evenements - expos - biennales et salons - Aquarelliste et peintre voyageur
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Aquarelliste et peintre voyageur
  • Aquarelliste et peintre voyageur
  • : En peinture, l'art de l'aquarelle est un mode d'expression qui va des carnets de voyages à la création de tableaux : en voici les différentes facettes inspiratrices, techniques et créatives selon Alain MARC ...
  • Contact

Me joindre, les stages, etc. :

Pour m'écrire, cliquez ici

Pour le calendrier des stages 2024 cliquez ici

Plein de nouveautés vous attendent !

(pour les tarifs et disponibilités me les demander directement en cliquant ici)

-  Les stages "aquarelle" dans l'Hexagone sont ouverts aux débutants et aux pratiquants déjà confirmés souhaitant se perfectionner : ils ont pour but d'apporter efficacité et aisance d'expression à l'aquarelliste de terrain. Nombreux sont les aquarellistes issus de mes stages ou passés s'y perfectionner depuis 4 décennies...
- Les stages "carnets de voyages" sont une véritable immersion dans la pratique du carnet de voyage et de l'aquarelle sur le terrain, orientés "autonomie" ils sont ouverts aux stagiaires ayant assez de pratique pour en profiter pleinement . De la Provence au Jura Oriental et jusqu'en Andalousie, ce sont quelques destinations où vous pourrez aller en 2024...

- Tous les stages sont différents, n'hésitez pas à m'en demander les informations par courriel (voir plus haut) .

-------------------------------------------------------------------------------------------

Voici où trouver vos meilleurs

produits aquarelle

et carnets de voyage ?

Pour accédez à mes choix

 personnels de fournitures et couleurs les plus belles et efficaces

en aquarelle de voyage il vous suffit de cliquer sur mon nuancier ci-dessous. Ensuite, en cliquant sur chacun  des produits que j'utilise, vous arrivez directement sur leurs références sans avoir à les chercher dans le catalogue d'Aquarelles et Pinceaux où je me fournis habituellement, vous pouvez ainsi les commander en gagnant beaucoup de temps :

Fournitures, produits et couleurs aquarelle
Fournitures, produits et couleurs aquarelle

Vous aimez ce blog ?

Alors, découvrez le site d'Alain MARC :

width="300"

 

Et abonnez-vous à sa newsletter,

cliquez sur ce bouton :

vous y retrouverez tous les futurs articles publiés ici,

plus complets, plus documentés,

plus riches, dans le respect et

la confidentialité de vos données personnelles !

(Et n’oubliez pas de confirmer dans l'e-mail sui vous sera envoyé pour vérifier votre adresse !)

-----------------------------------------------------

Extraits vidéo d'Aquarelle en Voyage :

 

 

Recherche

Partenaires

Vous trouverez ici vos meilleurs

produits aquarelle

et carnets de voyages :

vous accédez ainsi à mes choix

 personnels de fournitures et couleurs les plus belles et efficace

en aquarelle de voyage. Ensuite, en cliquant sur chacune d'entre-elles,

vous pourrez les commander directement chez Aquarelle et

Pinceaux sans avoir à chercher les références dans leur catalogue !

Fournitures et couleurs aquarelle

 

 

Andalousies

«Andalousie, la Route d’Alain MARC», carnet de voyage de Pierre NAVA
Découvrez article après article en cliquant sur les vignettes ci-dessous le carnet spontané de Pierre m’accompagnant en Andalousie, et les «Petites Histoires vidéo» qu’il m’a inspirées :

La-Barca-1b-Pierre-Nava.jpg

Préambule

La Barca 2a Pierre Nava

L'étape de Peniscola

Andalousie b Pierre Nava

Sur la route de l'Andalousie...

Moulin-b Pierre-San Jose 2

Au Cabo de Gata

Bateau Pierre Isleta 3b

La Isleta del Moro

Huebro Pierre vignette

Huebro, la montagne enchantée

Pierre-Nava-Guadix-4-copie-1

Guadix, les maisons troglodytiques

Rio Fardès

Le rio Fardés

21 novembre 2006 2 21 /11 /novembre /2006 22:45

À la 7ème Biennale des Carnets de Voyages de Clermont-Ferrand (suite) .

Suite de la visite à quelques-uns de mes amis exposants . Je n’ai pu les rencontrer tous comme je le disais dans l’article précédent mais leur niveau était excellent, le choix des exposants étant particulièrement bon pour cette 7ème Biennale . J’aurais aimé vous parler d’un grand nombre d’autres amis et amies comme Sophie ZENON, Cécile FILLETTE, Antonia NEYRINS, Marie-Hélène PUGET, Martine CHANTEREAU ou Catherine HERREN pour évoquer les « auteures », mais je manquais de temps pour faire les photos que je souhaitais . Aussi mon petit tour dans les allées s’arrête à ce dernier article pour cette année .

