vos carnets de voyages - Aquarelliste et peintre voyageur
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Aquarelliste et peintre voyageur
  • Aquarelliste et peintre voyageur
  • : En peinture, l'art de l'aquarelle est un mode d'expression qui va des carnets de voyages à la création de tableaux : en voici les différentes facettes inspiratrices, techniques et créatives selon Alain MARC ...
  • Contact

Me joindre, les stages, etc. :

Pour m'écrire, cliquez ici

Pour le calendrier des stages 2022 cliquez ici

Plein de nouveautés vous attendent !

(pour les tarifs et disponibilités me les demander directement en cliquant ici)

-  Les stages "aquarelle" dans l'Hexagone sont ouverts aux débutants et aux pratiquants déjà confirmés souhaitant se perfectionner : ils ont pour but d'apporter efficacité et aisance d'expression à l'aquarelliste de terrain. Nombreux sont les aquarellistes issus de mes stages ou passés s'y perfectionner depuis 4 décennies...
- Les stages "carnets de voyages" sont une véritable immersion dans la pratique du carnet de voyage et de l'aquarelle sur le terrain, orientés "autonomie" ils sont ouverts aux stagiaires ayant assez de pratique pour en profiter pleinement . De la Provence au Jura Oriental et jusqu'en Aragon, ce sont quelques destinations où vous pourrez aller en 2022...

- Tous les stages sont différents, n'hésitez pas à m'en demander les informations par courriel (voir plus haut) .

-------------------------------------------------------------------------------------------

Voici où trouver vos meilleurs

produits aquarelle

et carnets de voyage

chez "Aquarelle et Pinceaux" .

En cliquant sur l'image ci-dessous, vous accédez à mes choix

 personnels de fournitures et couleurs les plus belles et efficace

en aquarelle de voyage. Ensuite, en cliquant sur chacune d'entre-elles,

vous pouvez les commander directement chez Aquarelle et

Pinceaux sans avoir à chercher les références dans leur catalogue :

Fournitures, produits et couleurs aquarelle
Fournitures, produits et couleurs aquarelle

Vous aimez ce blog ?

Alors, découvrez le site d'Alain MARC :

width="300"

 

Et abonnez-vous à sa newsletter,

cliquez sur ce bouton :

vous y retrouverez tous les futurs articles publiés ici,

plus complets, plus documentés,

plus riches, dans le respect et

la confidentialité de vos données personnelles !

(Et n’oubliez pas de confirmer dans l'e-mail sui vous sera envoyé pour vérifier votre adresse !)

-----------------------------------------------------

Extraits vidéo d'Aquarelle en Voyage :

 

 

Recherche

Partenaires

Voici où trouver vos meilleurs

produits aquarelle

et carnets de voyages :

chez "Aquarelle et Pinceaux" !

En cliquant sur l'image ci-dessous, vous accédez à mes choix

 personnels de fournitures et couleurs les plus belles et efficace

en aquarelle de voyage. Ensuite, en cliquant sur chacune d'entre-elles,

vous pourrez les commander directement chez Aquarelle et

Pinceaux sans avoir à chercher les références dans leur catalogue :

Fournitures et couleurs aquarelle

 

 

Andalousies

«Andalousie, la Route d’Alain MARC», carnet de voyage de Pierre NAVA
Découvrez article après article en cliquant sur les vignettes ci-dessous le carnet spontané de Pierre m’accompagnant en Andalousie, et les «Petites Histoires vidéo» qu’il m’a inspirées :

La-Barca-1b-Pierre-Nava.jpg

Préambule

La Barca 2a Pierre Nava

L'étape de Peniscola

Andalousie b Pierre Nava

Sur la route de l'Andalousie...

