Aquarelliste et peintre voyageur - En peinture, l'art de l'aquarelle est un mode d'expression qui va des carnets de voyages à la création de tableaux : en voici les différentes facettes inspiratrices, techniques et créatives selon Alain MARC ...
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Aquarelliste et peintre voyageur
  • Aquarelliste et peintre voyageur
  • : En peinture, l'art de l'aquarelle est un mode d'expression qui va des carnets de voyages à la création de tableaux : en voici les différentes facettes inspiratrices, techniques et créatives selon Alain MARC ...
  • Contact

Me joindre, les stages, etc. :

Pour m'écrire, cliquez ici

Pour le calendrier des stages 2020 cliquez ici

Plein de nouveautés vous attendent !

(pour les tarifs et disponibilités me les demander directement en cliquant ici)

-  Les stages "aquarelle" dans l'Hexagone sont ouverts aux débutants et aux pratiquants déjà confirmés souhaitant se perfectionner : ils ont pour but d'apporter efficacité et aisance d'expression à l'aquarelliste de terrain. Nombreux sont les aquarellistes issus de mes stages ou passés s'y perfectionner depuis 4 décennies...
- Les stages "carnets de voyages" sont une véritable immersion dans la pratique du carnet de voyage et de l'aquarelle sur le terrain, orientés "autonomie" ils sont ouverts aux stagiaires ayant assez de pratique pour en profiter pleinement . De la Provence au Jura Oriental et jusqu'au Portugal, ce sont quelques destinations où vous pourrez aller en 2020...

- Tous les stages sont différents, n'hésitez pas à m'en demander les informations par courriel (voir plus haut) .

-------------------------------------------------------------------------------------------

Vous aimez ce blog ?

Alors, découvrez le site d'Alain MARC :

width="300"

 

Et abonnez-vous à sa newsletter,

cliquez sur ce bouton :

vous y retrouverez tous les futurs articles publiés ici,

plus complets, plus documentés,

plus riches, dans le respect et

la confidentialité de vos données personnelles !

(Et n’oubliez pas de confirmer dans l'e-mail sui vous sera envoyé pour vérifier votre adresse !)

-----------------------------------------------------

Extraits vidéo d'Aquarelle en Voyage :

 

 

Recherche

Partenaires

Voici où trouver vos meilleurs

produits aquarelle

et carnets de voyages :

aquarelle-bouton-2

N'hésitez pas à les contacter

et à leur commander de ma part,

ce sont de vrais amis qui soutiennent mon travail !

 

Andalousies

«Andalousie, la Route d’Alain MARC», carnet de voyage de Pierre NAVA
Découvrez article après article en cliquant sur les vignettes ci-dessous le carnet spontané de Pierre m’accompagnant en Andalousie, et les «Petites Histoires vidéo» qu’il m’a inspirées :

La-Barca-1b-Pierre-Nava.jpg

Préambule

La Barca 2a Pierre Nava

L'étape de Peniscola

Andalousie b Pierre Nava

Sur la route de l'Andalousie...

Moulin-b Pierre-San Jose 2

Au Cabo de Gata

Bateau Pierre Isleta 3b

La Isleta del Moro

Huebro Pierre vignette

Huebro, la montagne enchantée

Pierre-Nava-Guadix-4-copie-1

Guadix, les maisons troglodytiques

Rio Fardès

Le rio Fardés

20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 16:42

Après Paris, (ou plutôt simultanément) ce sont nos premiers «équipiers - équipières» de Nîmes qui ont réalisé une très agréable sortie : à Poulx petit village au nord de Nîmes, et on pourrait presque dire qu’ils y ont fait naître le printemps !

C’est à l’initiative de Nicole et Jean-Paul que cette après-midi d’aquarelle sur le motif a eue lieu, comme quoi on n’a pas non plus besoin d’être très nombreux pour réussir une sortie d’aquarelle …

Le joli village de Poulx à 6 km de Nîmes sous un soleil hivernal mais bien présent : nous sommes déjà en Provence avec ses maisons colorées aux tuiles roses …

L’église et la tour médiévale dominent le village, comme dans toutes les anciennes cités du Languedoc au charme incomparable !

Confortablement installé dans la garrigue au milieu des senteurs de thym et de romarin, Jean-Paul esquisse son motif .

Quant à Nicole elle a pris de la hauteur pour mieux voir le paysage, mais tout deux sont absorbés dans leur travail : ils ne regarderont le travail de leur camarade qu’une fois qu’il sera terminé !

Et voilà les maisons aux toitures orangées de Jean-Paul, (on voit au loin les collines de la garrigue nîmoise) …

Quant à Nicole, le choix de son emplacement est en conformité avec celui de sa mise en page : toute en hauteur

Ce qui émane de ces deux aquarelles est extrêmement plaisant et correspond bien à la raison d’être de cette nouvelle formule des «équipiers - équipières aquarelle» qui je l’espère va continuer à se développer : le plaisir de peindre ensemble avant tout !

Alors, si le désir de peindre dans cette magnifique région du Languedoc avec «l’équipe de Nîmes» vous tente écrivez à Jean-Paul, Nicole, (ou à Annynîmes qui fait aussi partie de l'équipe): - vous nous raconterez ?

Mais si vous vivez ailleurs rien ne vous empêche de vous rajouter à la «liste» la plus proche de chez vous (voir module plus bas des «Équipiers - équipières aquarelle» de la colonne de gauche), ou même de créer votre propre groupe (il vous suffit juste de me le demander) !

