Aquarelliste et peintre voyageur - En peinture, l'art de l'aquarelle est un mode d'expression qui va des carnets de voyages à la création de tableaux : en voici les différentes facettes inspiratrices, techniques et créatives selon Alain MARC ...
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Aquarelliste et peintre voyageur
  • Aquarelliste et peintre voyageur
  • : En peinture, l'art de l'aquarelle est un mode d'expression qui va des carnets de voyages à la création de tableaux : en voici les différentes facettes inspiratrices, techniques et créatives selon Alain MARC ...
  • Contact

Me joindre, les stages, etc. :

Pour m'écrire, cliquez ici

Pour le calendrier des stages 2020 cliquez ici

Plein de nouveautés vous attendent !

(pour les tarifs et disponibilités me les demander directement en cliquant ici)

-  Les stages "aquarelle" dans l'Hexagone sont ouverts aux débutants et aux pratiquants déjà confirmés souhaitant se perfectionner : ils ont pour but d'apporter efficacité et aisance d'expression à l'aquarelliste de terrain. Nombreux sont les aquarellistes issus de mes stages ou passés s'y perfectionner depuis 4 décennies...
- Les stages "carnets de voyages" sont une véritable immersion dans la pratique du carnet de voyage et de l'aquarelle sur le terrain, orientés "autonomie" ils sont ouverts aux stagiaires ayant assez de pratique pour en profiter pleinement . De la Provence au Jura Oriental et jusqu'au Portugal, ce sont quelques destinations où vous pourrez aller en 2020...

- Tous les stages sont différents, n'hésitez pas à m'en demander les informations par courriel (voir plus haut) .

-------------------------------------------------------------------------------------------

Vous aimez ce blog ?

Alors, découvrez le site d'Alain MARC :

width="300"

 

Et abonnez-vous à sa newsletter,

cliquez sur ce bouton :

vous y retrouverez tous les futurs articles publiés ici,

plus complets, plus documentés,

plus riches, dans le respect et

la confidentialité de vos données personnelles !

(Et n’oubliez pas de confirmer dans l'e-mail sui vous sera envoyé pour vérifier votre adresse !)

-----------------------------------------------------

Extraits vidéo d'Aquarelle en Voyage :

 

 

Recherche

Partenaires

Voici où trouver vos meilleurs

produits aquarelle

et carnets de voyages :

aquarelle-bouton-2

N'hésitez pas à les contacter

et à leur commander de ma part,

ce sont de vrais amis qui soutiennent mon travail !

 

Andalousies

«Andalousie, la Route d’Alain MARC», carnet de voyage de Pierre NAVA
Découvrez article après article en cliquant sur les vignettes ci-dessous le carnet spontané de Pierre m’accompagnant en Andalousie, et les «Petites Histoires vidéo» qu’il m’a inspirées :

La-Barca-1b-Pierre-Nava.jpg

Préambule

La Barca 2a Pierre Nava

L'étape de Peniscola

Andalousie b Pierre Nava

Sur la route de l'Andalousie...

Moulin-b Pierre-San Jose 2

Au Cabo de Gata

Bateau Pierre Isleta 3b

La Isleta del Moro

Huebro Pierre vignette

Huebro, la montagne enchantée

Pierre-Nava-Guadix-4-copie-1

Guadix, les maisons troglodytiques

Rio Fardès

Le rio Fardés

6 août 2010 5 06 /08 /août /2010 21:36

Nous voici dans les Gorges du Tarn ...

 Sans les autres nous ne sommes pas grand-chose, c’est pour cela que depuis de nombreuses années je privilégie le nombre dans mes groupes quitte à aller à contre courant de ce que chacun pourrait souhaiter s’il ne connaissait la force de la dynamique de groupe ajoutée au sérieux d’une formation bien adaptée, l’enthousiasme vivifiant d’une communauté réunie autour de projets individuels qui en devenant communs  aident à mieux cibler ses objectifs tout en profitant de la variété des différentes interprétations, le support incroyable des énergie croisées que j’aime rendre positives après tant d’années de formations et de suivis, de remises en question et de travail acharné autant que passionné .

Car il n’est pas que les stages qui participent à mon expérience : après de nombreuses actions externes pour l’Inspection d’Académie à travers classes culturelles et interventions directes qui m’ont motivées pendant des années, sont venues des formations plus exigeantes que je continue toujours d’animer pour le compte d’institutions ou organismes privés dans lesquels comptent énormément les points obtenus en arts plastiques, en dessin, à cause d’examens ou de concours à passer lors de formations où ces matières sont importantes au sein de groupe souvent bien plus lourds à gérer que dans nos simples stages d’été !

Gorges du TarnNous voici dans l’un des stages qui vient de se terminer : celui des Gorges du Tarn, (parasols vivement conseillés) !
Étude d’aquarelle en face de l’incroyable village de Castelbouc et les ruines perchées de son château médiéval qui défient les lois de l’équilibre au dessus des eaux vertes, turquoises et bleues qui coulent à ses pieds …
Je reviens à ma pratique des groupes importants : cela donne avance et expérience, elles ne peuvent que vous profiter, et j’ai toujours autant de plaisir à constater session après session tout ce qu’elles apportent, le nombre de participants chez moi ne s’opposant pas à l’efficacité car ce ne sont pas des cours particuliers que je prône, mais une réelle dynamique qui doit amener plus vite à une autonomie véritable toujours empreinte de créativité, ce que favorisent naturellement les groupes motivés et solidaires !
La fontaine de la Burle cadrePuisque nous parlons d’eau, ceci est le tout premier exercice de ce stage au cœur des Gorges du Tarn : la légendaire fontaine vauclusienne de la Burle jaillissant au sein du village de Sainte-Ènimie !

Prétexte à étudier les couleurs incroyables de son eau verte et bleue, aux teintes profondes et subtiles données par les sels de cuivre provenant des profondeurs mystérieuses du causse de Sauveterre .

Castelbouc-2Nouvelle approche pour mieux comprendre le sujet, cette fois Castelbouc traité du haut des falaises depuis un balcon surplombant les ruines perchées, une façon complémentaire d’aborder le motif pour bien en saisir la réalité tout en laissant libre cours à sa personnalité …
Castelbouc cadreVoilà ce que cela donne en utilisant cette méthode
d’aquarelle rehaussée et de croquis selon l’un de mes procédés : tout en haut le château, en bas les maisons blotties sous la falaise qui dominent aussi les rives du Tarn, une manière d’aborder le sujet particulièrement adaptée à l’illustration légère pour qui veut synthétiser un sujet particulièrement chargé !