Moulin-b Pierre-San Jose 2

Au Cabo de Gata

Bateau Pierre Isleta 3b

La Isleta del Moro

Huebro Pierre vignette

Huebro, la montagne enchantée

Pierre-Nava-Guadix-4-copie-1

Guadix, les maisons troglodytiques

Rio Fardès

Le rio Fardés

24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 10:00

Canton, Guangxi, Guizhou …

Je poursuis aujourd'hui ma série de billets consacrée en cette période de fêtes à d'anciens élèves ou stagiaires créant en ce moment un événement, une exposition, un site ou un blog, avec Jacqueline KUNTZER, pour la publication de son dernier carnet de Chine dans la communauté Google, nous fait découvrir ce pays millénaire avec verve graphique et fascination, émerveillement et spontanéité .
Si quelqu’un connaît vraiment ce pays, c’est bien elle, son compagnon aussi, qui y vécurent si longtemps.
Son regard à la fois tendre et attentif sur un monde ancestral en pleine mutation, souvent rural, généralement éloigné des problèmes et préoccupations des sphères dirigeantes, sa curiosité pour l’autre facette très moderne de l’immense pays aux nombreuses nationalités rendent encore plus intéressant le parcours de son carnet.
C’est avec générosité qu’elle nous en fait partager ces quelques extraits marqués par l’empreinte même de « l’esprit chinois » : il y a comme une respiration dans ses pages, une sorte d’équilibre entre le Yin et le Yang, un ressourcement auprès des éléments naturels, de la vie des populations locales, des merveilles d’un artisanat à la fois simple et extrêmement ingénieux…
Quel chemin accompli depuis le stage «Djanet, une oasis en pays touareg» où elle découvrait les subtilités du carnet de voyage !
… Et puis, il y a eu « sa » Chine qu’elle retrouvait pour la première fois
en carnettiste lors du stage du Yunnan d’il y a trois ans : un véritable mise en situation des acquis précédents.
Il faut dessiner et peindre sans complexes, conscients que ce qui fait la valeur d’un carnet de voyage authentique c’est le fruit de ce subtil rapport entre ce que nos sens captent sur le motif et les traces que nous laissons dans notre carnet, surtout lorsque la sincérité en est le moteur, comme dans le travail de Jacqueline KUNTZER.

Jacqueline Kuntzer 1    Yuangshuo, dans l’esprit de la tradition picturale chinoise…
Jacqueline Kuntzer 2«Au parc le matin …», une légèreté typiquement extrême-orientale.
Jacqueline Kuntzer 3Observation et témoignage : être au plus près des choses et des gens…
Jacqueline Kuntzer 4Ici, la prédominance du trait donne une plus grande force au motif que s’il avait été entièrement traité à la couleur.
Jacqueline Kuntzer 5«Datang village Miao» : on retrouve ici la dominante ocre rouge si caractéristique de nombreuses terres chinoises. On n’oublie jamais un village comme celui-là, car l’atmosphère qui y règne est intimement liée à son terroir.
Jacqueline Kuntzer 6Deux dessins suffisent parfois pour résumer une journée entière…
Jacqueline Kuntzer 7Avec ce dernier extrait du carnet de Jacqueline, l’évocation du voyage prend tout son sens puisqu’elle nous donne envie de voir plus loin que l’horizon de cette montagne…

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 11:15

Ce qui compte de plus, dès le départ, c’est de se faire plaisir !
Peu importe les erreurs du début, on les domine petit à petit, on s’améliore au fil du temps, au fil de la pratique, il ne faut pas qu’elles nous arrêtent, nous paralysent, et ce qui était autrefois épreuve insurmontable devient avec le recul problème maîtrisé, de belles étapes jalonnant le parcours de l’aquarelliste jusqu’à une affirmation nette de sa personnalité.
Dans ma série de billets consacrée en cette période de fêtes à d'anciens élèves ou stagiaires créant en ce moment un événement, Jacques ALBERT est de ceux-là qui motivés par un enthousiasme débordant, par une joie de dessiner et de peindre avec bonheur le monde autour de soi, ont su donner du sens à leur travail par-delà des difficultés qui entravaient leur cheminement.
Au point que ce qui aurait pu être très pénalisant lors d’une formation académique rigoureuse, devient atout majeur dans une expression libérée de toute contrainte.
Mais la réussite dans ce domaine est très subtile, ténue même, car on chemine dans un équilibre difficile à garder, et s’il s’en sort si bien Jacques, renvoyant par la couleur au kaléidoscope de la vie, par ses personnages (éléments indissociables de leur environnement) à la spécificité de leur existence, c’est qu’il arrive à capter la « sonorité » des univers qui l'intéressent, leur musique propre, ce qui l’affranchit parfois de la perspective dans sa spontanéité, en donnant à certaines de ses aquarelles un côté « aérien » très original qu'on verrait comme trait de génie dans l'oeuvre d'un Marquet ou d'un Chagall.
Jacques vient de lancer son blog sur Internet : je vous invite à aller le visiter en cliquant ICI, profitez-en pour l’encourager !
J’aime beaucoup son carnet de Lisbonne (qui lui a valu un prix du public à Metz), et c’est avec plaisir que je retrouve dans ses publications quelques souvenir communs dont un de ce stage du Maroc que nous ne sommes pas prêts d’oublier, je me souviens particulièrement du souk de Tahanaoute où nos héroïques stagiaires dessinaient debout, serrés les uns contre les autres, sollicités de toute part au milieu d’un hourvari multicolore et d'un tintamarre invraisemblables : un vrai «baptême du feu» carnettiste qui devait définitivement les guérir de toute timidité picturale !
Jacques Albert 1«L'ascensor Da Bica» à Lisbonne de Jacques ALBERT : on entend bien le grincement de ferraille des roues crissant sur les rails, et le soleil du Portugal passant par-dessus les toits à travers câbles et fils électriques nous éblouit presque dans le jeu des ombres et des lumières.
On perçoit même des odeurs de friture passant par les fenêtres au milieu des bruits de la ville, mêlées à la sonorité émouvante et mélancolique de quelque fado…

