aveyron - carnets de voyages et balades - Aquarelliste et peintre voyageur
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Aquarelliste et peintre voyageur
  • Aquarelliste et peintre voyageur
  • : En peinture, l'art de l'aquarelle est un mode d'expression qui va des carnets de voyages à la création de tableaux : en voici les différentes facettes inspiratrices, techniques et créatives selon Alain MARC ...
  • Contact

Me joindre, les stages, etc. :

Pour m'écrire, cliquez ici

Pour le calendrier des stages 2022 cliquez ici

Plein de nouveautés vous attendent !

(pour les tarifs et disponibilités me les demander directement en cliquant ici)

-  Les stages "aquarelle" dans l'Hexagone sont ouverts aux débutants et aux pratiquants déjà confirmés souhaitant se perfectionner : ils ont pour but d'apporter efficacité et aisance d'expression à l'aquarelliste de terrain. Nombreux sont les aquarellistes issus de mes stages ou passés s'y perfectionner depuis 4 décennies...
- Les stages "carnets de voyages" sont une véritable immersion dans la pratique du carnet de voyage et de l'aquarelle sur le terrain, orientés "autonomie" ils sont ouverts aux stagiaires ayant assez de pratique pour en profiter pleinement . De la Provence au Jura Oriental et jusqu'en Aragon, ce sont quelques destinations où vous pourrez aller en 2022...

- Tous les stages sont différents, n'hésitez pas à m'en demander les informations par courriel (voir plus haut) .

-------------------------------------------------------------------------------------------

Voici où trouver vos meilleurs

produits aquarelle

et carnets de voyage

chez "Aquarelle et Pinceaux" .

En cliquant sur l'image ci-dessous, vous accédez à mes choix

 personnels de fournitures et couleurs les plus belles et efficace

en aquarelle de voyage. Ensuite, en cliquant sur chacune d'entre-elles,

vous pouvez les commander directement chez Aquarelle et

Pinceaux sans avoir à chercher les références dans leur catalogue :

Fournitures, produits et couleurs aquarelle
Fournitures, produits et couleurs aquarelle

Vous aimez ce blog ?

Alors, découvrez le site d'Alain MARC :

width="300"

 

Et abonnez-vous à sa newsletter,

cliquez sur ce bouton :

vous y retrouverez tous les futurs articles publiés ici,

plus complets, plus documentés,

plus riches, dans le respect et

la confidentialité de vos données personnelles !

(Et n’oubliez pas de confirmer dans l'e-mail sui vous sera envoyé pour vérifier votre adresse !)

-----------------------------------------------------

Extraits vidéo d'Aquarelle en Voyage :

 

 

Recherche

Partenaires

Voici où trouver vos meilleurs

produits aquarelle

et carnets de voyages :

chez "Aquarelle et Pinceaux" !

En cliquant sur l'image ci-dessous, vous accédez à mes choix

 personnels de fournitures et couleurs les plus belles et efficace

en aquarelle de voyage. Ensuite, en cliquant sur chacune d'entre-elles,

vous pourrez les commander directement chez Aquarelle et

Pinceaux sans avoir à chercher les références dans leur catalogue :

Fournitures et couleurs aquarelle

 

 

Andalousies

«Andalousie, la Route d’Alain MARC», carnet de voyage de Pierre NAVA
Découvrez article après article en cliquant sur les vignettes ci-dessous le carnet spontané de Pierre m’accompagnant en Andalousie, et les «Petites Histoires vidéo» qu’il m’a inspirées :

La-Barca-1b-Pierre-Nava.jpg

Préambule

La Barca 2a Pierre Nava

L'étape de Peniscola

Andalousie b Pierre Nava

Sur la route de l'Andalousie...

Moulin-b Pierre-San Jose 2

Au Cabo de Gata

Bateau Pierre Isleta 3b

La Isleta del Moro

Huebro Pierre vignette

Huebro, la montagne enchantée

Pierre-Nava-Guadix-4-copie-1

Guadix, les maisons troglodytiques

Rio Fardès

Le rio Fardés

2 janvier 2006 1 02 /01 /janvier /2006 17:04

Bonne Année 2006 : émerveillez-vous !