Chaque stage a son charme, sa particularité . Aucun n’est semblable à un autre et chaque session en un lieu identique change même, chaque année !

C’est-ce qui a fait revenir certains stagiaires parfois plus de dix fois dans un stage qui leur plaisait …

Sans doute n’animerai-je pas toute ma vie des stages mais pour l’instant cela me passionne, mon plus grand bonheur étant de voir les gens progresser, repartir enchantés (au sens littéral du terme même quand, d’aucuns ayant placé trop haut leurs ambitions croient n’avoir guère fait de progrès !), découvrir que la joie de peindre n’est pas toujours liée à la réalisation d’un fabuleux chef-d’œuvre mais d’une simple réalité qui contient toute l’âme d’un moment si privilégié, que l’esprit de ce que l’on a peint continue de vivre sur le papier .

 

 

Partager cet article

Repost0
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 16:36

 Marrakech : l’été commençait déjà pour nous sous les remparts de la ville rouge bien avant que le printemps ne soit fini de ce côté-ci de la Méditerranée .

C’est cette belle saison de récoltes picturales et de moissons colorées que je voudrais vous faire partager par ces quelques images glanées comme des cartes postales, pour vous qui n’avez pu nous rejoindre, qui attendiez de mes nouvelles et qui me lisez, vous qui n’avez peut-être pas eu de place si le stage auquel vous auriez aimé venir était complet au moment de votre demande, et vous aussi qui avez eu la chance d’y participer, vous toutes et tous que je n’oublie pas et à qui j’envoie ces petits signes d’amitié .

Ce stage, c’est peut-être celui dont vous rêvez, dont vous rêviez si vous l’avez fait, celui dont vous vous souvenez lorsque vous reprenez vos affaires d’aquarelle pour prendre les chemins de traverse, les chemins de l’été …

 

Accord conclu avec les porteurs d’eau qui poseront pour nous place Jema-El-Fnaâ, dans la lumière pulvérulente et la chaleur déjà estivale de l’une des plus mythiques places d’Afrique …

 

Toute petite aquarelle réalisée sans dessin préalable du bout du pinceau lorsque tombait la nuit sur la place Jema-El-Fnaâ, et que les restaurants de plein air voyaient leurs premiers clients s’attabler près des braseros enveloppant le crépuscule de leurs panaches de fumée . Petite aquarelle, petite démo, mais grand bonheur de partager d’aussi beaux souvenirs, de transmettre si vite la façon de les immortaliser et d’emporter avec soi une image qui contient le souffle même de la vie à travers quelques couleurs sur un bout de papier …

 

Ici, là-bas, ailleurs, avec les programmes que je vous ai depuis longtemps préparés, les stages se suivent et sont comme une fête qui n’en finit plus, les carnets se renouvellent dans une multitude de styles, de talents et de personnalités, parce que chacune, chacun d’entre-vous porte déjà en lui cette possibilité, cet enthousiasme, cette créativité, cette flamme que depuis des décennies je ne cesse de vouloir vous communiquer …

Ce bonheur de peindre que j’exerce pour moi depuis mon enfance ne prend vraiment tout son sens depuis toutes ces années qu’à travers mon plaisir de le transmettre, de le partager .

Les clichés sont de vous si vous y étiez, de moi aussi lorsque j’y pensais, et les aquarelles sont toutes des «démos» qui servaient de base à des exercices rapidement réalisés, parce que j'aime le plaisir de peindre dans la simplicité . 

Aller le plus vite possible à l'essentiel dans un dépouillement  à la fois poétique et fidèle à la réalité sans trop se casser la tête, c'est entrer dans l'essence des choses et des êtres, c'est élargir sa conscience, c'est vivre plus près d'une certaine notion de la beauté ...

 

Ensuite il y a eu la Provence pour faire venir l’été sur ce côté-ci de la Méditerranée : des aquarelles dans les plus jolis coins des Alpilles, du Luberon, dans la garrigue à la lavande sauvage, le thym et le romarin, les petits villages, ou comme ici à l’ombre des platanes dans le grand parc ensoleillé du domaine séculaire qui nous accueillait …

 

Avec cette aquarelle rehaussée selon l’un de mes plus intéressants procédés, nous étions lors de ce stage en Provence sur les quais d’un authentique et méconnu petit port de l’étang de Berre, un petit port qui aurait certainement beaucoup inspiré Marcel PAGNOL s’il avait pu y raconter une histoire à la hauteur des couleurs de ses vieux murs et de toute la poésie que dégagent les barques de pêche et les pointus qui viennent s’y amarrer …

 

Au petit village d’Ansouis, nous ne passons que quelques instants : le temps de l’esquisser par quelques coups de pinceaux, sur fond de Lubéron plombé ce jour-là par des nuages d’orage …

 

À Lectoure avec «l’Aquarelle est dans le pré» ce sont les chauds rayons du soleil qui nous faisaient choisir l’ombre autour d’un verre pour peindre et dessiner, sous les arcades entourant les places de villages adorables dans la campagne gersoise où nous retrouvions tout cet art du bien vivre et du bien manger … Cela donnait à nos aquarelles cette gaîté si particulière des gens qui sont déjà en vacances quand les autres continuent de travailler, et si nous avons dessiné tout le charme des marchés gascons c’est pour mieux nous imprégner de la richesse de ce terroir et de toute sa beauté !

 

Mais oui, ces trois charmants palmiers sont bien à Lectoure, ils sont l’un des premiers exercices réalisés pendant ce stage, et si je les ai choisis, c’est que tout ici nous faisait penser à la Toscane, à l’Italie, avec parfois des airs d’Andalousie et de Provence mélangées sans les essences de la garrigue, mais avec bien d’autres séduisantes beautés …

 

Comme la lumière du matin par exemple : oui, une douceur et une atmosphère Toscanes ! … C’est Pierre NAVA qui m’a fait connaître cet endroit au milieu des collines de colza et des champs de blé .

Au fond, dans la brune matinale qu’évaporent les ardent rayons du soleil, Lectoure se profile en découpe bleutée d’où émerge le clocher tour de sa cathédrale, et en face de nous le petit village de Terraube se détache doucement des vapeurs montant de la vallée .

Le temps s’est arrêté dans la beauté de ce paysage immortalisé par nos aquarelles et j’attends avec impatience le renouveau de cette fraîcheur et de la chaleur mêlées pour que reviennent au fond de moi ces sensations délicieuses des matins d’été …

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 11:34

L’inspiration de celle-ci me vient de l’époque où au club archéo -spéléologique albigeois, alors que j’étais encore jeune collégien, je suivais sur les traces de la préhistoire régionale un ami de mon père qui en était le président : Jean LAUTIER .

