Aquarelliste et peintre voyageur - En peinture, l'art de l'aquarelle est un mode d'expression qui va des carnets de voyages à la création de tableaux : en voici les différentes facettes inspiratrices, techniques et créatives selon Alain MARC ...
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Aquarelliste et peintre voyageur
  • Aquarelliste et peintre voyageur
  • : En peinture, l'art de l'aquarelle est un mode d'expression qui va des carnets de voyages à la création de tableaux : en voici les différentes facettes inspiratrices, techniques et créatives selon Alain MARC ...
  • Contact

Me joindre, les stages, etc. :

Pour m'écrire, cliquez ici

Pour le calendrier des stages 2020 cliquez ici

Plein de nouveautés vous attendent !

(pour les tarifs et disponibilités me les demander directement en cliquant ici)

-  Les stages "aquarelle" dans l'Hexagone sont ouverts aux débutants et aux pratiquants déjà confirmés souhaitant se perfectionner : ils ont pour but d'apporter efficacité et aisance d'expression à l'aquarelliste de terrain. Nombreux sont les aquarellistes issus de mes stages ou passés s'y perfectionner depuis 4 décennies...
- Les stages "carnets de voyages" sont une véritable immersion dans la pratique du carnet de voyage et de l'aquarelle sur le terrain, orientés "autonomie" ils sont ouverts aux stagiaires ayant assez de pratique pour en profiter pleinement . De la Provence au Jura Oriental et jusqu'au Portugal, ce sont quelques destinations où vous pourrez aller en 2020...

- Tous les stages sont différents, n'hésitez pas à m'en demander les informations par courriel (voir plus haut) .

-------------------------------------------------------------------------------------------

Vous aimez ce blog ?

Alors, découvrez le site d'Alain MARC :

width="300"

 

Et abonnez-vous à sa newsletter,

cliquez sur ce bouton :

vous y retrouverez tous les futurs articles publiés ici,

plus complets, plus documentés,

plus riches, dans le respect et

la confidentialité de vos données personnelles !

(Et n’oubliez pas de confirmer dans l'e-mail sui vous sera envoyé pour vérifier votre adresse !)

-----------------------------------------------------

Extraits vidéo d'Aquarelle en Voyage :

 

Recherche

Partenaires

Voici où trouver vos meilleurs

produits aquarelle

et carnets de voyages :

aquarelle-bouton-2

N'hésitez pas à les contacter

et à leur commander de ma part,

ce sont de vrais amis qui soutiennent mon travail !

 

Andalousies

«Andalousie, la Route d’Alain MARC», carnet de voyage de Pierre NAVA
Découvrez article après article en cliquant sur les vignettes ci-dessous le carnet spontané de Pierre m’accompagnant en Andalousie, et les «Petites Histoires vidéo» qu’il m’a inspirées :

La-Barca-1b-Pierre-Nava.jpg

Préambule

La Barca 2a Pierre Nava

L'étape de Peniscola

Andalousie b Pierre Nava

Sur la route de l'Andalousie...

Moulin-b Pierre-San Jose 2

Au Cabo de Gata

Bateau Pierre Isleta 3b

La Isleta del Moro

Huebro Pierre vignette

Huebro, la montagne enchantée

Pierre-Nava-Guadix-4-copie-1

Guadix, les maisons troglodytiques

Rio Fardès

Le rio Fardés

2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 10:55

Avant tout un grand merci à toutes celles et ceux qui ont eu la gentillesse de voter pour moi : ils me réchauffent le cœur (et c’est bien cela le plus important) faute d’avoir pu me «hisser» dans le peloton de tête, aussi je leurs dis : ne soyez pas déçus (es) que vos votes n’aient servis à rien en ce qui me concerne (c’est un peu comme pour les élections lorsque son candidat est battu on se sent un peu «battu» soi-même) car personnellement je ne suis pas déçu : je m’attendais à ce résultat mais il m’a beaucoup appris sur ce genre de concours, et si j’y ai participé c‘est bien pour vérifier un certain nombre de choses et non la motivation des beaux voyages offerts aux gagnants (très heureux pour ceux qui les gagneront mais pour ma part j’en fais toute l’année, je les organise moi-même comme je le veux, les partageant souvent avec une petite équipe de chanceux pour lesquels je donne le maximum, et en plus ils m‘aident à gagner ma vie) !

Ah, au fait, un détail qui a peut-être toute son importance : dans le formulaire que les participants au concours avaient à remplir pour ne pas être éliminés d’office il y avait une case à cocher pour savoir si oui ou non on pouvait être présent à la finale du concours ; j’ai coché «non», parce que justement ce jour-là je serai déjà en carnet de voyage dans un endroit superbe avec une sympathique bande de veinards qui n’ont participé à aucune compétition pour en faire partie !