Toujours en Aubrac : la forêt est aussi jolie que celle du « Monde de Narnia »  !… (photo Alain MARC)

Dire que je vous avais préparé une magnifique page pour le jour de l’an !

… Et puis rien, sur mon blog rien du tout ce jour-là, j’étais aux abonnés absents .

Surtout ne vous en fêtes pas (non ce n’est ni un lapsus ni une faute de frappe), je ne vous avais pour autant pas oublié, vous étiez simplement avec moi différemment .

En voici la preuve par laquelle vous en viendrez à constater comme moi que la notion du temps est relative, et bien qu’elle nous assomme tous les ans d’une année de plus il est possible comme le pensait ce cher Einstein de la considérer autrement .

C’est ce qui se produisit pour moi le jour et le lendemain de la Saint-Sylvestre, grâce à la puissance de l’émerveillement …

C’est comme un conte de Noël déplacé au jour de l’an, comme un retour dans un monde oublié depuis pas mal de temps déjà .

Mais voilà, quand un petit Jo déboule du haut de ses huit ans (appelons-le « Jo » pour protéger son anonymat), au diable réveillon et cotillons, vive un retour dans l’enfance bien plus intéressant !

Pour lui l’après-midi avait déjà bien commencé : avec sa première leçon de ski de fond sur le plateau de l’Aubrac .

Nous étions passé louer des skis dans la jolie petite station de ski de Laguiole, mais c’est loin de la foule bariolée et des remonte-pentes qu’il fit ses premières foulées dans le silence et l’immensité de la montagne balayée de brumes et de vent . (photo Alain MARC)

Il a patiemment appris ses premiers gestes nordiques, équilibre et souplesse, dosage des appuis, pas tournant, alternance de la foulée, synchronisation de la poussée, positions de montée et de descente, freinages les plus simples, techniques de relance, etc., etc.

Il est tombé de moins en moins souvent, assimilant vite, en redemandant encore alors que la nuit allait tomber …

Le soir en guise de réveillon, cette journée s’est terminée par une séance de cinéma : nous avons été voir « Le monde de Narnia » qui vient de sortir sur les écrans .

On peut plus que jamais parler de 7ème Art, car même si le coréalisateur de « Srek » peut être critiqué sur la façon dont il a adapté le conte de C.S. Lewis (la critique est facile !), Adamson a eu le mérite d’empreindre de magie cette belle histoire grâce à ses effets spéciaux magnifiques et à son immense talent de spécialiste du film d’animation .

Il y a longtemps que je n’avais été touché de la sorte par un comte merveilleux . Pas simplement parce qu’il allumait des étoiles de bonheur dans les yeux du petit Jo, mais aussi parce qu’il réveillait en moi le garçonnet que je suis resté au grand désespoir d’une bonne partie de ma famille .

Sans doute aussi parce qu’il touche à la mythologie et qu’il redonne au rêve sa part de réalité, tentative risquée dans la matérialité du monde qui nous entoure au quotidien . 

Des traces en relief ? … Par quel sortilège le monde se mettrait-il à l’envers ? (photo Alain MARC)

 

Au retour, nous avons beaucoup discuté : de la capacité à s’émerveiller, de l’importance de l’imaginaire, de celle des mythes, de leur rôle dans l’histoire des cultures et des civilisations, du rapport entre les personnages de la mythologie et le sens du voyage comme approche d’autres formes de connaissance …

Petit Jo n’est pas avare de remarques et de questions . Il admet que si les belles histoires n’existaient pas, il faudrait les inventer pour nous faire rêver, pour nous aider à échapper à la dureté de l’existence, et aux difficultés du quotidien .

Il comprend déjà que ce qui est primordial en tout cela c’est ce que nous pouvons y puiser, ce que nous allons en retenir, le sens et la force des symboles qui doivent s’en dégager . Il voit qu’il suffit de chercher pour trouver derrière les apparences d’étonnantes réalités .

