existait un personnage beaucoup plus proche du pétassou : l'Ermite. C'était un de la bande des jeunes qui se déguisait, comme le Pétassou, pour aller collecter des victuailles de maison en maison. La coutume avait également lieu aux alentours du Carnaval, plus précisément le mercredi des Cendres. Les gens qui refusaient de donner étaient arrosés d'un mélange d'eau et de cendre. Cette tradition a pu être influencée par le passage de l'ermite de Galamus tout proche. Je renvoie à mon articulet sur Bugarach http://polymathe.over-blog.com/article-20239950.htmlMerci de ta visite, à très bientôt.

Alain-Marc 30/10/2008 22:27


Merci Beaucoup Abeillon, je vais étudier cela de plus près !
Amitiés,
Alain MARC


nymphea 04/05/2008 08:57

Quelle richesse quel talent ...émotion , trop de souvenirs remontent ..je suis du "causse de sauveterre"..lozere occitanie , j'ai connu daniel andré quand il jouait de la cabrette parfois avec le groupe oc de mon mari........et treves ...bizarre , ici, on parlait des trebes (treves) ...ma grand mère me disait attention, la trebe de la "rapounette" va venir te prendre ! ..les trebes ,genre de sorcières ..JE ME DEMANDE ..si TREVES ..mefions nous des etymologies !Et  quel talent extrardinaire  d'aquarelliste ...cette video , cette musique....ces souvenirs ...je ne peux m'empêcher d'être triste ! je reviendrai ....

Alain-Marc 04/05/2008 22:03



Ne sois pas triste, mais au contraire heureuse de retrouver une partie de ton enfance . Tu vois bien qu'elle n'a pas tout à fait disparue ...


Et si la magie des Grands Causses et de Trèves a bien voulu cela je suis très heureux d'en avoir été l'insturment !


Tu es ici chez toi, reviens quand tu veux,


Amitiés et à une autre fois,


Alain MARC



lafarfadet 06/03/2008 19:41

très joli aquarelle du pont romain sur le Trévezel !!

Alain-Marc 06/03/2008 23:01

Merci Farfadet !

senninha 04/03/2008 13:17

Emotion, culture, découverte... Comme à chaque fois le plaisir est immense à vous suivre, vous lire, vous entendre. Merci pour tout cela. annie

Alain-Marc 05/03/2008 18:09

Merci beaucoup pour votre passage, Annie !Au fait le lien avec votre blog ne marche pas !Amitiés et à +,Alain MARC

pierre 03/03/2008 09:19

je suis toujours émerveillée devant les extraits de leçon d'aquarelle. Tous les participants aquarellistes ont visiblement une dextérité des couleurs et de l'eau.Très belle musique qui accompagne la vidéo.Merci à toi Alain et aux aquarellistes Maryse

Alain-Marc 03/03/2008 12:54

Merci pour eux Maryse car je pense qu'il s'agit de l'article suivant sur les gorges du Todra et du Dadès dont tu veux parler,Au sujet de cette vidéo (pas celle du Pétassou), en fait, Yolande et Pierre un travaillé avec moi depuis assez longtemps maintenant . Bien qu'ils "volent aujourd'hui de leurs propres ailes" (et fort bien sans moi), nous avons toujours plaisir à nous retrouver pour peindre ensemble, particulièrement lors de certains repérages où ils m'apportent un grand concours pour préparer les stages . Ce que beaucoup de personnes ne savent pas c'est que la préparation de mes stages se fait souvent des années à l'avance, que la pluapart des destinations où nous allons ont été étudiées spécialement pour le stage lors de voyages que j'y réalise souvent en "équipe" avec des gens très compétents pour en évaluer tous les aspects (formatif, sommatif, qualitatif, plastique, touristique, etc.), sans en négliger les aspects ludiques, logistiques, humains (à commencer par la gestion des efforts et de la fatigue possible selon les destinations) ; les stages du Maroc font partie de cette catégorie . Seuls certains stages carnets de voyages échappent à cette règle : ce sont ceux que je veux garder comme plus "aventureux" et découvrir les choses en même temps que mes stagiaires ; mais je m'implique tout autant : là, le stage est préparé "à fond" chez moi et par correspondance avec mes prestataires de services, et je découvre en même temps que mes stagiaires notre destination . La portée en est différente et ces derniers stages s'adressent plus à des gens qui ont déjà une première expérience des carnets de terrrain ; le stage de l'an prochain au Yunnan fait partie de cette catégorie .Enfin cette belle musique est de mon fils aîné décédé il y a 6 ans dans l'exercice de sa fonction de grimpeur professionnel . C'était un garçon remarquable qui bien qu'autodidacte en musique et peinture (sauf les conseils que je lui donnais dans cette dernière expression)  avait un réel talent . Outre un petit garçon dont j'ai souvent parlé dans ce blog, il nous a laissé de très belles choses dans le domaine de l'esprit ...Grosses bises et à +,Alain MARC

