Andalousie, les tumultes de Grenade … - Aquarelliste et peintre voyageur
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Aquarelliste et peintre voyageur
  • Aquarelliste et peintre voyageur
  • : En peinture, l'art de l'aquarelle est un mode d'expression qui va des carnets de voyages à la création de tableaux : en voici les différentes facettes inspiratrices, techniques et créatives selon Alain MARC ...
  • Contact

Me joindre, les stages, etc. :

Pour m'écrire, cliquez ici

Pour le calendrier des stages 2020 cliquez ici

Plein de nouveautés vous attendent !

(pour les tarifs et disponibilités me les demander directement en cliquant ici)

-  Les stages "aquarelle" dans l'Hexagone sont ouverts aux débutants et aux pratiquants déjà confirmés souhaitant se perfectionner : ils ont pour but d'apporter efficacité et aisance d'expression à l'aquarelliste de terrain. Nombreux sont les aquarellistes issus de mes stages ou passés s'y perfectionner depuis 4 décennies...
- Les stages "carnets de voyages" sont une véritable immersion dans la pratique du carnet de voyage et de l'aquarelle sur le terrain, orientés "autonomie" ils sont ouverts aux stagiaires ayant assez de pratique pour en profiter pleinement . De la Provence au Jura Oriental et jusqu'au Portugal, ce sont quelques destinations où vous pourrez aller en 2020...

- Tous les stages sont différents, n'hésitez pas à m'en demander les informations par courriel (voir plus haut) .

-------------------------------------------------------------------------------------------

Vous aimez ce blog ?

Alors, découvrez le site d'Alain MARC :

width="300"

 

Et abonnez-vous à sa newsletter,

cliquez sur ce bouton :

vous y retrouverez tous les futurs articles publiés ici,

plus complets, plus documentés,

plus riches, dans le respect et

la confidentialité de vos données personnelles !

(Et n’oubliez pas de confirmer dans l'e-mail sui vous sera envoyé pour vérifier votre adresse !)

-----------------------------------------------------

Extraits vidéo d'Aquarelle en Voyage :

 

Recherche

Partenaires

Voici où trouver vos meilleurs

produits aquarelle

et carnets de voyages :

aquarelle-bouton-2

N'hésitez pas à les contacter

et à leur commander de ma part,

ce sont de vrais amis qui soutiennent mon travail !

 

Andalousies

«Andalousie, la Route d’Alain MARC», carnet de voyage de Pierre NAVA
Découvrez article après article en cliquant sur les vignettes ci-dessous le carnet spontané de Pierre m’accompagnant en Andalousie, et les «Petites Histoires vidéo» qu’il m’a inspirées :

La-Barca-1b-Pierre-Nava.jpg

Préambule

La Barca 2a Pierre Nava

L'étape de Peniscola

Andalousie b Pierre Nava

Sur la route de l'Andalousie...

Moulin-b Pierre-San Jose 2

Au Cabo de Gata

Bateau Pierre Isleta 3b

La Isleta del Moro

Huebro Pierre vignette

Huebro, la montagne enchantée

Pierre-Nava-Guadix-4-copie-1

Guadix, les maisons troglodytiques

Rio Fardès

Le rio Fardés

1 mars 2006 3 01 /03 /mars /2006 22:25

 

Andalousie, les tumultes de Grenade …

 

Voici Grenade au fond de sa cuvette, blottie au pied de la Sierra Nevada .

Combien de fois y suis-je arrivé par l’ancienne route de Murcie, qui descend vers le centre en serpentant le long de l’Albacin ?

C’est toujours ma route préférée car l’impression d’aboutir à une sorte de sanctuaire y est bien plus forte que par l’autoroute et le périphérique dit de « circonvolucion » . C’est surtout parce que cette arrivée nous plonge dans l’irréelle vision des collines de l’Alhambra, comme la connurent sans doute les troupes d’Isabelle la Catholique lorsque après deux siècles d’impatience, d’intrigues et de combats, elles virent enfin s’élever derrière les murailles au dessus de la cité les minarets de briques roses, et flotter au dessus des palais les oriflammes multicolores aux insignes du roi Nasride .