En s’endormant ce soir-là entouré de minotaures effrayants, de faunes et de centaures bienveillants, il pressent bien qu’il y a deux façons de se divertir : pour oublier le temps qui passe sans se poser de questions, ou pour élargir sa conscience en nous enrichissant intérieurement, autre moyen plus accomplissant pour nous libérer de l’emprise du temps … 

Animal étrange et fantastique : est-il sculpté par le vent, ou monte-il la garde à l’entrée du territoire de la Sorcière Blanche ? (photo Alain MARC)

 

Le lendemain matin, pour envoyer ses vœux à son oncle d’Afrique, il a dessiné un skieur et un bonhomme de neige, en me disant : « - tu sais, je veux en faire un dessin animé : ce sera l’histoire d’un bonhomme de neige qui évite de se faire écraser ! »

Nous nous sommes mis à l’ordinateur . J’ai expliqué à Jo le fonctionnement du logiciel de dessin, l’enchaînement des images, leur réduction de poids et de dimension, leur compression au format GIF, etc., je vous assure qu’il a voulu se débrouiller seul .

Voilà le résultat :

"Skieur et bonhomme de neige" la première animation du petit "Jo" .

 

Nous sommes tous petits bonhommes de neige ou skieurs .

On fonce ou on contemple la vie .

On se déplace ou on voyage sur place .

Lorsqu’on est bonhomme de neige, si on rêve un peu trop la tête dans les nuages, on risque bien de se faire écraser par quelque skieur : il faut vite réagir lorsqu’on nous fonce dessus si on ne veut pas disparaître !

Et si l’on veut reprendre sa place, on vous fonce toujours dessus !

Et Jo de me poser de nouvelles questions : « - qui est le plus fort ? le skieur ou le bonhomme de neige ? - vaut-il mieux affronter ou esquiver ? - l’art de l’esquive n’est-il pas un art de combat ? » Et de conclure : « … le bonhomme de neige vivra plus longtemps s’il maîtrise l’art de l’esquive . »

C’est-ce que je vous souhaite également avec mon petit Jo en plus de tout le reste pour cette nouvelle année 2006, ... en attendant le dégel !

  

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2005 4 29 /12 /décembre /2005 23:34

Aquarelle et randonnée en raquettes en Aubrac .

 

En montant au Puy d’Alte-Teste, on abandonne progressivement la vallée, et après la traversée du bois des Vergnes la vue se dégage sur l’horizon par-delà le sillon du Lot jusqu’au Causse Comtal et au Lévézou … (photo Isabelle D.)

Il paraît qu’il fait un temps de chien sur presque toute la France !

Raison de plus pour remonter en Aubrac où le soleil a rendez-vous avec la neige .

Je suis avec Isabelle et Serge, de bons copains .

L’objectif ? - Ils connaissent bien le secteur du Mailhebiau, et je ne me fais pas prier pour partager avec eux cette balade loin de tout, de buron en buron sur les crêtes dominant les boraldes sud du haut plateau . Je prends simplement crayons, couleurs, bloc et pinceaux dans le sac à dos .

Skis vite chaussés, quelques foulées en terrain vierge, et c’est la catastrophe : l’un de mes bâtons casse au bout de cent mètres !

… Il faut dire que la belle neige de la semaine dernière s’est transformée en glace vive, de la glace à perte de vue, et quand ce n’est pas de la glace c’est une sorte de banquise croûteuse et irrégulière pratiquement « inskiable » . Il faut déchausser et mettre les raquettes, qui sont maintenant de magnifiques outils à arpenter la montagne avec leurs crampons à pointes d’acier et leur forme adaptée à la marche soutenue en tout terrain hivernal . Je garde le bâton cassé, toujours utile et moins handicapant qu’avec les skis !

Direction le sommet d’Alte-Teste (tête haute en occitan), le plus haut point d’Aveyron à 1448m . Le paysage est prodigieusement beau, la vallée encore un peu sous la brume, et si ce n’était ce vent glacial, on resterait longtemps contemplatifs devant cet horizon bleuté et les glaçons étincelants accrochés aux branches des feuillus décharnés de la pente .