Hachim mouna 02/03/2008 18:05

Bonjour, j'ai été ravie et honorée de découvrir de quelle façon on parlait de moi et de mon travail. Je vous en remercie infiniment et reste à la disposition de quiconque oeuvre pour notre culture et pour notre histoire.

clochette 29/02/2008 20:31

je reviens de vacances, et je découvre enfin l'article tant attendu sur cet arlequin des temps anciens...............L'aquarelle lancée d'un trait sans crayon m'a impressionnée, et je sais que j'ai vraiment du chemin à parcourir ! A force de visionner vos vidéos, vos albums et d'autres blogs de carnettistes, je me suis lancée dans l'aventure du carnet de voyage, et je viens de réaliser le premier ! J'ai décidé de ne plus vouloir "faire beau", mais de "faire vivant", "vécu"...........C'est une aventure que mon mari a eu du plaisir à suivre, m'aidant à trouver le meilleur endroit pour faire mes croquis. Croquer la vie à coup de pinceau permet de mieux l'apprécier, de ressentir les lieux.......c'est une nouveauté pour moi qui suis plutôt "peintre d'atelier". Merci pour ce partage et cette envie que vous donnez de "se lancer" et de quitter le nid douillet des certitudes. L'aquarelle réserve tant de surprises ! Merci !La fée Clochette

Alain-Marc 01/03/2008 02:04

Bravo, c'est super, cela me fait immensément plaisir pour vous !Vous avez franchi un pas important qui va vous apporter énormément de choses .... Je suis heureux d'y avoir quelque part un peu contribué, même comme cela, de très loin, par blog interposé . N'hésitez pas à revenir régulièrement glaner idées et astuces, je fais en sorte qu'un peu comme sont les poupées russes, des informations soient contenues dans d'autres et qu'il faille parfois revoir articles et vidéos plusieurs fois avant de comprendre ou découvrir certaines choses ...Amitiés et à +,Alain MARC

anne-cecile 24/02/2008 16:00

Bonjour Cela fait longtemps (trop longtemps...) que je n'ai pas pu me rendre sur ton blog. Quel plaisir de découvrir tous ces nouveaux articles. Toujours autant de générosité et de talent (j'aime particulièrement l'aquarelle du vieux pont). Excellente continuation et à bientôtanne-cécile

Alain-Marc 24/02/2008 17:25

Bonjour Anne-Cécile, tu vas bien ?Très heureux de ton passage, je te dis "à bientôt" pour d'autres articles, car j'essaierai de toujours rendre mon blog plus utile et intéressant !Amitiés, à +,Alain MARC

claire felloni 22/02/2008 18:58

Cet arlequin à la mode cévenole m'a enchantée comme beaucoup d'autres amateurs de ton blog.J'ai un souvenir charmant du Trévezel où j'ai pataugé à la chasse photo d'une étonnante libellule ( un onychogomphus) qui se pose sur les rochers; ce qui me fait penser que tu as du te faire du mal avec ce vol plané, car il n'y a pas beaucoup de fond dans le Trévezel ! Toute mon amitié et bon rétablissement ;-)) Claire 

Alain-Marc 23/02/2008 14:59

Justement je viens de laisser un commentaire chez  toi avant d'avoir vu le tien ici : tu me confirmes la réponse de l'onychogomphus que j'ai aussi dessiné là-bas l'été dernier pour mon bouquin et dont je n'arrivais pas à savoir exactement quel type c'était  (mais j'ai trouvé depuis, c'est un "uncatus" et non un "forcipatus" à cause des dessins du thorax qui ne se rejoingnent pas tous et des appendices du bout de la queue qui ne sont pas en forme de pinces), il fallu que je m'inscrive à un forum d'insectes pour me faire aider car tout ça est un peu compliqué pour moi quand je ne trouve pas dans mes bouquins !Quand au lieu où je me suis cassé la figure c'est vrai que ce coin est vraiment accidenté, je me suis littéralement fait "happer par le vide", et les buis auxquels je m'étais raccrochés se sont cassés avant que j'ai pu me rétablir !Amitiés et à +,Alain MARC 

Danielle 20/02/2008 17:35

DE RIEN ! UN PTIT COUCOU ! bisous !