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 12:33

240 km en 7 jours en tenant le guidon d’une main, et (presque) pinceaux, carnet et aquarelles de l’autre, imaginez ce que cela peut donner !
…Ou plutôt ne l’imaginez pas, regardez-en un extrait à travers ces trois aquarelles du périple de Nicolas DÜRR aquarelliste et photographe tout au long du Canal du Midi il n’y a pas si longtemps de cela.
C’est à lui que je consacre aujourd’hui mon petit coup de projecteur dans ma série de billets consacrée en cette période de fêtes à d'anciens élèves ou stagiaires créant en ce moment un événement, car, ancien stagiaire de sessions mémorables, il nous fait part en cette quasi veille de Noël avec sa mise en ligne sur «flick» d’un travail considérable qu'il a accompli d’abord en tant que photographe et aquarelliste passionné, ensuite comme «urban sketcher» assidu qui ne cesse jamais de travailler (je vous invite entre autres à découvrir ICI l’intéressant résultat de ses exercices réalisés dans la neige pendant notre dernier stage d’hiver de La Fresse en Jura Oriental en mars dernier).

Comme quoi apprendre à se débrouiller en conditions hivernales, peut mener à une expression affirmée mettant bien en valeur sa passion pour le monde qui nous entoure (ce qui en rebuteraient plus d’un avec le froid alors que ce sont des lumières, des ambiances et un bonheur des yeux incomparables en plus de grandes joies qui sont vécues là).
Ajoutez à cela la simplicité de Nicolas, la sympathie enthousiaste qu’il sait provoquer autour de lui doublée d’une grande modestie et d’un certain recul par rapport à son travail et vous obtenez l’expression d’une personnalité qu’il va falloir suivre avec attention, porteuse d’avenir et de belles promesses.

Les classeurs Flickr de Nicolas :

http://www.flickr.com/photos/nicoweb/collections/

Ses travaux graphiques :

http://www.flickr.com/photos/nicoweb/collections/72157630344361944/

Ses 64 albums du Canal du midi correspondant aux 63 biefs, aux écluses qui les retiennent et au trajet qui relie la dernière écluse au Phare des Onglous :

http://www.flickr.com/photos/nicoweb/collections/72157630344494464/


Je vais donc continuer pendant ces périodes de fêtes de publier de nouveaux articles mettant en lumière quelques amis (es) anciens stagiaires qui créent en ce moment des évènements ou mettent en ligne le fruit de leur travail et de leur expérience (que me pardonnent celles ou ceux que j’oublierais, tous ne me font pas part de ce qu’ils font publiquement en ce moment et ils sont très nombreux).
C’est un petit cadeau de Noël à ma façon que je souhaite leur faire avec ces modestes «coups de projecteur», mais c’est en même temps une sorte d’autre petit cadeau que je vous adresse, car à travers leur travail (même pour ceux d’entre eux - elles - qui n’en sont qu’au premier stade de leur «lancement»), leur talent, leur réussite, c’est avant tout la preuve qu’avec un peu de volonté, de pratique et beaucoup d’enthousiasme on peut aller très loin sur le chemin de nos passions !

C'est en fin d’année la moindre des choses que je vous souhaite.