Le trajet que nous suivons permet en une quinzaine de kilomètres de traverser des lieux particulièrement sauvages et de découvrir 5 à 6 burons abandonnés . Nous ne rencontrons personne de la journée, si ce n’est deux autres randonneurs près de la ferme des Vergnes .

Aussitôt après le sommet d’Alte-Teste, c’est un univers très différent qui nous attend : balayé par les vents, le plateau s’étend à perte de vue à peine ponctué par endroits du toit de quelque buron dépassant des congères …

Le plateau de l’Aubrac vu de l’Alte-Teste : aucune proéminence ne paraît plus haute qu’une autre … (photo Alain MARC)

 

 Bientôt, nous redescendons vers le bassin du Malramont où le buron de la Pelle du Trap dort comme un vaisseau échoué … Il s’abrite au début d’une vague dépression ; j’en réalise rapidement un petit croquis aquarellé avant de rejoindre mes amis pour le casse-croûte de midi, protégés du vent derrière le mur sur une grande congère bien au sud .

Le buron de la Pelle du Trap vu du nord-ouest pendant que je le dessine à cent mètres de là ; au fond derrière, le début de la forêt de Cazalès . (photo Isabelle D.)

Le projet de voir tous ces « masucs » (le nom occitan des burons), les dessiner et enchaîner dans la foulée l’Alte-Teste et le Mailhebiau, ne nous laisse guère de temps et nous rejoignons rapidement le buron suivant : c’est le buron du Trap Haut, tout talqué de neige lui aussi, qui a fière allure dans sa blanche solitude .

Les deux parties qui constituent un buron : « l’ habitat-fromagerie » des buronniers, et la porcherie .  (photo Isabelle D.)

 La porcherie est presque aussi grande que la bâtisse qui abritait l’habitat des bergers et la fromagerie . C’était une économie très structurée qui fonctionnait il y a peu de temps encore ici pendant toute l’estive : les bergers vivaient en autarcie tout l’été, chacun assurait sa besogne dans le respect de la tradition pour participer à la gestion des troupeaux et à la fabrication du fromage de Laguiole . Les petit groupe était hiérarchisé de la même façon dans tous les « masucs » et du responsable fromager (le « cantalès ») jusqu’au garçon à tout faire (le « roul »), petit moussaillon de cet étrange équipage, tout le monde s’affairait dans la montagne loin de l’agitation des villes et des migrations touristiques de la belle saison .  La porcherie permettait d’écouler le petit lait de la fruitière, le buron était généralement bâti près d’une source où se trouvait l’abreuvoir, et l’ensemble possède peu ou pas de fenêtres, le bâti solidement ancré dans le sol paraissant encore plus massif avec ses murs de basalte et granit, et sa toiture de lourdes lauses d’ardoise .

Là, je vais abandonner, car l’eau gèle au fur et à mesure où elle sort du réservoir du pinceau malgré l’alcool rajouté et le fait que je le range régulièrement dans la poche intérieure de mon parka ; il faut dire qu’il doit faire entre moins dix et moins quinze !  (photo Serge D.)

C’est quand elle est là qu’il faut profiter de la neige pour la peindre : c’est l’une des raisons qui me font aimer la neige, nous verrons dans de futurs articles comment réussir ce type de sujet …

Et puis, loin des tracas de la circulation routière, rien n’est plus beau, plus simple, plus pur …

J’y retrouve cette virginité si émouvante des sources, des torrents de montagne, de la lumière immaculée d’un ciel matinal, avant que le soleil ne se lève et qu’il est plus transparent encore depuis le sommet des montagnes !