Cela ne m’empêche pas de féliciter très sincèrement et chaleureusement tous les finalistes de ce concours en leur signifiant mes encouragements pour qu’ils soient tous les meilleurs (ce sera difficile !) aux deux finales (celle de Bordeaux et celle de Champigny), vraiment je suis très heureux pour eux et leur souhaite la plus grande réussite possible, je rajoute que j’apprécie beaucoup certaines des œuvres sélectionnées !

Quant à moi je «tourne la page» de ce concours me promettant bien de ne plus jamais y participer fort des enseignements que j’étais venu y chercher :

- sur l’intime conviction que l’humilité doit rester l’une des valeurs essentielles d’un artiste qui réussit (et même de tout individu…), cela peut toujours servir en cas d’échec (dixit mon père qui avait bien raison de le penser) !

- sur la certitude que toute expérience est source d’enseignement et qu’on apprend plus des échecs que des réussites,

- sur le fait que le courage n’est pas de faire des choix mais de les assumer,

- sur le fait que la valeur d’un travail basé sur l’expérience d’une vie (quand on sait où elle se situe vraiment, …à plus forte raison lorsqu’elle a depuis longtemps fait ses preuves professionnellement !), ne doit pas être remise en cause par un succès ou un échec passager, plus encore avec ce genre de concours, des concours j’en ai gagnés, celui-ci je suis éliminé, ce n’est pas cela qui change mon cap, et je ne pense pas que la qualité de mon travail s’est affaiblie pendant les années qui séparent le dernier que j’ai gagné de celui-ci (au contraire je sais que j’ai progressé, mes centres d’intérêt se sont déplacés, …mais le monde a changé, nous le constatons tous les jours : le fuir ou s'y adapter autre intéressante question !),

- que lorsque l’on veut gagner un concours en s’en donne tous les moyens (et pas seulement en confiant au hasard la possibilité de sa réussite), hors là je n’ai mesuré avec objectivité ni certitude aucun des paramètres à prendre en considération (à part la pensée que ce que je présentais n’était pas complètement «minable» et en valait bien d’autres, pouvant logiquement «tenir la route»).

Je précise qu'ayant fait de la compétition dans un domaine sportif très particulier pendant plusieurs années je sais de quoi je parle, il faut prendre en compte non seulement tous ses paramètres personnels et ceux (lorsqu’ils sont quantifiables) de ses adversaires mais aussi tous les paramètres spécifiques à l’épreuve autant qu’extérieurs, ce que je n’ai pas fait (ou pas voulu faire) = conditions de l’échec assuré !

- sur la relativité des différentes notions de goût (et critères associés) dans les jugements de la perception visuelle en art (ce que je savais déjà de «l’intérieur» ayant moi-même été membre de plusieurs jurys par le passé),

- sur la considération qu’on peut avoir de la pratique de terrain lorsqu'on ne la connait pas sous sa forme la plus engagée (ce n’est pas la même chose lorsqu’on réalise un portrait sur le vif dans la dynamique du voyage ou un motif d’après nature à l’autre bout du monde en très peu de temps et souvent dans des conditions difficiles par rapport au même sujet réalisé d’après photo en atelier en prenant tout son temps même si on est très créatif et parfait sur le plan technique : ces critères ne sont pas du tout les mêmes et ne peuvent être comparés, pas plus qu'on ne peut comparer «l‘aquarelle de carnet» réalisée dans l'action de terrain et faisant partie d’un tout qui est le carnet de voyage, et l'aquarelle d’atelier - ou de terrain faite dans un esprit "atelier" - pour concevoir un «tableau» destiné à être vu (admiré) sur des cimaises ou un mur = nombreuses questions soulevées sur la finalité de chacune des deux démarches et leur approfondissement : - l'une aurait-elle moins de valeur que l'autre ?,

- pour savoir si ce critère de véritable travail sur le motif s’inscrivant dans une démarche d’investigation lié au voyage in situ (souvent bien plus poussée que le simple voyage et l’acte de «mémoire picturale» qui lui est associé) définit le carnettiste authentique pour être reconnu - et compris ! - par ceux qui ne pratiquent pas cette forme d’accomplissement créatif (et humain),