Ecluse-de-la-DouceCette écluse est située en amont de Carcassonne. Nicolas DÜRR l’a réalisée un an avant son périple en vélo.

le jeudi 16 août 2012, arrivée sur HompsVoici son « arrivée sur Homps » (Homs est une très belle étape sur le Canal du Midi) le jeudi 16 août 2012, lors de son parcours en vélo.
le jeudi 16 août 2012, arrivée sur Homps 2Celle-ci a été réalisée simultanément avec la précédente, elle est d’autant plus intéressante qu’on y voit bien comment l’aquarelle est « l’instantané du peintre » : la péniche à gauche s’éloigne et s’approche de la passerelle, l’aquarelle est plus légère, plus spontanée, plus lumineuse que la précédente, cela est aussi le fruit de l’immersion dans la magie d’une pratique où, au bout de quelques instants on ne fait plus « q’un » avec ce que l’on peint…
Neige Nicolas Dürr 1Avec ce paysage de neige nous somme plongés dans une autre atmosphère où la sérénité, le silence et la beauté de l’hiver sont plus qu’une promesse pour le regard du peintre : c'est le début de futures métamorphoses créatives ! 

Il a réalisé celle-ci lors du dernier stage d’hiver en Jura Oriental (la future session aura lieue en mars prochain), si ce n'est déjà fait vous pouvez découvrir les autres exercices de Nicolas pendant ce dernier stage en cliquant sur son aquarelle ci-dessus

Partager cet article

Repost0
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 08:12

Il existe toutes sortes de carnets, de tous les formats, de toutes natures. Ce qui compte c’est qu’ils soient le reflet de notre regard, de notre perception du monde. Peu importe leur volume, leur dimension, pourvu qu’ils soient sincères, authentiques, vrais…
La façon de s’exprimer rend alors toute sa valeur, toute son intensité à la beauté de l’instant qui est forcément toujours unique et infiniment précieux, ce que nous oublions souvent trop vite dans la course du temps qui passe et la banalisation du monde qui nous entoure, surtout si celui-ci nous est familier.
Alors le carnet devient non seulement l’outil idéal (à la portée de tous) pour sauvegarder ces instants, pour les «éterniser», mais aussi pour les prolonger et leur rendre vie dans notre mémoire chaque fois qu’on en feuillette les pages : le carnet est ainsi une formidable machine à remonter le temps !
Dominique VILLARD, dans ma série de billets consacrée en cette période de fêtes à d'anciens élèves ou stagiaires créant en ce moment un événement, nous entraîne aujourd’hui avec cet extrait d’un nouveau carnet «à remonter le temps» dans un quartier attachant de Paris, où son regard nous dévoile aussi un reflet de son âme.


PANAME AOUT 2012

 

PANAME AOUT 2012 1

 

PANAME AOUT 2012 11

 

PANAME AOUT 2012 5

 

PANAME AOUT 2012 6

 

PANAME AOUT 2012 7

 

PANAME AOUT 2012 8

 

PANAME AOUT 2012 9

 

Si vous avez aimé les extraits de ce carnet vous aimerez aussi ceux-ci : allez les voir ici et !

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 21:27

Vous savez que j’ai commencé il y a peu de temps (avec Jackie FOURMIES) une courte série de billets consacrés à d’anciens (es) stagiaires ou élèves - toujours amis (es) bien sûr -, qui se distinguent en cette fin d’année par une création, une exposition, le lancement d’une nouveauté ?
Hors, il n’est pas forcément besoin pour que l’intérêt de ce qu’on réalise soit grand, que l’oeuvre en question soit immense, gigantesque, considérable, incontournable médiatiquement, que ce soit un chef d’œuvre qui marquera l’histoire de l’art d’une façon ou de l’autre : non, on peut créer pour le simple plaisir de créer, se faire plaisir à soi-même, parfois avec peu de choses, mais avec sont cœur d’abord, son regard ensuite, son enthousiasme, sa spontanéité, et là, le talent trouve toujours un terrain favorable pour faire éclore l’originalité sans bannir l’authenticité, pour donner vie, gaîté et poésie à ce que l’on fait. C’est d’ailleurs ce que je préconise comme premier moteur à une démarche carnettiste : suivre son désir, dessiner et peindre comme on veut, traduire ce qu’on voit sans trop se poser de questions, dans l’instant de notre « ressenti », avec cet amour du monde et de la vie qui repousse les horizons, qui ouvre nos portes intérieures sur une merveilleuse liberté.
Dominique VILLARD est de ce courant de carnettistes insouciants et sincères, réalisant des amours de petits carnets en tous lieux, tous moments, avec tous sujets.
Je ne sais plus lors de quel stage nous nous sommes connus, mais ce que je sais c’est que j’ai toujours éprouvé un vrai bonheur à la voir dessiner ou peindre, à partager son enthousiasme devant telle ou telle chose, tel instant ou tel autre, faisant de nos souvenirs au palais de l’Alhambra à Grenade autant que de simples rochers sur la Côte Vermeille des moments si précieux, indéfinissables et hors du temps, que les pages réalisées porteront définitivement très haut, les couleurs d’une approche épurée de la beauté.
Découvrez ci-dessous le premier extrait de deux récents carnets qu’elle nous transmet (le suivant dans le prochain billet), et vous y retrouverez de la joie de vivre, vous verrez combien il est agréable de partir en voyage parfois tout près de chez soi, pourvu que notre regard reste émerveillé !
Colera est une petite plage de la Costa Brava en Espagne, proche de Llança :