La ville de Grenade au pied de l’Alhambra ... (photo Alain MARC)

 

Éprouvante réalité ce matin : point d’oriflammes ni de blanche médina pour nous accueillir, mais des travaux sur la voie publique dans toutes la ville, en même temps qu’une nouvelle et draconienne réglementation de circulation urbaine qui nous empêche d’arriver à l’hôtel . Aussi nous passons quatre heures dans un interminable jeu de pistes où éviter les sens interdits, les embouteillages et les agents de circulation nous chassant du centre ville relève de l’exploit !

Infernale Grenade pour la circulation routière …

Exténués, nous parvenons enfin à trouver un parking non loin de notre hôtel, et entrons affamés dans la première bodega venue où d’énormes jambons accroché au plafond sont en train de narguer la faim qui nous tenaille .

Les "bodegas", les "tascas", une richesse de l'art de vivre au pays de Cervantès ! Excellence des tapas, c’est ce qui fait tout le charme des commodités espagnoles : pouvoir se restaurer à n’importe quelle heure et de ne plus se soucier d’autre chose que de la convivialité de cet instant . Et quand bien même seriez-vous un nordique endurci prenant vos repas à heure très précise, vos serez bien obligés en Espagne de prendre d’autres habitudes et de manger fort tard ou à toutes les heures, ce qui est très déroutant au début pour qui ne connaît pas .

Grand choix de tapas, excellentes et copieuses à choisir au comptoir … (photo Alain MARC)

Mais quand vous en serez à la quatrième « copita », au jambon Serrano, aux propos d’amitié sur fond de brouhaha teinté de flamenco, alors là difficile de penser au retour et aux grises journées de beaucoup de banlieues de nos villes nordiques .

La bodega où nous nous précipitons affamés par notre arrivée épuisante à Grenade : typiquement andalouse avec ses tonneaux empilés et le trophée du taureau au dessus du bar . (photo Alain MARC)

Il y a trop à dire sur Grenade . Je ne peux être bref, et encore je me limite . J’espère pouvoir le faire un jour .

En attendant, nous regardons depuis la ville basse la citadelle de l’Alhambra, comme sur un nuage . Nous n’aurons pas le temps d’y monter cette fois, mais nous y reviendrons pendant le stage du mois d’avril . Personnellement, il y a longtemps que je connais ce palais des Mille et Une Nuits, j’y consacrerai un jour tout un chapitre … Il faut dire qu’à présent après tous ces tracas dans la circulation urbaine, nous n’avons qu’un désir : paix et tranquillité loin du tourisme de masse qui gâche en grande partie tout séjour à Grenade !

Yolande me dessine en train de repenser le monde autour des tapas … (croquis Yolande GERDIL)

Nous laissons donc le rêve sirupeux des jardins merveilleux accrochés à leurs murailles et prenons la direction des vieux quartiers dans la ville basse où d’ ostensibles stigmates vestiges d’un passé multiple et bouleversant réapparaissent souvent sous les plâtras d’une façade, dans la pénombre d’un passage, ou mieux encore dans une mélopée entendue au hasard à l’angle d’une rue, ou dans le regard noir, vague et mystérieux d’un passant disparaissant sous quelque porte cochère .

La cathédrale de Grenade . (aquarelle Alain MARC)

Ici le minaret d’une ancienne mosquée, là une porte moresque ou juive, ailleurs l’appel étrange et lancinant d’un vendeur de billets de loterie ou d’une marchande des quatre saisons, parfois les suppliques d’un mendiant …

« Alcaicéria », « Corral del carbon », quartiers sombres et bruyants, entrelacs des ruelles derrière la cathédrale, places de Ribrambla ou de la Trinitad, autant de lieux qui disent et redisent toute la suffisance des colons conquérants et des secrets honteux qui empreignent encore d’une immense tristesse les vielles pierres noircies de promesses trahies aux arcanes des siècles .

