En préambule au stage aquarelle / carnet de voyage "Ambiances de neige". - Aquarelliste et peintre voyageur
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aquarelliste et peintre voyageur
  • Aquarelliste et peintre voyageur
  • : En peinture, l'art de l'aquarelle est un mode d'expression qui va des carnets de voyages à la création de tableaux : en voici les différentes facettes inspiratrices, techniques et créatives selon Alain MARC ...
  • Contact

Me joindre, les stages, etc. :

Pour m'écrire, cliquez ici

Pour le calendrier des stages 2017 cliquez ici

Plein de nouveautés vous attendent !

(pour les tarifs et disponibilités me les demander directement en cliquant ici)

-  Les stages "aquarelle" dans l'Hexagone sont ouverts aux débutants et aux pratiquants déjà confirmés souhaitant se perfectionner : ils ont pour but d'apporter efficacité et aisance d'expression à l'aquarelliste de terrain.
- Les stages "carnets de voyages" sont une véritable immersion dans la pratique du carnet de voyage et de l'aquarelle sur le terrain, orientés "autonomie" ils sont ouverts aux stagiaires ayant assez de pratique pour en profiter pleinement . De la Provence au Jura Oriental, du Portugal, à l'INDE DU SUD, ce sont quelques destinations où vous pourrez aller en 2016...

- Tous les stages sont différents, n'hésitez pas à m'en demander les informations par courriel (voir plus haut) .

-------------------------------------------------------------------------------------------

Vous aimez ce blog ?

Alors découvrez le nouveau site d'Alain MARC :

width="300"

 

Extraits vidéo d'Aquarelle en Voyage :

Pour me retrouver sur HOUZZ :

Alain MARC Artiste peintre in GAGES, FR sur Houzz

 

https://alain-marc.fr/

 

Recherche

Partenaires

Voici où trouver vos meilleurs

produits aquarelle

et carnets de voyages :

aquarelle-bouton-2

N'hésitez pas à les contacter

et à leur commander de ma part,

ce sont de vrais amis qui soutiennent mon travail !

 

Andalousies

«Andalousie, la Route d’Alain MARC», carnet de voyage de Pierre NAVA
Découvrez article après article en cliquant sur les vignettes ci-dessous le carnet spontané de Pierre m’accompagnant en Andalousie, et les «Petites Histoires vidéo» qu’il m’a inspirées :

La-Barca-1b-Pierre-Nava.jpg

Préambule

La Barca 2a Pierre Nava

L'étape de Peniscola

Andalousie b Pierre Nava

Sur la route de l'Andalousie...

Moulin-b Pierre-San Jose 2

Au Cabo de Gata

Bateau Pierre Isleta 3b

La Isleta del Moro

Huebro Pierre vignette

Huebro, la montagne enchantée

Pierre-Nava-Guadix-4-copie-1

Guadix, les maisons troglodytiques

Rio Fardès

Le rio Fardés

Équipiers-équipières aquarelle

 

- Vous aimeriez partager vos bons moments d'aquarelle lorsque vous partez peindre dans votre ville ou votre quartier ? - vous aimeriez aller peindre avec d'autres artistes motivés comme vous lorsque vous voyagez ?
Alors cet espace est fait pour vous uniquement si vous êtes amateurs souhaitant vous retrouver entre-vous (je réfléchis pour l'avenir à une autre rubrique possible s'adressant aux professionnels ou semi-professionnels) : - si vous êtes amateur donc,  et voulez entrer dans ce module transmettez-moi votre prénom (ou un pseudonyme et lieu de résidence) je les rajouterai ci-dessous en établissant un lien anonyme avec votre e-mail, et vous pourrez ainsi trouver des coéquipiers  (ères) de peinture plus facilement . Il suffira de cliquer dessus pour vous écrire un e-mail !


BELGIQUE

En BRABANT WALLON :

Chantal

FRANCE

En ÎLE DE FRANCE :

à PARIS
:

Bernard
  Blog


Fabienne

 Jane

Dans les BOUCHES-DU-RHÔNE :

à Marseille
:

 Mirelle

Junguilin

Solange
   Blog

Dans le CHER :

Sancerrois :

Elizabeth

Dans le GARD :

à NÎMES
:


Annynîmes

lepeintre30@voila.fr
         Blog


Nicoleagathe

         Blog

Dans le LOT à Figeac en QUERCY :

Max

En HAUTE MARNE :

Claire et Pascal
         Blog

Près de Lagny-sur-MARNE :

 Anne-Laure  

En Lot-et-Garonne :

Cécile

à Toulouse (et environs immédiats) :