 

Esquisse sur le motif des deux burons du Trap avec les crêtes du Bois du Cau que nous avions à gauche en montant à Alte-Teste .  (aquarelle Alain MARC)

En descendant vers le « masuc » de la Rozière Basse, la croûte neigeuse devient plus tourmentée, elle est comme un océan figé où le buron que nous laissons derrière nous paraît disparaître comme un esquif à la dérive …   (photo Alain MARC)

 

Le buron de la Rozière basse avec son énorme congère, vu de l’ouest .  (aquarelle Alain MARC)

Le même vu du nord : comme il a dû résister ce petit arbre à deux troncs, pour tenir encore debout malgré les tourmentes et les hivers successifs autant que la brûlure des étés d’altitude !  (aquarelle Alain MARC)

 

Tout autour, on retrouve ce « Grand Nord » de chez nous comme nous aimons le partager entre amis : tel une désertique banquise, avec sa vie secrète (un lièvre est passé par-là il n’y a pas très longtemps), et son impression d’immensité !   (photo Alain MARC)

Ensuite, c’est la traversée de la plaine de la Rode qui mène à la forêt de Cazalès . En cette saison, le GR 6 qui fait le tour de l’Aubrac n’est plus qu’un vague souvenir pour randonneurs d’été …

Mais il peut aussi être pratiqué en hiver à skis ou raquettes à condition de bien connaître son itinéraire, d’être prudent et solidement équipé, de s’être bien organisé pour ses étapes et de respecter son horaire : alors on peut découvrir des croix comme celle de la Rode dans leur simple et bouleversante beauté .

Elles sont de basalte ou de granit, et paraissent surgir du fond des âges, portant avec elles la mémoire d’un mégalithisme perdu autant que l’affirmation farouche à témoigner de la foi jusque dans les lieux les plus déshérités !

La croix de la Rode, au milieu de nulle part …  (photo Alain MARC)

Montée vers la forêt des Cazalès .  (photo Isabelle D.)

Sortie de la même forêt …  (photo Isabelle D.)

C’est la montée vers les pentes du Mailhebiau, où se rejoignent les reflets de la glace, et les rayons du soleil .  (photo Alain MARC)

Au somment du Mailhebiau, la neige a été soufflée par la tourmente .

Seuls à traverser la glace : les piquets des clôtures de pâturage, qui ont à présent une allure polaire totalement inconnue des randonneurs de la belle saison …  (photo Alain MARC)

Partager cet article

Repost0
26 décembre 2005 1 26 /12 /décembre /2005 23:20

Aquarelle et randonnée à skis en « Grand Nord » de proximité .

Quoi de plus tentant que de quitter les pistes, pour partir à la découverte d’un paysage inviolé, entre blocs erratiques et petits burons endormis ? (photo Alain MARC)

 

Le ski nordique n’est pas le ski de fond tel que nous le pratiquons sur pistes .

S’il emprunte aux techniques modernes la gestuelle la plus connue (le skating, qui ressemble plus au patin à glace ou au roller), il conserve de la tradition les enchaînements classiques comme la foulée alternative, le pas tournant, le stackning (sorte de « relance des 2 bras avec flexion, poussée sur les bras, redressement au niveau des hanches), et se pratique surtout hors piste, en terrain non damé, non préparé pour le ski de fond …

 

 

« À la rencontre du jour naissant » : une aquarelle que j’avais réalisée dans les années 70 … (aquarelle Alain MARC)

 

Alors que la France est plongée dans un épais brouillard, c’est le moyen de locomotion que j’utilise depuis plus de quinze jours pour parcourir un « grand nord » tout proche de chez moi mais au dessus des nuages, sous un soleil et une lumière d’exception .

 

 

L’inversion de subsidence caractéristique des anticyclones d’hiver, recouvre de sa mer de nuages la vallée du Lot et le Causse Comtal, laissant le plateau d’Aubrac émerger en plein soleil … (photo Alain MARC)

Notre Grand Nord à nous, ici, c’est l’Aubrac, ce bel Aubrac longtemps ignoré qui puise directement ses racines dans les glaciers qui le recouvraient encore il y quelques milliers d’années alors que la grotte de Lascaux était déjà ornée, et que les hommes du magdalénien allaient quitter leurs abris pour passer à d’autres formes de civilisation …

L’Aubrac l’un des derniers reliefs du Massif Central avec les Cévennes avant les plaines méditerranéennes, se situe à la rencontre de trois départements : le Cantal, l’Aveyron et la Lozère .

 

Dans cette extraordinaire période géologique, une calotte glaciaire recouvrait la région sur plusieurs centaines de mètres d’épaisseur .