Faire partie de son équipe, même en suiveur passif et timide comme je l’étais à l’époque était pour moi un honneur et un émerveillement .

J’avais pour lui la même admiration et la même déférence que celle de mon copain Roland PÉLISSIER pour ses initiateurs à lui : Édouard-Alfred MARTEL et Louis BALSAN .

Ces hommes-là étaient pour nous des maîtres et nous les aurions suivis jusqu’au fond de la terre …

Je n’ai pas connu E.A. MARTEL, ai à peine eu l’occasion de croiser L. BALSAN, mais accompagner Jean LAUTIER et ses amis dans les méandres d’une caverne récemment inventoriée pour partager avec eux dans  l'irréelle lumière de nos lampes acétylène la découverte de griffades d’ours paléolithiques jusqu’alors inconnues mêlées à quelques tracés préhistoriques sur les parois de calcaire, était quelque chose de magique et je ne l’oublierai jamais .

Cette  indescriptible et bouleversante émotion ne me quittera plus, magnifiée d'extraordinaire façon lors d'une sortie  au fond des Gorges de l’Aveyron avec Jean LAUTIER et son équipe, lorsqu’il me montrèrent les émouvants bas-reliefs magdaléniens de la Magdelaine-des-Albis, pure merveille des origines de la sculpture en causses mineurs .

Ce jour-là nous nous arrêtâmes aussi dans un abri sous roche qui dominait l’Aveyron .

Il avait été fouillé par l’Abbé BREUIL qui avait laissé sur les parois des strates témoins où des silex enrobés de calcite brillaient encore sous la lumière diaphane du jour qui pénétrait jusqu’au fond de l’abri .

L'abri près du torrent, peinture sur toile Alain MARC

«L'abri près du torrent», Acrylique, pigments et sable sur toile 25 F (Alain MARC, collection particulière)

À travers l’ouverture béante d’accès à la grotte on entendait couler la rivière et il était facile d’imaginer l’endroit protégé par un mur de défense autant que de supposer les poutres de l’habitat rudimentaire qui étaient enchâssées dans leurs niches de blocage, taillées dans les parois .

Les étranges vibrations se dégageant du lieu projetaient dans ma tête des visions bouleversantes et je me sentais tomber à la renverse au creux des millénaires dans un Eden sauvage et dangereux où vivre était déjà un miracle et un exploit à réussir sans cesse dans une nature d’une immense beauté ...

Bien des années plus tard je revins en prospection spéléologique dans la région avec mes amis Louis et Jean PÉRIÉ, (Jean étant déjà bien engagé dans ses explorations, études et découvertes préhistoriques à ce moment-là, cliquez sur son nom ci-avant pour voir sur son blog sa dernière découverte, vous verrez c'est passionnant), mais «L’abri près du torrent» naquit dans mon esprit et dans mon cœur à ce moment-là .

Ce n’est que près de 45 ans plus tard que je le «réalisais» !

Je ne sais plus à présent qui m’a acheté cette toile que je dus vendre lors d’un salon d’art contemporain il y a quelques années à mon plus grand regret, mais je serais prêt aujourd’hui à la racheter au double de sa valeur de l’époque, car elle représente pour moi bien plus qu’une scène de pêche au pied d’un abri préhistorique près d’un torrent : elle est aussi une grande part de ma jeunesse portant en elle l’éternité de la vie ... 

Partager cet article

Repost0
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 17:10

La-piste-du-voyageur.jpg

"La piste du voyageur", acrylique sur toile, Alain MARC .

- La piste du voyageur forgerait-elle nos aptitudes au dépassement ?

Tel pourrait être le sens premier donné à cette toile que j’avais peinte il y a quelques temps qui semblerait dire que le chemin emprunté par celle ou celui qui veut aller de l’avant, sortir de sa coquille et risquer l’aventure est semé d’embûches, mais qu’il faut bien les affronter et prendre des risques pour avancer !
Le voyageur est aussi l'être humain sur le chemin de la vie .
Le voyage, en tant qu'expérience ordinaire, devient rapidement une aventure "extra - ordinaire", mais ce n’est généralement pas sans souffrances ni efforts, même si de grandes joies sont réservé à celui qui réussit à traverser là où d’autres se sont faits entraîner par le courant .
Le voyageur va de son passé à son futur par le passage du présent ; il avance en apprenant tout au long de son chemin, et le chemin qu'il trace doit ouvrir la voie à ceux qui le suivront ...

On trouve sur la toile différents signes dont certains renvoient au temps  (sabliers) : il faut du temps pour comprendre, pour apprendre .

Qui lit mes articles jusqu’au bout comprendra un jour ce qui peut par l’expérience d’un autre, lui servir …
La piste du voyageur n’est pas
que bordée de roses (et encore les roses ont des épines), il faut parfois se frayer un chemin au milieu des orties, des ronces, des gravats, des fondrières, des obstacles de toutes sortes .
Car s’il est des chemins qui vous emmènent vers le succès et la gloire, d’autres vous précipitent vers votre propre anéantissement …
Est-ce par crainte des chutes et des embûches qu’il vaut mieux se replier sur soi et ne pas laisser ses toiles ou ses sculptures (lorsqu’on s’exerce à la création) mettre le bout du nez hors de leur lieu de naissance ?
D’ailleurs (les montagnards le savent bien), ce sont ceux (les chemins) qui mènent aux sommets qui côtoient les plus grands précipices .
Je crois qu’on apprend à marcher en tombant, en subissant les maux liés à ces chutes, et en même temps que la hardiesse à dépasser ses craintes, à prendre des risques, nous enseigne à travers les balbutiements du courage à avancer, à aller plus loin, à nous dépasser .
Cela nous apprend surtout à assumer nos chutes en cas de difficultés, à les comprendre, à en tirer des enseignements, des remises en question qui, entre humilité et souffrance nous prouvent que nous sommes toujours des enfants en cours d’apprentissage, que nous ne sommes jamais à l’abri des erreurs, que nous ne sommes pas non plus les seuls à se trouver un jour ou l’autre à pouvoir nous tromper, (pouvant même partager notre expérience avec du recul comme je le redis si elle peut profiter à d’autres), et que se remettre en question après une erreur de parcours n’est pas l’apanage des imbéciles (qui ne s’est jamais trompé ni fait « avoir »  dans la vie ?), mais des « voyageurs » en quête d’itinéraire, plus ou moins hardis, plus ou moins chanceux, qui doivent coûte que coûte … avancer !