- pour essayer d’apprendre des tas de choses (par déduction) en observant la démarche marketing d’un grand fournisseur de produits beaux-arts organisant un tel concours (et encore je n’avais pas remarqué au moment où je m’étais initialement posé la question «marketing» qu'il fallait "s‘inscrire" - donc fournir un certain nombre de renseignements personnels - pour voter …) vous pouvez d'ailleurs - si donc vous êtes inscrits - consulter le résultat des votes en cliquant sur "Consulter les Votes des Membres " en bas de la page de la liste des finalistes du concours,

- enfin (et je résume en une seule phrase car il pourrait y en avoir beaucoup d’autres comme je l’écrivais déjà en réponse à l’un de vos commentaires le 25 juin dernier), ce concours m'intéressait surtout pour les analyses qui peuvent s'en dégager tant au point de vue communication globale, sociologie du Web, paramètres de synergie pyramidale (dans la mesure où on peut argumenter ces éléments tels l’influences networking sur le marketing ciblé en partenariat associé parmi bien d‘autres centres d‘intérêt), et là j’ai effectivement beaucoup appris !   

En conclusion :

1) - pas la moindre amertume dans mes pensées ni dans mes propos, je ne suis pas déçu d’avoir participé car j‘ai appris ce que je voulais savoir (c’était une expérience que je m’étais fixée quel qu‘en serait le résultat hors cela je l'avais fort bien «ciblé»),

2) - je laisse ce concours à la place qu’il avait déjà pour moi quand je vous ai demandé ce que vous pensiez de ma participation …  

À part cela il est fort probable qu’en matière de produits beaux-arts je reste fidèle à mes fournisseurs habituels (pourquoi irais-je vers d’autres ?), et que je continuerai de conseiller à mes nombreux stagiaires et non moins nombreux élèves (y compris en formation institutionnelle) ces mêmes fournisseurs desquels je suis tout à fait content sans qu’ils organisent forcément de superbes concours .

À bientôt pour d’autres aventures, je vous reparlerai de bien beaux voyages récents et à venir (avec aquarelles, croquis et peintures associés) que j’ai organisés autant pour vous que pour moi, et nous partagerons ensemble ce véritable plaisir de travailler sur le motif que rien ou pas grand-chose ne peut vraiment remplacer !

Ci-dessous les motifs que j’avais présentés au concours aquarelle Boesner 2011 et qui n’ont pas été sélectionnés dans les finalistes : A baie Halong 2Aquarelle réalisée sur le motif le 17 février 2011 au petit matin depuis la fenêtre de ma cabine sur la jonque qui mouillait en baie d’Halong .

Elle fait partie des rares travaux personnels qu’il m’est possible de réaliser pendant mes stages carnets de voyages sur l’une des pages à fond préparé pour l’aquarelle d’un petit carnet (celui où j’avais fait la démo du lac Lugu pour ceux qui m’avaient suivi au Yunnan) que j’ai moi-même conçu en assemblant plusieurs feuillets de papier à dessin (et non aquarelle), que j’ai spécialement traités pour obtenir des effets de texture fluides et transparents valorisant cette intéressante technique. Il y avait un peu de brume et du crachin, et nous ne savions pas encore qu’un drame s’était déroulé dans la nuit à quelques centaines de mètres de notre propre bateau …

Amazigh1

Aquarelle réalisée au retour des repérages destinés à la préparation du stage carnet de voyage «Grand Sud» dans la vallée marocaine du Draâ en 2005 faisant partie de mes carnets du Maroc (il s’agit d’une simple illustration) : elle pourrait tendre à prouver si besoin en était que je sais aussi réaliser des aquarelles au retour d’après photos et croquis de terrain, dans le respect des normes les plus classiques considérée comme si «ringardes» par certains …

nullAquarelle réalisée en «démo» sur le motif le 24 octobre 2009 en fin de journée dans les rizières de Yuanyang lors du stage du Yunnan … Elle fait partie de mon «carnet du Yunnan».

 null

Aquarelle réalisée au retour du stage carnet de voyage que j’avais consacré aux minorités ethniques du Vietnam au mois d’octobre 2010 : comme pour celle de la jonque en baie d’Halong elle est réalisée sur fond texturé que j’ai moi-même préparé (elle pourrait tendre à prouver si besoin en était que je sais aussi réaliser des aquarelles au retour d’après photos et croquis de terrain sur fond spécial préparé par mes soins) …

null 

Croquis aquarellé vite fait depuis l’auberge de Luoshui au bord du lac Lugu au Yunnan le 17 octobre 2009 en fin de journée : c’est l’une des femmes louant des chevaux aux touristes qui rentrait chez elle en passant devant l’auberge (nous venions de boire un verre un peu plus loin au bord du lac pour ceux qui y étaient et s’en souviennent encore, nous rentrions de notre périple en pirogues sur le lac, le groupe s'étant dispersé avant de nous retrouver pour le repas du soir)…

Partager cet article

Repost0
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 17:50

Juste encore pour vous dire que je ne vous oublie pas !