Et pui, j'ai une nouvelle idée : si dans le reportage que vous me communiquerez de vos futures sorties l'une (ou l'un) d'entre-vous veut me soumettre son aquarelle à analyser (pour que je donne mon point de vue sur ce qui est bon et ce qui l'est moins, ce qui mérite d'être amélioré et comment), n'oubliez pas de joindre la photo (bien faite) de cette aquarelle et celle du sujet pris du point de vue du peintre : si j'ai le temps, je rajouterai cette analyse à votre petit reportage comme une sorte de "mini cours particulier" qui profitera à tout le monde !

Partager cet article

Repost0
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 00:37
     - Vous souvenez-vous de l’idée lancée pour réaliser une base de contacts afin de réunir les personnes ne souhaitant plus aller peindre seules, ici même, il y a une quinzaine de jours à peine ?
    L’idée a fait son chemin et fonctionne à présent fort bien, puisque vos propositions sont venues de tout l’Hexagone et même de l’étranger, car nous avons une participante belge que je tiens à remercier très chaleureusement !
    Si l’aventure vous tente vous pouvez vous aussi vous joindre aux équipiers - équipières aquarelle réunis dans le module gauche ci-contre (un peu plus bas), il vous suffit de me le signaler et je vous rajouterai aux équipes en place .
    Voici donc les photos des deux premières sorties sur le motif qui se sont déroulées à Paris à l’initiative de Bernard, je consacrerai le prochain article à l’équipe de Nîmes, qui a également pu réussir une fort belle balade d’aquarelle .

733
Timide soleil sur le jardin du Luxembourg à Paris pour la toute première sortie sur le motif de deux « équipiers - équipières » pionniers de cette nouvelle formule, le 4 février courant, avec Isabelle et Bernard qui ont pu expérimenter avec succès la faisabilité de la formule : il est tout à fait possible de se retrouver pour un objectif pictural commun, tout près de chez soi (et pourquoi pas un jour à l’autre bout du monde), sans forcément se connaître, avec enthousiasme, dans une approche conviviale de l’aquarelle !
735La statue sous un arbre d’Isabelle (détail), dans la spontanéité d’une exécution sans artifices, révèle bien la simplicité de cette approche partagée de l’aquarelle, à mi chemin entre croquis aquarellé et aquarelle rehaussée, style de travail sur le motif dont tout le charme justement est d’être parfaitement adaptée à ce type de sortie .
paris-1
Deuxième sortie le samedi suivant : rendez-vous au Pont des Arts, près de l’Île de la Cité, toujours à Paris, encore à l’initiative de Bernard .
paris-6Ce n’est pas la fraîcheur de l’atmosphère qui a découragée les participants : ils étaient une dizaine cette fois à se retrouver et à faire connaissance, mais surtout à prouver qu’il n’est pas besoin d’attendre les beaux jours pour passer de bons moments d’aquarelle !
paris-7Je crois que c’est là le travail de Claude, il me semble que je "reconnais" !
paris-3
Une autre partie du groupe à l’abri sur le quai, tout le monde était bien absorbé mais « ce fut un très bon moment très convivial qui s’est terminé devant un bon chocolat », nous dit Bernard en m’envoyant ces photos …
paris-2
Absorbé dans sa prise de notes ?
En tout cas, Éveline m’écrit : «c'était formidable !!!
C'est une idée épatante grâce à vous Alain et à Bernard .
Malgré le froid on était dix . Bernard a trouvé une bonne place au bord de l'eau et devant le pont neuf .
Moi j'ai seulement dessiné, mon carnet était trop petit et puis il me faut me rappeler : "observation, rapidité, simplification" merci Jacques ! Pendant que je dessinais j'y pensais, ça m'a aidée . C'est grâce vous tous, encore merci !

paris-5Celle-ci je ne sais qui l’a réalisée mais je l’aime bien, toujours la spontanéité et un «je ne sais quoi» d’inachevé plein de charme ! 
paris-4Plus que quelques coups de pinceaux à donner avant d’aller partager un bon chocolat,
La prochaine sortie des «équipiers - équipières» parisiens aura lieue le 6 mars au Jardin des Plantes
, une belle après-midi en perspective, n’hésitez pas à les rejoindre si vous êtes en région parisienne et tenté (e), écrivez à Bernard et profitez-en bien !

Partager cet article

Repost0
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 22:51

Surprise en découvrant le dernier guide 2010 des Maisons d’hôtes de charme en France : c’est la façade de la maison de Christiane COLIN qui a été choisie pour la couverture !

Celles et ceux d’entre vous qui utilisent déjà cet excellent guide savent à quel point les bonnes adresses qu’il contient valent le détour …et le séjour !

Mais il faut croire que la maison de Christiane réunit à elle seule assez de charme pour les représenter toutes, la preuve, elle en est comme leur «ambassadrice visuelle» à travers la couverture de cet ouvrage .

Christiane COLIN est une talentueuse amie, excellente cuisinière et maîtresse de maison hors pair, je lui ai déjà consacré un article dans ce blog .

Mais aujourd’hui une fois encore depuis plus de trente ans, je suis heureux d’avoir choisi sa maison pour y animer le plus ancien de mes stages d’été dans l’Hexagone .