Je vous présente Romain LENANCKER . C’est la première fois qu’il participe à cette Biennale, il fait partie de ces nouveaux venus pleins d’initiatives et d’idées . Graphiste il s’intéresse avec caractère aux caractères typo, certes, mais aussi à celui des choses et des êtres qu’il a rencontrés . (Photo Alain MARC)

 

Prendre des risques, ne pas avoir peur de rater, reprendre, recommencer, s’affirmer « autrement » fait partie de la démarche de Romain . Ici une page de son carnet « Savoies », où le jeu des textures, des matières et la mise en page nous entraînent dans une grande originalité .

Edouardo DI MURO ne cessera jamais de nous étonner : né à Cuneo en Italie, cet africain de cœur et d’esprit scrute ce vaste continent avec les yeux d‘un explorateur . Il a réalisé un nombre incroyable de dessins d’Angola au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, Afrique du Sud, Sénégal, Éthiopie, tous sur le motif . Il les reprend ensuite au Rotring avec une finesse infinie et une patience incomparable : des milliers de petits traits, de points minuscules pour réaliser le moindre motif … (Photo Alain MARC)

Spécialement pour vous (car celui-ci était sous vitrine sans pouvoir être consulté) une page de son carnet du Sénégal : c’est une danse tribale liée à un rite de fertilité . Il lui faut 3 semaines pour réaliser une page comme celle-ci !

 Vincent BESANÇON était son voisin de stand . Il vient de Brioude, et architecte de formation utilise le lavis, l’aquarelle et le croquis, procèdés rapides d’exécution pour ramener de ses voyages des planches vivantes et colorées . (Photo Alain MARC)

 

 Voici une double page de son livre « Vietnam », paru récemment aux Editions Gallimard .

Elle se nomme Melle POISON et vient de Nyon en Suisse . Son voyage en Patagonie a été le point de départ d’un joli carnet où j’ai retrouvé la fraîcheur et la pureté des plus jolies images de notre imaginaire faisant penser à des bandes dessinées …

« Quand tu débarques du ferry, tu vois ça ! » … Impression de bout du monde, d’infini, dans chaque page de son carnet des îles Féroé, d’Estonie et de Patagonie .

Stéfano FARAVELLI : l’un de mes carnettistes préféré !D’une immense gentillesse et d’un talent fou . Il a suivi des études de peinture à l’Académie des Beaux-Arts de Turin, puis une maîtrise en philosophie morale et en sciences orientales avant de se consacrer uniquement aux carnets . (Photo Alain MARC)

C’est l’un de ses carnets consacré à sa région, la Ligurie . Admirez la précision, la finesse du trait, la beauté de l’aquarelle et la plasticité de cette mise en page !

Elle aussi est italienne . Elle vient de Florence . Ses carnets sont empreints d’une grande douceur et d’une belle sensibilité . Ils sont doués ces italiens !

Christophe VERDIER en train d’illustrer une page de son carnet .Il dessine un bateau du bout du monde comme celui qui l’a emmené avec les aventuriers de l’Antarctique . Il était l’invité des responsables des Instituts polaires français et italien au cours de la belle aventure qu’il a relatée dans son superbe carnet . (Photo Alain MARC)

 Tempêtes de neige, blanches immensités, bateaux couverts de givre, quelques illustrations de son livre « Mission Antarctique, un été au Pôle Sud » paru aux Éditions Magellan et Cie .

 

Ainsi se termine le dernier article consacré à cette 7ème Biennale des Carnets de Voyages de Clermont-Ferrand . Vous pourrez venir nombreux à celle qui se profile déjà à l’horizon, pour la prochaine session, qui, sans aucun doute sera d’aussi belle qualité !

 

Dès le prochain article, changement total d’ambiance : demain matin, (de bonne heure dans la nuit) je serai en route pour une nouvelle belle aventure dont je vais certainement ramener quelques croquis . Elle va m’occuper plusieurs jours pendant lesquels je serai totalement coupé du monde . J’imagine votre curiosité … Sachez seulement que pour cela j’ai dû pas mal m’entraîner, vous en verrez quelques photos dès demain où je vous ferai partager le secret . Aussi guettez bien ce nouvel article qui va arriver : il servira de transition et annoncera une nouvelle série à inclure dans l’anniversaire de ce blog en cette fin d’année .

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2006 1 20 /11 /novembre /2006 23:27

À la 7ème Biennale des Carnets de Voyages de Clermont-Ferrand …

Premier coup d’œil sur la Biennale : l’ambiance dans les allées … (Photo Alain MARC)

L’un des ateliers que j’ai eu le plaisir d’animer, (approche technique de l’aquarelle rehaussée et du croquis aquarellé dans l’art du carnet de voyage), au cours duquel chaque participant a pu découvrir ces procédés avec l’appui de tout mon matériel vidéo informatique afin de mieux suivre les démonstrations tout en travaillant en simultané … (Photo Katia FERSING)

Passage des visiteurs sur mon stand . En face, les panneaux où mes originaux et ceux de notre carnet de groupe sont exposés… (Photo Alain MARC)

 

Le regard du public sur celui des carnettistes et de leurs fabuleux voyages : c’est un miroir, une projection, un reflet dans lequel nous nous sommes retrouvés .

