vos carnets de voyages - Aquarelliste et peintre voyageur
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Aquarelliste et peintre voyageur
  • Aquarelliste et peintre voyageur
  • : En peinture, l'art de l'aquarelle est un mode d'expression qui va des carnets de voyages à la création de tableaux : en voici les différentes facettes inspiratrices, techniques et créatives selon Alain MARC ...
  • Contact

Me joindre, les stages, etc. :

Pour m'écrire, cliquez ici

Pour le calendrier des stages 2022 cliquez ici

Plein de nouveautés vous attendent !

(pour les tarifs et disponibilités me les demander directement en cliquant ici)

-  Les stages "aquarelle" dans l'Hexagone sont ouverts aux débutants et aux pratiquants déjà confirmés souhaitant se perfectionner : ils ont pour but d'apporter efficacité et aisance d'expression à l'aquarelliste de terrain. Nombreux sont les aquarellistes issus de mes stages ou passés s'y perfectionner depuis 4 décennies...
- Les stages "carnets de voyages" sont une véritable immersion dans la pratique du carnet de voyage et de l'aquarelle sur le terrain, orientés "autonomie" ils sont ouverts aux stagiaires ayant assez de pratique pour en profiter pleinement . De la Provence au Jura Oriental et jusqu'en Aragon, ce sont quelques destinations où vous pourrez aller en 2022...

- Tous les stages sont différents, n'hésitez pas à m'en demander les informations par courriel (voir plus haut) .

-------------------------------------------------------------------------------------------

Voici où trouver vos meilleurs

produits aquarelle

et carnets de voyage

chez "Aquarelle et Pinceaux" .

En cliquant sur l'image ci-dessous, vous accédez à mes choix

 personnels de fournitures et couleurs les plus belles et efficace

en aquarelle de voyage. Ensuite, en cliquant sur chacune d'entre-elles,

vous pouvez les commander directement chez Aquarelle et

Pinceaux sans avoir à chercher les références dans leur catalogue :

Fournitures, produits et couleurs aquarelle
Fournitures, produits et couleurs aquarelle

Vous aimez ce blog ?

Alors, découvrez le site d'Alain MARC :

width="300"

 

Et abonnez-vous à sa newsletter,

cliquez sur ce bouton :

vous y retrouverez tous les futurs articles publiés ici,

plus complets, plus documentés,

plus riches, dans le respect et

la confidentialité de vos données personnelles !

(Et n’oubliez pas de confirmer dans l'e-mail sui vous sera envoyé pour vérifier votre adresse !)

-----------------------------------------------------

Extraits vidéo d'Aquarelle en Voyage :

 

 

Recherche

Partenaires

Voici où trouver vos meilleurs

produits aquarelle

et carnets de voyages :

chez "Aquarelle et Pinceaux" !

En cliquant sur l'image ci-dessous, vous accédez à mes choix

 personnels de fournitures et couleurs les plus belles et efficace

en aquarelle de voyage. Ensuite, en cliquant sur chacune d'entre-elles,

vous pourrez les commander directement chez Aquarelle et

Pinceaux sans avoir à chercher les références dans leur catalogue :

Fournitures et couleurs aquarelle

 

 

Andalousies

«Andalousie, la Route d’Alain MARC», carnet de voyage de Pierre NAVA
Découvrez article après article en cliquant sur les vignettes ci-dessous le carnet spontané de Pierre m’accompagnant en Andalousie, et les «Petites Histoires vidéo» qu’il m’a inspirées :

La-Barca-1b-Pierre-Nava.jpg

Préambule

La Barca 2a Pierre Nava

L'étape de Peniscola

Andalousie b Pierre Nava

Sur la route de l'Andalousie...

Moulin-b Pierre-San Jose 2

Au Cabo de Gata

Bateau Pierre Isleta 3b

La Isleta del Moro

Huebro Pierre vignette

Huebro, la montagne enchantée

Pierre-Nava-Guadix-4-copie-1

Guadix, les maisons troglodytiques

Rio Fardès

Le rio Fardés

30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 22:46

Voici d’abord deux motifs d’Anne-Marie BONNEAU :

Anne-Marie cherche à voir à travers les apparences la réalité sensible du monde .

Elle le fait dans une sorte de travail «vibratoire» qui joue pour nous comme un filtre : elle va à l’essentiel de la plénitude des choses . Alors, des jeux de lumière et de couleurs, se dégage une poésie où la forme devient langage, où les surfaces sont écriture …

Il n’appartient qu’à nous de découvrir sa syntaxe et de nous enrichir de clés élargissant notre regard !

... Senteur d'épices, thé berbère : nous somme au Maroc, et c’est un univers entier qui nous saute aux yeux et au cœur ! 

Force et finesse des Dentelles de Montmirail . Au fond le Mont Ventoux, lumière crue et ombres tranchées délivrent d’autres horizons sur les chemins de la Provence …


Yves GIROUD : ce qu'il nous transmet  s’inscrit dans une approche complémentaire du monde, empreinte de force et de sensibilité !

De son regard de caricaturiste et dessinateur de presse, il conserve dans ses aquarelles, croquis et carnets de voyages, la perception incisive de l’essentiel et il épure jusqu’à la quintessence la vision des choses du monde .

Son langage de caricaturiste passe en retrait dans ses carnets de voyages, mais rien d’essentiel ne peut lui échapper, et c’est alors sur le velours des apparences qu’il nous offre comme des joyaux, le reflet infaillible de la réalité . Je vous invite à visiter son intéressant site en cliquant ici .