Si vous voulez y passer une semaine hors du temps pas très loin de chez vous, une semaine de paix, de quiétude, de ressourcement et d’harmonie, à la lisière des belles forêts des monts du Jura Oriental, (sans nécessairement y faire un stage d’aquarelle) n’hésitez pas appelez Christiane de ma part au 03 81 46 51 63 .

Et si vous voulez profiter de la beauté de ce haut pays en y apprenant les paysages d’hiver en aquarelle, alors là n’hésitez pas et écrivez-moi : il me reste encore 2 ou 3 places dans le prochain stage de mars, sur que nous allons passer chez Christiane une super semaine !

Partager cet article

Repost0
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 16:16

Je suis effaré du temps qui passe avec une impression de ne rien faire, de ne pas avancer !

Je ne sais si vous ressentez la même chose, mais janvier est déjà terminé et j’ai l’impression que je n’ai même pas eu le temps de savourer l’année entière qui vient de passer .

Peut-être le temps s’écoule-t-il différemment pour moi ?

D’habitude les regards en arrière, quand on fixe l’avenir, sont déjà terminés : la page est tournée, il faut écrire sur celle qui vient d’arriver .

Mais c’est avec la même encre de vie, je crois, que sur ce premier jour de février je pose les mots de ce constat : le temps passe trop vite pour moi, … et peut-être pour vous aussi .

Alors peu importe si je suis à contre-courant de vouloir regarder le passé pour construire dessus ce que sera l’avenir …

Je voudrais une fenêtre faite avec cet écran d’ordinateur, qui laisse entrer des bouffées d’enthousiasme et peut-être d’euphorie .

L’euphorie est une denrée rare par les temps qui courent .

Une fenêtre que vous pourriez ouvrir aussi .

Qui vous permette de vous projeter dans ces limites du possible que j’essaie tous les jours de repousser .

Alors le prochain article, (celui que je prépare depuis des mois déjà), j’aimerais qu’il préfigure ce que pourrait devenir ce journal un jour .

Oui, certainement je suis à contre-courant : aujourd’hui tout va très vite, il faut «consommer», passer à autre chose, s’étourdir à la folie .

Je ne publie pas d’article tous les jours .

Je mets même des semaines pour en réaliser certains, ou les finaliser . En fait, il sont le contraire de courts, mais je souhaite qu’on puisse y revenir souvent comme si le seul fait de s’y retrouver vous nourrisse toujours .

Plus qu’un lieu de communication : un véritable territoire d’échange et d’interactivité, un carrefour pour la pensée, mais aussi un lieu d’archives de vie pour que ne meure jamais ce qui a pu exister, qui était beau et qui petit à petit s’efface inéluctablement de votre mémoire …

Cette autre forme de réalité qui se distinguerait au milieu du hourvari d’Internet parce qu’elle pourrait vous servir (même si c’est à travers mes initiatives où je fais vraiment seul et - sans moyens - pratiquement tout ce que je fais) avec des moments de vie accessible à tous, mais simples, vrais, sans artifices, comme des bribes de bonheur arrachées au temps qui passe et nous efface …

C’est un peu ce que j’essaie déjà de réaliser dans ma quête permanente de nouvelles idées (comme par exemple la plus récente, des «équipières - équipiers aquarelle») .

- Alors peut-être arriverons-nous ensemble à endiguer un peu mieux cette rivière du temps qui nous surprend toujours quand nous la voyons passer ?

Dans les flamboiements de la destinée, la rivière du temps s’écoule sans que nous la voyons passer . Lorsque nous en percevons la réalité, elle a déjà emporté loin de nous les plus secrets paysages des moments forts de notre vie … («La rivière du temps», Aquarelle Alain MARC)

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 18:41

Voici donc le mouvement lancé !

Vous êtes déjà un petit groupe (encore éparpillés aux quatre coins de France mais je pense que cela va vite évoluer, je referai alors mon module en créant une liste mieux organisée), à vous être signalés et à être devenus «équipiers - équipières aquarelle», (certains d'entre vous, comme Malivoyage se faisant le relais du mouvement sur leur blog pour leur région), des ambassadeurs  (drices) et des pionniers de cette nouvelle démarche dont j’explique plus bas le fonctionnement en même temps que l’intérêt, bravo, je vous félicite !

Premier rendez-vous : le pont des Arts à Paris, (aussi appelé «passerelle des Arts»), pour les «équipiers - équipières aquarelle» qui voudront bien rejoindre Bernard pour un moment de peinture commune, en toute convivialité  (je rappelle que ce ne sont pas des cours et que c'est totalement libre et gratuit !) .  S’il pleut ou si le mauvais temps est au rendez -vous, vous irez peindre sous les passages couverts qui vous inspireront le plus, je suis sur que vous aurez plein d’idées !

Alors si l’aventure vous tente, envoyez vite un e-mail à Bernard en cliquant ici, vous me raconterez ?



Le pont des Arts à Paris, Aquarelle Alain MARC 

«Je suis sur le pont des Arts à Paris. D'un côté de la Seine on voit la façade harmonieuse et sobre de l'Institut, bâti vers 1670 pour être un collège. Sur l'autre rive, le Louvre, construit depuis le Moyen Âge jusqu'au dix-neuvième siècle : un sommet de l'architecture classique, splendide et équilibré. En amont on voit le haut de Notre-Dame … Depuis cent cinquante ans, les élèves des Beaux-Arts passent sur ce pont pour aller étudier les chefs-d'œuvres du Louvre ; de retour dans leurs ateliers, ils discutent et rêvent de faire quelque chose qui soit digne de la grande tradition. Et sur ce pont, depuis Henry James, combien de pèlerins venus d'Amérique se sont-ils arrêtés pour respirer le parfum d'une culture aux racines lointaines, conscients de se sentir au centre même de la civilisation …» Kenneth Clark, Civilisation, (1969) .