la plage de Colera
la plage de Colera 1
la plage de Colera 2
la plage de Colera 3

Partager cet article

Repost0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 14:17

Miroir d'âmes 1J’ai le plaisir de vous présenter aujourd’hui un livre admirable d’une jeune carnettiste photographe (et peintre puisqu’elle s’ouvre à ce nouveau domaine depuis pas très longtemps) qui est partie au bout du continent indien en quête des beautés originelles de la vie qu’elle a découvertes dans le regard de l’enfance .
De son voyage initiatique et intimiste elle nous ramène plus que de bouleversants portraits : elle nous offre les clés d’une véritable régénérescence de notre être, une projection dans une lumière et une pureté rajoutant de très profondes dimensions à notre existence parce que c’est notre propre regard qu’elle enrichit et qu’elle nourrit par la rencontre de celui de ces « enfances » .
Car il ne s’agit pas seulement de visages d’enfants auxquels nous sommes confrontés dans ce livre grâce à ses merveilleux clichés : ce sont autant d’histoires inconnues, autant d’enfances qui sont aussi les réminiscences oubliées (par-delà nos différences de civilisations et d’existences) de notre propre enfance avec un sens poétique et une spiritualité extrêmement touchants .
C’est d’abord pour cette raison (outre l’excellence de ses clichés) que le livre de Virginie PIERREFIXE est un beau livre emblématique des perceptions de la vie projetées vers l’avenir dans les yeux de l’enfance, ...à avoir absolument dans sa bibliothèque !
Virginie la photographe, mais surtout Virginie la femme sensible et profondément humaine touche en cela à l’universalité, elle touche chacune, chacun d’entre nous, et ce fut un vrai plaisir autant qu’un honneur pour moi de lui écrire la préface de ce livre.  
Je vous invite à visiter son site (en cliquant ici) et en savoir plus sur l’auteur et sur le livre, je sais si vous le lui commandez  (ici, n'hésitez pas à le faire de ma part) qu’il fera partie des plus beaux ouvrages de votre bibliothèque .


Extrait du livre :

L'enfant me divulgue toute sa vérité et son immense beauté. En m'approchant de lui, je comprends que ses qualités font partie de moi.
Son regard dans le mien, il me murmure :
" Ô belle amie, reconnais moi, regarde qui je suis... Ouvre-moi ton cœur. "
Au cours de notre rencontre, l'Enfant suprême me fait explorer son jardin secret et m'emmène avec lui dans ses rêves...
Je m'incline avec candeur devant tant de sagesse. Son regard pur et profond me délivre les secrets de l'existence.
Ce petit ange revient me chuchoter :
" En un clignement d'œil, offre ta vie à ce que tu vois... Efface-toi pour laisser place à la lumière. Légère, vole au service de l'humanité.
Abandonne-toi à l'invisible et fusionne toute entière avec la création.
Arrête le temps... Puis révèle ce qui est loin des yeux et près du cœur.
Diffuse mes paroles dans l'univers et redescends les merveilles sur la terre. "
L'enfant relié à l'absolu sans aucune limite, soulève le voile et transmet, à toi qui lis ces mots, ce message venu d'ailleurs...