Comme quoi un simple tronc d’arbre ou une branche peuvent devenir corps mouvant ou aérienne délivrance telle un envol au dessus de l‘eau … (Croquis fait au bord du lac de Bret en Suisse)

Ici nous sommes en Andalousie : Yves a croqué en quelques secondes cette vache fière et racée comme les futurs taureaux de combat auxquels elle est élevée pour donner la vie …  

Partager cet article

Repost0
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 22:15

Tandis que je "vogue" de mon côté, les équipiers - équipières d’ici et d’ailleurs nous font part de leur sortie .
Je vous invite à découvrir deux de leurs destinations (l’équipe de Marseille était quant à elle sortie à Aix-en-Provence mais je n’ai pas de photos) : château de Chamarande pour ceux de Paris, et jardins Éphrussi de Rothschild à Saint-Jean-Cap-Ferrat pour ceux de Nice, avec deux prix gagnés par ces derniers lors d’un concours de peinture par la même occasion, félicitations Petit Nuage et Christine !
Vous verrez le résumé complet de ces sorties sur le blog de Bernard en cliquant ici, et sur le blog de Petit Nuage, en cliquant ici .
Ce sont tous des amateurs et ils ne vendent pas leur peinture, ils  peignet "pour le pleisir de peindre" : ce qu’il s’en dégage c’est un grand bonheur de vivre et de partager de tels moments .
En attendant voici des extraits de leur témoignage :
Bernard pour les équipiers - équipières de Paris :
« Malgré un temps incertain, voire carrément pas beau, la sortie du mois de juin fut une réussite.
Le Château de Chamarande est de toute beauté, le parc est magnifique et propice à la pratique de notre passion .
Nous n'étions pas très nombreux, 7 en tout, mais bien décidés à peindre malgré la menace de l'orage .
Nous avons commencé par nous installer sur les bords de l'étang face au château .
!cid 31FFDE0F-11C3-4B8F-934D-558337A60B8F@home

Après un pique nique bien sympathique, nous avons opté pour l'architecture .
Nous nous sommes donc dirigés vers la Glacière du château, un bon exercice de perspective, le tout accompagné de succulentes cerises et de croquants faits maison, bref que du bonheur .
Bitmap dans!cid 8D126CCA-F005-486E-83CB-77E11523139E@homeLe bilan :
C'était la dernière sortie avant la trêve de l'été, je peux déjà faire un petit bilan .
Le coté positif d'abord c'est qu'il y a une demande. Les gens ont envie de partager et ça c'est une très bonne nouvelle .
Les participant(e)s sont plein d'entrain et prêts à s'investir dans ma démarche, les adresses mail s'échangent, les contacts se nouent .
!cid 3BB415E1-4A43-4182-A381-6C78EDE3A2A3@homeGrâce à l'échange des connaissances le niveau des réalisations est en progression, les gestes et "petits trucs" glanés dans les stages ou sur le net sont partagés de bon coeur entre tous .
Pour le coté " négatif " je dirais le manque d'hommes, à croire que l'aquarelle est un art typiquement féminin !
Sinon je voudrais remercier toutes les participantes pour leur gentillesse et leur courage (certaines n'hésitent pas à faire des heures de RER pour participer à nos sorties)  .
Enfin je voudrais remercier Alain Marc pour son coup de main, ses conseils et ses encouragements.
A très bientôt
Profitez de l'été pour faire des supers aquarelles
rendez vous le premier samedi de septembre »

Petit Nuage pour les équipiers - équipières de Nice :
« Notre dernière sortie du printemps est vraiment un gros bouquet de fleurs de tous les pays, avec des couleurs arc-en-ciel,  les parfums qui nous envoûtent et les jeux d'eaux musicaux qui nous bercent .  Entre la mer et les montagnes, il y a un paradis sur terre ...
Depuis-le-10-04-2010 3108C'était aux Jardins Ephrussi de Rothschild à Saint-Jean-Cap-Ferrat, à l'occasion "Porte ouverte pour les peintres", le dimanche 13 juin 2010 .
Il y avait un concours très convivial organisé pour cet événement.  Notre groupe était présent pour faire des croquis dans notre carnet sans penser participer à ce concours ; nous sommes venus uniquement pour le plaisir de partager un bon moment entre amis dans un cadre paradisiaque .
Vers 16h30, tous les participants sont rassemblés sur la terrasse du salon de thé.  J'ai un peu hésité à présenter nos carnets et je l'ai fait après être convaincue par Monsieur de Galliffet, le Directeur . 
img207 1Le carnet de Petit Nuage 2ème prix du concours

… Comment exprimer notre reconnaissance pour la décision du jury, qui considère ainsi les croquis de carnet  comme un art à part entière !  J'étais sur mon petit nuage pendant 2 jours pour réaliser ce qui s'est passé !  »
3%C3%A8meLe carnet de Christine, 3ème prix du concours

Partager cet article

Repost0
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 14:21

- Peut-être à un moment ou un autre, vous êtes-vous demandé ce que je pouvais bien faire pour ne rien publier dans ce blog depuis si longtemps ?

- Peut-être pensez-vous que je me repose tout simplement, ou que je suis loin, à mille lieux du clavier d'un ordinateur, ou même, plus inquiétant, que je suis malade ou qu’une grave raison m’éloigne de vous en ce moment ?

Alors vous auriez tout faux !

Il temps que je vous rassure, car il se trouve que si j’ai tout laissé tomber dans mes nombreuses activités de ces dernières semaines, c’est vraiment pour une bonne raison, (je dirai même selon mon point de vue une très belle raison) .

Permettez-moi d’entretenir le suspense jusqu’au prochain billet, mais vous, fidèles amis (es), lectrices et lecteurs réguliers de mes articles vous en aurez la primeur, car si cette raison me concerne directement elle peut aussi vous intéresser si vous pensez aller du côté de Shanghai pendant la prochaine Exposition Universelle, ou avez déjà quelques amis (es) en Asie ou de par le monde susceptibles de s’y rendre, pensez-y dès à présent !

Je n’en dis pas plus pour aujourd’hui, car vous êtes déjà en route avec moi vers l’Asie d’une autre façon, puisque c’est par un magnifique voyage, celui de Michèle Bec (alias Danae) que nous allons nous y rendre (ou y retourner pour ceux d’entre-vous qui m’ont accompagnés au Yunnan l’an dernier) .