Bien sur je repondrai a vos nombreux commentaires au retour, je vous en remercie beaucoup, c'est vrai que c'est formidable de pouvoir communiquer ainsi entre deux coins du monde si eloignes ...

Ne vous etonnez pas des fautes de frappe : le clavier sur lequel je vous ecris ne comporte pas de touches d'accents, et j'ai l'impression d'etre un extraterrestre sur mon ordinateur .

Nous etions ce matin loin de tout dans un petit village aux maisons sur pilotis ou certaines femmes aiment fumer un tabac bien apre (je m'y suis essaye et je peux vous dire que j'ai cru m'intoxiquer !), dans des pipes a eau en tiges de bambous plus grosses que leur bouches et ou les bebes dorment dans d'etranges nacelles suspendues aux poutres du plafond .

Nous y avons realise de belles aquarelles entoures de gamins espiegles et curieux qui jugeaient a tour de role le rendu sur nos carnets des toitures en chaume de leurs paillotes, avec de grands eclats de rires et des sourires merveilleux .

Je vous reparlerai au retour aquarelles et photos a l'appui (cette fois je n'ai rien reussi a mettre en ligne) de ce magique instant de voyage dans un autre temps, qui faisait revivre au fond de moi les moments de mon enfance ou je decouvris la vie dans les rizieres en terrasses du Tonkin a travers les photos jaunies d'un vieille revue de l'Illustration au fond du grenier de ma grand-mere .

En regardant la brume lecher les pentes des pains de sucre calcaires ou ce petit village se blottit, avec en dessous les rizieres etagees ou femmes, hommes et buffles s'activent au repiquage du riz, j'ai compris que les images sepia de notre enfance pouvaient un jour devenir realite, et qu'il suffisait de le vouloir de toute son ame pour retrouver aussi tout un monde de purete, un peu comme si une tendre grand-mere avait fait reculer les aiguilles du temps ...

Partager cet article

Repost0
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 16:44

Communiqué :

Ce simple post, (l'accès à Internet n'étant pas évident pendant notre périple au Vietnam) pour rassurer celles et ceux d'entre vous qui s'inquièteraient pour mon groupe et moi-même suite au naufrage ce matin d'une jonque dans la baie d'Halong : ce n'est pas notre bateau qui a coulé, même si nous n'étions pas loin du drame au même moment .

Tout le monde dans notre groupe va très bien, nous venons d'arriver ce soir à Bin Minh en baie d'Halong terrestre .

La jonque sur laquelle nous étions est l'une des plus sécurisées et des plus "modernes" de la baie, nous y étions en parfaite sécurité !

Je poste dès que je peux un petit reportage sur l'une de nos journées d'arrivée à Hanoï, et en attendant je vous envoie à toutes et tous le meilleur de mes amitiés vietnamiennes aquarellées .

P.S.: je précise à ceux qui veulent me joindre sur le portable que je ne suis pas joignable en ce moment...

Partager cet article

Repost0
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 19:49

« 10 ans de peinture et de carnets de voyage cela se fête ! » … dit Ling PERRELET et de rajouter :

"Ce ne sont pas Les années qui comptent, ce sont les kilomètres ..." ainsi jauge-t-on l'état d'un véhicule .

On ne mesurera donc pas 10 ans de peinture par le nombre de tableaux réalisés mais par le chemin parcouru !

Cette exposition rassemble des oeuvres de la période 1999 - 2009 effectuées sous la houlette du peintre - plasticien Jean-Pierre Grélat .

J'espère avoir choisi les plus représentatives - sinon Les meilleures ...

J'aimerais surtout montrer l'évolution de mon travail et de mon regard ... une sorte de bilan pour éviter de faire fausse route pour la suite ou tout au moins pour garder le cap vers du meilleur !

Ling PerreletUn dessin très épuré de Ling

Les carnets de voyage c'est une autre démarche : transcrire sur Le vif les Impressions du voyage, communiquer par le biais du dessin aquarelle, essayer d'enfermer dans une page de carnet l'atmosphère d'un lieu ... et surtout de la restituer, voila un exercice ludique qui m'enchante et qui répond a mon goût pour l'anecdote et pour la narration .

Enfin, le carnet des 365 aquarelles de L'année 2006 a aussi été un voyage en soi ... dans La discipline autant que dans le défi .