Il en reste, sur ce plateau basaltique en forme d’ellipse (d’une surface de plus de 650 Km² pour une altitude moyenne dépassant les 1100 m), un relief doux, souvent plat, aux sommets modestes, avec des tourbières et lacs de surcreusement venus remplacer les pingos péri-glaciaires, ces zones d’eau stockées dans les tufs transformées alors en lentilles de glace .

Laguiole, Aubrac, Nasbinals font partie des villages les plus proches des points élevés de l’Aubrac, où de nombreux cours d’eau prennent naissance .

En quelque sorte le dépaysement total à côté de chez soi !

Le plateau de l’Aubrac vu du cimetière du village du même nom, enfoui sous la neige, l'ombre du clocher de l'église et de la "Tour des Anglais" se projetant sur plusieurs centaines de mètres dans la cuvette que domine le village  . (Photo Alain MARC)

 

Notre premier rendez-vous sera pour le village qui a donné son nom à cette région, le petit hameau d’Aubrac .

Arrivée à Aubrac : à l’altitude de 1350m, les quelques maisons du village se blottissent au pied de la Tour des Anglais, vestige médiéval de la domerie fondée par des religieux vers 1120 .  (Aquarelle Alain MARC)

 

La vie s’y déroule un peu comme en dehors du temps, chaque maison recouverte de son épais manteau de neige . 

Un petit chien qui n’a pas l’air d’avoir chaud sur la place d’Aubrac… (Photo Alain MARC)

 

Petite maison à la congère, derrière l’église d’Aubrac . (aquarelle Alain MARC)

Arrivée au buron du Couderc près d’Aubrac . (Photo Alain MARC : avec pied et  retardateur !)

Finalement, c’est d’ici qu’il est le plus joli, le soleil va se coucher et j’ai juste le temps d’en réaliser une ou deux esquisses ! (Photo Alain MARC : avec pied et  retardateur !)

Le même buron quelques instants plus tard … (aquarelle Alain MARC)

Je vous reparlerai des burons, ces ancestrales et émouvantes bâtisses qui parsèment l’Aubrac : ils servaient il y a quelques années à peine de maisons d’estive pour les bergers et de caves d’affinage pour la fabrication du Laguiole (ce bon fromage, produit bovin parent du Cantal) ; ils sont aujourd’hui abandonnés, certains s’écroulent, leur protection est urgente car ils constituent une part importante du patrimoine et de la mémoire rurale de toute cette région . 

Regard vers les bois de Brameloup, qui se parent des couleurs du soir de l’autre côté du ruisseau d’Aubrac, où se trouve « Lou saltou del grel » . (aquarelle Alain MARC) 

« Lou saltou del grel » a disparu sous le neige, et à l’heure où j’y arrive, croquis et photos sont inutiles car la nuit va tomber, j’y reviendrai un autre jour (« Lou saltou del grel » c’est le nom d’une jolie cascade sur le ruisseau d’Aubrac, qui veut dire en occitan « Le petit saut du grillon » ) .

Caractère montagnard pour cette grange du hameau déjà dans l’ombre à cette heure tardive . (Photo Alain MARC)
Avant de redescendre vers la plaine et le brouillard, un dernier coup d’œil au soleil couchant qui pare la neige de chauds reflets roses et cuivrés .

Je décide que le plus vite possible je vous emmène dans une autre randonnée picturale d’hiver pour découvrir un coin peu connu d’Aubrac et pour peindre quelques burons isolés au milieu de leurs congères de neige .

Ce sera l’occasion d’expliquer quelques petits « tours de main » pour réussir vos paysages de neige .

 Soleil couchant sur la route enneigée en redescendant vers Espalion . (photo Alain MARC)

Deux ou trois croquis aquarellés dans le village, puis les skis sont vite chaussés pour une randonnée vers le plateau du Rigambal , enfin retour en contournant le nord et l’est du village par la crête du Pesquier avec aquarelle au passage du buron du Couderc l’un des plus proches du hameau .

