Spéléologie : Aven Noir, le prix d’une aquarelle … - Aquarelliste et peintre voyageur
Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aquarelliste et peintre voyageur
  • Aquarelliste et peintre voyageur
  • : En peinture, l'art de l'aquarelle est un mode d'expression qui va des carnets de voyages à la création de tableaux : en voici les différentes facettes inspiratrices, techniques et créatives selon Alain MARC ...
  • Contact

Me joindre, les stages, etc. :

Pour m'écrire, cliquez ici

Pour le calendrier des stages 2017 cliquez ici

Plein de nouveautés vous attendent !

(pour les tarifs et disponibilités me les demander directement en cliquant ici)

-  Les stages "aquarelle" dans l'Hexagone sont ouverts aux débutants et aux pratiquants déjà confirmés souhaitant se perfectionner : ils ont pour but d'apporter efficacité et aisance d'expression à l'aquarelliste de terrain.
- Les stages "carnets de voyages" sont une véritable immersion dans la pratique du carnet de voyage et de l'aquarelle sur le terrain, orientés "autonomie" ils sont ouverts aux stagiaires ayant assez de pratique pour en profiter pleinement . De la Provence au Jura Oriental, du Portugal, à l'INDE DU SUD, ce sont quelques destinations où vous pourrez aller en 2016...

- Tous les stages sont différents, n'hésitez pas à m'en demander les informations par courriel (voir plus haut) .

-------------------------------------------------------------------------------------------

Vous aimez ce blog ?

Alors découvrez le nouveau site d'Alain MARC :

width="300"

 

Extraits vidéo d'Aquarelle en Voyage :

Pour me retrouver sur HOUZZ :

Alain MARC Artiste peintre in GAGES, FR sur Houzz

 

https://alain-marc.fr/

 

Recherche

Partenaires

Voici où trouver vos meilleurs

produits aquarelle

et carnets de voyages :

aquarelle-bouton-2

N'hésitez pas à les contacter

et à leur commander de ma part,

ce sont de vrais amis qui soutiennent mon travail !

 

Andalousies

«Andalousie, la Route d’Alain MARC», carnet de voyage de Pierre NAVA
Découvrez article après article en cliquant sur les vignettes ci-dessous le carnet spontané de Pierre m’accompagnant en Andalousie, et les «Petites Histoires vidéo» qu’il m’a inspirées :

La-Barca-1b-Pierre-Nava.jpg

Préambule

La Barca 2a Pierre Nava

L'étape de Peniscola

Andalousie b Pierre Nava

Sur la route de l'Andalousie...

Moulin-b Pierre-San Jose 2

Au Cabo de Gata

Bateau Pierre Isleta 3b

La Isleta del Moro

Huebro Pierre vignette

Huebro, la montagne enchantée

Pierre-Nava-Guadix-4-copie-1

Guadix, les maisons troglodytiques

Rio Fardès

Le rio Fardés

Équipiers-équipières aquarelle

 

- Vous aimeriez partager vos bons moments d'aquarelle lorsque vous partez peindre dans votre ville ou votre quartier ? - vous aimeriez aller peindre avec d'autres artistes motivés comme vous lorsque vous voyagez ?
Alors cet espace est fait pour vous uniquement si vous êtes amateurs souhaitant vous retrouver entre-vous (je réfléchis pour l'avenir à une autre rubrique possible s'adressant aux professionnels ou semi-professionnels) : - si vous êtes amateur donc,  et voulez entrer dans ce module transmettez-moi votre prénom (ou un pseudonyme et lieu de résidence) je les rajouterai ci-dessous en établissant un lien anonyme avec votre e-mail, et vous pourrez ainsi trouver des coéquipiers  (ères) de peinture plus facilement . Il suffira de cliquer dessus pour vous écrire un e-mail !