Partager cet article

Repost0
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 22:15

Tandis que je "vogue" de mon côté, les équipiers - équipières d’ici et d’ailleurs nous font part de leur sortie .
Je vous invite à découvrir deux de leurs destinations (l’équipe de Marseille était quant à elle sortie à Aix-en-Provence mais je n’ai pas de photos) : château de Chamarande pour ceux de Paris, et jardins Éphrussi de Rothschild à Saint-Jean-Cap-Ferrat pour ceux de Nice, avec deux prix gagnés par ces derniers lors d’un concours de peinture par la même occasion, félicitations Petit Nuage et Christine !
Vous verrez le résumé complet de ces sorties sur le blog de Bernard en cliquant ici, et sur le blog de Petit Nuage, en cliquant ici .
Ce sont tous des amateurs et ils ne vendent pas leur peinture, ils  peignet "pour le pleisir de peindre" : ce qu’il s’en dégage c’est un grand bonheur de vivre et de partager de tels moments .
En attendant voici des extraits de leur témoignage :
Bernard pour les équipiers - équipières de Paris :
« Malgré un temps incertain, voire carrément pas beau, la sortie du mois de juin fut une réussite.
Le Château de Chamarande est de toute beauté, le parc est magnifique et propice à la pratique de notre passion .
Nous n'étions pas très nombreux, 7 en tout, mais bien décidés à peindre malgré la menace de l'orage .
Nous avons commencé par nous installer sur les bords de l'étang face au château .
!cid 31FFDE0F-11C3-4B8F-934D-558337A60B8F@home

Après un pique nique bien sympathique, nous avons opté pour l'architecture .
Nous nous sommes donc dirigés vers la Glacière du château, un bon exercice de perspective, le tout accompagné de succulentes cerises et de croquants faits maison, bref que du bonheur .
Bitmap dans!cid 8D126CCA-F005-486E-83CB-77E11523139E@homeLe bilan :
C'était la dernière sortie avant la trêve de l'été, je peux déjà faire un petit bilan .
Le coté positif d'abord c'est qu'il y a une demande. Les gens ont envie de partager et ça c'est une très bonne nouvelle .
Les participant(e)s sont plein d'entrain et prêts à s'investir dans ma démarche, les adresses mail s'échangent, les contacts se nouent .
!cid 3BB415E1-4A43-4182-A381-6C78EDE3A2A3@homeGrâce à l'échange des connaissances le niveau des réalisations est en progression, les gestes et "petits trucs" glanés dans les stages ou sur le net sont partagés de bon coeur entre tous .
Pour le coté " négatif " je dirais le manque d'hommes, à croire que l'aquarelle est un art typiquement féminin !
Sinon je voudrais remercier toutes les participantes pour leur gentillesse et leur courage (certaines n'hésitent pas à faire des heures de RER pour participer à nos sorties)  .
Enfin je voudrais remercier Alain Marc pour son coup de main, ses conseils et ses encouragements.
A très bientôt
Profitez de l'été pour faire des supers aquarelles
rendez vous le premier samedi de septembre »

Petit Nuage pour les équipiers - équipières de Nice :
« Notre dernière sortie du printemps est vraiment un gros bouquet de fleurs de tous les pays, avec des couleurs arc-en-ciel,  les parfums qui nous envoûtent et les jeux d'eaux musicaux qui nous bercent .  Entre la mer et les montagnes, il y a un paradis sur terre ...
Depuis-le-10-04-2010 3108C'était aux Jardins Ephrussi de Rothschild à Saint-Jean-Cap-Ferrat, à l'occasion "Porte ouverte pour les peintres", le dimanche 13 juin 2010 .
Il y avait un concours très convivial organisé pour cet événement.  Notre groupe était présent pour faire des croquis dans notre carnet sans penser participer à ce concours ; nous sommes venus uniquement pour le plaisir de partager un bon moment entre amis dans un cadre paradisiaque .
Vers 16h30, tous les participants sont rassemblés sur la terrasse du salon de thé.  J'ai un peu hésité à présenter nos carnets et je l'ai fait après être convaincue par Monsieur de Galliffet, le Directeur . 
img207 1Le carnet de Petit Nuage 2ème prix du concours

… Comment exprimer notre reconnaissance pour la décision du jury, qui considère ainsi les croquis de carnet  comme un art à part entière !  J'étais sur mon petit nuage pendant 2 jours pour réaliser ce qui s'est passé !  »
3%C3%A8meLe carnet de Christine, 3ème prix du concours

Partager cet article

Repost0
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 18:04

Que fait-on, lorsqu'on est loin de ses amis et si débordé qu'on n'arrive plus à leur donner des nouvelles ?

On essaie au moins de leur dire : je ne vous oublie pas !

C'est ce que je vous dis en vous envoyant cette petite carte postale d'un joli coin de Provence trop méconnu .

... Mais je serai déjà ailleurs au moment où vous lirez cet article, et si le temps passe trop vite je reviendrai avec des tas de choses à partager qui vous prouveront que je ne vous avais pas oubliés (es) !

 

Chapelle de Saint-Blaise - Aquarelle Alain MARC -

Partager cet article

Repost0
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 20:14

Après de nombreux tests et un démarrage plutôt « foudroyant » j’ai le plaisir de vous présenter La Tribu des Artistes (presque 700 membres depuis sa récente création !), dynamique et nouvelle communauté consacrée à l’art sous toutes ses formes, parrainée par la marque Canson, dont j’ai le plaisir d’être l’un des « ambassadeurs » concernant les groupes des carnets de voyages et des « équipiers - équipières aquarelles » qui voit là renaître sa vocation de promoteur de rencontres informelles autour de sorties picturales (secondé pour ce groupe par nos amis Catherine de Marseille et Bernard de Paris) .

- Une communauté de plus me direz-vous ?

Sans doute celle-ci n’est pas tout à fait comme les autres et je vous invite à y adhérer et à l'enrichir de votre apport au moins pour les deux groupes qui vous intéresseront le plus dans la continuité de ce blog «aquarelle en voyage.com» : les carnets de voyages et celui des «équipiers - équipières aquarelle» (cliquer sur leur lien ci avant), autant que pour vous-mêmes car les avantages que vous pouvez en retirer sont très nombreux, depuis les cours gratuits en ligne (fiches techniques et vidéos dans presque toutes les disciplines artistiques), jusqu‘à la possibilité d‘y ouvrir également gratuitement votre propre galerie, pourvu que vous ayez quelque création à partager et à faire connaître .