Auquel nous nous sommes identifiés .

Car qui ne porte pas en elle, en lui, ce rêve toujours recommencé d’aller voir plus loin au bout du monde ou de soi-même, avec l’espoir secret d’en ramener ce rêve concrétisé ?

Et qu’il s’agisse de l’exploration de son jardin ou de la terre Adélie qu’on rêve de traverser, c’est toujours une belle histoire qu’on veut raconter …

Cette histoire nous permet de nous connaître, de nous reconnaître, ou de nous découvrir, de nous affirmer, de nous identifier .

Je me suis toujours demandé si ce n’était pas pour retrouver nos racines qu’on partait !

Aller à la rencontre des racines des autres, de ramener de leur regard dans le notre ce reflet, n’est-ce pas nous renvoyer à nos propres origines, à notre destinée ?

Alors je vous emmène dans quelques-uns de ces regards, dans quelques-unes de ces destinées .

Le niveau de la Biennale était cette fois (selon mon point de vue) très élevé .

Je n’ai guère eu le temps de rencontrer tous mes collègues exposants avec tout le travail que j’avais . Mais j’ai regardé autour de moi pour en retirer quelques coups de cœur que je vais vous faire partager . Je le ferai en plusieurs fois car ce serait trop pour une seule parution, j’y reviendrai encore dans les jours qui viennent pour vous les présenter sachant que je n’ai pas eu le temps d’interviewer beaucoup de tous ceux dont j’admire le travail et apprécie la gentillesse et la disponibilité .

Voici Sarah LETOUZEY : j’ai rencontré Sarah à la Biennale 2004 et ai immédiatement perçu en elle une grande carnettiste et un immense talent . Diplômée de l’ENSAD, ses voyages l’ont emmené au Mali, au Burkina-Fasso, au Népal et en Birmanie . Sa gentillesse n’a d’égal que sa créativité, et son regard profond sur le monde des hauts plateaux du Pays Dogon est fait d’une sensibilité pleine de douceur et de poésie . (Photo Alain MARC)

Une page de « Amani, impressions en Pays Dogon » de Sarah LETOUZEY aux Éditions La Boussole . C’est le produit d’un long séjour dans le petit village d’Amani où elle a mené un projet pédagogique passionnant : partager son expérience d’illustratrice avec les enfants du village . On trouve donc dans son carnet côte à côte les dessins des enfants et les siens . Aquarelles, lavis, crayon, collages, tissus se mêlent intimement pour restituer des atmosphères empreintes de sensibilité …

Emmanuel MICHEL, personnage sympathique et discret, à la grande richesse intérieure, peintre, sculpteur et carnettiste d’un talent rare, exceptionnel dirai-je même ! Originaire de Bourgogne, passionné par l’humain et ses profonds caractères au cœur des populations, il présentait à la Biennale en plus de ses carnets originaux et ouvrages sur le Guatemala, les Marquises et la Guyanne ainsique son livre consacré à ses peintures et sculptures de ces deux dernières années une dizaine de toiles grand format (huile et acrylique), et 5 sculptures de grande taille . (Photo Alain MARC)

 Voici, derrière l’une de ses grandes sculptures à la plasticité épurée et réaliste empreinte d’émotion, l’une de ses toiles à la matière généreuse, où l’espace nous englobe et nous emporte vers de véritables épopées …

 Véronique GROSEIL poursuit l’âme du réel jusque sur les sentiers romantiques d’un regard sensible et acéré . Aussi, ses dessins, aquarelles et collages sont empreints d’une douceur et d’une profondeur qui nous amènent à rêver et à découvrir sous la réalité un imaginaire que nous n’aurions jamais soupçonné : nous sommes dans un instant éternisé aux fuyantes vertigineuses qui ne peuvent que nous envoûter … (Photo Alain MARC)

Extrait de « Amiens Jardins » de Véronique GROSEIL aux Éditions Librairie du Labyrinthe . Ce carnet nous invite à parcourir de très originale façon cette ville et ses jardins en mettant nos pas dans les siens : impression de flotter au dessus d’un univers fascinant et singulier …

Pour terminer cette première série de « coups de coeur » dans les allées, je vais vous présenter l’histoire de Stéphane et de la famille Becker . Stéphane est un petit congolais de 11 mois . Il est venu se faire opérer à Clermont-Ferrand d’une grave anomalie cardiaque . Son extraordinaire et poignante aventure est relatée dans un carnet réalisé par Catherine BECKER au cours du séjour de l’enfant de son accueil à l’hôpital jusqu’à son retour dans son pays … Émouvante épopée qui met en valeur le travail d’une association « L’Auvergne pour un enfant », qui œuvre aussi pour sauver la vie d’autres enfants comme lui, et pour former les médecins qui, dans leurs pays respectifs pourront assurer le suivi de leurs petits protégés . Admiration pour cette association au grand cœur qui réussit depuis 2000, ces formidables paris qui ont tant sauvés de vies !