Antoine PerreletTrès épurée aussi mais dans un style très différent, une théière d'Antoine...

         Par amour du thé : ma théière dans tous ses états !

(Antoine Perrelet)

Grâce à mon épouse qui m'encourage à peindre et à Jean-Plerre Grélat qui me donne Les outils et transmet son grand savoir-faire de peintre-plasticien-explorateur de moyens, doublé d'un enthousiasme sans bornes, je me suis mis a observer ces objets du quotidien dont je fais un large usage.

  À travers une multitude de techniques (classiques à l'huile, mixtes et "sauvages" - bitume, mordants et j'en passe -), j'ai tenté de mettre en avant l'intérêt esthétique que suscitent en moi les théières ...

MP Navigator EX 0002 a

Partager cet article

Repost0
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 19:14

Nous partons aujourd’hui sur l’une des plus belles routes de Haute Corse avec Jacques ALBERT…

Son carnet reflète la lumière et les senteurs de sentiers escarpés menant à d’adorables villages perchés, sans oublier Calvi et l’Île Rousse les deux «capitales» des lieux.

On entend le bruit de la mer en regardant ses aquarelles, une mer Méditerranée qui se révèle vite à la verticale puisque du Désert des Agriates au massif du Monte Cinto, de l’Ostriconi au pays de Sevi-in-Fora, ce territoire singulier et merveilleux offre presque toujours un regard dégagé vers le large où domine le bleu.

Le regard attentif de Jacques sur le maquis Corse : l’une de ses pages qui nous enivrent de senteurs toutes méditerranéennes…

En cliquant sur cette page vous ouvrirez ce carnet, vous permettant de le voir en plein écran. Si de la pub s'affiche en bandeau en arrivant sur le site qui héberge ce carnet n’hésitez pas à la supprimer car je n’ai pu l'écarter de cette publication: vous aurez plus de plaisir à en tourner les pages avec le pointeur de la souris…  

Nous retrouverons certainement Jacques ALBERT lors de prochains voyages mais pour aujourd’hui c’est avec ravissement que nous découvrons ce premier carnet.

 

Petite note d’information concernant ce blog : si pendant quelques semaines aucun article n’est programmé ce n’est pas que je vous oublie bien au contraire, je serai à nouveau à sillonner les routes vietnamiennes à la rencontre d’autres images, d’autres reportages et émotions à partager…

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 01:47

Partez avec cette aquarelle pour un week-end en amoureux dans une ville du Sud-Ouest, Toulouse, l'une des plus attrayantes destinations en France.

Cette ville possède un patrimoine architectural riche et l'ambiance qui y règne est remarquable, vivant aussi bien à travers l’art, la culture, la gastronomie et le plaisir des bonnes choses dans la vie. Les hédonistes seront aux anges. Toulouse a même été élue l'un des meilleurs endroits pour vivre en France.

Même sur un court week-end, vous pourrez profiter des marchés colorés du dimanche matin, des cafés atmosphériques, classiques et romantiques, et des excellentes brasseries gastronomiques des bords de la Garonne.

La belle Toulouse aussi surnommée la Ville Rose, un nom qui lui va à merveille, exprimant toute l'ambiance de la ville à l’architecture se parant de nuances chaudes, avec son magnifique centre historique vieux de plusieurs siècles: flânez dans les étroites rues pavées, admirez l’architecture médiévale, les anciennes maisons des marchands du 15ème siècle, les superbes églises et la somptueuse place du Capitole avec ses imposantes arcades du 18ème siècle.

L’idéal est de vous trouver un hôtel dans le centre ce qui vous permettra de tout faire à pied, autrement, il vous faudra avoir recours à une location voiture car la ville, avec près de 450 000 habitants, est étendue !

Ne manquez pas de visiter l'extraordinaire Basilique St Sernin, considérée comme la plus belle église romane en Europe. Au delà de cette âme médiévale, la ville offre d’élégants boulevards, de très jolis parcs et jardins, et de magnifiques promenades le long la Garonne ou du Canal du Midi.

Une collection de beaux musées logés dans de magnifiques bâtiments historiques saura ravir les amateurs d'art.

Fief d’Airbus, la ville n’a pas manqué de créer la Cité de l'Espace, un musée de l'espace fantastique avec un planétarium incroyable.

Vous pourrez jouir ici d'une vie culturelle variée avec des concerts jazz, musique classique, ballet, théâtre et de nombreux festivals internationaux.