Divers forums vous y attendent, des informations sur l’actualité de nombreuses manifestations artistiques, etc., de quoi visiter, progresser, participer, en complément des articles et billets du blog que vous êtes en train de lire ici .

Paris ne s’étant pas fait un jour, voilà donc l’une des activités auxquelles je me suis consacré ces derniers temps : participer avec quelques autres artistes au lancement et au développement de ce site, avec en perspective l’intéressante synergie qu’il pourrait (en toute réciprocité) apporter à ce blog et aux sorties d’aquarelle auxquelles plusieurs d’entre-vous participent déjà depuis quelques mois .

Vos sorties d’aquarelle justement : elles continuent et s’amplifient avec les beaux jours !

Aussi, j’ai le plaisir de vous en communiquer pour le groupe des équipiers équipières de Paris le résumé transmis par Bernard pour la dernière rencontre qui les a emmenés au parc de Sceau, il y a quelques jours à peine (extrait d'un article de son blog, visible ici ) :

«Cette fois-ci, nous avons déserté Paris et la foule, pour la banlieue, son calme et ses parcs . Le rendez vous était au parc de Sceau où nous avons passé au moment fort agréable à l’ombre des grands arbres du parc …

Fontaine

C’est sur cette fontaine que nous avons travaillé pour notre 1ère aquarelle de la journée

P1030394


P1030391

Pour notre 2ème aquarelle nous nous sommes intéressés aux arbres avec les conseils de Françoise que je remercie encore en vous invitant a allez visiter son blog http://imourhar.over-blog.com/ Sur sa page « conseils », Françoise nous donne quelques tuyaux, merci a elle, cela permet toujours d’avancer .

Voilà mes arbres où on voit le cheminement 1 sans conseil / 2 démo de Françoise travail avec l’eau / 3 mise en pratique »

travail-sur-les-arbres-bis


P1030403

Aquarelles du groupe

La prochaine sortie sera le samedi 12 Juin  au chateau de Chamarande, nous partirons toute la journée ."


Si vous êtes sur Paris et région ou y passez bientôt, n’hésitez pas à contacter Bernard pour participer à la prochaine sortie, les sorties «parisiennes» étant maintenant bien «rodées» …

Équipiers - équipières de Nice :

Plusieurs sorties déjà à Nice où «Petit Nuage» a formidablement pris les choses en main, je site un extrait de son blog (intéressant, à visiter) :

«Notre 2ème Rando-croquis s'est passée au Fort de la Revère, sur la hauteur d'Eze-village, il y a 15 jours.  Nous étions 4 personnes, mais l'esprit de carnet s'est installé dans chacun de nous!  Christiane, qui nous avait précédé au Fort, m'a prévénu de la présence d'une magnifique empreinte d'amonite dans un coin du parking ... ! 

Grâce à elle,  j'ai pu apporter 2 feuilles de papier soie pour prendre cette empreinte (selon l'enseignement d'Alain Marc dans son atelier, à l'occasion de la Biennale du Carnet de Voyage à Clermont-Ferrand 2009) .

Depuis-le-10-04-2010 2594

Voici la vue du côté est, sur le Cap Ferrat .  

C'était brumeux ce jour là; par beau temps on voit  jusqu'au Cap d'Antibes .  Premier croquis pour toutes les filles ...

Christiane

Par Christiane ...

Depuis-le-10-04-2010 2678

Par Carine ...

Depuis-le-10-04-2010 2681

Par Yun ...

La prochaine randonnée aquarelle aura lieue au Chateauneuf - Villevieille sur la Crête du Mont Macaron à Tourette Levens, le vendredi 21 mai 2010 .  Ceux qui sont intéressés seront les bienvenus !  RDV au parking devant les ruines de Villevieille à 11h00 .

La sortie sera annulée si les nuages se transforment en pluie !

Cliquez sur l'image pour agrandir !

Rando 14

Enfin, le dimanche, 13 juin, à Saint-Jean-Cap-Ferrat, villa et jardins Ephrussi de Rothschild (voir leur site :  www.villa-ephrussi.com) . Ce jour là le jardin - parc sera ouvert gratuitement pour les peintres . 

L'endroit est tellement magnifique ! 

Par contre, il n'y aura pas de véritable randonnée aquarelle .  Quant au pique-nique sur place, il est permis .

Ces sorties sont organisée uniquement pour le plaisir de partager un bon moment entre amis .  N'oubliez pas d'apporter vos carnets - pinceaux - couleurs, chapeau - lunettes - crème solaire, de quoi boire, manger, et une montagne de bonne humeur ! 

A bientôt ...»

 

Si ces sorties vous tentent prenez contact avec Bernard et Petit Nuage, et si vous voulez en proposer vous aussi dans votre ville ou votre région, dans tous les cas n’hésitez pas à vous rajouter aux équipiers - équipières du blog Aquarelle en Voyage, et inscrivez-vous dans nos groupes de La Tribu des artistes !

Partager cet article

Repost0
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 20:09
… De l’année 2009 !
Lisez bien cet article jusqu’au bout avant de passer à l’action, prenez le temps : je vous avais parlé de fenêtres ouvertes sur le passé où le temps se serait arrêté, où le meilleur de quelques instants de vie préservés presque au hasard parmi bien d’autres, serait sauvé pour longtemps …
Des fenêtres que vous aussi pourriez ouvrir, qui seraient à la fois espace d’intemporalité et pierres de soubassement d’un mur merveilleux parce que fondation et racines nourricières des structures à venir qui sur lui, s’édifieraient .
C’est le premier élément de ce mur que j’ai décidé de vous offrir aujourd’hui à travers quelques extrait de mes meilleurs moments d’aquarelle de l’année passée .
Des moments que nombre d’entre-vous connaissent déjà pour les avoir partagés avec moi à travers stages et voyages, et d’autres, que j'ai vécus avec autant d'enthousiasme (mais dont je n’en ai conservé que deux pour ne pas parler que de moi) où j’étais seul face au motif, crayons et pinceaux à la main .
En cliquant sur chaque petite image ci-dessous, sur chaque brique de ce mur d’aquarelles, vous ouvrirez une fenêtre qui lui est dédiée .
Mais pas n’importe quelle fenêtre : un vrai moment d’existence que vous ne trouverez nulle part ailleurs et qui est vraiment à nous !
Cette fenêtre sera chaque fois composée d’une vidéo grand format et d’une aquarelle (ou croquis aquarellé) de la même taille, très fidèle à l’original que j’ai scanné .
Attention : je n’écris pas «la meilleure aquarelle» (ou celle qui est la plus «réussie») de l’année .
Non, tout simplement l’une de celles qui m’a apporté le plus de plaisir, en fonction du contexte dans lequel je l’ai réalisée !
La plupart d’ailleurs étant des aquarelles de démonstration ou explicatives de cours, ce qui prouve que c’est loin de mon atelier et d’un travail «sacralisé» que j’ai éprouvé le plus de plaisir, vous comprendrez mieux alors pourquoi mon « concept » de l’aquarelle est assez éloigné de celui prôné en de maint endroits, à commencer par certains « salons » et l’ambiance feutrée des galeries !