Danae : voilà une formidable personne dont je voulais vous parler depuis longtemps !

Il me fallait une bonne raison (que vous connaîtrez bientôt) à la hauteur de sa personnalité et de son talent, de sa gentillesse et de sa sensibilité, de son écoute du monde surtout, pour vous plonger dans son «Tour d’Asie» avec un voyage fascinant réalisé il y a 30 ans, dont elle a tiré un beau carnet de route, qui a pour moi la teneur et la qualité de celui d’Alexandra David-Néel, à travers «son Tibet» .

 

Si vous avez aimé Alexandra vous aimerez Danae, car même si le décalage par rapport à notre monde actuel est considérable pour le voyage d’Alexandra, il l’est presque tout autant pour celui de Danae puisque le monde change à toute vitesse et que ce qu’elles ont vu et vécu toutes les deux chacune à leur époque ne peut plus être perçu de la même façon aujourd’hui …

Cela donne au livre de Danae une teneur particulière, une véritable saveur de voyage, de découverte, de dépaysement, d’émerveillement même qui en fait un authentique carnet de voyage, un carnet qui pourrait être le vôtre si vous aviez eu sa chance, son sens de l’initiative, et dans lequel vous vous plongerez avec ravissement car dès la première page vous y serez, vous ne verrez plus le temps passer !

Moines soufflant dans les trompes

Danae a vécu au cours de son «Tour d’Asie» des moments forts dans des lieux mythiques (et des hauts-lieux mystiques), une véritable quête d’authenticité, de vérité, de spiritualité, c’est pour cela que je n’hésite pas à établir un parallèle avec le voyage d’Alexandra David-Néel …

Ici, des moines tibétains soufflant dans les trompes nous rappellent que son voyage était aussi un voyage initiatique . (Photo de Danae)

null

Avec cette fumerie d’opium elle nous fais basculer dans un tout autre univers où des mondes opposés se côtoient dans un extraordinaire paradoxe … Cependant ce n’est qu’un cliché parmi tant d’autres, poignants, émouvants, insolites, étranges, surprenants : son voyage est une suite de moments très intenses qui vous passionneront . Aux Maldives avec 30 dollars en poche pour passer 11 jours, sa rencontre avec les guérisseurs des Philippines, son parcours du Japon en stop avec des cadeaux tous les jours, et jusqu'au pied de l'Everest à 5600m avec un sherpa qu’elle avait pris pour elle toute seule … (Fumerie d’opium, photo de Danae)

null

Mais le retour à l’authenticité dans son étrange questionnement nous ouvre sans cesse les yeux sur d’autres réalités tout au long de son périple : si le voyage ne cesse de nous divertir il nous renvoie à nos plus existentielles questions : le «comment» des choses ne nous apporte pas toujours les réponses du «pourquoi», mais nous ouvre d’autres pistes sur les «d’où venons-nous» et «où allons-nous» … Pendant les danses masquées, photo de Danae  .

Elle nous raconte :

«Flamme du nirvana, c'est la traduction du nom tibétain que m'a donné le grand Lama du Monastère d'Hémis au Ladakh, lorsque j'ai pris refuge dans le Bouddha» nous explique l'auteur qui, à l'âge de 42 ans, s'est lancée seule et sac au dos à travers toute l'Asie .
"C'est un moment fort de bonheur et de liberté, ce parcours du pied de l'Everest au Népal jusqu'au mont Aso au Japon, avec son lot d'émotions et d'angoisses, mais aussi ses moments de joie, de rires et de rencontres avec les habitants des dix pays parcourus ."

carnetvoyphilcopie

L’une des pages du manuscrit de ce passionnant carnet où narration et illustrations nous révèlent l’Asie de Danae … (cliquez sur la photo ci-dessus pour vous rendre sur la page de présentation de cet ouvrage chez son éditeur)

«J’ai voulu connaître l’Asie et je suis partie, une première fois pour quatre mois, avec un ami. Nous nous sommes disputés et je me suis retrouvée seule. C’était un 19 novembre, jour de mon anniversaire et il m’a dit : «je t’offre la liberté» . Comme cadeau, c’était vraiment chouette !
C’était à Patna, le premier jour où je découvrais l’Inde avec sa foule, sa misère, sa chaleur, sa poussière.

Les morts qui passent dans la rue en cortèges, portés à bras d’hommes ; les gens étendus à même le sol dans la gare et qu’il faut enjamber ; les mendiants qui vous harcèlent autant que les mouches ; les moignons qui se tendent ; les infirmes qui se traînent sur les mains et les genoux ; les chauffeurs de rickshaw qui veulent vous installer de force dans leur véhicule et surtout les enfants aux grands yeux noirs suppliants qui s’accrochent à vous . En plus de tout cela, des milliers de paysans qui manifestaient leur mécontentement en défilant par rangées de six, hurlant, vociférant et brandissant des bâtons.

Un seul d’entre eux aurait suffi à me faire peur. Et j’étais seule au milieu de tous dans une chaleur torride avec mon gros sac à dos.
C’est ainsi qu’a débuté mon grand périple en Asie !»

null

Partez avec Danae à la découverte d’une Asie comme vous ne la verrez plus : cet ouvrage nous conte l'histoire extraordinaire mais vraie de l'auteur qui, par soif d'aventure et de découverte, a tout quitté pour parcourir l'Asie . Étonnant et émouvant voyage qui plus que la réalisation d’un rêve, est la plus grande expérience de sa vie …

Plongez-vous-y vite !

Vous pouvez le lui commander directement pour seulement  18 euros (frais postaux inclus) en lui envoyant votre chèque à son ordre :

Michèle Bec 14 rue du stade 29770 Plogoff .