Je réponds à présent à Manoune (voir commentaires de l’article précédent) : oui tu as raison, il existe déjà des groupes plus ou moins organisés qui se retrouvent régulièrement pour aller peindre, mais cette fois,  avec cette "nouvelle" possibilité (j'allais dire ma "nouvelle formule") on va beaucoup plus loin et c’est peut être bien plus intéressant, car la différence que j'aimerais lui donner par rapport aux sorties picturales qui existent déjà, c'est qu'elle soit un vrai réseau dépassant les limites de nos villes, de nos régions, dépassant nos frontières, totalement libre et informelle (un peu dans la manière spontanée qu'on certains (es) de mes stagiaires et élèves de se retrouver parfois pour aller peindre ensemble), laissant libres, sans engagement ni contraintes particulières les participants, et par surcroît leur permettant d'avoir ici un formidable relais, un véritable lieu de contact "universel" car :
a) - il serait super lorsqu'on est en vacances quelque part de pouvoir quelques jours avant son départ (ou même la veille), envoyer un petit e-mail aux personnes inscrites dans la liste de la région où on va (ou la ville) pour leur dire : "Je viens dans votre région et j'aimerais aller peindre tel jour, aimeriez-vous m'accompagner, connaissez-vous des coins sympas, etc. ?", à charge de revanche de s'inscrire aussi sur la liste pour permettre la réciprocité (cela ne coûte rien de répondre "non" si on est sollicité et qu'on ne peut pas se libérer pour telle ou telle proposition), et bien sur comme toute démarche de ce type d'amener avec soi sa bonne humeur, sa convivialité, son enthousiasme et tout simplement d'essayer, de participer, et si on ne veut plus faire partie des « équipiers - équipières » on me le dit et je vous enlèverai tout de suite de ma liste (qui est d'ailleurs actuellement "expérimentale", n’est pas «impliquante» puisque l'adresse e-mail des gens n'apparaît pas - ce ne sera qu'un lien - et qu'on ne les connaît que par leur prénom ou pseudonyme comme dans un forum) !

b) - si on veut se lancer et si on n’a jamais peint sur le motif à l’extérieur, on peut où qu’on soit, trouver quelqu’un pour vous accompagner, (suffit d’être deux) car à plusieurs c’est toujours plus «rigollot», c'est aussi découvrir cette expérience sans faire la moindre dépense (sauf celle des transports pour se retrouver et se rendre sur le lieu de peinture), car ce ne sont ni des stages ni des cours, c'est entre vous, entièrement libre et gratuit, je le redis !
c) - si on est déjà très expérimenté (e) et qu’on veille avoir une compagnie et un regard neutre, impliqué sur ce qu’on fait en partageant son vécu de terrain avec d’autres regards différents, c’est une véritable opportunité : - quelle que soit son expérience c’est la solution idéale pour continuer d’avancer car ce type de regard doit d’abord être basé sur la confiance et la sympathie,

d) - si on veut un jour me rejoindre dans l'un de mes stages (en tant que stagiaire cette fois), c'est un bon moyen pour s'entraîner et avoir ainsi la certitude que face à des sujets plus complexes (dans un carnet de voyage lointain par exemple), on sera bien plus à l'aise et plus à même de suivre les conseils que je donnerai,

 e) - nombreux comme on est à se retrouver par l'intermédiaire de ce blog on peut monter spontanément un formidable réseau qui nous ouvre réciproquement des portes partout sans pour cela nous engager (si on ne veut pas suivre une sollicitation il suffit d'avoir une réponse "négative" toute prête dans son "presse-papiers e-mails" ou "modèles de courrier", je vous explique plus bas) .

Cela serait aussi un magnifique moyen de voyager en rencontrant des gens du pays en profitant de la connaissance qu'ils en ont, et ceci sans limites de temps, de zones géographiques ni de frontières, (je vous reparlerai de cela à l’avenir, car je prépare à ce sujet depuis plus d’un an une nouvelle rubrique dans ce blog qui devrait beaucoup vous intéresser) !

f) - à ces possibilités je rajoute celle, pour vous, de me faire part de vos sorties et expériences afin que je puisse de temps en temps en constituer ici le «relais dynamique» car j’aimerais vous consacrer quand j’en aurai la disponibilité un petit article (n’oubliez pas vos appareils photos quand vous partez, vous m’envoyez aussi votre «reportage»  avec des scans de vos aquarelles et je les publierai), ce qui en constituerait un formidable tremplin, une ruche à idées, et un réservoir de bonnes initiatives, pour ne pas dire un vivier relationnel dont la richesse sera tout ce que vous en ferez !

Je précise d’ailleurs que je pourrai vous dire en deux mots à travers cet article ce que je pense de ce que vous avez fait pendant votre sortie, même chose de la façon dont vous l’avez menée (vous voyez la portée «pédagogique» et profitable à tous les lecteurs que cela pourrait amener) ?

 

Voyons à présent comment tout cela pourrait fonctionner, en pratique : - « comment ça marche » ?