Marie-Claude

Val de Loire (Chaumont sur Loire) :

Catherine

Dans la Loire (en Forez) :

Roger
Blog

Sur Lyon / Beaujolais :

Claudia

Dans la région de Colmar (68000) :

Françoise

Dans le NORD :

Joëlle

Dans le PUY DE DÔME :

à RIOM :


Maryse
  Blog

En NORMANDIE :

Calvados, Trouville-sur-Mer :

Aline

En SEINE - MARITIME :

Rouen et Yvetot :


Nathalie
   Blog


En SUD-LUBERON :

Jane

Avignon (Vaucluse) :

Jean-Louis 

Sur la Côte d'Azur

(Nice et environs) :

Petit Nuage

 Christine

8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 00:09
Le plaisir du ski de fond tel que je le pratique, est toujours lié aux pas nordiques et à l'alternatif...

Le plaisir du ski de fond tel que je le pratique, est toujours lié aux pas nordiques et à l'alternatif...

J'ai failli "zapper" la journée d'aujourd'hui dans ce blog, et je me dis que ce serait dommage de vous priver d'un grand bol d'air pur, de paysages somptueux, d'un soleil éblouissant (17 degrés à midi sur les pistes de la GTJ à midi) et de souvenirs communicatifs aptes à vous donner un moral formidable toute la semaine prochaine (au moins), quoi que vous fassiez, où que vous soyez !
Venu plus tôt pour vérifier mes repérages de sorties picturales sur le terrain, accueilli dans l'adorable maison d'hôtes de La Fresse de Christiane COLIN (venez y faire un séjour vous m'en direz des nouvelles, voir un précédent article ici), au ras des pistes de ski de fond, me voici aussitôt sur celles de la GTJ.
La GTJ, c'est la grande Traversée du Jura, un parcours magnifique qui se fraie un chemin au milieu de plus de 1000 km de pistes nordiques du département de l'Ain à celui du Doubs et en Jura Suisse, avec des traçages de rêve dont de nombreuses stations pourraient bien s'inspirer.
Si vous aimez le ski de fond, c'est donc le rêve, si vous aimez les paysages de contes de fées c'est le rêve (vue panoramique exceptionnelle sur la chaîne des Alpes, du Mont-Blanc aux Alpes bernoises un peu partout sur le parcours), si vous aimez la convivialité d'un ski différent où on peut s'accomplir de la balade nordique hors-piste (dans des zones sauvages où vous ne verrez personne de la journée) à la compétition (car il y a ici toutes les infrastructures - dont un splendide stade nordique à 4 km -) c'est le rêve !
Donc quand j'arrive, je chausse mes skis et par la piste de jonction qui passe devant la porte, je monte rejoindre celle de la GTJ...
Arrivé sur le plateau (altitude 1200 m en moyenne), tandis que j'observe longuement la chaîne du Mont-Blanc brillant sous le soleil, je croise deux coureurs en dossard compétition filant comme des fusées en skating !  
- Surpris ? Pas tout à fait, j'avais déjà remarqué sur les bords de la piste depuis une dizaine de kilomètres les fameux petits fanions indiquant le parcours d'une importante compétition... Mais la vitesse de ceux-là, arrivant dans le champ de ma vision comme de bolides et disparaissant à l'horizon le temps de me retourner, me laisse pantois !
Plus loin, je rencontre deux petits gars du pays (équipés comme il se doit pour les entraînements soutenus), qui devisent en me voyant arriver avec mon pas alternatif que je voudrais le plus académique possible bien que d'avant le skating (style qui même s'il n'est pas flamboyant reste efficace, bien que démodé), et on engage la conversation.