Elle vous l’adressera en retour à l’adresse que vous lui aurez indiquée avec une dédicace personnalisée vous ne le regretterez pas, et en plus ce sera un ouvrage de référence dans votre bibliothèque !

Pour lui envoyer un e-mail, cliquez ici . 

Enfin, avant de terminer ce billet, je vous recommande d’aller visiter le blog de Danae en cliquant ici, et d’explorer ses différents articles : vous verrez que ses périples l’ont amenée bien plus loin de l’Asie, et vous y découvrirez une véritable artiste à la vivifiante fibre d’écrivain, je tenais à travers cet article à vous la faire connaître et à la saluer !

 

null 

Merci à Danae qui nous offre là une autre belle page de ce Tour d’Asie en prolongeant notre regard dans ses pas jusqu’au pied de l’Everest … (Dessin Michèle Bec  alias Danae)

 

Partager cet article

Repost0
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 09:05

Sans doute, en parcourant les 231 blogs de «ma» communauté des carnets de voyages (je reviendrai dans le courant de l’année sur cette communauté en pleine expansion et sur ses adhérents passionnés), avez-vous remarqué le très intéressant blog de Chris-Tian VIDAL ?

- Peut-être vous êtes-vous arrêtés sur son dernier reportage à la rencontre des orpailleurs du Mékong ?

Mais si Chris-Tian nous interpelle par la pertinence de ses photos et la valeur de ses commentaires, c’est qu’il porte à nos regards l’introspection d’une quête qui apporte par ses cheminements des réponses aux questionnements de nos propres itinéraires !

Il n’est qu’à remonter le cours de ses articles, comme on remonterait celui d’un fleuve asiatique ou les improbables passages dérobés d’une vaste médina …

Le suivre sur ses chemins au long cours ou ses sentiers de traverse, c’est, par-delà les images de ses lointaines évocations nous découvrir des racines dans un petit village des Corbières, c’est entendre ronronner des chats aux antiques pedigrees ou se replonger dans la simple et poétique dimension littéraire d’une œuvre comme celle de Barbara .

Alors vous aurez envie d’en savoir plus, d’explorer son blog et d’acquérir ses principaux ouvrages : «Réminiscence et Création poétique dans l'oeuvre de Barbara», «Carnet d'Asies», et plus récemment «Marrakech, Où le mâle m'a dit : la Mort !» . Vous pourrez les commander et même les télécharger à moindre coût .

 null

Puisque quelques chanceux parmi vous vont bientôt m’accompagner jusqu’au pied de la Koutoubia à Marrakech (voir mon programme stages 2010), je vais, à travers les mots de l’éditeur de Chris-Tian VIDAL commencer par évoquer «Marrakech, Où le mâle m'a dit : la Mort !», titre étonnant s’il en est pour un carnet de voyage déjà autant singulier . («Au pied de la Koutoubia», Aquarelle Alain MARC)

null 

(cliquez sur la photo ci-dessus pour vous rendre sur la page de présentation de cet ouvrage chez son éditeur)

«2004. Après l’Asie, Chris-Tian Vidal s’envole de l’autre côté de la Méditerranée, pour Marrakech ! Marrakech, où… Chris-Tian Vidal perd sa boussole pour nous entraîner au gré d’un «carnet de déroute» vers un Maroc passé et présent. Ce récit sensuel et épidermique, en fleurs de désirs, tend à éterniser en mots l’expérience toujours limite et fertile que constitue le périple en terres inconnues .»

 null

Partons à présent en Chine, et écoutons ce que nous révèle son contact avec Chris-Tian VIDAL dans son ouvrage «carnets d’Asies» :

«L’histoire d’une quête devenue inévitable. Celle d’un fils de la terre, franco-espagnol, qui décide de s’envoler pour la Chine, à la rencontre de la puissance de cette humanité, à l’autre bout du monde, entre campagne et cités urbaines. Voyager et pleurer, voyager et ensuite aimer. Il rentrera de son périple fatigué, défait, enrichi, bouleversé. En plein questionnement. Car rentrer d’Asie, c’est aussi apprendre à voir… et à vivre. Nouveau résumé. Partir pour s’oublier ? Non, fuguer en Chine pour mieux se retrouver . L’Autre et l’ailleurs : prendre ces chemins de traverse pour s’apprivoiser, s’aimer et enfin aimer . Puis écrire, comme ça, de mémoire, au gré des images, des souvenirs et des impressions qui affleurent à la conscience et qui demandent à rouler sous la plume. A rebours et de manière noduleuse, l’écriture de ce court texte autobiographique de Christian Vidal déjoue les canons d’une forme littéraire classique . «Carnet d’Asie» se veut ainsi œuvre mémorielle, nécessairement psychanalytique, moyen détourné de remonter en soi, dans le passé, à ce noyau fondamental et fondateur que constituent l’enfance et ses douleurs .»

 null

(cliquez sur la photo ci-dessus pour vous rendre sur la page de présentation de cet ouvrage à la FNAC)

Avec «Réminiscence et Création poétique dans l'oeuvre de Barbara»,  Chris-Tian Vidal a décidé de porter à la connaissance du grand public son travail universitaire sur l'une de ses chanteuses favorites : Barbara . Ce mémoire de maîtrise a été soutenu en 1994 à l'Université de Toulouse-le Mirail . L'entreprise de l'auteur est de mettre en lumière la dimension littéraire et poétique des textes de ceux que, injustement, on considère comme appartenant à un genre littéraire mineur. Chris-Tian Vidal a eu le bonheur de rédiger cet ouvrage alors que Barbara se produisait sur scène pour la dernière fois de sa vie .

null 

(cliquez sur la photo ci-dessus pour vous rendre sur la page de présentation de cet ouvrage chez son éditeur)

Partager cet article

Repost0
5 mars 2010 5 05 /03 /mars /2010 00:31

Rares même ceux qui risquent d’en trouver encore car on peut bien dire que la saison est terminée …

Je ne reviendrai pas ici sur l’immense littérature mycologique, naturaliste, ou culinaire et gastronomique concernant la truffe, mais je voudrais vous faire part des intéressantes aquarelles de Jane, l’une de nos amies «équipières aquarelle» du Vaucluse (n’hésitez pas à la contacter si vous voulez aller peindre en sud Luberon), qui a eu la chance d’assister à la recherche des truffes par de grands chercheurs de cette perle noire sur les plateaux calcaires de sa région .