Comme sur le futur tableau d’école où il pourra plus tard saisir d’autres chances de la vie, l’histoire de Stéphane le petit congolais ...

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2006 1 20 /11 /novembre /2006 09:01

Nos retrouvailles à la 7ème Biennale des Carnets de Voyages de Clermont-Ferrand (suite) …

 

Combien le titre que j’ai donné à l’article précédent était prémonitoire :

- Nous nous sommes retrouvés même si nous ne nous étions jamais vus !

Oui, j’écris cet article en priorité pour vous (pour toi) qui lisez (qui lis) ces lignes et qui étiez (étais) hier à la Biennale parce que je sais que vous vous reconnaîtrez, … que tu te reconnaîtras .

Et pour vous qui n’y étiez pas, pour elle, pour lui, qui ne pouvait venir, je ferai en sorte ce soir par article interposé que vous puissiez vous y retrouver .

Parce qu’il est un voyage encore plus beau que tous les autres, (plus extraordinaire même que les périples nous ayant emmenés à des milliers de kilomètres d’ici), c’est un voyage qui non seulement doit nous étonner, mais aussi nous bouleverser, nous émerveiller, nous plonger dans un rêve extraordinaire devenu vérité au-delà de toutes les vérités : c’est celui de nos regards croisés (et pas seulement dans les escaliers), de nos yeux soudain devenus « mémoire-miroir » où dans le regard de « l’autre » nous nous sommes identifiés, retrouvés, et où nous avons chaviré parce que nous savons que là, intimement, inconsciemment, c’est l’un des plus grands mystères de la vie et le miracle le plus bouleversant et le plus inattendu, qui passant outre nos incontournables réalités, s’est accompli …

Et si c’était cela la Biennale : un rendez-vous que le Destin à travers notre Rencontre, nous aurait donné ?

Par-delà tous les « impossibles », comme pour nous dire « - Je te donne à travers la profondeur et la beauté de ce regard tous les bonheurs du monde dans lesquels déjà tu te reconnais, mais je te mets aussi devant les difficultés que tu peux rencontrer : à toi, à ta volonté d’agir si tu le désires et si tu veux faire un très beau voyage, d’avoir le courage de t’y engager ! » .

Racines à découvrir, racines à retrouver, hier moi avec vous (avec toi) j’ai déjà beaucoup, merveilleusement voyagé, … et pour vous qui n’y étiez pas ce soir je vous y emmènerai .

 

Partager cet article

Repost0
16 novembre 2006 4 16 /11 /novembre /2006 14:53

Nos retrouvailles à la 7ème Biennale des Carnets de Voyages de Clermont-Ferrand .

 

Biennale des Carnets de voyages de Clermont-Ferrand ce week-end 17, 18 et 19 septembre 2006, c'est un rendez-vous incontournable au Palais des expositions du Plydome pour les amateurs de voyages, de créateurs de carnets, d'auteurs, d'illustrateurs et peintres spécialisés, d'oeuvres originales se rattachant aux carnets, les maisons d'édition, et de bien d'autres choses qui rendent cette manifestation passionnante, ce qui explique son succès aussi bien auprès des professionnels qu'auprès du grand public .

La Biennale a deux visages, le « In » (où vous me trouverez) qui met en scène les carnettistes invités, et le « Off » est plutôt un espace d'expression libre, mais les deux espaces intimement liés sont beaux et intéressants .

Je vous invite grandement à visiter le site de la Biennale et consulter le programme qui y est présenté : il y en a pour tous les goûts, avec les réalisations admirables qui seront exposées, des débats, des ateliers, des animations, etc. 

En cliquant sur l'affiche 2007 crée par Gildas FLAHAULT (Grand Prix du Carnet de voyage 2005 auteur de « Je me souviens des hommes », magnifique périple entre Cap Horn et Valparaiso), vous accédez au programme de la Biennale .

En ce qui me concerne, je présenterai à cette manifestation, outre le carnet de voyage « La piste de lumière rose » (voir articles précédents), des originaux de mon Carnet du Maroc, et des pages privilégiées de mon carnet d'Aveyron .

Les carnets de voyages ne concernent pas que les voyages lointains, ils sont aussi le reflet de rencontres et découvertes de proximité ou la narration d'expériences personnelles et humaines particulières comme celui de Damien Roudeau qui a suivi, pendant des semaines, des Compagnons de la communauté Emmaüs ou celui de Kamel Dekhli qui a rapporté un carnet de reportage sur les 1500 familles du quartier d'Azayma de la banlieue d'Istanbul .