Danielle 19/02/2008 16:07

Un ptit coucou du mardi ! bon après midi ! bisous !

Alain-Marc 20/02/2008 10:50

Merci infiniment Danielle, pour ce poème qui me va si bien en ce moment !!!!Amitiés et à +,Alain MARC

syboule 19/02/2008 14:52

que c'est joli...mais quel talent incontestable ...(j'avoue être plus resté sur les aquarelle que sur le texet ..car l'image me parle tout de suite !!! je me REGALE !!)bisssssssssss

Alain-Marc 20/02/2008 10:48

Merci à toi Syboule, et à bientôt,Alain MARC

Adil 17/02/2008 15:07

Oui Alain-Marc;dans l'ensemble nous sommes d'accord et ça va de soit.Mais il faudrait pas que le prix de la tolérance ou de la paix soit toujours payé d'un seul côté.ce n'est pas sage.Ceci s'appelle de l'injustice intemporelle; qu'elle appartient au passé au présent ou au future.Tu sais,je sais,nous savons....mais..!!Merci et que Herrma et Pétassou t'accompagnent.

Alain-Marc 17/02/2008 16:05

Toi à fait d'accord avec toi ! Et plus il y aura de gens comme nous, qui veulent que les choses bougent pour le bien des plus défavorisés, plus les autres prendront conscience de la nécessité d'avancer en ce sens et finiront par bouger , en tout cas j'espère . ...à +,Alain MARC

ABC 17/02/2008 12:38

MERCI !Cela valait vraiment le coup de patienter quelques jours, magnifique reportage, je suis ravie d'avoir, gâce à toi, fait connaissance avec le Pétassou. (Moi qui ai commencé et terminé mon premier recueil de poème avec L'ami Arlequin)Puisse le pétassou absorber tous tes soucis et te permette de retrouver bien vite ta complète énergie !

Alain-Marc 17/02/2008 12:54

J'espère bien, on verra, et puis vous êtes si nombreux amies et amis d'ici ou du bout du monde, connus (es) ou inconnus (es), à m'aider par pensée que je sais que tout ira bien !
Amitiés à +,
Alain MARC

Adil 17/02/2008 04:55

C'est moi encore une fois,j'y peux rien car le sujet me parle beaucoup.A l'exception du site de Mouna Hachim,j'ai pu visiter les autres et j'ai quelques remarques:Il est vrai que le nom de nôtre personnage sauvage différe dune region à une autre mais les plus fréquents sont Herrma et Boujloud (celui des peaux).Etymologiquement;Boulbtaïn et Boujloud c'est kif kif.Mais Bilmawen il faut que je m'attarde un peu:Moi même je suis un amazigh,alors à mes semblables qui croient que Bilmawen est le nom amazigh de Herrma,je leur dis que c'est faux et entièrement faux:Bilmawen c'est l'amazighification du terme arabe "Belmaoun" qui signifie "celui des ustensiles de cuisine".Pourtant il existe un terme amazigh propre de Herrma qui est sur ma langue et que  j'arrive pas à me rappeler(Demain j'irais demander à maman et j'espère que sa mémoire ne lui jouera pas de mauvais tours).Dans l'article de Abdelmjid Ridouane(sur le site que tu as indiqué),il dit que Herrma peigne son visage avec la poudre de charbon!!Je n'ai jamais vu ni entendu ça à moins que ça soit quelques eculubrations de la mode soit disons moderne.Par contre,et il y a longtemps j'avais entendu ma grande mère (décédée il y a longtemps que dieu l'aie dans sa miséricorde) parler d'un Herrma avec des plumes d'oiseau d(en particulier l'autruche),mais je n'ai jamais été témoin de ce cas de figure. Pour le cas de Herrma d'Essaouira qui porte un potiron sur lequel est planté des épines de porc-épic:Je ne vous dis pas que je suis surpris par cette information et je pense que même les nombrilistes de Dafina vont l'être plus que moi.Dafina est le forum des juifs marocains à l'étranger (cité dans ton commentaire si dessus) .Dans le temps à Essaouira il y'avait un grand mélange entre musulmans et juifs et les traditions des uns et des autres ne connaissaient pas de frontières.  