1) - on me signale si on veut aller peindre à l'aquarelle de temps en temps en souhaitant le partager (par e-mail direct ou ici par commentaire interposé), je vous inscris dans la "liste" des "équipiers (ères)" de votre ville ou région de résidence et j’inscris votre prénom ou pseudonyme dans le module de gauche du blog dédié à cet effet, (prénom ou pseudo lié à votre e-mail ce qui évite les spams et autres importuns de vous déranger),
2) - vous entrez en relation directe entre-vous (de cela je n’ai pas à m’en occuper) pour organiser vos sorties (par clic sur les prénoms dans mon module sous la ville ou région qui peut vous concerner puis contact e-mail),

3) - vous vous y inscrivez aussi pour profiter de la réciprocité, si vous faites appel à cette liste,

4) - si vous êtes inscrit (e) et contacté (e) pour une proposition de sortie peinture pour laquelle vous ne pouvez vous libérer, vous vous faites un «modèle» de courrier e-mail en guise de réponse que vous «copiez-collez» à votre correspondant vite fait (comme expliqué plus haut),

5) - vous me faites si vous le voulez un petit reportage (photos de la sortie au format 480 x 360 pixels, scans des aquarelles au même format + texte assorti) que je publierai, commenterai ici, et qui profitera à tout le monde (de temps en temps car je suis en permanence sous la pression d’un planning très chargé, mais envoyez-moi tout cela quand même si vous en avez la possibilité),

6) - Où est la liste des "équipiers - équipières aquarelle" dans ce blog ? - à peu près au milieu de la colonne grise à gauche de cet article, en dessous des liens de météo et de la revue "art et peinture Zoom" quand on lance dans son navigateur http://www.aquarelle-en-voyage.com (et non la simple page de cet article ouverte suite à la réception de la newsletter) !

7) - enfin, profitez, profitez, profitez !

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 19:27

  Je viens de recevoir un sympathique e-mail d’un nouveau pratiquant de l’aquarelle qui m’écrit :

«Je suis aquarelliste "débutant", et une fois par semaine environ, j’essaie de faire une aquarelle dans le centre de Paris . Me sentant un peu seul dans ma démarche je serais heureux, (hors tout contexte formatif organisé), de partager librement ma passion sur le motif avec d’autres amateurs de peinture et de plein air …»

Il se nomme Bernard, et si vous avez envie de peindre ou de dessiner avec lui à l’occasion, il vous suffit de cliquer sur son prénom .

Et cela me donne une idée : comme vous êtes nombreuses et nombreux à vous poser la question de savoir avec qui vous pourriez aller peindre lorsque vous vous retrouvez un peu seul (e) dans la perspective d’une sortie d’aquarelle, j’ai décidé (en espérant que cette idée deviendra réellement pratique pour vous), d'ouvrir ici un module dans la colonne de gauche, que j’intitule dès à présent : «Équipiers - équipières aquarelle». Ce module sera ce que vous en ferez, je le «lance» expérimentalement pour cette année, n’hésitez pas à l’utiliser !

Bernard est donc le premier «équipier aquarelle» se signalant sur ce blog, il ouvre la liste des « équipiers peinture » pour Paris, je lui dédie cette petite aquarelle de Notre-Dame et je lui souhaite la bienvenue dans cette nouvelle rubrique . (Croquis aquarellé Alain MARC)

 

Alors j’espère si vous habitez la capitale que vous viendrez vite le rejoindre pour dynamiser la synergie ainsi créée en vous rajoutant à la liste des parisiens, et que si vous êtes d’une autre ville vous participerez aussi à l’expérience en démarrant une «équipe» près de chez vous ?

 

Cela ne vous engage à rien et peut se révéler très intéressant, pensez surtout que l’intérêt et le plaisir de dessiner et peindre à plusieurs est très profitable en de nombreux points de vues, que vos progrès seront plus rapides avec le regard extérieur des personnes qui vous accompagneront grâce à d’autres yeux et d’autres façons de voir les choses, car ils viendront renforcer votre confrontation au sujet si importante dans la peinture en extérieur .
… Et puis que l’on soit débutant (e) ou expérimenté (e), la convivialité de ce genre de partage permet souvent d’affronter en aquarelle des sujets qu’on n’oserait aborder seul (e) sur le motif autant que le regard des passants, en nous délivrant ainsi de toute forme de timidité ! 

Partager cet article

Repost0
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 23:35
Voici une petite aquarelle de Jacques ALBERT (que connaissent bien les participants au stage du printemps dernier en Provence) .
Il me dit en me l’envoyant :
«J'essai encore de dépouiller ma peinture en suivant tes conseils : "-  Tu en enlèves encore la moitié et c'est bon ! " »  …
Oui, c’est bon : la synthèse c’est important quand on veut aller à l’essentiel .
Jacques y parvient fort bien ici sans dessin préalable et avec quelques coups de pinceau .
Rapidité et synthèse sont fortement liées car si on va à l’essentiel (en ne conservant que l’essentiel), on peut peindre très vite grâce à la simplification, c’est naturel et étonnamment surprenant quand on y parvient, le travail y gagne en lisibilité, et en force d’expression .
Toute la réussite de cette démarche se résume en trois mots magiques : observation, simplification, rapidité d’exécution .
Se contenter de peu, (surtout ne pas en rajouter, éviter de vouloir «arranger»), et travailler sans cesse sur des motifs toujours nouveaux, beaucoup, énormément, et encore davantage pour continuer de progresser !
Voilà trois petits mots tout simples qui font des miracles mais qu’il faut savoir appliquer, car l’observation est liée à la façon d’analyser son sujet, la simplification aux choix des éléments prédominants du motif à conserver en fonction de sa personnalité et de ce qu’on veut «faire passer», et la rapidité d’exécution aux méthodes de maîtrise technique et gestuelle liées tant aux rapports pigments - eau, qu’aux conditions du moment …
Tout cela s’apprend, nous en reparlerons peut-être un jour ensemble, mais en attendant n’oubliez pas ces 3 petits mots magiques auxquels je repense en voyant l’aquarelle de Jacques et que notre ami Pierre NAVA parmi tant d’autres nous rappelle aussi très souvent !
Aquarelle Jacques ALBERT-B«Crépuscule après l’orage» une aquarelle de Jacques ALBERT,
une bonne application des trois mots magiques de l’aquarelle
rapide et de synthèse sur le motif  .