Pour ma part c'est donc une rencontre avec l'âme d'une région au terroir très particulier que j'ai voulu exprimer dans mon carnet d'Aveyron « Aveyron, Carnet de routes » (paru aux Éditions du Rouergue) . 

La couverture du carnet d'Aveyron que je dédicacerai pendant la Biennale . Si vous voulez vous procurer cet ouvrage (ou l'offrir pour Noël) et que vous ne puissiez vous déplacer à Clermont-Ferrand , vous pouvez le commander à votre librairie ou le trouver à la FNAC la plus proche de chez vous . (Photo Alain MARC).

Voici le Puy de Gudette en Aubrac, tout au nord de l'Aveyron . Un panoramique double page réalisé à la fonte des neiges, qui fait partie de mon livre sur lAveyron . Le format de l'original est de 30 x 90 cm, il y en a de nombreux autres dans cet ouvrage où j'aborde de nombreux aspects de la vie du pays, sa ruralité, ses traditions séculaires, ses particularités culturelles, son architecture diversifiée, ses paysages superbes, sa faune et sa flore, etc . (Aquarelle Alain MARC)

Cette page de mon carnet du Maroc  sera présentée à Clermont-Ferrand . Elle est conçue dans un esprit très différent . Je l'ai réalisée en technique mixte à l'encre de Chine et à l'acrylique sur fond de collages rehaussés au bronze doré . J'apporterai aussi à Clermont-Ferrand des extraits de mon carnet d'Andalousie, toujours en cours de réalisation . (Illustration carnet du Maroc Alain MARC)

Parmi les animations auxquelles je participerai à la Biennale, il en est 3 qui peuvent vous intéresser :

Dimanche 19 novembre à 11h

Débat : La place du blog dans le carnet de voyage .

A l'ère du multimédia, le carnet de voyage s'infiltre partout, même sur Internet. Il est possible aujourd'hui de suivre les voyageurs grâce à leurs blogs mis à jour régulièrement. Cette nouvelle manière de voyager connaît un développement fulgurant. Accessible à tous, et facile d'utilisation, le blog ne réclame pas les mêmes techniques que celles utilisées par le carnettiste traditionnel. Se pose alors la question de savoir si le blog peut être considéré comme un véritable carnet de voyage ou non et quelle place il occupe aujourd'hui.

Avec Jean-Claude Crosson, auteur de plusieurs carnets édités notamment chez Gallimard, Hervé de Bussac, responsable de la société de Bussac multimédia, et moi-même qui suis auteur de carnets et du blog que vous êtes en train de parcourir .

Ce débat sera animé par Emilie Grelewiez (Il Faut Aller Voir) .

Samedi 18 novembre de 14h à 15h30

« Du croquis aquarellé à l'aquarelle rehaussée, procédés rapides d'exécution »,

Un atelier pour savoir comment tirer le maximum d'expression des sujets abordés en voyage avec efficacité et rapidité grâce aux procédés les mieux adaptés de l'aquarelle .

Samedi 18 novembre de 16h à 17h30

« Technique de la prise de notes dans les croquis de voyage », par Alain Marc

Un atelier pour savoir comment réussir ses notes picturales et les exploiter ultérieurement, lorsque le temps est trop limité pour terminer son travail sur le motif .

Voilà, vous savez tout sur ma participation, vous êtes autant les bienvenus (es) sur mon stand où je serai très heureux de faire votre connaissance ou de vous retrouver, qu'aux débats et aux ateliers (dans la mesure des places disponibles, car je crois qu'il n'en reste plus en tout cas pour les ateliers) .

J'essaierai lundi prochain de faire un petit résumé de cette biennale, en attendant je vous dis « à bientôt à la Biennale ou dans ces colonnes » !

Partager cet article

Repost0
1 février 2006 3 01 /02 /février /2006 18:48

 

À Jean-Christophe LAFAILLE …

 

Depuis plusieurs jours, nous sommes sans nouvelles de toi …

Tu étais à plus de 7000m en chemin pour le sommet du Makâlû quand tu as disparu .

Tandis que l’espoir s’amenuise nos pensées vont vers toi porteuses de ces sentiments profonds et solidaires que ne peuvent connaître ceux qui n’ont aucune expérience de la haute montagne, et nos cœurs sont proche de Katia ton épouse, de Jeremy, du petit Tom .

Qu’est donc la connaissance purement intellectuelle à côté de l’expérience personnelle de la pratique de l’extrême dans nos chemins inexprimables ?

L’Absolu au-dessus des êtres et des choses .

