Aquarelles abstraites à découvrir en milieu souterrain ... (B) - Aquarelliste et peintre voyageur
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Aquarelliste et peintre voyageur
  • Aquarelliste et peintre voyageur
  • : En peinture, l'art de l'aquarelle est un mode d'expression qui va des carnets de voyages à la création de tableaux : en voici les différentes facettes inspiratrices, techniques et créatives selon Alain MARC ...
  • Contact

Me joindre, les stages, etc. :

Pour m'écrire, cliquez ici

Pour le calendrier des stages 2020 cliquez ici

Plein de nouveautés vous attendent !

(pour les tarifs et disponibilités me les demander directement en cliquant ici)

-  Les stages "aquarelle" dans l'Hexagone sont ouverts aux débutants et aux pratiquants déjà confirmés souhaitant se perfectionner : ils ont pour but d'apporter efficacité et aisance d'expression à l'aquarelliste de terrain. Nombreux sont les aquarellistes issus de mes stages ou passés s'y perfectionner depuis 4 décennies...
- Les stages "carnets de voyages" sont une véritable immersion dans la pratique du carnet de voyage et de l'aquarelle sur le terrain, orientés "autonomie" ils sont ouverts aux stagiaires ayant assez de pratique pour en profiter pleinement . De la Provence au Jura Oriental et jusqu'au Portugal, ce sont quelques destinations où vous pourrez aller en 2020...

- Tous les stages sont différents, n'hésitez pas à m'en demander les informations par courriel (voir plus haut) .

-------------------------------------------------------------------------------------------

Vous aimez ce blog ?

Alors, découvrez le site d'Alain MARC :

width="300"

 

Et abonnez-vous à sa newsletter,

cliquez sur ce bouton :

vous y retrouverez tous les futurs articles publiés ici,

plus complets, plus documentés,

plus riches, dans le respect et

la confidentialité de vos données personnelles !

(Et n’oubliez pas de confirmer dans l'e-mail sui vous sera envoyé pour vérifier votre adresse !)

-----------------------------------------------------

Extraits vidéo d'Aquarelle en Voyage :

 

Recherche

Partenaires

Voici où trouver vos meilleurs

produits aquarelle

et carnets de voyages :

aquarelle-bouton-2

N'hésitez pas à les contacter

et à leur commander de ma part,

ce sont de vrais amis qui soutiennent mon travail !

 

Andalousies

«Andalousie, la Route d’Alain MARC», carnet de voyage de Pierre NAVA
Découvrez article après article en cliquant sur les vignettes ci-dessous le carnet spontané de Pierre m’accompagnant en Andalousie, et les «Petites Histoires vidéo» qu’il m’a inspirées :

La-Barca-1b-Pierre-Nava.jpg

Préambule

La Barca 2a Pierre Nava

L'étape de Peniscola

Andalousie b Pierre Nava

Sur la route de l'Andalousie...

Moulin-b Pierre-San Jose 2

Au Cabo de Gata

Bateau Pierre Isleta 3b

La Isleta del Moro

Huebro Pierre vignette

Huebro, la montagne enchantée

Pierre-Nava-Guadix-4-copie-1

Guadix, les maisons troglodytiques

Rio Fardès

Le rio Fardés

9 juillet 2006 7 09 /07 /juillet /2006 10:45

Aquarelles abstraites à découvrir en milieu souterrain ... (B)

 

Je vous ai raconté dans le dernier article notre arrivée dans cette profonde cavité …

Ici, le temps s’est arrêté et on ne voit pas les heures passer .

Pourtant, il faut avancer si on veut aller jusqu’au lac dans le réseau inférieur .

Je voudrais explorer de tous les côtés à la fois car des couloirs assez considérables partent régulièrement à droite et à gauche du principal couloir où nous cheminons : ce sont certainement des affluents du cours d’eau qui a creusé le tunnel où nous nous trouvons ?

Étrange balcon d’orgues de calcite bleutée qui retombent en cascade au dessus de nous de part et d’autre d’une superbe rotonde minérale !

Plus loin un peu d’escalade vient varier le parcours, et c’est le passage d’un ressaut de quelques mètres qui nous permet de nous enfoncer dans la partie la plus profonde de notre visite . Ici le nombre de colonnes, de stalactites et de stalagmites est si important qu’elles constituent un véritable bosquet minéral à travers lequel nous faisons grand nombre de photos, et où je m’installe à nouveau pour quelques aquarelles à la limite de l’abstrait, mais je n’ai même pas commencé que mes camarades sont déjà bien avancés et je me dépêche pour les rattrapper .

L’enchaînement des draperies, des colonnes, des concrétions qui descendent vers le sol ou se projettent vers le plafond sont autant de flammes étincelantes et colorées qui dansent dans la lumière de nos frontales et de nos lampes, sur fond d’ombres bleutées … (Aquarelle Alain MARC 24 x 32 cm)

Nous progressons rapidement . On voudrait courir, voler ! La chance d’être dans un autre monde si proche et lointain à la fois, si féerique dans sa singularité, nous transporte d’émotion et de joie . Il en est toujours ainsi pour moi depuis ma plus tendre enfance et mes premières aventures souterraines sur les traces de mon père et de ses amis dont la référence à l’époque était Norbert Casteret .