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 07:50
Je vous ai présenté le mois dernier le magazine en ligne «Art et Peinture Zoom», vous promettant que vous le retrouveriez ici à chaque nouvelle parution . 

Voici donc le numéro de janvier 2010 avec ce PDF issu du site du même nom «Art et peinture», dont l’esprit pluridisciplinaire continue de s'exprimer dans cette dernière parution avec d'intéressants articles pouvant  nous intéresser que l'on s'intéresse à la peintre, la photographie ou le desing .

Je vous laisse le découvrir en attendant un nouveau billet sur ce blog .
http://idata.over-blog.com/0/15/01/89/Divers-photos-pour-articles-2/magazine-art-et-peinture.jpg
Pour découvrir le numéro de janvier 2010 (et 3 ème numéro "d'Art et Peinture Zoom"), cliquez sur son image ci-dessus, (fichier PDF pas lourd, laissez le téléchargement se dérouler) .

Partager cet article

Repost0
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 10:54

Voici un joli petit nu, en aquarelle technique mixte, au motif serti en doré sur fond à enluminure noire dorée à la feuille, un peu à la manière de Gustav KLIMT que vous adresse par mon intermédiaire Monique ASUNÇAO PETIT, pour vous souhaiter une très bonne année 2010 .

Nombreux sont déjà celles et ceux d’entre-vous qui connaissent Monique, l’ont déjà rencontrée et appréciée autant pour sa créativité que sa gentillesse lors d’un stage d’aquarelle, un carnet de voyage ou une exposition . C’est à leur intention mais aussi à l’intention de toutes les lectrices et lecteurs de ce blog qu’elle nous fait ainsi part de ses meilleurs vœux .

Merci Monique, et très bonne année à toi aussi !

Je profite de ce petit billet pour remercier toutes celles et ceux qui m’ont adressé récemment du courrier et des cartes de vœux toutes aussi jolies et sympathiques les unes que les autres . Je vous répondrai individuellement dès que possible, (mais certaines et certains n’ont pas mis leur adresse pour que je sache exactement qui m’a écrit - je connais un grand nombre de Marie-Claire, Françoise ou Claude -, merci de préciser dans vos envois) .

Merci également pour les inscriptions aux stages carnets de voyages et aquarelle 2010 qui me sont déjà parvenues, là aussi j’ai beaucoup de retard pour confirmer et vous envoyer la liste des fournitures et autres détails techniques, cela sera fait en son temps, de même que mes vœux personnalisés à tous mes correspondants des semaines, mois et années passés, idem pour celles et ceux qui attendent des détails sur des stages qui les intéressent et étaient en cours de finalisation lors de leur dernier courrier : à présent toutes les dates et tarifs définitifs sont finalisés, je ne vous oublie pas .

Les choix délibérés de Monique, sa façon de recomposer le corps féminin et de jouer dans une grande simplicité sur cette opposition entre histoire et modernité, entre harmonie des équilibres et ruptures anatomiques évoquent aussi pour moi certains découpages de Matisse et sa façon d’approcher le personnage au meilleur de sa maturité artistique .

En tout cas c’est une création à part entière que nous envoie Monique, qui est bien le reflet de sa personnalité et je crois que vous serez nombreux à l'apprécier pour commencer l’année !

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 10:56

En attendant d’avoir terminé le petit travail sur lequel je m’acharne depuis un bout de temps, (qui devrait être si je parviens à le mener à bien, ma façon personnelle de faire un bilan de l’année écoulée), voici un article en rapport avec une récente actualité de spéléologie, souvenez-vous c’était il y a deux jours à peine …

 

Je l’écris aussi pour répondre à une intéressante question posée dernièrement par une amie blogueuse que j’apprécie beaucoup, et j’ai pensé en cette période de l’année où on fait des bilans faute de refaire le monde, qu’il serait susceptible de vous intéresser .

Question :

- Toi qui aime les explorations souterraines, que penses-tu de ces explorateurs qui se font coincer régulièrement et font risquer la vie des sauveteurs ???
- Est-ce que leurs explorations en valent vraiment la peine ?

Départ du puits du «Bénitier», vertigineuse plongée dans l’inconnu et l’obscurité . Aquarelle Alain MARC, Carnet d’exploration de l’Aven Noir .

 

Réponse : 

Je réponds avec retard à ta question, excuse-moi, et te remercie de l’avoir posée .