Si je vous parle aujourd'hui brièvement de la Ville Rose, un peu comme dans un guide touristique, avec cette sorte de détachement qui ressemble à de l'indifférence, c'est pour mieux garder le secret de tout ce que vous y découvrirez lors d'un week-end romantique …

Une façon sans doute déguisée pour dire qu'elle est si belle et attachante qu'on ne peut aimer cette ville qu'avec une profonde et indicible passion … 

Plus rose encore lorsque tombe le soir. Romantiques et douces promenades aux crépuscules d’été face au Pont Neuf et à l’école des Beaux-Arts le long de la Garonne…

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 00:52

Ce n’est pas un hasard si je vous parlais de la Costa Brava dans le précédent article: - peut-être vous souvenez-vous de Dominique VILLARD et des pages de carnet qu’elle avait réalisées entre Collioure et Cadaquès lorsqu’en invités nous découvrions son magnifique pays Catalan?  

Eh bien, de sa lumineuse Catalogne au non moins lumineux Pays du Soleil Levant, des rivages de la Méditerranée à ceux de la Mer Jaune, Dominique nous entraîne aujourd’hui dans un voyage vivant et multicolore comme un manga, à travers sa visions de deux capitales dans le carnet de voyage charmant dont elle nous offre la primeur, avec générosité, gentillesse et talent.   

Ses compositions à la fois simples et spontanées, empreintes de fraîcheur et de légèreté donnent à ce carnet une poésie dégageant une certaine force, mystérieuse et colorée.

On retrouve avec ravissement comme dans toutes ses créations, le miroir de l'âme des lieux dont elle s'est imprégnée lorsqu'elle les a traversés...

Ce n'est pas la couverture de son carnet mais l’une de ses premières pages sur laquelle j’ai rajouté le titre et le nom de l’auteur.

Cependant elle dénote bien l’esprit dans lequel il est réalisé, un regard empreint d’une sensibilité jubilatoire et presque émerveillée où les artifices et l’esprit synthétisé des deux capitales n’ont pas échappés à Dominique VILLARD…

L’une de mes pages préférées: quelques aquarelles réunies dans ce simple collage sont suffisantes pour nous plonger dans une atmosphère où tout rajout textuel devient inutile et superflu… Vous découvrirez toutes les autres en feuilletant son carnet.

Un grand merci Dominique pour ce partage d’évasion et de poésie !

En tournant les pages de ce mini carnet avec le pointeur de la souris vous pouvez feuilleter ce carnet de voyage «Tokyo - Séoul» d'une trentaine de pages, mais si vous voulez bien mieux le visualiser n'hésitez pas à cliquer sur le lien permettant de le voir en plein écran . Si de la pub s'affiche en bandeau en arrivant sur le site qui héberge ce carnet n’hésitez pas à la supprimer car je n’ai pu l'écarter de cette publication: vous aurez plus de plaisir à en tourner les pages toujours avec le pointeur de la souris …

Et pour en sortir il suffit d'appuyer sur la touche "échap" (Esc) de votre clavier, ne l'oubliez pas !

Partager cet article

Repost0
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 17:40

Revenons en Costa Brava.

Nous y avions parcouru de splendides itinéraires entre Collioure et Cadaquès il n’y a pas si longtemps que cela.

Mais c’est aujourd’hui vers de plus vastes rivages que vous allez voyager …

 

En fait, la Costa Brava s’étend sur près de 160 kilomètres avec des côtes abruptes typiques de sa si séduisante région catalane dans le nord-est de l’Espagne. Sa beauté naturelle, ses  plages de sable fin à perte de vue et de soleil d'été en font une destination évidente pour les tour-opérateurs alors que l'industrie des vacances all inclusive a décollé dans les années 1960. 

 

Maintenant, vous pouvez y trouver de modernes centres touristiques internationaux avec plus d’un hôtel gratte-ciel côtoyant les villages de pêche préservés, à l'abri des criques rocheuses. Vous pourrez y découvrir un logement typique beaucoup plus charmant que ces tours hôtels modernes. 

 

Projetez-vous dans les premiers véritables jours de beau temps en Costa Brava, dans quelques semaines à peine : pour vous évader de la foule omniprésente et avoir la chance de vous baigner dans la mer Méditerranée, pensez surtout à y aller pendant la sieste de l'après-midi et après le dîner pour un petit bain au coucher de soleil !

Outre les avantages évidents de ses nombreuses et magnifiques plages, la Costa Brava (qui signifie Côte sauvage en espagnol) est aussi une base idéale pour découvrir les innombrables richesses de la Catalogne.

 

La capitale régionale,  Barcelone est l'une des villes les plus fascinantes de la planète avec son époustouflante architecture de Gaudi, le musée Picasso, le village olympique et le célèbre  boulevard Las Ramblas. 