Bientôt le silence est troublé par le bruit de gouttes qui tombent à intervalles plus ou moins régulier à la surface d’un plan d’eau . C’est une musique légère, raffinée comme une mélodie orientale, mystérieuse, gaie, et cristalline .

Nous savons bien avant de le voir, que nous sommes arrivés au petit lac qui annonce l’ultime but de notre randonnée .

Mon copain fait une acrobatie au dessus de l’eau pour me photographier au bord du petit lac : j’aime bien ces reflets de lampes qui sont comme des étoiles qu’on aurait apprivoisées et qui flotteraient dans un espace où les différents états de la matière se rencontreraient …

Et puis on fait le silence, on éteint toute lumière, on ne bouge plus pour n’être qu’en écoute de ces petites gouttes qui tissent dans l’obscurité les draperies de pierre et les fragiles tubes de calcite transparents comme du verre .

- Qu’ils sont loin les projecteurs bariolés des grottes touristiques qui font se pâmer les foules blasées d’un monde d’assistés, alors que sous leurs pieds la vie secrète des profondeurs de la terre continue de nous émerveiller en nous apprenant le respect pour la beauté d’une nature qu’il ne faut jamais dégrader !

Peindre dans la solitude des profondeurs du causse, au cœur d’une nuit éternelle qui contient à elle seule toute l’histoire de nos origines, entouré des couches sédimentaires des mers primitives est un privilège rare, générateur d’un intense bonheur !

Même si les chefs d’œuvre ne sont pas au rendez-vous, les aquarelles qui en naissent sont autant de lettres d’amour entre cet univers que j’aime et mes rêves d’infini, enfantés par la déesse mère, la déesse terre, que les hommes préhistoriques les premiers, par le chamanisme avaient choisie

pour se dépasser …

Avant de remonter, une dernière fois regarder la lumière de la lampe le visage à même le sol, voir s’animer ces obscures merveilles pour les sentir vivre, les sentir « respirer » et lui dire mon amour et mon respect, dans la tiédeur de la minérale poussière où nous retournerons un jour à jamais .

Partager cet article

Repost0

commentaires

Alain MARC 12/07/2006 22:31


De la part de Joëlle qui n'arrivait pas à publier ce commentaire et me l'a adressé par e-mail :
 
Cher Alain,

 

Il y a dans ton dernier article une petite phrase qui m’a fait réagir, car elle m’a ramenée à des questions que je me suis déjà posées sur le tourisme et sur le genre de touriste qu’on pense être.
Tu as beaucoup de chance d’avoir la possibilité d’accéder à ces lieux extraordinaires, et il est bien normal que tu en ressentes un grand bonheur et un peu d’orgueil, car ce n’est certainement pas si facile. Mais faut-il vraiment jeter l’anathème sur « les foules blasées et assistées » qui vont en procession admirer des endroits moins élitistes ? Faut-il que tous ceux qui ne peuvent pas, pour toutes sortes de raisons, faire la même chose que toi, soient privés de la contemplation des beautés de la nature auxquelles ils sont peut-être aussi sensibles que toi ? D’ailleurs, je ne pense pas que tu aimerais voir des cohortes de spéléos ou de parapentistes, même sportifs et exigeants, défiler dans ta belle région. Il y a des endroits aménagés et rendus  accessibles aux touristes qui peuvent s’y rendre en masse, et d’autres sont préservés, et c’est bien ainsi.
Toi-même, dans ton travail d’animateur de stages, tu permets à des personnes qui ne peuvent ou ne veulent pas le faire seules, de découvrir des lieux à la fois beaux, touristiques et très fréquentés et d’y pratiquer une activité artistique. Sont-elles blasées et assistées ? Et si tous les touristes devenaient dessinateurs et aquarellistes, est-ce que les habitants du pays ne les trouveraient pas aussi insupportables que les photographes-vidéastes ?
C’est le nombre qui pose problème, pas la « qualité » ou les mérites des visiteurs. Je ne crois pas que tous les voyageurs nantis et cultivés des siècles passés se conduisaient de façon plus respectueuse des lieux et des gens, ils étaient seulement moins nombreux.
Le tourisme de masse est souvent une plaie à laquelle l’augmentation du prix des transports apportera peut-être un « remède ». Mais il est bien difficile de choisir ce qu’on préfère : un monde injuste ou la majorité n’accédera jamais au plaisir du voyage et de la découverte d’endroits rares, ou un monde où des sites seront abîmés par trop de visiteurs. Je n’ai pas de réponse. La foule me gêne, mais je ne me sens pas au-dessus, il m’arrive d’en faire partie et dans ces moments-là j’essaye de me conduire correctement tout en sachant que je participe au problème. Les contradictions entre nos pensées et nos actes sont nombreuses !
 