BELGIQUE

En BRABANT WALLON :

Chantal

FRANCE

En ÎLE DE FRANCE :

à PARIS
:

Bernard
  Blog


Fabienne

 Jane

Dans les BOUCHES-DU-RHÔNE :

à Marseille
:

 Mirelle

Junguilin

Solange
   Blog

Dans le CHER :

Sancerrois :

Elizabeth

Dans le GARD :

à NÎMES
:


Annynîmes

lepeintre30@voila.fr
         Blog


Nicoleagathe

         Blog

Dans le LOT à Figeac en QUERCY :

Max

En HAUTE MARNE :

Claire et Pascal
         Blog

Près de Lagny-sur-MARNE :

 Anne-Laure  

En Lot-et-Garonne :

Cécile

à Toulouse (et environs immédiats) :

Marie-Claude

Val de Loire (Chaumont sur Loire) :

Catherine

Dans la Loire (en Forez) :

Roger
Blog

Sur Lyon / Beaujolais :

Claudia

Dans la région de Colmar (68000) :

Françoise

Dans le NORD :

Joëlle

Dans le PUY DE DÔME :

à RIOM :


Maryse
  Blog

En NORMANDIE :

Calvados, Trouville-sur-Mer :

Aline

En SEINE - MARITIME :

Rouen et Yvetot :


Nathalie
   Blog


En SUD-LUBERON :

Jane

Avignon (Vaucluse) :

Jean-Louis 

Sur la Côte d'Azur

(Nice et environs) :

Petit Nuage

 Christine

/ / /

Spéléologie : Aven Noir, le prix d’une aquarelle …

une-midi-libre-22-nov-07.jpg

La presse régionale nous attendait à la sortie, à l’affût depuis quelques jours, mais nous y sommes restés un jour de plus !

Quant à vous qui lisez cet article, vous savez qu’en accord avec Roland PELISSIER, les autres membre de l’équipe et les différentes personnes concernées, vous êtes en priorité « au coeur de l’action » grâce à la réalisation de mon « carnet d’exploration » dont je vous livre régulièrement quelques pages, selon les reportages que je publie ici au fur et à mesure de son évolution . De surcroît comme les photos seront rares dans mon carnet d’aventures, le contenu de ce blog n’en est que plus précieux encore .

Pourtant, c’est à la « une » des journaux régionaux que le voile s’est levé sur le but de notre dernière expédition : tenter par un itinéraire encore inconnu d’établir une jonction entre deux réseaux, dont une galerie et un puits très prometteurs avaient été tout récemment découverts par Roland PELISSIER et l’un de ses coéquipiers (Serge CAILLAULT), afin d’essayer à plus long terme de mieux comprendre cette passionnante cavité et ses innombrables mystères .

article-midi-libre-22-nov-07.jpg

Je ne laisse pas « lisible » la copie de cet article (tout juste un extrait ci-dessous) par respect pour le journal et les droits d’auteur de Mathieu LAGOUANERE (le journaliste qui l’a écrit), mais voici l’intéressant site web du Midi-Libre, où vous pourrez entrer au cœur de l’actualité régionale : 
http://www.midilibre.com/

Quant à sa page « Abonnement en ligne » pour celles et ceux d’entre vous qui voudraient recevoir le journal par le web, elle est la suivante :

http://www.journauxdumidi.com/kiosque/midilibre.php5

C'est en nous réchauffant et en « récupérant » au petit matin autour d’un chocolat chaud dans le premier café que nous trouvons ouvert au cœur du village de Nant, après de longues journées sans lumière et quelques nuits courtes et humides dans la froidure du gouffre, que nous pouvons lire ces commentaires de presse sur nos nouvelles aventures à l’Aven Noir .

extrait-midi-libre-22-nov-07-b.jpg 

L’occasion pour moi de rajouter l’équivalent d’un chapitre presque entier à mon carnet d’exploration, et de vous faire partager une page importante de cette belle aventure, autant que mon engagement et mes efforts pour ramener du fond : des notes, des dessins ou aquarelles et des documents rares et inédits en plus d’émotions comme je n’en avais jamais eues …

On ne pourra pas dire qu’il n’y avait pas d’implication de terrain dans la réalisation de mon carnet !

Vous souvenez-vous du début de la semaine qui s’achève ?

Une dépression se creuse au large de nos côtes gasconnes en se rapprochant de l’Hexagone à grande vitesse . Flux de sud à sud-est sur le midi de la France . Avec un violent vent d’autan sur Midi-Pyrénées et de fortes précipitations au versant méditerranéen des Cévennes et Grands Causses : un temps de saison pour nos régions, idéal pour pratiquer la spéléologie quand les réseaux en cours d’exploration sont fossiles et ne risquent pas d’être noyés, mais avec un certain nombre d’incertitudes tout de même par rapport au parcours qui nous attendait .