Je le fais en deux points selon mon expérience et mon point de vue :

a) - Le problème est inexplicable ou plutôt incompréhensible pour le grand public .
Heureusement, ce sont les autorités elles-mêmes (en ce qui nous concerne) qui ont conclues après la remontée des 3 spéléologues que ce n'était pas de leur faute (dans le cas de ce dernier fait divers dont la télévision et la presse se sont largement faits l’écho ces jours-ci, j'en attendais d’ailleurs le dénouement pour te répondre, mais ma réponse aurait été la même quelle que soit la façon dont cet évènement se serait terminé), et qu'ils n'avaient commis aucune erreur ...
Il y a une solidarité entre gens de la montagne et du monde souterrain qui fait qu'on ne voit pas les choses de la même manière que les voient la presse, les médias et le public qui suit sans connaissance de cause et réagit sans perception réelle de ce type d'évènement, des motivations qui en sont à l'origine et de l'engagement qui y est lié .
Lorsque les explorateurs sont totalement néophytes ou très imprudents il est normal qu'on se pose des questions, et encore personnellement je les nuancerais car les associations, clubs et autres lieux de formation font énormément pour éviter une pratique irresponsable ou dangereuse de nos activités .
En ce qui concerne ce gouffre des Pyrénées, pour aller là où ils étaient, il faut déjà être très bien équipé et bénéficier d'un très bon niveau . Beaucoup de spéléologues (ou d'alpinistes) de ce niveau-là ont déjà participé à des secours de leurs collègues, et quand à leur tour ils se font piéger ce ne sont généralement pas ceux qui vont aller à leur recherche qui vont les incriminer .
Les impondérables et dangers objectifs existent aussi bien en montagne, spéléologie, que dans toute autre exploration ou pratique sportive engagée . On le sait lorsqu'on part, et on n'est pas à l'abri d'un imprévu qui peut mal tourner même si on a pris toutes les précautions pour ne pas se mettre en danger, encore moins mettre autrui en danger .

On peut s'entraîner considérablement, être au "top" de sa forme, de la pratique et de la technique, pourtant un incident grave ou accident peut toujours arriver et l'entraînement passe aussi par l'anticipation et «l'auto prise en charge» de tous les cas de figure envisageables .

Je sais de quoi je parle, et je suis révolté lorsque j'entends des gens qui n'y connaissent rien avoir certains raisonnements, ou pire juger sans connaître le problème et n'avoir aucune expérience de terrain, il n’y a rien de pire que de parler de ce que l’on ne connaît pas !
En tout cas en ce qui me concerne je ne jetterai jamais la pierre à qui se trouve ou se trouverait piégé par un imprévu .

Je pourrais écrire des pages à ce sujet : mon vécu de spéléologue, de libériste et de montagnard est passée par là, des deux côtés de ce type d'expérience (je te donne plus d’explications concrètes dans ma réponse directe à ta question dans les commentaires d’un article précédent sur ce blog) .

C’est en se trouvant tout à coup face à de telles splendeurs dans une immensité qu’on croirait directement surgie des plus imaginatifs et féeriques décors de fiction, qu’on se rend compte combien la vie malgré les grands bonheurs qu’elle peut parfois nous réserver peut être perçue en surface comme insipide au quotidien, et combien il y a dans les derniers mondes encore totalement vierges de cette planète toute la dimension d’une épopée qui vaut à elle seule la peine d’être vécue en allant jusqu’au bout de soi pour s’y projeter …

On rejoint là les valeurs éternelles des premiers explorateurs et des «dépassements d’horizon» : en les dépassant, on donne à ceux qui nous suivent de nouveaux territoires pour qu’ils puissent s’y accomplir .
Nota : j’ai réalisé cette photo sans aucun trucage, il n’y a pas là les jeux de projecteurs colorés qui font la joie des exploitants de grottes touristiques, nous sommes tout simplement dans un autre univers, les volumes, les formes et les couleurs sont bien réels, en tout cas ici en décalage complet par rapports aux autres cavités souterraines que je connais . (Photo Alain MARC)
 

b) - Le jeu en vaut-il la chandelle ?
 

Alors là avec cette question, on entre effectivement au coeur du sujet pour tellement de gens ...
Pour nous, elle ne se pose même pas .
… D’ailleurs la vie elle-même vaut-elle la peine d'être vécue sachant tous les dangers, les maladies et les risques qui nous guettent y compris pour ceux qui ne font rien, et puis quand bien même se serait-on grandement protégés toute son existence, un jour, il faut bien mourir malgré tout l’immense respect que nous avons pour nos vies et plus encore pour celle des autres ?
Je peux te citer tous les poncifs de l'oeuvre des grands explorateurs, alpinistes, spéléologues, on y trouve mille réponses, pour ma part j’en ai des rayons entiers, je renvoie ceux qui liront ces lignes aux «classiques» qu’ils pourront se procurer .
Ces œuvres comportent toutes les réponses aussi importantes que la vie qui peut être mise en jeu pour ces valeurs-là, et Dieu sait si ceux qui les ont formulées aiment ou aimaient la vie !
Je te dirai pour ma part que oui, même si on ne découvre rien, même si c'est juste la passion qui nous mène au bout de nous-même et de cet ailleurs où le dépassement est une projection de notre raison d'exister, que cet engagement en vaut la peine, il en vaut autant la peine que toute oeuvre créative car il est création dans cet éphémère qui nous modèle intérieurement comme si nous étions nous-mêmes produits de notre propre création .
Là, je sais que je ne serai suivi que par ceux qui «savent», … ou qui ont cette intime perception qui se rapproche de l’intuition .
Pour les autres ce ne seront que brèves de comptoir ou littérature .
Ou plutôt je leur dirai : - avez-vous été voir le film "AVATAR", à l'écran ces temps-ci, qui a tant de succès ?
Eh bien si les foules s'y précipitent, c'est que notre besoin de projection dans d'autres formes de réalités, les nécessités de combler notre imaginaire et les manques d'un absolu qui peut donner un sens à nos vies sont immenses dans le quotidien de la plupart des gens .
Admiration pour cette fiction où les «connexions» des conducteurs dans les processeurs informatiques autant que dans les cerveaux des acteurs, des techniciens et créatifs ont bien fonctionnées, à commencer par celui de James CAMERON : allez voir ce film, il est prodigieux à bien des égards . Il touche même au merveilleux .