Cliquez donc sur les «briques» de mon petit «mur d’images» en commençant par celles du bas (car elles obéissent à une chronologie), et vous terminerez par l’image large du haut qui coiffe toutes les autres (car si elle est plus large et au dessus c’est qu’elle représente symboliquement l’aboutissement de mes projets d’aquarelliste pour l’année passée) .
En cliquant sur ces images vous lancerez l’ouverture d’une nouvelle «fenêtre» liée à chaque image cliquée : vous pourrez alors en lire le texte, regarder en détails l’aquarelle en bas, et voir dans la légende comment j’en explique le contexte de réalisation .
Vous y découvrirez alors que le bonheur de réaliser une aquarelle motivée par un voyage ou une découverte dépasse largement la magie de l’instant : il peut le précéder, se situer au cœur de l’action pour en constituer la quintessence matérialisée, ou au contraire le suivre et en être le reflet transcendé par la sélectivité de la mémoire (qu’il ne faut cependant pas laisser trop attendre sous peine de tout perdre si dans le feu de l’action on n’a rien noté) …
C’est seulement ensuite que vous pourrez passer à la vidéo pour comprendre l’ambiance dans laquelle l’aquarelle fut réalisée, ou la façon dont elle est «arrivée» (un ou deux extraits de vidéos d’ailleurs sont plus anciens que ceux tournés l’an dernier, je les ai toutefois utilisés car ils se rapportent avec précision au contexte de réalisation de l’aquarelle concernée, qui elle, représente bien l’un de mes meilleurs souvenirs des douze mois écoulés) .
Le lecteur vidéo vous le verrez, est lui-même une fenêtre ouverte dans la page où il se situe : j’ai voulu qu’en lançant le curseur de lecture vous ayez l’impression d’une véritable lucarne ouvrant sur la vie derrière votre écran (par l’architecture et les couleurs de la page de support, le calcul des formats, des rapports de contrastes et de valeurs de l’écran, etc.,  ...quand on n'a pas de « 3D » il faut bien trouver d’autres subterfuges, n’est-ce pas ?  Et suivez bien les instructions que je donne juste en dessous de chaque lecteur vidéo si vous voulez en profiter pleinement !) …
materiel-aquarelle
Ah, au fait : pour les séances d’aquarelle selon mon concept j’oubliais l’essentiel, le matériel ! … Et cela est capital si on veut comparer les méthodes et les résultats avec objectivité par rapport aux différentes approches de l’aquarelle !
Eh bien dans la plupart des cas en carnet de voyage (ou conditions difficiles), il se résume pour moi à seulement trois éléments :
- le bloc de papier aquarelle (plutôt papier grain fin ou satiné, format de A5 à A4 car il doit pouvoir tenir dans une grande poche) + pinces éventuelles pour maintenir les feuilles dans le vent,
- le pinceau à réservoir pointe fine conique (attention certaines marques font des produits qui ne valent rien), - en poche pectorale -,
- la boite à couleurs (de voyage, pliable, solide, avec les trois primaires en deux déclinaisons chacune, un or vert de W et N + un vert Winsor toujours de WN en transparents et un jaune de Naples en opaque, en demi godets, toutes  les autres couleurs pouvant se faire à partir de cette base),
- le crayon à papier (dureté graphite B à B2) très bien affûté (au cutter ou au Laguiole, - quand on fait du carnet on a un « Laguiole » mais je n’ai rien contre les couteaux suisses et autres Opinels, attention : à ranger en bagages soute pour prendre l’avion ! - ) et à plus forte raison la gomme, sont accessoires, sauf pour le croquis aquarellé !
 
Voilà donc avec cet article l’une des idées que je souhaite développer dans ce blog comme « regard croisé » entre le passé et l’avenir,  questionnement des méthodes - moyens - résultats, analyse globale entre réalité de terrain et implication de cette réalité dans notre existence, positionnement de pensée par rapport à tout ce qui se fait par ailleurs dans le monde de l’aquarelle, établissement d’une réflexion globale pouvant déboucher sur une réelle « philosophie de vie », et que je voulais vous offrir en ce début d’année !

Alors à présent régalez-vous si vous aimez, vous en avez-là pour un petit moment à tout voir, observer, analyser, et peut-être apprendre à mieux regarder, revenez-y souvent, cet article équivaut exactement à deux mois de publications si j’avais fait cela semaine après semaine, auquel cas vous n’auriez jamais eu ce «petit mur aux briques-fenêtres» que je vous offre avec plaisir pour commencer la nouvelle année, tout est une question de vision …

Partager cet article

Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 13:23

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais …

 

null

«Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais j'ai passé une semaine extraordinaire ... couleurs, odeurs, rires... Merci pour ces instants de bonheur»   nous écrit Anne-Marie au retour de cette vraie semaine de ressourcement aux flamboyances de la vie .  

Et encore je ne cite qu’elle . Parce qu’elle résume le sentiments de tous les autres .  

Je n’ai pas l’habitude de parler de l’enthousiasme des un et des autres au retour des stages, je ne l’ai encore jamais fait, mais là, comme tout le monde parle d’une même voix, si je me fais l’écho de cet écho, c’est pour rendre hommage à cette équipe vraiment formidable qui était avec à moi à Marrakech, et avec eux à tous (tes) mes amis (es) participants (es) aux stages de ces dernières années, en vous faisant partager cette joie, qui si nous pouvions en permanence la conserver, serait le meilleur des remèdes contre toutes les contrariétés de la vie !

null

Par ces barques bleues, ces maisons blanches et ces remparts ocres surplombant l’océan, noyés de lumière et d’embruns, c’est avec une vraie renaissance du regard qu’on découvre Essaouira à travers tous ces carnets de voyages, reflets évidents d’une authentique semaine de bonheur … (À ces œuvres de participants, - qu’ils me pardonnent de ne plus me souvenir ici qui a fait quoi -, il manque la finition des pages avec les textes adaptés et les pages de renvoi, les intercalaires éventuels, etc.-, mais elles sont superbes et révèlent bien la dynamique du stage !)