Heureusement mon carnet est emmené dans un caisson étanche comme le reste de mon matériel d’enregistrement, les rations de nourriture et de progression, les vêtements de rechange, etc., car c’était le déluge .

vent-autan-noir.JPG

En route au petit jour pour l’Aven Noir : ce ciel c’est-ce qu’on appelle en météo « l’autan noir », … prometteur pour les heures qui s’annoncent ! (Photo Alain MARC)

Au fur et à mesure que le jour se lève, nous découvrons la rivière de la Dourbie en crue et quand nous nous engageons dans la marche d’approche des Gorges du Trévezel nous entendons gronder le torrent que nous ne voyons pas encore mais qu‘il va bien falloir franchir pour gravir la pente en face de nous …

marche-approche.JPG

Plus que quelques centaines de mètres avant le fond des gorges . Il pleut toujours . Avant de remonter la pente pour accéder à l’entrée de l’Aven Noir (qui est tout en haut de la photo au niveau des plus hautes falaises) il va falloir franchir le Trévezel qu’on entend gronder en fond de vallée … (Photo Alain MARC)

Nous avons raison de nous méfier : avant même d’être au pied de la pente à gravir pour accéder à l’entrée du gouffre, nous sommes servis !

tr-vezel-en-crue.JPG

Le Trévezel, d’ordinaire à sec car son cours est hypogé à l’endroit où nous le traversons d’habitude, est devenu un torrent impétueux et infranchissable (le seul pont que nous pourrions emprunter est situé assez loin en amont, alternative impensable qui nous ferait perdre des heures en marche d’approche) … (Photo Alain MARC)

traversee-en-tyrolienne.JPG

La solution est trouvée par une traversée sur tyrolienne (assez acrobatique d’ailleurs), au dessus d’une zone plus profonde mais plus calme … (Photo Alain MARC)

La suite serait presque banale si la curiosité, l’excitation de la découverte et une sorte d’impatience fébrile ne se transformaient pour la remontée vers le gouffre puis à notre descente jusqu’au camp de base, en une sorte de rendez-vous avec le mystère, de veillée d’armes, de préparatifs immédiats pour la plus exaltante chasse au trésor qu’on puisse imaginer .

Mais pas que cela, bien plus que cela : le sentiment d’une immense chance de pouvoir vivre de telles aventures en plein XXI ème siècle .

Pour commencer, la confirmation d’une bonne nouvelle qui nous apporta du baume au cœur car d’excellent augure pour la suite de la journée et l’avenir de l’Aven Noir (je l’avais évoquée lors d’un article précédent sans dire de quoi il s’agissait) : des craves à bec rouge ont survécus et sont revenus, ils redonnent à l’immense Fosse aux Ours la sonorité de leurs cris innombrables !

La mise en œuvre des conditions pour qu’une opération de cette nature soit réussie n’est pas si évidente que cela : c’est le résultat du travail constant et acharné de spécialistes tels que le responsable de notre groupe, son opiniâtreté, son obstination, le fruit de recherches aussi complexes sur le papier (à partir des données connues dans de nombreux domaines comme la géologie, la météo hypogée ou la karstologie, de tous les relevés et études effectués pendant des mois, des années, les analyses des investigations précédentes, leurs recoupements, etc.), que des efforts fournis sur le terrain (préparation logistique adaptée, organisation quasi militaire des actions, exploration des moindres anfractuosités, escalades et descentes de puits innombrables, mesures et relevés topographiques les plus précis possibles, avancée parfaitement maîtrisée tant du point de vue sécuritaire que de celui du respect et de la protection de l’environnement) …

Dans le puits qui va devenir un passage clé après des heures de progression sécurisée par un balisage adapté et les relevés topographiques correspondants : chacun à son poste avec des objectifs et un rôle bien définis, le mien se limitant à mes relevés de notes, l’enregistrement de tout ce que nous faisons, et une aide circonstanciée selon les nécessités des un ou des autres … (Photo Alain MARC)

Et puis c’est le moment inoubliable où ils ont la gentillesse de me laisser passer devant . C’est une chose très rare en exploration, particulièrement en spéléologie : offrir cette émotion à un « invité » doit être souligné comme la marque d’une grande estime, d’une franche amitié, d’une réelle confiance, ce qui prouve que les caractères les plus forts sont porteurs d’authentiques valeurs, éloignées de l’esprit critique qui pourrait animer ceux qui ne les connaissent pas .