Odeurs de feu de bois, on doit se blottir auprès des cheminées, seule un peu d’agitation devant chez Germaine me prouve que de l’aligot a dû être servi à midi avec les bonnes tartes qu’elle prépare dans son petit restaurant …J’y arrive après moult patinages, malgré mes pneus neige en bon état .C’est dans ce magnifique décor que je vous emmène pour un nouveau carnet de route pendant les derniers jours de cette fin d’année et chaque fois que possible au cours de celle qui vient .Ajoutez à cela quelques moraines (latérales et frontales), des verrous glaciaires, des roches moutonnées, striées, des blocs erratiques qui couvrent de grandes surfaces, (n’oubliez pas que le modelage péri-glaciare continue toujours), et vous aurez un décor hivernal tout à fait digne de certains endroits d’Islande ou du Groenland .Ne croyez pas que c’est si loin que cela, la dernière période glaciaire (de Würm) se terminait il y a « à peine » 10 000 ans, c’était le moment où des rennes, mammouths et autres rhinocéros laineux gambadaient encore sur le sol de nos campagnes !Il faut dire que je suis en quête de sujets immaculés et étincelants destinés à ajouter à mon carnet de route des aquarelles aussi rares que les paysages qui en constituent le décor : éphémères et changeants comme la neige qui les recouvre !

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2005 6 05 /11 /novembre /2005 00:00

J’ai retrouvé des photos d’anciennes aquarelles …

Réalisées il y a près de 25 ans de cela, elles témoignent de choses qui ont disparues ou qui ont énormément changé .

Bien que les photos ne soient pas très bonnes, abîmées par le temps, c’est avec émotion que je les scanne et les archive dans mes fichiers de peinture . Il n’y avait pas d’appareils numériques en ce temps-là, et les moyens de conserver les documents n’étaient pas aussi simples qu’à présent ; par surcroît, je n’avais pas les moyens de réaliser de bonnes photos de mes aquarelles ou de mes toiles, et beaucoup se sont vendues avant que j’ai pu en conserver la moindre reproduction . Quant à celles qui se sont vendues et dont il me reste ces quelques photos, je ne sais pas qui les possède à présent, car, très souvent, les galeries qui les ont vendues ont disparues .

Parfois, j’ai la surprise de recevoir de l’ADAGP, un relevé de ventes aux enchères qui me permet d’en retrouver la trace . Aussi c’est avec émotion que je redécouvre celles que je classe aujourd’hui.

J’y retrouve la foire de la St André à Rodez .

En regardant l’aquarelle, d’autres images, des sons, des odeurs me reviennent comme par enchantement : le vent d’autant soufflait ce jour-là sur le Rouergue, et les panaches de poussière soulevés par les rafales emportaient avec eux des carrée de papiers gras qui flottaient au dessus du foirail avant de retomber au milieu des hommes et des bêtes .

Le vacarme n’était pas celui que l’on découvre aujourd’hui dans les immenses halls de foires aux bestiaux, il y régnait une véritable atmosphère d’euphorie et de gaîté qu’on aime toujours retrouver dans les foires de plein air : aux sonorités toujours renouvelées par le beuglement des taureaux d’Aubrac alignés sur la place, se mêlait le hennissement des chevaux et le brouhaha des voix humaines .

Interpellations entre paysans, conciliabules de maquignons, klaxons de bétaillères, sifflement de l’autan dans les arbres décharnés du jardin du foirail étaient régulièrement entrecoupés par les sonorités lointaines mais pourtant cristallines des cloches de Notre Dame qui trônait au fond de la scène, dans son voile de grès rose à contre-jour sur le ciel blanchâtre et lumineux .

- Que reste-t-il, dans les jeunes mémoires, de la foire de la Saint-André ?

Elles sera toujours vivante pour qui pourra contempler cette aquarelle, même sans savoir que j’avais froid aux doigts, que j’étais bousculé, qu’il me fallait de temps en temps affronter invectives et regards parfois narquois, mais que j’avançais tout de même parce que je trouvais tout simplement cela beau et intéressant, ce matin de fin novembre, dans un hiver ruthénois oublié .