 

Le musée Salvador Dali à Figueres est l'un des spots touristiques les plus populaires avec le monastère bénédictin de Montserrat, perché au milieu des formations rocheuses extraordinaires des montagnes du nord-ouest de Barcelone.

Cap Créus

Les splendides couleurs de la Costa Brava au Cap Créus . Aquarelle Alain MARC 

 

Pour un sortie en  famille, il est très populaire d’aller faire un tour à Palafolls où se situe Marineland, un parc aquatique magnifique avec des dauphins, des orques,  des loutres, des spectacles d’oiseaux, la maison des reptiles et le zoo, très apprécié par les petits.

 

Rosas est la plus grande station balnéaire sur la partie nord de la Côte Sauvage, elle est situé à seulement 30 km de la frontière française.

Ce port de pêche très ancien est maintenant une destination touristique populaire qui a réussi à conserver une grande partie de son charme originel. Malgré quelques hôtels grossiers, la  ville a échappé au bétonnage du littoral qui caractérise malheureusement aujourd'hui la plupart des villes côtières espagnoles.

 

Pour vous évader, allez faire un tour à Cadaquès, au nord de Rosas, c’est une adorable petite ville qui a su préserver sa beauté traditionnelle (vous y étiez en aquarelle il y a encore peu de temps, n’hésitez pas à faire le chemin pour vous y retrouver réellement).

 

Enfin un dernier mais fort utile conseil : la Costa Brava est une région superbe, mais il vaut mieux y aller hors saison pour éviter la cohue des grandes vacances !

Port-Llegat

Petite anse sur la Méditerranée à Cadaquès . Aquarelle Alain MARC 

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 07:30

Si vous êtes plutôt du genre à vous dépenser pendant vos vacances, la transmarocaine est un raid multisports de 9 jours alliant le sport et la découverte d’un pays d’une beauté exceptionnelle.

La richesse de la nature, la diversité des sites et l'attrait pour les activités de plein air font du Maroc un lieu de vacances sportives idéal. 

Cette course d’orientation révèle le potentiel de ce beau pays en alliant les valeurs fortes de l'éco-tourisme, l'amour de la nature, respect de l'environnement et de la convivialité. L’ensemble des participants apprécieront le Maroc et ses contrastes au cours de cette manifestation sportive.

La course est conçue pour que chaque équipe choisisse le niveau de difficulté de son parcours en utilisant des balises facultatives distribuées tout au long du chemin.

Même si vous êtes dans une équipe très compétitive qui souhaite décrocher la première place,  vous profiterez de la balade tout autant que les autres. C’est le but de ce séjour. Alors, évitez de céder à la pression d'atteindre le haut du classement. Garder en tête que l’objectif de cette course est de s’amuser.

Quelles sont les participants ? L'âge moyen des participants est de 35 ans, actifs et aventureux. Vous trouverez une majorité d’hommes (70%), mais les femmes se font de plus en plus nombreuses chaque année. Les participants reviennent enchantés de raid, appréciant tout particulièrement le coté ludique et le fait que cette course soit accessible à des sportifs amateurs, le niveau de difficulté n’est pas très élevé car les organisateurs mettent l’accent sur la découverte des paysages et l'ambiance conviviale.

Comment s’y rendre ? Tout d’abord la course se situe entre Ouarzazate et Marrakech, dans le Haut Atlas. Je vous conseille de prendre un billet d’avion pas cher via les compagnies aériennes à bas prix, et réservez un hôtel afin de vous préparer une nuit avant à la course.

Alors, si vous êtes tenté, commencez à former une équipe pour le prochain raid. Explorer, donner, partager, respecter ... sont les valeurs de la Transmarocaine. Des vacances éthiques aux couleurs ocres du Maroc.

Alain MARC village-Atlas

L'un des villages typiques du Haut-Atlas qui sera traversé par la Transmarocaine en mars prochain, au milieu de paysages somptueux  : un lavis tout simple avec dessin au feutre blanc sur papier kraft, la plus efficace des façons pour traduire une réalité complexe permettant  de s'affranchir du paysage environnant, en laissant l'imagination le resituer dans sa part de rêve . Et si vous voulez en savoir plus sur la course elle-même, c'est ici qu'il faut cliquer !

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 13:16

C’est le titre d’une nouvelle catégorie d’articles que vous allez découvrir dans ce blog …

Vous avez été très nombreuses, nombreux, à parcourir mon article d’hier consacré à Yves GIROUD au Vietnam, et je tiens à vous en remercier . Lisez-moi jusqu’au bout, vous comprendrez mieux .