La trace des sangliers est souvent voisine de celle des cochons truffiers, leurs cousins domestiqués qui recherchent sur les causses sous la houlette de leurs heureux propriétaires, la pépite à l’incomparable senteur … (Aquarelle Jane TOMLINSON)

Jane aime la nature et la nature le lui rend bien .

Elle a suivi le parcours zigzagant des truies et autres cochons truffiers, « dressés » avec d’infinies précautions pour qu’ils n’abîment point le précieux Tuber melanosporum, sur la piste mystérieuse du délicieux champignon enfoui .
Je ne vous parlerai pas de ma façon personnelle de le rechercher, qui tient un peu pour le profane de la magie puisque c’est avec la baguette que sur le causse Blanc (et non dans le Vaucluse) que cela m’a été transmis, mais je peux vous assurer que Jane a bien de la chance de vivre dans le coin où elle vit, d’autant plus que sa région bénéficie de bien des avantages à commencer par le soleil, si utile l’hiver lorsque fond la gelée blanche, et que la mouche s’envole à notre approche révélant l‘endroit secret où se cache la truffe .

 

Le cochon quant à lui est plus encombrant que la baguette d’osier, mais plus efficace pour son flair, le seul inconvénient étant qu’il recherche avant tout le précieux champignon pour le manger, ce qui démontre la difficulté du dressage qui se limite souvent à être plutôt vigilant, rapide et costaud quand il en marque une, pour l'empêcher de la manger ! (Aquarelle Jane TOMLINSON)

Je crois qu’on peut rêver de truffe comme on rêve d’amour ou de poésie, c’est-à-dire du champignon parfait qui est presque une utopie, en tout cas tout un mythe, la moitié d’un songe doublé de mystère, empreint d’un imaginaire où le merveilleux devient ce que nos sens s’approprient lorsque son arôme puissant nous envahit, laissant augurer un festin d’autant plus rare que la passion de la truffe en est le fruit ...

Moment crucial où la truie a repéré la truffe et qu’il va falloir du bâton et des doigts la lui dérober, nouvelle bataille entre l‘homme et le cochon dont aura décidément exploité toutes les qualités ! (Aquarelle Jane TOMLINSON)

Courage donc au dresseurs de cochons s’ils veulent se lancer dans le noble art de la recherche des truffes, car ils devront s’armer de patience et être bien conscient s’ils ne veulent pas voir leur trésor avalé par l’encombrant animal (mais me direz vous, ils pourront toujours déguster un jour du cochon truffé), qu’il leur faudra d’autres qualité que de la patience, et que les terrains où ils iront fouiller seront à la fin bien retournés, ce qui n’est pas la meilleure solution pour pérenniser l’ascomycète tant apprécié des gourmets !

Si j’avais une truie aussi douée que celle-là je ne serais pas prêt de la manger si ne n’avais ni mouches ni baguettes, mais des terrains truffiers, et je crois qu’au moins tout l’hiver elle deviendrait mon meilleur animal de compagnie ! (Aquarelle Jane TOMLINSON)

Partager cet article

Repost0
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 16:42

Après Paris, (ou plutôt simultanément) ce sont nos premiers «équipiers - équipières» de Nîmes qui ont réalisé une très agréable sortie : à Poulx petit village au nord de Nîmes, et on pourrait presque dire qu’ils y ont fait naître le printemps !

C’est à l’initiative de Nicole et Jean-Paul que cette après-midi d’aquarelle sur le motif a eue lieu, comme quoi on n’a pas non plus besoin d’être très nombreux pour réussir une sortie d’aquarelle …

Le joli village de Poulx à 6 km de Nîmes sous un soleil hivernal mais bien présent : nous sommes déjà en Provence avec ses maisons colorées aux tuiles roses …

L’église et la tour médiévale dominent le village, comme dans toutes les anciennes cités du Languedoc au charme incomparable !

Confortablement installé dans la garrigue au milieu des senteurs de thym et de romarin, Jean-Paul esquisse son motif .

Quant à Nicole elle a pris de la hauteur pour mieux voir le paysage, mais tout deux sont absorbés dans leur travail : ils ne regarderont le travail de leur camarade qu’une fois qu’il sera terminé !

Et voilà les maisons aux toitures orangées de Jean-Paul, (on voit au loin les collines de la garrigue nîmoise) …

Quant à Nicole, le choix de son emplacement est en conformité avec celui de sa mise en page : toute en hauteur

Ce qui émane de ces deux aquarelles est extrêmement plaisant et correspond bien à la raison d’être de cette nouvelle formule des «équipiers - équipières aquarelle» qui je l’espère va continuer à se développer : le plaisir de peindre ensemble avant tout !

Alors, si le désir de peindre dans cette magnifique région du Languedoc avec «l’équipe de Nîmes» vous tente écrivez à Jean-Paul, Nicole, (ou à Annynîmes qui fait aussi partie de l'équipe): - vous nous raconterez ?

Mais si vous vivez ailleurs rien ne vous empêche de vous rajouter à la «liste» la plus proche de chez vous (voir module plus bas des «Équipiers - équipières aquarelle» de la colonne de gauche), ou même de créer votre propre groupe (il vous suffit juste de me le demander) !