Ils m'apprennent alors que les deux que je viens de croiser sont des athlètes de très haut niveau (les deuxièmes dans la course d'aujourd'hui), et que c'est une journée exceptionnelle, car je me trouve par inadvertance en plein au milieu de la plus longue course de ski de fond du monde.
Je croyais que la GTJ ne faisait "que" 85 km et que c'est la Vasaloppet la plus grande du monde...
- Vous me direz que si on fait ça dans la journée sans faire la course, c'est déjà pas mal ?
Eh bien là, il s'agit de 200 km, ni plus, ni moins !!!!
Et tenez-vous bien, avec 4400 m de dénivelé positif (ceux qui connaissent me comprendront), pendant la traversée de 3 départements (l'Ain, le Jura, le Doubs) et une incursion en Suisse !
Ils sont partis à 4 h du matin, les premiers vont arriver vers 15 h 30, les derniers vers minuit 1/2...   
Bon, j'ai encore des progrès à faire (il serait temps) si je veux suivre des gars comme ceux-là, même sur 1 km (ne parlons pas des quelques dizaines de kilomètres dans la journée que mes "performances" actuelles me permettent, elles s'arrêtent là), en tout cas j'en conclus que je serai moins frustré en aquarelle !
Car en aquarelle on ne fait pas de compétition (en tout cas moi). Pourtant, il faut se fixer des buts, des objectifs, essayer de se dépasser pour toucher du doigt ce sublime bonheur comparable dans son for intérieur (mais y n'y a que nous à penser cela) à celui des dix premiers d'une épreuve aussi dantesque, lorsqu'ayant progressé on est fier d'avoir réussi quelque chose qui nous a tirés vers le haut, qui nous a apporté un grand bonheur, car cela fait partie de notre accomplissement même si cette oeuvre mémorable ne finira pas forcément au Louvre un jour...
9h 30 de la soirée. Disons plutôt 21h 30 comme il se doit.
Rentré roussi par le soleil et l'air pur, les jambes un peu molles, car je n'avais pas repris le fond depuis un bon moment, je suis sur l'ordinateur préparant mes cours. Soudain, Christiane frappe à la porte de ma chambre et me dit : "- peux-tu descendre apporter un thé bien chaud à 2 coureurs qui se sont perdus et viennent de frapper au carreau pour demander où ils sont ?"
Les pauvres gars : à 10 km de l'arrivée, ils se sont perdus en prenant la jonction GTJ pour la GTJ proprement dite, et ils sont si près du but hors course, transis de froid et disqualifiés, après avoir pourtant réalisé un exploit !
Quelques minutes plus tard, un véhicule de leur team est là pour les récupérer, ils disparaissent au bout de la route sombre tracée comme un fin coup de pinceau au milieu du grand plateau de neige brillant sous la pleine lune.
En aquarelle aussi quelquefois, on se perd au point de se désespérer par ce qu'on a tout raté alors qu'on était si près du but...  
Eh bien que cela ne vous désespère pas : il n'y a que celui qui ne fait rien qui peut être certain qu'il n'arrivera jamais. Eux étaient déjà dans la prochaine course quand ils sont repartis...

Vous non plus ne vous découragez, jamais, c'est cela qui fait pousser au fond de nous les graines de champions. De champions de nous-mêmes tout simplement, mais c'est déjà cela le début d'une notion véritable du bonheur.
Passez vous aussi une très belle semaine.

La GTJ tout près de La Fresse, un rêve de piste de ski de fond, pour moi "un tracé idéal" (nous irons d'ailleurs peindre ici).

La GTJ tout près de La Fresse, un rêve de piste de ski de fond, pour moi "un tracé idéal" (nous irons d'ailleurs peindre ici).

Pour ceux qui veulent en savoir plus :

Le tracé du parcours de la course GTJ 200 : http://gtj200.livetrail.net/parcours.php?course=gtj

Le teaser vidéo de celle de l'an dernier : http://gtj200.livetrail.net/parcours.php?course=gtj

La page facebook de la course : https://www.facebook.com/gtj200?ref=hl

 

En préambule au stage aquarelle / carnet de voyage "Ambiances de neige".

En preámbulo al período de prácticas acuarela / libreta de viaje " Ambientes de nieve " :