strates-et-remplissages-b

Coupe d’un remplissage stratifié (détail), Aquarelle et encre Alain MARC, Carnet d’exploration de l’Aven Noir .

Hors la haute montagne, le monde souterrain, le vol libre et tous les autres bouts de monde dont on sait les engagements qui nous y mènent, sont autant «d'AVATARS» que nous vivons, mais nous ne les vivons pas par imagination ou personne interposée mais par nous-mêmes, et les mondes que nous visitons ont dans la réalité la dimension des plus merveilleuses séquences de ce film, nous y entrons réellement avec prudence et humilité .

Ils représentent à eux seuls la raison même d'y aller .
Dans notre cas précis au fond du gouffre de l'Aven Noir nous avons beaucoup de chance, car nous savons en plus aujourd'hui ce que nous sommes en train d'apporter à la multiple connaissance de cette région karstique des Grands Causses, et par conséquent à la science car les découvertes réalisées y sont importantes .
Et encore je ne suis que témoin, un modeste petit dessinateur carnettiste qui ne peut communiquer ici les premières études des scientifiques qui commencent à se pencher sur le problème, les merveilles entrevues, les perspectives possibles .
Essentielles aujourd’hui plus que jamais pour la connaissance et le maintien des équilibres naturels souterrains avec leur implication sur les écosystèmes de surface, les ressources souterraines et un nombre incroyable de choses ...
Ce que je sais, c'est que grâce à l'acharnement de notre responsable d'exploration, à son opiniâtreté, à sa témérité maîtrisée, à son courage, à son travail, à son expérience, à ses prises de risques calculées, c'est une vaste zone toute entière qui est en train d'être sauvegardée, avec son classement par le Ministère de l'Environnement, sa protection de la faune et de la flore, du milieu karstique tout entier, de l'harmonisation et de la mise en valeur du patrimoine paysager aussi bien qu’architectural de tout le secteur (lignes électriques et téléphoniques en cours d’enfouissement ou déjà enterrées, encadrement du nouveau bâti rural, etc.) ce que nos enfants, petits enfants, et les heureux descendants héritiers des zones concernées seront fiers d'avoir un jour car ils en seront les bénéficiaires, celui d’un trésor, ce dont leurs parents ou grands parents ne sont pas encore toujours conscients .

Ma carte de vœux si vous avez eu la patience de me lire jusqu’ici  .

Je répondrai à vos nombreux vœux dont je vous remercie chaleureusement individuellement, mais je le fais déjà à travers cette photo prise en exploration au fond de l’Aven Noir . Parmi les innombrables merveilles de ce gouffre, des buissons d’aiguilles et de perles d’aragonite sur socle de calcite, saturés d’humidité, voilà ce que nous découvrions à profusion cette fois-là après plusieurs jours de progression . Un décor de Noël caché depuis des millénaires, Roland se joint à moi pour vous l’offrir pour les vœux 2010, c’est peut-être l’une des plus extraordinaires carte de vœux qu’on puisse imaginer quand on sait l'itinéraire suivi pour aller la chercher … (Photo Alain MARC)


Et pourtant, quand mon copain Roland PELISSIER, découvreur de ces nouveaux réseaux et responsable des explorations, s'engagea seul à près d'une centaine de mètres sous terre il y a plus de 10 ans et dans des conditions très difficiles en escaladant l’improbable fissure qui le conduisit à cette fabuleuse découverte, il n'avait que la passion pour le guider, il ne pouvait savoir ce qui l'attendait mais il en avait le rêve comme moteur, et c'est grâce à ce moteur qu'il a transformé ce rêve en réalité !

- Qu'aurait-on dit de lui s'il lui était arrivé quelque chose ?

- Que se serait-il passé ?
- Qu'auraient véhiculé les médias qui l'ont loué, encensé, et se sont faits l'écho de sa découverte ?
Je vous reparlerai l'an prochain d'un film dont nous sommes quelques-uns des modestes acteurs au fond de ce gouffre de l’Aven Noir (en tout cas lorsqu’il sortira sur nos petits écrans) : je pense que tu verras alors
à travers le regard du réalisateur, (et bien d'autres de mes lectrices et lecteurs aussi) ce que nous y avons rencontré et que nous lui avons également fait partager (au moins en infime partie), c'est à dire, par delà notre passion, une autre définition de la beauté .
Je sais alors que tu nous comprendras ...
  

À très bientôt, profitez bien toutes et tous de vos derniers jours 2009 et de votre jour de l’an .

Partager cet article

Repost0