Place Santa Ana et église du même nom à l’ancien minaret mudéjar transformé en clocher . Au dessus, sur la colline une tour de la « alcazaba » tête de proue du palais de l’Alhambra . (photo Alain MARC)

Yolande et Pierre dessinent de leur côté, on se retrouvera Plaza Santa Ana et moi je pars tout seul en quête de cette âme doucereuse, amère et tragique dans la mémoire de Grenade …

La place Santa Ana par Pierre Nava, superbe représentation !

Ce n’est plus le regard seulement qui écoute : de toute la clameur des rumeurs de la ville se répète un écho qui traverse le corps …

Il est là comme un souffle, cet immuable et obscur tumulte que Lorca dénonçait et dont il fut la victime comme tant d’autre avant lui, juifs, noir, morisques, socialos, communistes, intellos libéraux et autres syndicalistes :

« Y hoy que el hombre profana tu sépulcral encanto,

quiero que entre tus ruinas se adormezca mi canto

como un pajaro herido por astral cazador . »

« Et aujourd’hui que l’homme profane ton sépulcral enchantement,

je veux qu’au sein de tes ruines s’endorme ma chanson

comme un oiseau blessé par un astral chasseur . »

« Granada », Frédérico Garcia Lorca .

Place Paseigas, depuis l’étal de la marchande

des quatre saisons . (photo Alain MARC)

Rue de Elvira, San Augustin, Almireceros ...

Je viens de saisir quelques bribes sonores de cette mémoire de Grenade, infiniment précieuses parce que si peu perceptibles de tant de visiteurs indifférents à de telles consonances, et qui n’ont d’yeux et d’oreilles que pour l’éblouissant Alhambra !

J’essaierai dès demain de les mettre en ligne et de vous les offrir avant que de partir avec Yolande et Pierre pour un lieu différent où bat aussi très fort le cœur de Grenade : le vieux quartier arabe de l’Albacin, l’ancienne médina, si chère à Manuel de Falla, une autre approche de l’âme grenadine où j’essaierai aussi de réaliser quelques enregistrements qui puissent en révéler, si possible, la «secrète  musique » .

Partager cet article

Repost0

commentaires

cocole 03/03/2006 21:57

magnifique merci!!
l'aquarelle de la cathédrale, un petit bijou

Marc-Alain 04/03/2006 00:17

Merci Cocole, mais tu sais, en fait, c'est tout simple : la réalité des choses pour peu qu'on perçoive leur intime personnalité est suffisante pour nous transmettre de la légèreté, ce qui peut paraître surprenant pour un monument aussi "lourd" que peut l'être la cathédrale de Grenade malgré sa facture "gotico-renaissance" assez massive finalement !

sarah 02/03/2006 20:29

merci encore tes voyages, photos et tableaux m'enchantent toujours !bonne continuation
sarah ( planet)

Marc-Alain 02/03/2006 22:45

- à demain pour la suite, ce soir je n'ai pas eu le temps de monter les sons que j'ai enregistrés dans les vieux quartiers autour de la cathédrale ... Pas toujours facile de mettre en ligne quand on le voudrait lorsqu'on a en plus mille choses à faire !
Mais ça fait drôlement plaisir d'avoir des nouvelles que viennent nous rappeler qu'on n'est pas tout à fait seuls quand on fait partager ce qu'on aime ...
 

Daniel 02/03/2006 12:04

En espèrant ne pas lasser les visiteurs de ce blog, voici un dernier poeme pour feter Granada. Imaginons le jeune Federico trainant dans l'Albacin, la tete pleine de vers.
"Verde que te quiero verde.
Verde viento. Verdes ramas...
Verde que te quiero verde,
Bajo la luna gitana,
las cosas la estan mirando
y ella no puede mirarlas.
Federico Garcia Lorca, "Romance sonambulo" (extraits)

Marc-Alain 02/03/2006 22:40

Justement demain après la mise en ligne de l'enregistrement (que j'espère avoir fini de monter sans problème !) du "compas" de la ville basse, on commencera à se diriger vers l'Albacin si cher à Frédérico ...