¡ Estuve a punto "de hacer zapping" el día de hoy en este blog, y me digo que sería daño de privarse de una gran bocanada de aire pura, de paisajes suntuosos, de un sol deslumbrante (17 grados por mediodía sobre las pistas del GTJ al mediodía) y de memorias(recuerdos) comunicativas aptas para darle un espíritu formidable cada semana próxima (por lo menos), lo que usted hiciera, dondequiera que usted sea!
Venido antes para verificar mis localizaciones de salidas pictóricas en el mismo sitio, acogido en adorable casa de huéspedes de La Fresse de Christiane COLIN (ver un artículo precedente aquí), al nivel de las pistas de esquí de fondo, yo he aquí en seguida sobre las del GTJ.
El GTJ, es la gran Travesía del Jura, un trayecto magnífico que se abre un camino en medio de más de 1000 km de pistas nórdicos del departamento del Ain al de Doubs, con trazados de sueño en los que las numerosas estaciones(paradas) podrían inspirarse bien.
¡ Si le gusta el esquí de fondo, es el sueño, si le gustan los paisajes de cuentos de hadas es el sueño (vista panorámica excepcional sobre la cadena de los Alpes, de Mont Blanc a los Alpes bernesas por todas partes sobre el trayecto), si le gusta la convivialidad de un esquí diferente donde se puede cumplirse del paseo nórdico fuera de pista (en zonas salvajes donde usted no verá a nadie del día) a la competición (porque hay aquí todas infraestructuras - entre las que un estadio espléndido y nórdico a 4 km-) es el sueño!
Pues cuando llego, calzo mis esquís y por la pista de junción que adelanta la puerta, subo reunir la del GTJ...
¡ Llegado sobre el plató (altitud 1200 m por término medio), mientras que observo largamente la cadena del Mont Blanc que brilla bajo el sol, cruzo a dos corredores en dorsal competición que humea como cohetes en patinaje!
- ¿ Sorprendido? No completamente, ya había observado sobre los bordes de la pista desde una decena de kilómetros los pequeños banderines famosos que indicaban el trayecto de una competición importante... ¡ Pero la velocidad de ésos, llegando en el campo de mi visión como de bólidos y desapareciendo para el horizonte el tiempo de devolverme, me deja estupefacto!
Más lejos, encuentro a dos pequeños mozos del país (equipados como es necesario para los entrenamientos constantes), que platican viéndome llegar con mi paso alternativo que querría el más académico posible aunque anterior el patinaje (estilo que hasta si no es resplandeciente resto eficaz, aunque pasado de moda), y se entabla la conversación. Se enteran de mí mientras que los dos a los que acabo de cruzar son unos atletas de nivel muy alto (los segundos en la carrera de hoy), y que es un día excepcional, porque me encuentro por inadvertencia en lleno en medio de la carrera más larga de esquí de fondo del mundo.
Creía que el GTJ hacía "sólo" 85 km y que es el Vasaloppet más grande del mundo...
- ¿ Usted me dirá que si se hace esto durante la jornada sin hacer la carrera, es ya bastante?

¡ Pues bien allí, se trata de 200 km, ni más, ni menos! ¡! ¡!!
¡ Y compórtese bien, con 4400 m de desnivelado positivo (aquellos qué conocen me comprenderán), durante la travesía de 3 departamentos (el Ain, el Jura, el Doubs) y una incursión en Suiza!
Se fueron a las 4 de la mañana, los primeros van a llegar hacia las 15h 30, los últimos hacia medianoche 1/2...
¡ Bueno, todavía tengo progresos que hay que hacer (sería el tiempo) si quiero seguir a mozos como ése, hasta sobre 1 km (no hablemos de algunas decenas de kilómetros durante la jornada que mis "realizaciones" actuales me permitieran, se paran allí), en todo caso concluyo que seré menos frustrado en acuarela!
Porque en acuarela no se hace competición (en todo caso yo). Sin embargo, hay que fijarse fines, objetivos, tratar de sobrepasarse para tocar con el dedo esto sublima felicidad comparable en su fuero interior (pero ello tiene allí sólo pensarnos en esto) en el de diez primeros de una prueba tan dantesca, cuando habiendo progresado se está orgulloso de haber conseguido algo que nos tire hacia arriba, que nos aportó una gran felicidad, porque esto forma parte de nuestro cumplimiento aunque esta obra memorable no acabará forzosamente al Louvre un día...
A las 9h 30 de la tarde. Digamos las más bien 21h 30 como es necesario.
Entrado tostado por el sol y el aire puro, las piernas un poco muelles, porque no había repetido el fondo desde hace un buen momento, estoy sobre el ordenador que prepara mis cursos. De repente, Christiane llama a la puerta de mi cuarto(cámara) y me dice: " - ¿ puedes bajarte a aportarles un té muy caliente a 2 corredores que se perdieron y vienen para llamar al cristal de una ventana para preguntar dónde están? "
Los pobres mozos: ¡ a 10 km de la llegada, se perdieron tomando la junción GTJ por el GTJ propiamente dicho, y son si cerca del fin fuera de carrera, hiélate de frío y descalificados, después de haber realizado sin embargo una hazaña!
Algunos minutos más tarde, un vehículo de su team está allí para recuperarlos, desaparecen al cabo del camino sombrío trazado como una pincelada fina en medio de la gran bandeja(plató) de nieve que brilla bajo la luna llena.
En acuarela tan algunas veces, nos perdemos hasta el punto de desesperarse por lo que fallamos todo mientras que éramos si cerca del fin...
Pues bien que esto no le desespera: hay sólo el que no hace nada que pueda estar seguro que jamás llegará. Ellos ya eran en la carrera próxima cuando se fueron de nuevo...