Alain-Marc 17/02/2008 13:00

Tu as raison de préciser tout cela Adil, mais je pense que les références citées correspondent davantage au passé qu'au présent . Au présent il y a des traditions qui se perdent, d'autres qui se modifient, d'autres bien plus rares qui restent intactes . Je crois que ce qui compte au delà de tout ça c'est ce qu'elles veulent nous transmettre comme enseignement apte à élargir notre conscience et à élever notre esprit, qu'elle qu'en soit la source . Abolir les frontières sur le plan de l'esprit pour aller vers la paix et la grandeur de l'humanité, pour apporter des solutions positives à son devenir, fait partie de ces enseignements . le reste est sans intérêt .Alain MARC

Adil 17/02/2008 02:24

Mr Alain-Marc:Je ne crois pas que tu peux mesurer la dimension de la joie  que tu m'as procuré en citant Mouna Hachim et son e-adresse dans ton commentaire si dessus.Mais hélas ,plusieurs fois j'ai tappé sur google l'adresse que tu as communiqué,et à chaque fois je tombe sur la fameuse déception: "la page est introuvable"!!Je voudrais que tu saches qu'il y a plus d'un an que je cherche à entrer en contact avec Mme Mouna Hachim qui a eu le courrage,l'audace et le savoir d'ecrire et de publier "Le dictionnaire des noms de familles du Maroc",aucune mention de sa maison d'edition de son livre n'est mentionné et je ne suis pas surpris .Mais  ma cànsolation c'est que j'ai le privilège d'avoir son formidable oeuvre entre mes mains.Je sais que Mme Mouna a eu beaucoup de problèmes avec les ignorants et les stupides rapaces de mon pays.Mme Mouna sait et elle l'a dit dans le préface de son dictionnaire que son travail n'est pas terminé mais malgrès ceci des analphabètes de tout bord lui en veulent à mort.Mais contre vent et tempête, je me met à genou pour saluer son courrage et sa résistance contre les forces de l'ombre.Si Mme Mouna Hachim passe par ce site je lui dit tiens bon Mme, le peuble marocain est avec toi,tiens bon l'heure de la délivrance est toute proche et nous sommes avec toi  coeur et âme car tu nous fais honneure puisque tu mets les choses en place.Mme Mouna,tu as parlé du nom de ma famille et tu as cité mes ancêtres sans dépasser le XVIIIème siècle,je t'en remercie beaucoup(bien que j'ai certains remarques importantes mais je t'en veux pas) mais j'ai des documents(manuscrits officielles d'oudoules)qui remontent au XVème siècle,seulement je n'arrive pas à trouver le moyen de rentrer en contact avec toi.Mr Alain Marc;je t'en suplie de vérifier que dans l'adresse de Mme Mouna Hachim il n'ya pas eu une erreure de frappe.Sinon tu me m'expliques les différents étapes qui t'ont amenées à son site.Merci beaucoup.

Alain-Marc 17/02/2008 12:49

En fait c'est très simple, j'ai tapé "herma" et "Boujloud" dans les différents moteurs de recherche (Google, Yahoo, Orange, etc.) et j'ai ensuite exploré tous les textes et liens que je trouvais, ça m'a amené sur les sites voulus .Si tu veux écrire à Mouna Hachim, voici comment faire : http://copainsdavant.linternaute.com/membre/6987003/1235812298/mouna_hachim/Cette jeune femme fait partie comme  Fatema Mernissi et bien d'autres, des intelectuelles qui apportent énormément au Maroc, à commencer par l'excellente image qu'elles donnent de leur pays à l'étranger .Il faut comprendre que partout où des gens éclairent le monde d'un regard nouveau il est normal qu'ils ne soient pas toujours bien compris . Il faut percevoir cela au dessus des passions, mais la marche en avant est inéluctable dans notre époque d'échanges internationaux et le bonheur des peuples est autant fait de sa projection dans l'avenir à travers des regards nouveaux que de de la nourriture tirée des richesses de la sagesse de ses anciens, et des enseignements de son histoire dont la culture fait la spécificité . Pour arriver à "grandir" il faut simplement tendre en soi et autour de soi vers toujours plus de justice, d'équité, de générosité, de partage et de bonté ... Pour arriver à cela, tout ne passe pas par l'argent : la grandeur d'esprit, l'écoute, la tolérance, et la réflexion intellectuelle en font partie .Allez, bon courage Adil, tu as la chance d'être dans un très beau pays qui est déjà aussi l'un des plus modernes d'Afrique !Alain MARC