Au dessus du monde d’en bas et des raisonnements simplistes qui refont l’existence en s’imaginant qu’elle se limite aux seules frontières de leurs perceptions, de leurs connaissances ou de leurs concepts …

« Au dessus des êtres et des choses » Aquarelle Alain MARC

 

Devais-je en parler ici ou garder ces phrases au fond de moi dans la grande solitude de ma propre traversée ?

La pudeur du silence n’empêche en rien la brutalité du Destin .

Mais il reste la valeur du partage de chaque forme de pensée : je crois qu’elles s’élèvent comme une prière et peuvent nous transcender .

Alors je souhaite que t’accompagnent dans cette ultime ascension les vocalises en multitude, montant vers toi des monastères au pied des grands sommets himalayens : qu’un improbable miracle puisse quelque part te retrouver .

« Le monastère » Aquarelle Alain MARC

 

Et puis tu étais le professeur de Jean-Seb à l’École Nationale de Ski et d’Alpinisme …

- Peut-être l’as-tu rejoint maintenant, et volez-vous ensemble par-dessus les sommets, dans un immense ciel tout bleu comme le rêvent les hautes cimes ?

« Voler dans un rêve bleu » : Jean-Sébastien, avait composé cette musique quelques semaines avant sa propre disparition . Je te la dédie parce qu’il l’aurait fait lui-même, sans rien trahir de sa pensée …

Et toi, Jean-Seb, pardonne-moi si je n’en publie que les premières mesures, (et encore bien filtrées), car je ne voudrais pas que quelqu’un puisse te la dérober .

 

« Voler dans un rêve bleu » les toutes premières mesures d’une musique originale de Jean-Sébastien sur une aquarelle que j’ai titrée « Chomolungma, Tibétaine déesse mère de la terre, Sagar Matha, la Népalaise haute dans le ciel » .  

                          

(attendre 7 mn de téléchargement en 56K avant de lancer l'écoute)

 

Le mardi 31 janvier 2006, un hélicoptère a survolé le Makâlû par grand beau temps vers 7000 m pendant 3/4 d’heure en apercevant la tente de Jean-Christophe à 7600 m, sans signe de vie .
Jean-Christophe a disparu entre 7600 m et le sommet.


Communiqué de Katia Lafaille sur son site mercredi 1er février 2006 9:00

« Ce 1er février je pars pour le Népal.
Le 4 février, je vais faire une reconnaissance en hélicoptère du Makâlû (la même que celle qui a eu lieu hier le 31 janvier). Je guetterai encore les traces de mon mari dans l’immensité de l’Himalaya et lui dirai « Au revoir » au nom de son « pt’it gars » Tom… et de Jérémi.
Je récupérerai ensuite son équipement au camp de base avant de retourner sur Katmandou.

Merci de l’hommage que vous rendez à Jean-Christophe, un papa, un mari, un alpiniste exceptionnel et irremplaçable.

Katia Lafaille »

 

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2005 1 19 /12 /décembre /2005 18:42

Aquarelle et dédicaces .

 

 Un petit clin d’œil à toutes celles et ceux qui ont eu l’occasion de me rencontrer ou de me retrouver lors des séances de signatures et dédicaces de cette fin d’année : en librairies ou grandes surfaces, seul ou avec d’autres auteurs, médiatisées ou pas, un grand merci pour les achats de mon carnet de voyage en Aveyron offert comme cadeau de Noël ou de nouvel an : encore une aquarelle originale en dédicace de première page qui vient s’ajouter à celles du livre, sûr qu’elle sera appréciée par les heureux bénéficiaires !

Moments chaleureux et conviviaux ils laissent d’agréables souvenirs, et sont le point de départ d’une sorte de chaîne d’échange et d’amitié dont les livres sont les maillons …

Une occasion aussi de côtoyer mon ami Daniel CROZES talentueux auteur des Éditions du Rouergue qui présentait son 14ème roman, où il raconte dans « Mademoiselle Laguiole » l’histoire de Mathilde, une femme moderne de la belle époque, qui bien que vivant au fond de l’Aubrac où elle dirige l’entreprise familiale de coutellerie, va dynamiser le renouveau de son village, contribuer à la naissance de la station de skis de sa commune, et participer à l’émancipation des femmes de sa région .

 

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2005 1 12 /12 /décembre /2005 23:00

Je vous ai déjà parlé de mon père, cet artiste voyageur, peintre, sculpteur, et talentueux compteur qui a tant influencé mon existence .

Ne voilà-t-il pas qu’il s’est mis dans la tête il y a quelques mois, d’exposer à nouveau malgré la maladie, la fatigue et le manque de moyens qui le clouent à la maison de retraite où son suivi médicalisé ne lui laisse que peu de possibilités pour s’exprimer .

L’an dernier, suite à son accident du début de l’été, il n’avait pu se rendre à l’exposition qui avait été organisée pour lui à Palo-Alto aux États-Unis, et sa création s’était interrompue de façon très brutale .