Virginie PIERREFIXE

Partager cet article

Repost0
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 23:33

Pour celles et ceux qui m’ont un jour accompagnés (es) dans un stage carnet de voyage ou une autre quelconque formation vous savez combien je soutiens et encourage qui m’a un jour accordé sa confiance et que j’ai pu aider .
Chaque fois que j’ai ainsi pu rendre hommage au fruit d’un travail réalisé et à celle ou celui qui en est à l’origine je l’ai fait, et le moment est aujourd’hui arrivé de féliciter et vous faire connaître Laurette GEVAUDAN et ses carnet du Tibet et du Lexiagou, une région peu connue du Yunnan .
Travail particulièrement intéressant s’il en est dont j’ai été témoin dès les premières pages et sur le terrain pendant l’un de mes récents stages carnets de voyages, puisqu’elle y participait .
Je ne vous parlerai pas du parcours de Laurette, mais ce que je vous dirai c’est qu’elle expose le résultat de cette épopée très prochainement, et si vous passez bientôt par la région de Valence ou y habitez, il ne faut pas le rater !
Allez au vernissage de ma part, transmettez-lui mes amitiés et laissez-vous conduire dans ces contrées superbes et reculées, vous verrez, vous ne le regretterez pas !
Carton Laurette 1Ce que je pourrai dire de son travail c’est qu’elle s’intéresse à ces mille moments qui font la beauté fugitive des choses de la vie, et qu’il est si difficile de traduire si on a su les voir lorsque les mots ne suffisent plus : profondeur d’un regard, révélations implicites d’une attitude, splendeur d’un paysage, symboles livrés par le hasard, tout un univers qui nous envoûte quand on sait le décrypter .
Bild 409En témoigne cette vieille femme dont le regard sur la vie en dit plus long que bien des discours …
Cela Laurette avec son exposition va avec vous le partager .
Alors notez bien sur vos tablettes, sur vos agendas, sur vos carnets ce rendez-vous à Valence le 26 mai et les deux semaines qui suivent :
Affiche Laurette 1

Partager cet article

Repost0
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 23:43

- Peut-être avez-vous déjà parcouru le carnet de voyage (textes, photos, aquarelles, enregistrements sonores) que j’avais placé il y a quelques années sur le site Calaméo «Andalousie, Route du Califat» ? 

null

Si vous connaissez ce récit passez au paragraphe suivant, mais si ce n’est pas le cas il vous suffit de cliquer sur l’image du carnet ci-dessus pour l’ouvrir sur votre écran, et après avoir fermé la publicité qui s’affiche en bande noire sur l’interface d’accueil de tourner les pages avec la souris ; vous pourrez alors les grossir avec la loupe et écouter les ambiances sonores de certaines pages en cliquant sur la petite vignette représentant un haut-parleur à côté de plusieurs images pour vous imaginer avoir été avec moi dans ces moments uniques, où je les ai enregistrées pour vous en fermant les yeux (déjà vu 6964 fois au moment où j‘écris ces lignes - statistiques Calaméo uniquement pour ce support -) …

Eh bien aujourd’hui, à la suite du stage carnet de voyage que j’y ai animé fin avril - début mai derniers nous repartons en Andalousie sur ce trajet mythique avec quelques souvenirs très forts (souvent même magiques) !

Voilà qu’avec Pierre NAVA, nous avions décidé pour entamer l’été dans l’entrain et la jovialité (il y en avait beaucoup lors de notre périple) de vous faire une surprise : vous offrir au retour la découverte page par page, article après article, du carnet de Pierre, celui qu’il m’a dédié lors de ce voyage, avec des liens, des références et des documents rares ou inédits qui vous entraîneront dans nos pas !

...Cela ne vous empêchera pas de lire d’autres billets au sujet différent que j’insèrerai à l’intérieur de cette série chaque fois que les circonstances m’y amèneront .

En attendant vous allez avec ravissement retrouver Pierre NAVA et sa liberté de trait, sa spontanéité synthétique et toute la poésie parfois teintée d’humour de ses croquis aquarellés et pochades de voyage : des aquarelles sans prétention, toutes réalisées en quelques minutes sur le vif, qui ont le charme et la fraîcheur d’une mémoire de l’instant, elles vous feront revivre «notre Andalousie» comme si vous y étiez !

La Barca 1 Pierre NavaLa première page du carnet de Pierre NAVA, les autres sont pour bientôt en ayant au prochain article l’explication de ce premier croquis, vous entrerez avec nous dans le vif du sujet : il paraphrase là le titre que j’avais donné il y a très longtemps à ce voyage (puis au stage lui-même) «La route du Califat»  .