Il faut dire que ce que j’ai essayé de faire là est peu commun (peut-être même unique ?) dans les journaux en ligne sur Internet consacrés aux carnets de voyages : effectuer un reportage vidéo sur un carnettiste particulier et son travail au cœur de l’action dans un pays lointain !

Chose rare car difficile à réaliser, l’un des objectifs que je me suis fixés pour vous en 2011.

Dans le cas de ce reportage la tâche était d’autant plus difficile que je devais accompagner mes autres amis (es) en stage avec moi au même moment, et gérer le suivi de la mise en pratique de leur formation initiale sur le terrain sans défavoriser en rien le sérieux et la constance de mon accompagnement, de mon rôle d’animateur et maître de stage .

Gros travail :

- d’adaptation, de concentration ou d’improvisation sur place au moment du tournage des séquences, effectué avec la plus grande discrétion possible pour ne déranger ni le groupe, ni les intervenants extérieurs, ni le planning initial (je tiens d’ailleurs à remercier ici tous les participants à mes derniers voyages pour leur compréhension, leur soutien et même leur aide dans mes moments «vidéastes» !),

- d’écriture, notes et suivi script le soir toujours sur place (parfois fort tard puisque impossible à réaliser seul dans la journée) dans la tranquillité de ma chambre d’hôtel une fois la journée terminée (classement sommaire, recherche, et annotation des prises de vues + réadaptation et analyse de l’évolution des scénarios possibles, etc.) en plus de la gestion de toutes les notes et de mon travail concernant le stage en cours lui-même,

- de réalisation et post-production au retour, (même pour une petite vidéo de 5 minutes je vous assure que c’est un énorme travail pour un bonhomme tout seul depuis le dérushage, la postsynchronisation, le mixage, etc. jusqu’au montage final de la vidéo),

- d’étalonnage numérique avant finalisation (ce n’est pas du véritable étalonnage tel qu’il est réalisé au cinéma et à la télé mais certaines séquences ayant été tournées de nuit ou volontairement tournées surexposées pour être ré exploitées ultérieurement en incrustation comme la scène de la fin où Yves travaille sur le pont du bateau avec sur son carnet le paysage qui défile : hors j’y passe tout de même des heures), afin d’obtenir un équilibre chromatique et lumineux visuel de lecture sans heurts,

- enfin de finalisation, compression et mise en ligne pour que vous ayez la vidéo de la meilleure qualité possible compte tenu de mon peu de moyens …

Alors si «Un voyage, une aquarelle …» est le titre d’une nouvelle catégorie d’articles que vous allez découvrir dans ce blog, c’est d’abord pour vous remercier d’avoir été si nombreux à suivre l’article consacré à Yves et ensuite pour mettre en pratique l’une de mes résolutions vous concernant à travers ce blog en 2011 : le faire évoluer vers une dynamique qui soit plus intéressante, instructive, ludique et variée pour vous !

«Un voyage, une aquarelle …» sera une invitation au voyage .

Donc (vous allez le voir au prochain article) un petit reportage, (généralement léger et «sans prise de tête») sur un pays, une région, une ville, ou même une particularité locale (par exemple un évènement, une province française ou étrangère) : en fait un voyage avant le voyage, avec la mise en valeur de différents liens très utiles (en bleu dans le texte) que je vous conseille de cliquer si cette invitation au voyage vous tente, car ils vous ouvrent des portes en solutions pratiques (possibilités et adresses touristiques, de transport, d’hébergement, etc.) .

«Un voyage, une aquarelle …» sera enfin illustré d’une aquarelle originale en rapport avec le reportage en question, une aquarelle spécialement mise en ligne à votre intention .

Alors à très bientôt ?

Pour vous donner «l’eau à la bouche» je vous emmène aujourd’hui à Tiznit avec cette petite aquarelle (mais sans l’article qui va avec : cela c‘est avec une destination marocaine différente à celle-ci pour la très prochaine fois, vous en aurez la surprise et la primeur si vous n’en ratez pas la parution car elle vous intéressera d'autant plus si vous êtes sportives ou sportifs …) .

Tiznit : une adorable petite ville de la côte Atlantique du grand sud marocain entourée de remparts ocres et orangés, vision magique lorsque le soleil levant lèche ses longues murailles de pisé aux premières heures de la matinée… (nous y passerons d‘ailleurs lors de notre périple en 4 x 4 d’avril prochain, au fait n'écrivez plus pour ce stage car il n‘y a plus de place !) .

Partager cet article

Repost0