Je ne vais pas analyser ici toutes les causes qui ont favorisées cette réussite, je les connais bien, (de nombreux facteurs en sont à l’origine et c’est à moi à les favoriser), il y a bien sur la préparation des sessions, l’expérience de plus de 30 ans d’animation de groupes et de formation en tous milieux (privés et institutionnels), mon expérience personnelle de la thématique de la session, le beau temps et la chance (…le volcan islandais, quel volcan ?), la connaissance des lieux et des personnes (parfois remplacée par l’assistance d’une équipe logistique internationale très compétente et en parfaite connivence avec moi et mon programme lorsque je n’ai pas eu la possibilité de préparer le stage/voyage à l’étranger pendant des années avant), ma dynamique personnelle et déterminée basée sur l’efficacité que j’applique aussi au groupe, etc. (car il y en a bien d’autres qui me sont propres et qui relèvent surtout d’analogies globales de niveau et de suivi formatif non pas sur un mais plusieurs stages, de management spécifique, etc.), mais sans une équipe de stagiaires motivés, sympathiques et conviviaux, enthousiastes, positifs, intelligents, constructifs, généreux, confiants et aventureux mais objectifs, ce stage comme tous ceux qui l’ont précédé depuis quelques années n’aurait pas été ce qu’il a été, et je voudrais à mon tour les remercier et remercier à travers eux toutes celles et ceux qui m’ont accompagnés sur les chemins de la découverte qui commencent par une redécouverte de soi .

Je voudrais en même temps me faire pardonner pour le retard à avoir répondu à vos nombreux et sympathiques commentaires laissés ici en mon absence, autant que de n’avoir encore pas eu le temps de visiter vos blogs, voir vos derniers billets, et pour vous dire à toutes et tous que je ne vous oublie pas, pour vous remercier pour votre gentillesse, pour vos encouragements si nombreux .

null

Un souvenir de notre passage par le souk de Tahanaoute : un cuisinier de plein air dans sa baraque de bric et de broc au milieu d’un hourvari multicolore et un tintamarre invraisemblables . Nous dessinions debout, serrés les un contre les autres, sollicités de toute part, un vrai «baptême du feu» carnettiste !

Sans les autres on n’est rien .

C’est ce que je constate à chaque instant en même temps que la force très positive des synergies nées des interactions dans la pluralité, qui par effet de balancier nourrissent nos élans et donnent un sens à la projection de nos actes, enrichissent nos existences jusqu’à parfois donner une nouvelle valeur à notre vie …

Enrichissement de la sensibilité, élargissement de la conscience, deux conditions essentielles à la définition de l’art selon mon point de vue .

Ajoutez à cela la joie d’un accomplissement dans la créativité, la volonté de se projeter dans une dynamique de progression apte à surmonter toutes les difficultés, et vous aurez là les ingrédients de base de toutes les sessions que j’ai le plaisir d’animer, de guider, de mener au plus près possible de leurs objectifs .

Pourtant la tâche n’est pas aisée : le carnet de voyage tel que nous l’abordons ne se nourrit pas (ou très peu) d’artifices de façade où il suffit de quelques collages et d’un peu de sens décoratif pour qu’avec quelques phrases bien trouvées le paquetage soit charmant jusqu’à nous aveugler de ses illusions .

Non, point de cela : nous avons pour exemple parmi nos maîtres préférés, ceux qui maîtrisant parfaitement peinture et dessin pouvaient de quelques traits (et dans l’urgence) saisir l’essentiel de «ce qui est», en traduisant le monde tels qu’ils le percevaient, où notes, croquis et aquarelles avaient force de reportage pouvant servir de témoignage et d’authentique rapport autant aux yeux du diplomate que du scientifique, du peintre que de l’écrivain .  

N’est-ce pas mettre «la barre» un peu haut me direz-vous ? Le carnet de voyage n’a-t-il pas évolué, s’orientant dans d’autres directions, utilisant d’autres approches techniques et d’expression ?  

Regardez plutôt vous répondrai-je, l’enthousiasme qui en découle et les résultats obtenus, y compris pour des débutants dont certains en partant se désolaient de ne savoir pas dessiner, car dessiner est ici un atout maître !  

C’est une double affirmation qui ne rejette en rien les approches issues des modes contemporains d’expression et des cultures apportées par la bande dessinée, la photographie, les modes formels et informels, les collages, apports de matières, et même le renvoi aux générations grafs, tags, polaroïd, ou des autres technologies «récupérantes» au service de la mémoire et de la créativité, que j’intègre volontiers au carnet en y rajoutant les relevés d’empreintes parmi les plus élaborés .

Mais à mes yeux la ligne «classique» est la ligne de référence, celle qui a fait ses preuves dans la durée, celle qui apporte le plus de satisfaction dans ses positionnements par rapport aux grands maîtres en la matière, la plus valorisante pour qui franchit le pas de l’aventure du carnet de voyage …

null 

null 

null 

null

Je ne sais plus qui dans le groupe a réalisé ces aquarelles, mais ce que je sais c’est que c’était notre premier exercice sur le motif (et deuxième page de carnet), que la joie de se savoir confronté aux premières difficultés réduisait le trac à néant parce qu’on était une équipe déjà soudée, et que l’enthousiasme de vivre une si belle aventure était notre premier atout ! Bien sur j’étais aussi là pour ma part à montrer, conseiller, guider et corriger, mais il faut avouer que dans tous les motifs une chose était déjà saisie avec la plus formidable des spontanéités : la vie, les couleurs, les sonorités, la multitude grouillante, incomparable et jubilatoire de la place Jema-El-Fnaâ en fin d’après-midi

En ce qui me concerne, peut-être est-ce cette farouche envie de vivre, d’aimer, de partager, de bâtir sans cesse de la valeur ajoutée à la vie, de transmettre la flamme qui rend plus facile les tâches à accomplir, moins fatigants les jours et les nuits de travail pour faire de nous tous, (y compris vous qui me lisez ?), des «sourciers du bonheur», des «semeurs d’espérance», (celle qui repousse le doute, l’indifférence, et le découragement plantés en nous comme un poignard par nos souffrances et nos désespoirs), peut-être est-ce tout cela à la fois de positif qui m’anime et qui fait que je peux si simplement évoquer et traduire l’existence de tous ces paramètres, en faire une force au service de tous et un outil que chacun va emporter ?