La Petite histoire :

La petite histoire, c’est celle rapportée par la vidéo, qui s’est toujours imposée pour moi comme un formidable outil au service de notre mémoire de carnettistes et de voyageurs . Dès les années 80 elle m’accompagnait déjà dans son ancien format analogique (le VHS), en complétant notes écrites, peintes, et photos, sauvegardant les moments les plus précieux du voyage et de la vie que seules les images animées associées aux enregistrement sonores peuvent restituer alors que notre mémoire les a oubliés depuis longtemps . Elle m’a également servie d’outil pédagogique dans le suivi des stages, d’archives de "démos" et s'est affirmée comme le moyen de témoignage le plus impliqué dans la relation, la vision, et l’interprétation du voyage, venant tout de suite après le carnet lui-même .
Aujourd’hui, je vous pose deux questions :
1) - Pensez-vous que la vidéo soit un outil utile au carnettiste, un moyen supplémentaire d’enrichir ses notes et documents photographiques, collectés et dessinés, une mémoire vivante des êtres, lieux et objets décrits dans le carnet ?
2) - Aimeriez-vous que je rajoute aux pages du carnet d’Andalousie de Pierre NAVA dans mes prochains articles des extraits vidéo des meilleurs moments de sa réalisation avec des «Petites histoires» récentes et anciennes extraites de mes archives d’Andalousie, liées aux endroits mêmes où il a réalisé son carnet (comme ce fut déjà le cas lors de l'envoi de notre petite "carte postale" de l'hiver dernier) ?

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 13:09

Si vous passez (ou vivez) dans le Nord ne ratez surtout pas l’exposition de Martine STURM qui réalise des portraits en grand format absolument magnifiques !
Elle était avec nous lors du stage - voyage du Tibet, et ses croquis et autres peintures réalisées sur le motif participent avec d’autres travaux à la réussite de quelques-unes des plus belles toiles de cette exposition .
Souhaitons-lui toute la réussite et le succès qu’elle mérite !
Expo Martine Sturm 1

Expo Martine Sturm 2

Partager cet article

Repost0
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 22:07

C’est à une belle exposition que nous invite Laurette GÉVAUDAN .

Peut-être vous souvenez-vous de cette superbe traversée du Yunnan que nous avons réalisée en carnet de voyage l’an dernier pendant plusieurs semaines ?

Laurette y était …  

- Si vous voulez en avoir une idée, vous pouvez revoir l’extrait vidéo ci-dessus que j’ai réalisé à notre retour, mais vous n’en aurez vraiment qu’une toute petite idée à travers ces simples images : on ne peut pas en quelques minutes résumer trois semaines de découvertes, d’émotion, de rencontres, de joie de peindre, partager, échanger entre passionnés à 10000 km de la France, dans un pays magnifique !

On ne peut pas non plus traduire l’esprit d’une équipe enthousiaste et solidaire, alors que beaucoup ne se connaissaient pas avant de partir …

Sur le fond d’un mur bien plus beau que beaucoup de toiles abstraites, quelque part dans les rizières des «sculpteurs de montagnes», Laurette GÉVAUDAN en compagnie de deux jeunes femmes de la minorité ethnique Yi .

Mais ce que l’on peut constater au retour, c’est ce que chacune, chacun en a rapporté à travers son carnet de voyage et son vécu personnel .

On se rend alors compte que c’est bien plus qu’un stage hors du commun, plus qu’un superbe voyage, plus qu’un rêve qui s’est accompli : c’est une véritable aventure artistique et humaine qui débouche sur quelque chose d’autre, quelque chose de profond et de beau, d’apte à un véritable enrichissement individuel, et cela, Laurette GEVAUDAN nous le prouve à son tour à travers l’exposition de ses œuvres, résultat de sa quête personnelle à la rencontre des minorités ethniques du Yunnan bel hommage rendu à ce pays après celui de Ling et Antoine PERRELET .

Ces rizières en étage qui sculptent la montagne du côté de Yuanyang, Laurette en a bien saisi l’atmosphère dans ce lavis . Quand on sait que le lavis est l’une des premières disciplines à maîtriser pour avancer en aquarelle que c’est une technique plus difficile et technique qu’il n’y parait on se rend mieux compte en voyant ces rizières aux contours compliqués descendre vers la vallée dans une miroitante perspective que Laurette a réussi là l’un des plus complexes exercices de ce voyage …

Ce qui me frappe le plus en revoyant les carnets et aquarelles réalisés par tous les participants c’est l’originalité et la singularité de leur regard ! Laurette GÉVAUDAN nous le démontre encore dans son travail : on pourrait imaginer qu’en abordant ainsi en groupe des sujets communs ou très proches (d’abord tout le monde n’a pas peint le même sujet pendant une séquence donnée de travail) le résultat en est des motifs identiques, mais il n’en est rien .