chris l'aquarelliste 16/02/2008 21:14

Bravo à ton travail d'ensemble en l'honneur de ce mode expressif qui m'est aussi trés cher....Ah! si j'avais eu cette passion il y 40 ans lors de mes 2 tours du monde avec la "Jeanne d'Arc" j'en aurai rempli des carnets....C'est mon grand regret !La célébration du Pétassou me fait penser à un de ces rites paîens en l'honneur des "hommes feuillus" origine celtique.... Bonne continuation!Christian

Alain-Marc 17/02/2008 00:47

Merci Christian,Tu sais de mon côté j'aurais aimé voyager plus jeune, mais plus jeune j'étais si fauché que je ne pouvais pas non plus, alors que mon premier carnet de voyage je l'avais fait à 11 ans sur le village où venait de s'installer mon père (Cordes-sur-Ciel), tout à côté de chez moi !  Mais je rêvais de courir le monde, et la vie a voulu que j'attende des decénnies avant de réaliser mon premier voyage digne de ce nom ...... Toi c'était de n'avoir pas connu l'aquarelle à ce moment-là, moi c'était de n'avoir aucun moyens et une vie qui ne me permettait pas de partir .Alors faut faire ce qu'on peut maintenant du mieux qu'on peut, et toi tu le fais vraiment très bien, tes aquarelles sont magnifiques et ton approche intéressante  .Cordialement,Alain MARC

Adil 16/02/2008 12:06

J'ai trouvé ce site: http://tamaynut01.skyrock.com  Il y a des photos de Herrma (Boujloud).Je note que la tradition n'a pas été respectée:-il y a plusieurs Herrma à la fois au lieu d'un seul.-Herrma pose à visage découvert-Il manque le masque et les cornes.PS:Autre chose,durant ton prochaine passage au Maroc,il faudrait que tu goutttes au tajine Herrma;il est fait avec les pattes de mouton et des poichiches(peu de restaurants en préparent).C'est à différencier du tajine Hergma(avec "g") qui est fait avec des pattes de veau.De loin ce dernier est meilleurs à moins que tu ne préfères le cassoulet Pétassou qu'il faudrait inventer  :)

Alain-Marc 16/02/2008 20:30

Salut Adil, Tu m'apportes là un fort intéressant document , je t'en remercie beaucoup . Je viens grâce à toi d'effectuer une autre recherche sur le web et voici ce que j'ai trouvé : Le plus intéressant, un document signé par Mouna Hachim, écrivain-chercheur sur le portail de Tafraout : http://tafraout.org/modules/news/article.php?storyid=324 Ensuite : http://www.amazighblog.net/article-1835172.html et autres documents fort intéressants sur ce même blog : http://www.amazighblog.net/archive-02-2006.htmlGrâce à toi j'ai aussi découvert une très intéressante chaîne de vidéos spécialisée dans les clibs tournés en pays de cultures arabes, amazighes, arabo-andalouses, etc. et récupérées un peu partout, le peu que j'en ai vu me donne le désir d'approfondir les clips car ce sont des sources d'étude et de connaissance certains, par exemple concernant le Herrma où on le voit s'habiller :  http://en.clip-arabe.com/videos_clip-FJDHyicErDc.htmlEnfin une fort intéressante photo des Herrma à marrakech comme tu les décris : http://dafina.net/forums/read.php?52,180988,page=3 avec en prime de belles peintures d'une artiste peintre, carnettiste de 1900 que je ne connaissais pas !

plumette 15/02/2008 23:27

Un premier coup d'oeil pour découvrir, mais effectivement  vu la densité et la richesse de l'article je vai revenir et  procéder pas à  pas pour en retenir toutes les leçons.Un sacré travail que tu as fait là !Grand merci et gros bisous 