Avec mes frères et sœurs, (ses enfants mais aussi avec ses petits enfants), nous avons décidés de le soutenir dans ce projet un peu fou, d’une incroyable ambition vu son état de santé depuis ce moment-là …

Organiser la manifestation près de lui était la seule solution pour qu’il puisse y participer, pour au moins saluer ses amis venus au vernissage, et voir ce qu’allaient « donner » ses derniers travaux encadrés, accrochés aux murs de la salle d’exposition .

« Musiciens », l’une de sculptures colorées réalisées par Jean-Marc il y a un peu plus d’un an . Les musiciens sont installés sur le chariot, symbole de l'itinérance . Ce sont aussi des saltimbanques, ils représentent le voyage, le leur certes, mais aussi le notre lorsque nous nous projetons en eux . Ici c'est le voyage qui vient à nous à travers les vêtements, les récits,  les notes et mélodies colorées qu'ils raportent de pays lointains, qui nous enchantent et nous font rêver . Avec eux nous nous évadons le temps d'une représentation, d'un spectacle ou d'un concert . On voit en partie sur le mur en arrière une huile sur toile inspirée par les hivers cordais, quand la neige illumine les rives du Cérou, avec dans le lointain la cité médiévale de Cordes-sur-Ciel . Les saltimbanques passent parfois en hiver lorsque tout est figé, nous apportant la fête et l'exotisme d'un ailleurs qui nous réchauffe alors l'esprit et le coeur, comme nous pour nous inciter à faire nos bagages et devenir en quelques sortes nous aussi des baladins capables de faire reculer l'hiver ...

Le vernissage a donc eu lieu samedi 10 décembre dernier dans le « salon panoramique » de la maison de retraite de Cordes, où une dizaine d’aquarelles et dessins récents ainsi qu’une vingtaine de sculptures et de peintures plus anciennes étaient présentés .

Ses amis les plus proches étaient venus nombreux l’encourager et le saluer, et ce fut comme une belle fête qu’il nous offrait, comme un trophée gagné de haute lutte sur les jours les plus difficiles de sa vie .

Lui qui a rempli tant de merveilleux carnets ramenés des quatre coins du monde mais qui ne peut plus se déplacer aujourd’hui, il nous livre des personnages innombrables, énigmatiques, aux mille petits visages qui nous scrutent de leur regard profond, des scénettes bouleversantes surgies des méandres de sa mémoire comme s’il les ramenait d’un très lointain voyage .

Elle est là, la plus belle des évasions : elle nous dit que le voyage est encore possible tant qu’il existe au fond de soi la possibilité de se battre pour donner un visage à l’espérance …

- N’est-ce pas cela un beau cadeau de Noël ?

 

Personnages et animaux autour des vendanges, dessins récents de mon père, extraits d’un ensemble de motifs intimistes et émouvants .

Partager cet article

Repost0
23 novembre 2005 3 23 /11 /novembre /2005 12:58

6ème Biennale, premières photos, premières impressions …

Comme d’habitude, la foule était au rendez-vous, avec un vendredi peut-être moins fréquenté que pour la session précédente, mais une affluence plus accentuée pour le samedi et le dimanche .

Environ 120 exposants répartis entre le « In » (sur 5 niveaux Maison de la Culture) et le « Off » (sous chapiteau Place des Salins) présentant leurs ouvrages et originaux, de nombreux films et conférences, des débats rencontres, un programme spécial pour les jeunes, 8 prix importants décernés pour les œuvres et auteurs les plus méritoires, des ateliers ouverts gracieusement (sur réservation) au public, une boutique d’objets et publications uniques non éditées (réalisés par les « carnettistes » exposant) et un vaste espace librairie (animé par la Librairie des Volcans) proposant la majorité des carnets actuellement édités - j‘y ai trouvé l‘excellent carnet en italien de Stefano Faravelli sur le Mali -, voilà ce qu’était la biennale, sans oublier les traditionnels lieux conviviaux (café -restauration, dont l‘intéressant Café Lecture Les Augustes) . Invitée d’honneur : la Chine .

Vue d’une partie de l’espace de la Librairie des Volcans (eux ne sont « pas venus pour rien », un succès largement justifié par un choix énorme et judicieux d’ouvrages consacrés aux carnets de voyages ) .

La belle affiche de Christophe Merlin (lauréat du Grand Prix du Carnet de Voyage 2005 avec « Saint-Louis du Sénégal »), donnait le ton de la tendance 2006 : influencée par la BD .

Le dessin et l’aquarelle « classiques » (encres, pigments, etc.), les photos (et photos montages), les collages, dominaient les techniques utilisées, mais l’arrivée de jeunes (un peu moins pour certains) graphistes et illustrateurs talentueux venus de la sphère « bande dessinée », ou la volonté manifeste de la part de quelques « carnettistes » de s’exprimer par ce moyen, marquait d’une empreinte particulière plusieurs stands tels ceux de Johanna (Taiwan, « Née quelque part » Éditions Delcourt) ou de Céline Roussel et Samuel Chardon (« Égypte » Éditions l’Oiseau Porte-plume) .