Non seulement chacun voit et traduit à sa façon, mais en plus l’impression d’être en groupe disparaît presque lorsqu’on est captivé par son sujet, impression bien plus grande encore lorsque son autonomie d’expression et de maîtrise d’exécution en temps donné étant acquise, on traite un sujet à l’écart du groupe : là se dégage le plus le sentiment de réussir une aventure individuelle magnifique, comme si on faisait seul son voyage tout en profitant de la logistique, de l’organisation et de l’amitié que ce groupe apporte par ailleurs …

N’hésitez pas si vous passez par là (où êtes de la région de Valence) à aller rue Mondan encourager Laurette lors de son vernissage : vous y serez récompensés par un superbe travail et vous pourrez évoquer avec elle les souvenirs extraordinaires qui habitent son carnet de voyage et ses aquarelles sur les cimaises !

Le carnet de Laurette justement : en voici quelques aquarelles, qui traduisent ce que son regard attentif et sensible a saisi de ces autres lieux, ces autres gens, ces atmosphères si différentes des nôtres .

On devine des odeurs, des bruits, des impressions prégnantes ou subtiles, des moments saisis rapidement de ce temps qui passe trop vite, conservés dans leur fragilité, leur fugacité, mais ô combien intenses, plus encore que la photo les aurait éternisés .

Car si la photo a la particularité de figer l’instant, de le sublimer parfois dans une sorte de «sacralisation», l’aquarelle le restitue au sein même de la vie comme s’il suffisait de la regarder pour qu’elle réveille l’éphémère préciosité de choses disparues, aptes à revivre dans le cœur et dans l’esprit de l’observateur, un peu comme le baiser magique du prince charmant réveille la Belle au bois dormant . Car avec l’aquarelle nous ouvrons les portes du magique …

Nous sommes donc toutes et tous des «princes charmants» lorsque nous regardons une aquarelle : nous réveillons une princesse endormie !

Et les aquarelles du voyage de Laurette sont toutes des princesses endormies que nous réveillerons en les découvrant .

Ici nous sommes à Kunming, la capitale du Yunnan … La vie y grouille comme dans toutes les grandes villes de Chine, mais Laurette nous en montre le visage plaisant, plein de joie de vivre et de diversité . Nous entendons les bruits de la rue, mais ne pouvons détacher le regard de ces mille petits métiers qui colportent plus que des denrées : ils tissent des échanges dans l’un des pays les plus peuplés du monde, depuis la nuit des temps …

Extrait d’une page du carnet de Laurette : le pont du Double Dragon à Jianshui . Nous avons passé là une extraordinaire après-midi loin de la foule du tourisme traditionnel : un tel lieu chez nous serait envahi de touristes le photographiant sous toutes les coutures !

Sur le marché de Shaping : l’un des temps forts du voyage, ce fut notre première rencontre avec les minorités ethniques Bai et Yi …

Ici, au cœur des territoires Naxi, le pont de Longchuan, en technique humide à peine rehaussée au trait, image vaporeuse d’une Chine d’un autre âge …

Cette vielle femme appartient à l’ethnie des Hani . Elle porte la coiffe et l’habit traditionnels . C’était un vrai bonheur que d’avoir autant de sujets intéressants à aborder ; lorsque nous étions à Yuanyang par exemple, les vêtements des habitants étaient si beaux qu’il y aurait eu à dessiner et peindre au moins une année entière !

Retour des champs pour deux paysans de Shanxi : Laurette les a saisis tandis qu’ils passaient sur le pont de la vieille ville alors que nous dessinions l’un des lions de pierre ornant les bouts de parapets .

Femme Mosuo rentrant en barque sur le mythique lac Lugu (voir l’article que j'avais publié sur cette passionnante société matriarcale) .

Laurette GÉVAUDAN a su voir dans cette rencontre entre les paysages et les cultures qui s’y sont développées, ce que le temps et l’histoire n’ont pu effacer : l’identité d’hommes et de femmes qui par leurs traditions et la solidité de leurs liens sociaux ont su transmettre à nos générations des valeurs éternelles, mais de plus en plus fragiles dans notre monde contemporain …

Votre prochain beau voyage vous emmènera au Vietnam au mois d'octobre prochain : ce sera une nouvelle découverte et le nouveau point de départ pour d'autres carnets de voyages et de nouveaux projets d'exposition, peut-être les vôtres : il ne reste plus que deux places à prendre (pour quelques jours seulement) avant que ne soient définitivement clôturées les inscriptions à ce groupe, si l'aventure vous tente, faites-le moi vite savoir  !

Partager cet article

Repost0