Et pui, j'ai une nouvelle idée : si dans le reportage que vous me communiquerez de vos futures sorties l'une (ou l'un) d'entre-vous veut me soumettre son aquarelle à analyser (pour que je donne mon point de vue sur ce qui est bon et ce qui l'est moins, ce qui mérite d'être amélioré et comment), n'oubliez pas de joindre la photo (bien faite) de cette aquarelle et celle du sujet pris du point de vue du peintre : si j'ai le temps, je rajouterai cette analyse à votre petit reportage comme une sorte de "mini cours particulier" qui profitera à tout le monde !

Partager cet article

Repost0
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 00:37
     - Vous souvenez-vous de l’idée lancée pour réaliser une base de contacts afin de réunir les personnes ne souhaitant plus aller peindre seules, ici même, il y a une quinzaine de jours à peine ?
    L’idée a fait son chemin et fonctionne à présent fort bien, puisque vos propositions sont venues de tout l’Hexagone et même de l’étranger, car nous avons une participante belge que je tiens à remercier très chaleureusement !
    Si l’aventure vous tente vous pouvez vous aussi vous joindre aux équipiers - équipières aquarelle réunis dans le module gauche ci-contre (un peu plus bas), il vous suffit de me le signaler et je vous rajouterai aux équipes en place .
    Voici donc les photos des deux premières sorties sur le motif qui se sont déroulées à Paris à l’initiative de Bernard, je consacrerai le prochain article à l’équipe de Nîmes, qui a également pu réussir une fort belle balade d’aquarelle .

733
Timide soleil sur le jardin du Luxembourg à Paris pour la toute première sortie sur le motif de deux « équipiers - équipières » pionniers de cette nouvelle formule, le 4 février courant, avec Isabelle et Bernard qui ont pu expérimenter avec succès la faisabilité de la formule : il est tout à fait possible de se retrouver pour un objectif pictural commun, tout près de chez soi (et pourquoi pas un jour à l’autre bout du monde), sans forcément se connaître, avec enthousiasme, dans une approche conviviale de l’aquarelle !
735La statue sous un arbre d’Isabelle (détail), dans la spontanéité d’une exécution sans artifices, révèle bien la simplicité de cette approche partagée de l’aquarelle, à mi chemin entre croquis aquarellé et aquarelle rehaussée, style de travail sur le motif dont tout le charme justement est d’être parfaitement adaptée à ce type de sortie .
paris-1
Deuxième sortie le samedi suivant : rendez-vous au Pont des Arts, près de l’Île de la Cité, toujours à Paris, encore à l’initiative de Bernard .
paris-6Ce n’est pas la fraîcheur de l’atmosphère qui a découragée les participants : ils étaient une dizaine cette fois à se retrouver et à faire connaissance, mais surtout à prouver qu’il n’est pas besoin d’attendre les beaux jours pour passer de bons moments d’aquarelle !
paris-7Je crois que c’est là le travail de Claude, il me semble que je "reconnais" !
paris-3
Une autre partie du groupe à l’abri sur le quai, tout le monde était bien absorbé mais « ce fut un très bon moment très convivial qui s’est terminé devant un bon chocolat », nous dit Bernard en m’envoyant ces photos …
paris-2
Absorbé dans sa prise de notes ?
En tout cas, Éveline m’écrit : «c'était formidable !!!
C'est une idée épatante grâce à vous Alain et à Bernard .
Malgré le froid on était dix . Bernard a trouvé une bonne place au bord de l'eau et devant le pont neuf .
Moi j'ai seulement dessiné, mon carnet était trop petit et puis il me faut me rappeler : "observation, rapidité, simplification" merci Jacques ! Pendant que je dessinais j'y pensais, ça m'a aidée . C'est grâce vous tous, encore merci !

paris-5Celle-ci je ne sais qui l’a réalisée mais je l’aime bien, toujours la spontanéité et un «je ne sais quoi» d’inachevé plein de charme ! 
paris-4Plus que quelques coups de pinceaux à donner avant d’aller partager un bon chocolat,
La prochaine sortie des «équipiers - équipières» parisiens aura lieue le 6 mars au Jardin des Plantes
, une belle après-midi en perspective, n’hésitez pas à les rejoindre si vous êtes en région parisienne et tenté (e), écrivez à Bernard et profitez-en bien !

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 18:41

Voici donc le mouvement lancé !

Vous êtes déjà un petit groupe (encore éparpillés aux quatre coins de France mais je pense que cela va vite évoluer, je referai alors mon module en créant une liste mieux organisée), à vous être signalés et à être devenus «équipiers - équipières aquarelle», (certains d'entre vous, comme Malivoyage se faisant le relais du mouvement sur leur blog pour leur région), des ambassadeurs  (drices) et des pionniers de cette nouvelle démarche dont j’explique plus bas le fonctionnement en même temps que l’intérêt, bravo, je vous félicite !

Premier rendez-vous : le pont des Arts à Paris, (aussi appelé «passerelle des Arts»), pour les «équipiers - équipières aquarelle» qui voudront bien rejoindre Bernard pour un moment de peinture commune, en toute convivialité  (je rappelle que ce ne sont pas des cours et que c'est totalement libre et gratuit !) .  S’il pleut ou si le mauvais temps est au rendez -vous, vous irez peindre sous les passages couverts qui vous inspireront le plus, je suis sur que vous aurez plein d’idées !

Alors si l’aventure vous tente, envoyez vite un e-mail à Bernard en cliquant ici, vous me raconterez ?



Le pont des Arts à Paris, Aquarelle Alain MARC 

«Je suis sur le pont des Arts à Paris. D'un côté de la Seine on voit la façade harmonieuse et sobre de l'Institut, bâti vers 1670 pour être un collège. Sur l'autre rive, le Louvre, construit depuis le Moyen Âge jusqu'au dix-neuvième siècle : un sommet de l'architecture classique, splendide et équilibré. En amont on voit le haut de Notre-Dame … Depuis cent cinquante ans, les élèves des Beaux-Arts passent sur ce pont pour aller étudier les chefs-d'œuvres du Louvre ; de retour dans leurs ateliers, ils discutent et rêvent de faire quelque chose qui soit digne de la grande tradition. Et sur ce pont, depuis Henry James, combien de pèlerins venus d'Amérique se sont-ils arrêtés pour respirer le parfum d'une culture aux racines lointaines, conscients de se sentir au centre même de la civilisation …» Kenneth Clark, Civilisation, (1969) .