Usted también jamás se desanima, es esto que cultiva en el fondo de nosotros las semillas de campeones. De campeones de mí mismo simplemente, pero ya es esto el principio de una noción verdadera de la felicidad.
Pase usted también una semana muy bella.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Claudine 09/03/2015 15:07

Merci pour ce bol d'oxygène et l'enthousiasme dont vous témoigne. Heureuse de vous retrouver devant ces paysages exaltants.

Alain-Marc 10/03/2015 20:11

Merci Claudine,
Si seulement je disposais de davantage de temps je partagerais bien plus encore, car je ne sais pourquoi mon existence "d'aquarelliste sans entrave" est parsemée de belles histoires extraordinaires !
Si je les avais notées au fur et à mesure, elles constitueraient aujourd'hui une sorte "d'encyclopédie de souvenirs" en au moins 10 volumes, car il y en a au moins une par jour parfois 2 ou 3...

Nicolas 08/03/2015 10:25

Bonjour Alain.

Toujours aussi enthousiaste. De toutes façons, cet endroit est une source inépuisable de sujets d'aquarelles, tant l'été que l'hiver.

Je vous souhaite à toi et tes stagiaires une excellente session et invite celles et deux qui veulent se faire une petite idée de ce qu'est ce séjour à lire mon article sur le sujet :

http://www.croqueurs-de-nature.com/croquis/2014/01/le-haut-doubs-en-hiver/

Voici la version d'été écrite par mon ami Jean-François en deux parties :

http://www.croqueurs-de-nature.com/croquis/wp-admin/post.php?post=904&action=edit

http://www.croqueurs-de-nature.com/croquis/wp-admin/post.php?action=edit&post=950

Alain-Marc 08/03/2015 11:57

Merci Nicolas, tu as bien fait de faire le lien avec tes articles et celui de Jean-François, ce ne sont que de bons souvenirs dans tous les cas !
Nous on t'envoie nos amitiés et tous nos vœux de prompt rétablissement, sache bien qu'on ne t'oublie pas.

Elizabeth 08/03/2015 09:29

Cher Alain, merci de ce grand bol d'air frais dont j'ai effectivement bien besoin en ce moment, me remettant lentement d'une double grippe (deux virus différents à 15 jours d'intervalle!) et parce que, ces derniers temps, j'étais un peu découragée par les piètres résultats de mes arbustes en aquarelle; mais c'est vrai que je ne suis pas comme toi et les coureurs de la GTJ, je ne travaille pas assez. J'ai fait du ski de fond, il y a bien longtemps et je comprends le bonheur que tu dois ressentir sur ces pistes. J'ai découvert le Jura en faisant le stage avec toi et je n'ai qu'une envie, c'est d'y retourner. Bonne journée. Amitiés. Elizabeth

Alain-Marc 08/03/2015 11:52

Oui, cet hiver a été rude pour pas mal de monde avec cette abominable grippe qui m'a aussi considérablement mis à plat (mon ski de bravoure d'hier est-il signe d'un début de récupération ?), en tout cas je te souhaite de récupérer le plus vite possible car le mental joue énormément en aquarelle, la réussite étant souvent liée à la "forme" du moment, physique et mentale.
Et puis ne te décourage pas car on a toujours des moments où le sentiment de piétinement est grand, s'en suit le doute et la démotivation. Comme en ski de fond, il faut s'entraîner régulièrement, travailler souvent en quelque sorte mais sans s'obliger non plus au point de s’écœurer, et reconsidérer les choses quand on bloque, à commencer par bien regarder ce qu'ont réalisé les gens qui font référence sur le sujet lorsqu'ils abordent le même motif. Tu cherches donc (dans tes livres et sur Internet) tout ce que tu peux trouver sur les arbustes en aquarelle. Quand tu "tiens" une dizaine ou plus de motifs que tu trouves très réussis, tu gardes ceux qui se rapprochent le plus de ton travail (type d'arbuste, même éclairage, même "mise en situation" ou approchant, etc.) et tu observes, tu compares : - qu'as-tu fait toi, dans ton interprétation de différent ? - Qu'ont-ils faits eux ? - Comment l'ont-ils fait techniquement ? Tu auras déjà un grand nombre de réponses. Fais plein d'essais, en général, le "déblocage" commence là !
Ici, c'est un paradis, effectivement idéal pour se confronter à toutes ces questions et essayer de résoudre les problèmes qui en découlent, puis repartir régénéré, "gonflé à bloc". Le séjour seul chez Christiane même sans aquarelle est une garantie de remise en forme. Avec l'aquarelle, on en "rajoute une couche". Alors tu es la bienvenue si tu veux retrouver ce cocon dans la montagne. Amitiés Elizabeth,