J'ai essayé sans succès de faire passer ce texte en commentaire, aussi je te l'envoie.


 

Bien amicalement,

 

JOELLE

Alain-Marc 12/07/2006 22:34

Bonsoir Joëlle,
 
Tu as tout à fait raison à travers ce que tu dis, et je pense comme toi malgré ce que j'ai écrit, c'est moi qui me suis mal exprimé et je m'en excuse !
Je pensais surtout à un grand "travers" de beaucoup de grottes aménagées : celui de dénaturer l'authenticité des lieux par des systèmes d'éclairages et de "colorations" artificielles (souvent par des projecteurs colorés), qui donnent un aperçu très différent de la réalité, et que pour satisfaire une clientèle de plus en plus désabusée la surenchère à l'exploitation artificielle des beautés naturelles nuit plus qu'elle ne lui apporte à la perception réelle de ces endroits-là . Cela tend à se réduire heureusement, les nouveaux aménagements respectant beaucoup mieux le milieu naturel, mais en attendant les visiteurs sont "trompés" et ont tendance à s'émerveiller d'éléments artificiels qui devraient être mis en valeur de façon bien plus respectueuse de la réalité . De cette surenchère naît en même temps un désir de "toujours plus" et de "toujours mieux" chez bien des visiteurs en même temps qu'une sorte d'acceptation de tout ce qu'on propose comme si la réalité était vraiment comme cela .
Je voulais également aussi au-delà de ceci, dire que le nombre lié à la surfréquentation apporte de nombreuses "nuisances" parmi lesquelles la présence de gens insensibles et plutôt indésirables dont on se demande pourquoi ils vont visiter ces lieux (qui justement aménagés pour ceux qui ne pourraient s'y rendre autrement) méritent aussi respect, admiration et enthousiasme ; j'ai été témoin de réflexions imbéciles et même insultantes vis à vis des guides qui leur expliquaient pourtant des choses passionnantes . Les gens qui m'avaient laissé un si mauvais souvenir se plaignaient parce que la grotte en question était trop fraîche, que les marches étaient humides, que pour ce qu'ils voyaient ils trouvaient qu'ils avaient payé trop cher, etc. (c'est dans l'un des hauts-lieux des grandes cavités des causses que j'avais été témoin de ce comportement) ... C'est à eux que je pensais aussi en écrivant cela .
Mais bien-sur que je suis content que tous ceux qui peuvent profiter de ces infrastructures (et les "méritent") en profitent de cette façon !
Personnellement j'aimerais juste (cela vient petit à petit) qu'elles soient mieux adaptées aux personnes qui ont des difficultés motrices et souffrent d'autres handicaps qui les éloignent trop de cette forme de "connaissance" . Je sais en tout cas qu'elles seront sensibles à ce qu'elles découvriront sous terre ou dans d'autres endroits difficilement acessibles . Je voudrais simplement ne pas y rencontrer certaines autres (ce que je voulais dire), car justement vois-tu, ce beau jour d'été où j'avais emmené des amis d'un certain âge découvrir cette merveille souterraine aménagée (ce que je fais quand les gens à qui je veux faire découvrir et partager cet "univers" ne peuvent m'accompagner dans des grottes non aménagées), il y avait cette bande d'imbéciles (ils étaient un bon "groupe") qui ont vraiment gâché la visite des autres touristes qui les accompagnaient bien malgré eux !

cocole 09/07/2006 20:37

dans toutes tes pérégrinations, qu'elles soient sableuses, aérienes,"picadoriennes" ou souterraines,toutes sont de véritables odes à la vie, c'est un réel plaisir de lire tes articles, et de voir tes couleurs!merci!

Alain-Marc 10/07/2006 20:49

Merci à Toi Cocole, j'espère que j'apporte aussi quelque chose d'utile et de distrayant aux autres lectrices et lecteurs en plus de celles et ceux que je remercie pour leurs commentaires habituels et dont tu fais partie ...

Elizabeth 09/07/2006 15:08

Waouhh! que c'est beau! Et ton aquarelle, je n'aurais même pas pensé que c'était de l'aquarelle. Quelle maîtrise! Ca laisse sans voix...

Alain-Marc 09/07/2006 17:27

Oui c'est de l'aquarelle, et j'essaierai d'en présenter d'autres du milieu souterrain plus tard à l'occasion d'un autre "explo picturale" quand l'occasion se présentera ...

Marie 09/07/2006 12:03

magnifiques images et photos, une exploration comme celle-ci ne s'oublie pas.
Si tu regardes vite avec les lampes cela donne l'impression de guirlande et non un visage humain.
Bisous et bonne journée. Marie

Alain-Marc 09/07/2006 17:29

C'est vrai ... Tu remarqueras comme le plafond au dessus de la lampe ressemble vraiment à un visage énigmatique d'un homme barbu, surtout si on fait pivoter l'image de 90° sens des aiguilles d'une montre !