Je réponds à présent à Manoune (voir commentaires de l’article précédent) : oui tu as raison, il existe déjà des groupes plus ou moins organisés qui se retrouvent régulièrement pour aller peindre, mais cette fois,  avec cette "nouvelle" possibilité (j'allais dire ma "nouvelle formule") on va beaucoup plus loin et c’est peut être bien plus intéressant, car la différence que j'aimerais lui donner par rapport aux sorties picturales qui existent déjà, c'est qu'elle soit un vrai réseau dépassant les limites de nos villes, de nos régions, dépassant nos frontières, totalement libre et informelle (un peu dans la manière spontanée qu'on certains (es) de mes stagiaires et élèves de se retrouver parfois pour aller peindre ensemble), laissant libres, sans engagement ni contraintes particulières les participants, et par surcroît leur permettant d'avoir ici un formidable relais, un véritable lieu de contact "universel" car :
a) - il serait super lorsqu'on est en vacances quelque part de pouvoir quelques jours avant son départ (ou même la veille), envoyer un petit e-mail aux personnes inscrites dans la liste de la région où on va (ou la ville) pour leur dire : "Je viens dans votre région et j'aimerais aller peindre tel jour, aimeriez-vous m'accompagner, connaissez-vous des coins sympas, etc. ?", à charge de revanche de s'inscrire aussi sur la liste pour permettre la réciprocité (cela ne coûte rien de répondre "non" si on est sollicité et qu'on ne peut pas se libérer pour telle ou telle proposition), et bien sur comme toute démarche de ce type d'amener avec soi sa bonne humeur, sa convivialité, son enthousiasme et tout simplement d'essayer, de participer, et si on ne veut plus faire partie des « équipiers - équipières » on me le dit et je vous enlèverai tout de suite de ma liste (qui est d'ailleurs actuellement "expérimentale", n’est pas «impliquante» puisque l'adresse e-mail des gens n'apparaît pas - ce ne sera qu'un lien - et qu'on ne les connaît que par leur prénom ou pseudonyme comme dans un forum) !

b) - si on veut se lancer et si on n’a jamais peint sur le motif à l’extérieur, on peut où qu’on soit, trouver quelqu’un pour vous accompagner, (suffit d’être deux) car à plusieurs c’est toujours plus «rigollot», c'est aussi découvrir cette expérience sans faire la moindre dépense (sauf celle des transports pour se retrouver et se rendre sur le lieu de peinture), car ce ne sont ni des stages ni des cours, c'est entre vous, entièrement libre et gratuit, je le redis !
c) - si on est déjà très expérimenté (e) et qu’on veille avoir une compagnie et un regard neutre, impliqué sur ce qu’on fait en partageant son vécu de terrain avec d’autres regards différents, c’est une véritable opportunité : - quelle que soit son expérience c’est la solution idéale pour continuer d’avancer car ce type de regard doit d’abord être basé sur la confiance et la sympathie,

d) - si on veut un jour me rejoindre dans l'un de mes stages (en tant que stagiaire cette fois), c'est un bon moyen pour s'entraîner et avoir ainsi la certitude que face à des sujets plus complexes (dans un carnet de voyage lointain par exemple), on sera bien plus à l'aise et plus à même de suivre les conseils que je donnerai,

 e) - nombreux comme on est à se retrouver par l'intermédiaire de ce blog on peut monter spontanément un formidable réseau qui nous ouvre réciproquement des portes partout sans pour cela nous engager (si on ne veut pas suivre une sollicitation il suffit d'avoir une réponse "négative" toute prête dans son "presse-papiers e-mails" ou "modèles de courrier", je vous explique plus bas) .

Cela serait aussi un magnifique moyen de voyager en rencontrant des gens du pays en profitant de la connaissance qu'ils en ont, et ceci sans limites de temps, de zones géographiques ni de frontières, (je vous reparlerai de cela à l’avenir, car je prépare à ce sujet depuis plus d’un an une nouvelle rubrique dans ce blog qui devrait beaucoup vous intéresser) !

f) - à ces possibilités je rajoute celle, pour vous, de me faire part de vos sorties et expériences afin que je puisse de temps en temps en constituer ici le «relais dynamique» car j’aimerais vous consacrer quand j’en aurai la disponibilité un petit article (n’oubliez pas vos appareils photos quand vous partez, vous m’envoyez aussi votre «reportage»  avec des scans de vos aquarelles et je les publierai), ce qui en constituerait un formidable tremplin, une ruche à idées, et un réservoir de bonnes initiatives, pour ne pas dire un vivier relationnel dont la richesse sera tout ce que vous en ferez !

Je précise d’ailleurs que je pourrai vous dire en deux mots à travers cet article ce que je pense de ce que vous avez fait pendant votre sortie, même chose de la façon dont vous l’avez menée (vous voyez la portée «pédagogique» et profitable à tous les lecteurs que cela pourrait amener) ?

 

Voyons à présent comment tout cela pourrait fonctionner, en pratique : - « comment ça marche » ?