J’en remercie très sincèrement Roland et mes camarades car ce qu’ils m’ont offert là, ce qu’ils ont donné pour mon carnet d’aventures, ce qu’ils vous ont légué à travers lui est bien plus beau, bien plus fort qu’un moment de mémoire arraché à l’inexorable marche du temps : c’est une rencontre symbolique avec la « terre mère », avec cette tutélaire déesse qui nourrit notre inconscient dans toutes les civilisations depuis l’aube de l’humanité .  

Phénomène étrange que le remplissage des micro fissures dans les profondeurs d’un gour : au fur et à mesure où l’eau envahit le socle de la vasque stalagmitique, l‘air s’échappe tout doucement bulle après bulle … (Vidéo Alain MARC)

Roland ressent exactement la même chose depuis des années, nous l'avons souvent évoqué ensemble : ce rendez-vous avec la « Grande Déesse » des mythologies nordiques, la déesse Terre, Wicca, Pachacamac du Pérou, Eko Eko des basques, Gê ou Gaia en Grèce, représente symboliquement pour nous une confrontation avec le principe de vie et d'amour qui unit toutes les formes de vie .

Si vous en avez perdu le lien intime, si cette évocation ne vous dit plus rien, vous laisse parfaitement insensibles, c’est que notre culture matérialiste et sans âme nous a coupée de nos racines les plus profondes, celles qui donnent un sens véritable à notre existence ici-bas .

Voilà à présent mon impression en entrant pour la première fois dans ces pénombres où jamais un être humain n’est venu : l’indescriptible émotion d’être en résonance avec les sources magiques qui, dès les premiers balbutiements de l’art aux temps des plus anciennes civilisations, donnèrent naissance à la Vénus de Willendorf !

pose-recuperation-en-exploration.jpg

Période de récupération pour moi sur un ressaut presque 10 heures plus tard, en attente de l’équipe de pointe partie reconnaître l’amont des nouvelles galeries, bien enveloppé dans ma couverture de survie : j’ai laissé beaucoup d’énergie dans les passages précédents, (encombré que je suis par mon équipement d’enregistrement dont les différents câbles de liaison ne cessent de s’accrocher dans les étroitures), incapable de faire la moindre aquarelle, (mais je me repose avec la ferme intention de bien me rattraper plus tard) .

Peut-être aussi le désir inconscient de rester seul, frontales éteintes dans le silence et le noir absolus, blotti à même la glaise au creux des millénaires, à retrouver par pensée dans cette parenthèse du temps, tous les êtres aimés trop vite disparus dont certains particulièrement, auraient aimés être là ... (Cette photo au retour de mes camarades est de Roland PELISSIER)

aragonite-en-buisson.JPG

Étincelants de mille éclats, ces cristaux d’aragonite aux tiges colorées paraissent tout droit sortis d’un décor de Noël : ce n’est qu’un exemple parmi d’autres des trésors féeriques qui nous attendaient dans la jonction effectuée cette semaine … (Photo Alain MARC)

Nous revenons fourbus mais émerveillés de ce voyage en dehors du temps .

Il reste de cette belle aventure la jonction réussie entre deux importantes parties du gouffre comme le prévoyait Roland, et des souvenirs plein les yeux et le cœur, dans lesquels l’incroyable beauté des nouvelles concrétions découvertes qui s’illuminent dans notre mémoire comme une vitrine de Noël .

J’y joins à votre intention cette note aquarellée dont je sais bien quel en est le prix, et dont j’espère qu’elle trouvera sa place avec le plus de bonheur possible au sein de mon carnet d’aventures dans les profondeurs de l’Aven Noir …

formations-p-doncul-es.jpg

Je choisis pour vous ces notes aquarellées décrivant des formations pédonculées d’argile, accrochées à la paroi : la beauté de leur aspect évoquant de vieux cuirs, leurs chaudes couleurs, leur superposition en cloches aux formes de noisette, de méduse ou d’amande, la ronde de cristaux d'une blancheur éclatante accrochée à leur base font de cette paroi un décor en nid d’abeilles qui n’a rien à envier aux plus beaux stucs du palais de l’Alhambra ! (Croquis aquarellé Alain MARC)

Partager cette page

Repost 0
Published by