Alain-Marc 16/02/2008 11:55

à bientôt donc Plumette,... C'est vrai qu'un article comme celui-là en représente plusieurs de courants et qu'il me faut plusieurs jours pour l'élaborer et le mettre en ligne ! Cependant il y aura la version complète de ce travail-là (avec un texte plus complet et de nombreuses autres illustrations sur mon livre de l'Aven Noir ...Grosses bises et à +,Alain MARC

Adil 15/02/2008 18:46

Pour les origines de Herrma:Et bien personne n'en soufle mot,à l'unanimité tout le monde est d'accord qu'elles remontent à la nuit des temps.Certains esprits chagrinés ont essayé de les lier au sacrifice,mais ça ne colle pas puisque le masque et le sacrifice sont deux entitées qui s'opposent.Pour être moins savant j'oserais formuler que se sont probablement deux croyances d'origine différentes qui se sont téléscopées.Je reste prudent comme même sur ce point.

Alain-Marc 15/02/2008 21:57

Et je crois que tu as raison : selon certains spécialistes, ces personnages étranges sont les "reliques" de cultes ou de civilisations très anciennes dont ne ne connaissons rien !Alain MARC

Adil 15/02/2008 18:30

C'est très intéressant ce que tu dis Alain-Marc dans cette article.Beaucoup de similitudes avec une tradtion marocaine."l'incarnation de l'homme sauvage,la laideur,la protection contre les maux,le sens de la fête et le renforcement des liens..."Ces caractéristiques de vôtre Pétassou ressemblent énormément à celles de nôtre Herrma(ou Boujloud):Chaque année,juste après la fête du sacrifice (Aïd lekbir),Herrma sort dans les douares vêtu de lambeaux de peaux de mouton coiffé d'un masque corné pour silloner les ruelles et effrayer les passants qui lui courent après en chantant:Eh Herrma Boulhima(cellui de la chaire)Eh Herrma le frivoleEh Herrma excites toiet n'arrête pas!!Harrma passe de maison en maison en collectant des dons(autrefois des estomacs et trippes de moutons).Il va là ou il veut et toute les maisons lui sont accessibles et personne ne peut l'empêcher d'y pénétrer même dans les plus conservatrices d'entre elles.Harrma aussi ne parle pas et ne doit pas être reconnu.A Marrakech le perssonnage de Harrma est plutôt comique qu'effrayant et il s'habille de peau de taureau et de ses cornes.A Massa il s'habille de peau de bouc noire et met ses cornes.Les gens de Massa croient que si un malade reçoit un coup de patte de Harma,il sera guerit et toutes ses maux disparaitront.Je constate que cette tradition est entrain de s'estomper dans les zonnes urbaines!!Merci et Bravo pour ton article qui m'a rappelé tant de belles choses!!PS:Deux choses,citées dans l'article,que je retrouve chez nous mais que je ne cadre pas avec Harrma:1° Fougass:chez nous ont dit "Fouqqass"; c'est un gateaux dure fait avec une pâte levée auquelle on ajoute des grains d'anis et eau de fleur d'oranger ou de rose.2°Buffétaïres:tu ne t'es pas étalé sur ce terme sur lequel je voudrais avoir d'amples information.Chez nous on dit Boulftaïre(celui des galettes).

Alain-Marc 15/02/2008 21:54

Merci beaucoup Adil pour tout ce que tu nous apprend à ton tour !C'est la première fois que j'entends parler de ce Herrma et je trouve cela passionnant . Les similitudes avec le Pétassou ; elles sont si grandes que je n'hésite pas à établir un parallèle ou à rechercher une parenté avec celui de Trevélez en Andalousie qui serait peut-être l'héritier d'Herrma de ce côté-ci de la Méditerranée . Effectivement, si on s'en tient aux possibilités historiques on pourrait penser qu'il aurait pu traversé le détroit de Gibraltar avec les troupes de Tariq ou ses sucesseurs et que les gitans de Tevélez réfugiés dans les Alpujarras avec les maures traqués comme eux par les plus sournoises cruautés de la reconquête ... La site serait le témoignage de Régis Valgalier .Cela prouve au moins à quel point nous sommes frères des deux côtés de la méditerranée, et combien sont vaines les luttes aveugles qui voudraient nous éloigner !  Beaucoup de mots occitans sont empruntés aux différentes langues et cultures méditerranéennes comme beaucoup de mots espagnols sont au départ arabes, il y a donc une grande parenté entre fouqqass et fougasse, mais je ne vois pas de lien direct entre "buffétaïre" et "bouftaïre", à moins que celui des galettes ne soit appelé ainsi parce qu'il souffle sur le feu, car les "buffetaïres" ce sont les "souffleurs" qui se servent du "buffet" pour raviver le flammes (le buffet étant en occitan le soufflet pour attiser le feu) le verbe "buffar" se traduisant par souffler  . Et les "buddétaïres" de Lunel sont des bouffons de carnaval qui des facécies et des danses avec leurs soufflets .