Croquis aquarellé rapide de visiteurs découvrant les stands .

Une partie de la couverture du livre « Aveyron, Carnet de routes » ( je reviendrai sur la réalisation de ce carnet plus tard ), pour lequel j’étais invité à la Biennale de Clermont-Ferrand, et dont je présentais de nombreux motifs originaux sur le stand .

Pris par les séances de dédicaces (pour mon livre « Aveyron, carnet de routes » - Éditions du Rouergue -), les interviews, l’atelier où j’animais une séance concernant croquis aquarelle et aquarelle rehaussée, ou retenu sur mon stand, (avec des visiteurs avertis, esthètes, compétents, curieux et enthousiastes), je n’ai pas eu le temps de visiter convenablement cette biennale, mais j’ai pu « repérer » d’excellentes choses comme l’ouvrage collectif (« Banlieue nomade » Éditions Alternatives) d’une bande de copains particulièrement doués (es), les nus pleins de sensualité des ouvrages de Lax (« Red Movie », « Ma cavale au Canada », et « Le droit d’azur » aux Éditions Paquet), enfin les carnets d’une rare valeur picturale et plastique de Martine Chantereau (carnet du Yémen) .

Trois visiteurs devant un carnet de voyage, croquis aquarellé .

Á ce sujet (celui de la valeur picturale) il est à noter que le travail des auteurs privilégiant une démarche globale (dont Martine Chantereau, Marc Gontier et Hélène Latte, Michel Montigné, moi-même, etc.,) continue de s’affirmer et résiste aux effets de mode : c’est un constat intéressant et réconfortant, car ce type de démarche est basé sur la continuité des origines du carnet de voyage inspirée d’un incontournable « classicisme », il conviendra d’en suivre l’évolution dans l’avenir …

Parmi les effets émulateurs et stimulants de cette manifestation, il est à noter les échanges qui se produisent souvent entre exposants et visiteurs réalisant des carnets du plus grand intérêt : ceux qui les emmènent avec eux les soumettent parfois à notre modeste critique, nous demandant appréciations et points de vues .

Ils peuvent en être très fiers, et je vais vous parler de l’un d’entre eux qui mériterait d’avoir un jour sa place dans cette biennale : il s’agit de celui de Catherine HERREN, consacré à Marrakech, commencé lors d’un séjour que nous avions faits ensemble là-bas à l’occasion d’un stage .

Visiteuse talentueuse de la biennale : Catherine HERREN et son beau carnet de voyage sur Marrakech . Travail de terrain réalisé lors d’un stage que j’animais dans cette ville au cours de l’automne 2004 et ensuite d’atelier avec collages et matières en techniques mixtes qui viennent renforcer dessins, textes et aquarelles, au format 35 x 50 cm .

Elle avait déjà réalisé un travail énorme sur place, et la mise en forme du carnet en plus grand format et à l’atelier donne un résultat du plus bel effet, avec collages, photos et matières qui viennent en appoint mettre en valeur le texte, les dessins et les aquarelles . Le tout est harmonieux, et les chaudes couleurs du Maroc reflètent bien ce séjour rempli de lumière, d’odeurs et de sonorités empreintes d’exotisme …

 

Une page du carnet de voyage de Catherine HERREN sur Marrakech, consacrée à la boutique de l’herboriste .

Une page du carnet de voyage de Catherine HERREN sur Marrakech, consacrée au souk des teinturiers, lieu de rendez-vous privilégié des peintres et des photographes dans la médina .

En ce qui concerne l’ensemble de la Biennale au niveau des choix thématiques, les voyages et séjours qui constituent la quasi-totalité des carnets édités couvrent maintenant presque tous les pays du globe et quasiment toutes les régions de l’Hexagone et des DOM TOM .

Seule une petite partie des ouvrages parus concerne l’historique et l’étude du phénomène « carnet de voyage » (voir les excellents ouvrages de Farid Abdelouahab : « Ces Merveilleux Carnets de voyages » et « Carnets de Voyages en France » Sélection du Reader’s Digest), la réalisation de ces mêmes carnets, et l’étude d’auteurs peu ou pas connus .

Pour conclure ce regard sur la biennale depuis « l’envers du décor », un petit message personnel à l’intention de Marisa, Pascaline et François qui ont eu la gentillesse de bien vouloir « garder » mon stand lors de mes absences obligées : encore merci !

Enfin bravo à toute l’équipe de l’Association « Il faut aller voir », organisatrice de la manifestation, qui se dépense sans compter pour faire de ce rendez-vous une référence dans le domaine des carnets de voyages .

Voici son site (à visiter absolument) : www.biennale-carnetdevoyage.com

Partager cet article

Repost0