1) - on me signale si on veut aller peindre à l'aquarelle de temps en temps en souhaitant le partager (par e-mail direct ou ici par commentaire interposé), je vous inscris dans la "liste" des "équipiers (ères)" de votre ville ou région de résidence et j’inscris votre prénom ou pseudonyme dans le module de gauche du blog dédié à cet effet, (prénom ou pseudo lié à votre e-mail ce qui évite les spams et autres importuns de vous déranger),
2) - vous entrez en relation directe entre-vous (de cela je n’ai pas à m’en occuper) pour organiser vos sorties (par clic sur les prénoms dans mon module sous la ville ou région qui peut vous concerner puis contact e-mail),

3) - vous vous y inscrivez aussi pour profiter de la réciprocité, si vous faites appel à cette liste,

4) - si vous êtes inscrit (e) et contacté (e) pour une proposition de sortie peinture pour laquelle vous ne pouvez vous libérer, vous vous faites un «modèle» de courrier e-mail en guise de réponse que vous «copiez-collez» à votre correspondant vite fait (comme expliqué plus haut),

5) - vous me faites si vous le voulez un petit reportage (photos de la sortie au format 480 x 360 pixels, scans des aquarelles au même format + texte assorti) que je publierai, commenterai ici, et qui profitera à tout le monde (de temps en temps car je suis en permanence sous la pression d’un planning très chargé, mais envoyez-moi tout cela quand même si vous en avez la possibilité),

6) - Où est la liste des "équipiers - équipières aquarelle" dans ce blog ? - à peu près au milieu de la colonne grise à gauche de cet article, en dessous des liens de météo et de la revue "art et peinture Zoom" quand on lance dans son navigateur http://www.aquarelle-en-voyage.com (et non la simple page de cet article ouverte suite à la réception de la newsletter) !

7) - enfin, profitez, profitez, profitez !

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 19:27

  Je viens de recevoir un sympathique e-mail d’un nouveau pratiquant de l’aquarelle qui m’écrit :

«Je suis aquarelliste "débutant", et une fois par semaine environ, j’essaie de faire une aquarelle dans le centre de Paris . Me sentant un peu seul dans ma démarche je serais heureux, (hors tout contexte formatif organisé), de partager librement ma passion sur le motif avec d’autres amateurs de peinture et de plein air …»

Il se nomme Bernard, et si vous avez envie de peindre ou de dessiner avec lui à l’occasion, il vous suffit de cliquer sur son prénom .

Et cela me donne une idée : comme vous êtes nombreuses et nombreux à vous poser la question de savoir avec qui vous pourriez aller peindre lorsque vous vous retrouvez un peu seul (e) dans la perspective d’une sortie d’aquarelle, j’ai décidé (en espérant que cette idée deviendra réellement pratique pour vous), d'ouvrir ici un module dans la colonne de gauche, que j’intitule dès à présent : «Équipiers - équipières aquarelle». Ce module sera ce que vous en ferez, je le «lance» expérimentalement pour cette année, n’hésitez pas à l’utiliser !

Bernard est donc le premier «équipier aquarelle» se signalant sur ce blog, il ouvre la liste des « équipiers peinture » pour Paris, je lui dédie cette petite aquarelle de Notre-Dame et je lui souhaite la bienvenue dans cette nouvelle rubrique . (Croquis aquarellé Alain MARC)

 

Alors j’espère si vous habitez la capitale que vous viendrez vite le rejoindre pour dynamiser la synergie ainsi créée en vous rajoutant à la liste des parisiens, et que si vous êtes d’une autre ville vous participerez aussi à l’expérience en démarrant une «équipe» près de chez vous ?

 

Cela ne vous engage à rien et peut se révéler très intéressant, pensez surtout que l’intérêt et le plaisir de dessiner et peindre à plusieurs est très profitable en de nombreux points de vues, que vos progrès seront plus rapides avec le regard extérieur des personnes qui vous accompagneront grâce à d’autres yeux et d’autres façons de voir les choses, car ils viendront renforcer votre confrontation au sujet si importante dans la peinture en extérieur .
… Et puis que l’on soit débutant (e) ou expérimenté (e), la convivialité de ce genre de partage permet souvent d’affronter en aquarelle des sujets qu’on n’oserait aborder seul (e) sur le motif autant que le regard des passants, en nous délivrant ainsi de toute forme de timidité ! 

Partager cet article

Repost0
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 23:35
Voici une petite aquarelle de Jacques ALBERT (que connaissent bien les participants au stage du printemps dernier en Provence) .
Il me dit en me l’envoyant :
«J'essai encore de dépouiller ma peinture en suivant tes conseils : "-  Tu en enlèves encore la moitié et c'est bon ! " »  …
Oui, c’est bon : la synthèse c’est important quand on veut aller à l’essentiel .
Jacques y parvient fort bien ici sans dessin préalable et avec quelques coups de pinceau .
Rapidité et synthèse sont fortement liées car si on va à l’essentiel (en ne conservant que l’essentiel), on peut peindre très vite grâce à la simplification, c’est naturel et étonnamment surprenant quand on y parvient, le travail y gagne en lisibilité, et en force d’expression .
Toute la réussite de cette démarche se résume en trois mots magiques : observation, simplification, rapidité d’exécution .
Se contenter de peu, (surtout ne pas en rajouter, éviter de vouloir «arranger»), et travailler sans cesse sur des motifs toujours nouveaux, beaucoup, énormément, et encore davantage pour continuer de progresser !
Voilà trois petits mots tout simples qui font des miracles mais qu’il faut savoir appliquer, car l’observation est liée à la façon d’analyser son sujet, la simplification aux choix des éléments prédominants du motif à conserver en fonction de sa personnalité et de ce qu’on veut «faire passer», et la rapidité d’exécution aux méthodes de maîtrise technique et gestuelle liées tant aux rapports pigments - eau, qu’aux conditions du moment …
Tout cela s’apprend, nous en reparlerons peut-être un jour ensemble, mais en attendant n’oubliez pas ces 3 petits mots magiques auxquels je repense en voyant l’aquarelle de Jacques et que notre ami Pierre NAVA parmi tant d’autres nous rappelle aussi très souvent !
Aquarelle Jacques ALBERT-B«Crépuscule après l’orage» une aquarelle de Jacques ALBERT,
une bonne application des trois mots magiques de l’aquarelle
rapide et de synthèse sur le motif  .

Partager cet article

Repost0