Elizabeth 15/02/2008 13:50

félicitations à tous ceux qui ont su perpétuer la spontanéité de cette fête. Dans certains villages, il me semble que ce genre de fête se perpétue plus artificiellement, par tradition, plus  que par réel élan. Bravo à toi pour ce reportage qui ne peut que satisfaire notre curiosité et nous rendre encore plus admiratifs sur ton talent et le travail fourni. Que la Force du Pétassou soit avec toi!!

Alain-Marc 15/02/2008 14:46

Merci Elizabeth, pour eux et pour moi .Je suis sur que ce que tu écris fera plaisir aux gens de Trèves et aux jeunes de "l'équipe du Pétassou" !Et c'est vrai que la valeur de cette fête est de rester confidentielle, à la fois traditionnelle et indispensable aux gens du pays . - Que serait devenu le Pétassou s'il avait été "récupéré" commercialement ?Son âme se serait perdue et avec elle celle de sa communauté, en même temps que la respiration secrète d'une région toute entière .... Et puis, pour que le Pétassou porte vraiment bonheur, il faut qu'il reste le Pétassou qu'on aime, celui d'un regard étonné et naïf face au printemps qu'il fait naître !Grosses bises,Alain MARC

Nour 15/02/2008 09:29

Son nom de Pétassou encore usité de nos jours n’est attesté qu’en pays de langue d’Oc puisque le mot vient de « pétas » (ou pétaç), c’est-à-dire : pièce d’étoffe de récupération pouvant servir à raccommoder un vêtement. Cela m'a rappelé à de bons souvenirs ou lorsque ma chère fille désirait que je l'accompagne lors d'une de ses sorties me disaitTu ne vas pas sortir avec "ces petas" AmicalementNour

Alain-Marc 15/02/2008 14:35

Tu as raison ce sont des mots qui nous "parlent" et qui sont beaux parce qu'ils nous rappellent des tas de choses de notre enfance quand on est du sud de la France .Si tu savais comme je regrette de n'entendre plus parler souvent occitan (ce n'est pas du "patois" comme beaucoup l'imaginent) dans les foires et marchés !Aussi, quel bonheur de pouvoir le parler un peu à une occasion ou une autre dans les campagnes avec les personnes agées ou les "originaux" plus jeunes qui parlent occitan !Il y a beaucoup à dire de l'intérêt d'une aussi belle langue, et même si son utilité a été déruite sur le plan des échanges internationaux actuels par des siècles d'écrasement intellectuel, elle reste l'une des clés de la compréhension de l'histoire médiévale de la plus grande partie des nations méditérranéennes ...Amitiés et à +,Alain MARC

JCP 15/02/2008 08:46

Le Pétassou se retrouve sous un autre nom dans les carnavals basques. Je l'ai rencontré dans la montagne à Aussurucq, là où volent aussi les vautours fauves. Mêmes atours, même balai. Magnifique reportage, mon ami et pour un coup d'essai, c'est un coup de maître !Amitié 

Alain-Marc 15/02/2008 12:16

Tu as raison, on le retrouve en différents endroits et cultures . Ce que j'aimerais connaître c'est ses origines  : - d'où vient-il exactement, de quelle culture ou "religion" est-il la "relique" ?- et où l'as-tu rencontré, toi, dans le Pays Basque ? - quelqu'un a-t-il d'autres infos ?Merci à toutes celles et ceux qui pourraient m'apporter des compléments d'informations (y compris sur sa présence à Trevélez en Andalousie) ?Amitiés, à +,Alain MARC