 

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2005 4 03 /11 /novembre /2005 00:00

 

"Vendangeuses" (vue partielle) , Gorges du Tarn 2005 : Croquis aquarellé 21 x 29,7 cm sur papier Lukas grain satiné 150g/m2 Réalisation : croquis aquarellé au crayon graphite 2B, peinture au pinceau à réservoir "Pentel", sans graphisme de rehauts . Couleurs utilisées : rose permanent, terre de Sienne brûlée, jaune de Naples, bleus outremer clair et de cobalt , terre d'ombre brûlée . Temps total de réalisation : environ 25 mn avec coupures pour déplacements et changements de points de vue .

Nous sommes le 15 octobre 2005 : je décide de raconter ma vie d'aquarelliste au jour le jour (enfin, chaque fois que j'aurai la possibilité de la mettre en ligne !) .

Ce que je pense, ce que je ressens face à ce monde immense, impitoyable, en perpétuel changement, prêt à nous engloutir si nous n'avons de repères à défendre, de chemins à tracer, de valeurs à partager . peut constituer le fil conducteur de fructueux échanges ...

- Et ce n'est pas dans le monde de l'art que c'est le plus facile !

Non, bien au contraire : univers inextricable, comparable à un océan abyssal et ténébreux où les créateurs les plus talentueux, les œuvres les plus lumineuses ne sont pas forcément toutes celles que les lois du marché ou les volontés de l'Institution voudraient nous imposer comme seules et uniques références, comme vecteurs exclusifs et incontournables des produits les plus élevés de la pensée .

Par exemple cette pseudo évaluation des expressions artistiques selon laquelle tel moyen est « mineur » tel autre « majeur », pour ne pas dire méprisable . - De quel droit ? N'a de sens selon mon point de vue que ce qui véhicule une authenticité, une simplicité, une force, une énergie profondes (même si elles peuvent se décliner sous des apparences bien plus complexes), dégagées des concepts purement intellectuels, des courants à la mode ou des influences sournoisement mercantiles .

En ce qui me concerne, il y a longtemps que tout à commencé . Au plus loin que je me souvienne (mémoire d'enfance où j'apprenais les rudiments du pinceau et de la mine graphite sur les genoux de mon père lui-même peintre et sculpteur avant même de savoir lire ou écrire), j'essayais de traduire ce que je voyais (et pensais) avec quelques traits, quelques couleurs, dans cette plénitude de liberté et de rigueur conjuguées qui se nomme « aquarelle » .

Aujourd'hui, je suis descendu dans les Gorges du Tarn avant qu'il ne pleuve ... Où plutôt à leur sortie, lorsqu'elles s'ouvrent pour laisser place à de riants coteaux en terrasses, accrochés aux pentes des causses de Sauveterre et Noir . Cette vallée est parsemée de balcons naturels où abondent cerisiers et mirabelliers, et où pousse la vigne produisant ce vin clair et fruité qui a pour nom « Côtes de Millau » . Ce n'est pas un immense cru tel que nos célébrités de Bourgogne ou du bordelais, mais il offre à la gorge et au palais ce que tant de bons vins de pays aimeraient posséder : authenticité du terroir, beauté de la robe, parfum du bouquet, finesse au goûter .

C'est le dernier jour des vendanges : dans le coteau tout le monde se presse, remontant et descendant les rangées, de cep en cep, remplissant seaux et paniers, en conjurant l'orage pour qu'il n'éclate pas car le ciel roule de lourds nuages gris emportés derrière les hautes falaises de calcaire par le vent d'autan .

Elle arrive enfin, la dépression annoncée !

Muriel est belle comme le jour .

Elle promène ses vingt ans de plants en rameaux, de grappes en grappes, et disparaît entre les sarments colorés .

Croquis, sourires, complicité, encore croquis ...

Je ne connais pas la vendangeuse et ne la reverrai jamais .

Quelques couleurs et le tour est joué .

C'était simple, vivifiant, vrai .

Demain je m'envole pour le Maroc ; j'ai un groupe à encadrer dans le cadre d'une aventure autour des carnets de voyages . C'est à partir de Marrakech que tout va se jouer .

À mon retour je vous raconterai ...

 

 

Partager cet article

Repost0