En tout cas je retrouve dans le produit pictural, graphique, écrit, - carnettiste donc - de notre semaine, l’écho de cet enthousiasme qui fit sans aucun doute progresser chacun des participants .

null 

null

Il y a dans ce fondouk de La rue Mouassine tout la mémoire des caravanes qui arrivaient ici chargées de mille trésors, et si le caravansérail n’exhale plus l’odeur des épices, de la myrte et de l’encens, il contient encore quelques antiques jarres et objets précieux, le plus précieux de tous étant l’aura de sa mémoire sous le soleil de Marrakech, qui ressemble sans nul doute à une caverne d’Ali Baba grouillante de vie cachée dans le silence de la cour, au cœur des ombres et dans la pulvérulence des lumières, dans l’ocre des murs, le turquoise des tuiles vernissées, ou le bois des poutres noires … Chacun en a saisi les vibrations, encore bravo à toutes et tous, et merci de m’avoir donné comme à chaque stage de si grandes joies, quand je vous voyais aussi bien progresser !

null

nullnull

Personnages colorés de la place Jema-El-Fnaâ : porteurs d’eau, charmeurs de serpents, diseuses de bonne aventure, guérisseurs et chamans, acrobates, bateleurs, gnawas en quête de transe touristique sur fond de Koutoubia, vous les avez éternisés dans la chaude lumière se reflètant dans vos pinceaux : ils sont vrais, gouailleurs, et je les revois encore, je les entends même comme si j’y étais !

Marrakech (la rigolade chez l’apothicaire aux épices, l’ébouissement du jardin Majorelle, les balades au fin fond de la médina, la rencontre avec la calligraphie et Mohamed BOUSTANE qui rentait d'une importante exposition …) et les belles sorties dans l'Atlas, pour certaines déjà vécues par le passé (avec les moments forts du souk incroyable de Thanaoute, des bons tagines de Malika au bord de l'oued Ghighaya et le hameau de montagne près de la passerelle de câbles au dessus du torrent), la balade à Imlil au pied du Toubkal, celle d'Essaouira (avec la super aquarelle des remparts et les bons moments passés chez l'autre Malika au retour, et ses amies de la coopérative en train de fabriquer l'huile d'argan), sont autant de bons souvenirs, de pages de carnet …

Mais ce serait terminer avec un gros oubli de ne pas évoquer le palais d’El-Badii à Marrakech où nous réalisâmes notre dernière page de carnet !  

Pourquoi ?  

- Parce que ce palais (enfin ce qu’il en reste car il n’est plus que ruines) symbolise plus que tout autre monument dans la ville rouge, la dérisoire puissance du pouvoir et l’illusion de l’argent face à la pérennité des équilibres de la nature et à l’indifférence du temps qui passe emportant tout sur son passage pour l’enfouir aux sables de l’oubli !

Voilà un palais qui fut la merveille du Maroc au temps d’Hamed-El-Mansour (fin 16ème - début 17ème siècles), avec 360 salles, de splendides cours, des coupoles étincelantes, des intérieurs des plus raffinés, qui n’est plus que tas de pierres et ruines grandioses aux murs de pisé colonisés par les cigognes, suite aux ravages des luttes de pouvoir et des guerres intestines des temps passés …

Nous savons en le contemplant, plus encore en le peignant, que toute gloire est éphémère et que tout est toujours à recommencer, ne l'oublions pas en tant que peintres .

Ce monument, s’il nous enseigne la brièveté de la vie, la quasi insignifiance de nos créations, l’illusion de la possession et la relativité de la puissance temporelle, nous introduit cependant par l’ampleur de ses ruines et murailles de terre ocre aux architectures grandioses des kasbah du grand sud .  

Mais c’est là une autre histoire qui recommence bientôt (de prochains voyages vous emmèneront sur des pistes qui, des rivages de l’Atlantique aux aridités sahariennes firent rêver tant d’aventuriers), et Inch’Allah, que nous vivrons peut-être ensemble dans un superbe stage carnet de voyage à venir

null

Les ruines imposantes du palais El-Badii et ses nids de cigognes perchés sur ses murs .

null 

La «démo» du même paysage sur fond texturé qui nous projette déjà dans l’ambiance grandiose aux chaudes couleurs et aux ombres crues qui fascinaient Majorelle : les kasbah du grand sud !

Partager cet article

Repost0
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 09:47

Eh bien, si j’ai mis « tout » mis de côté pendant ces dernières semaines, c’est pour me consacrer à ma peinture (reprise d‘anciennes toiles et nouvelles créations), car le temps pressait puisque je vais exposer à la prochaine grande foire d’art contemporain de Shanghai, à l’occasion de l’Exposition Universelle en mai prochain !

L’exposition Art Shanghai, ce sont des centaines d’artistes émergents ou confirmés et de galeries venant du monde entier avec de très grands noms afin de présenter au public (90000 visiteurs attendus uniquement pour cette manifestation) leurs œuvres à l’occasion de l’Exposition Universelle .

Y participer était pour moi ne plus m’éloigner de la scène internationale tout en maintenant ma cote obtenue lors des décennies passées .

Mon objectif est d’abord de rester présent dans cet immense hourvari de l’art, où nous sommes des milliers d’artistes de par le monde (certains extrêmement talentueux), où il est si dur de vivre de notre art, et où ne pas exister est disparaître …

null

Six de mes toiles exposées au prochain Art Shanghai 2010, je reviendrai sur ma peinture et ces toiles dans de prochains articles …

Je vous reparlerai de ma peinture et de ces toiles lors de futurs articles, vous verrez qu’elles sont très différentes de mon travail de carnettiste et à l’opposé dans le domaine plastique de mes aquarelles .

Si donc vous allez à l’Exposition Universelle de Shanghai entre le 12 et le 16 mai prochain, ou avez des amis (es) susceptibles de s’y rendre (Français, chinois ou de tout autre nationalité), et avez (ou qui auraient) du temps à consacrer à la Foire d'Art Contemporain Art Shanghai 2010 c’est au ShanghaiMart Expo No.99 Xing Yi Road, Development Zone à Shanghai  situé près de l'aéroport de Hongqiao, un lieu qui accueille chaque année plusieurs grandes foires internationales & d'importants Salons professionels .

Il ne me reste plus d'invitations pour cette manifestation je ne peux donc plus vous en offrir, mais  je vous présenterai donc bientôt ces toiles et ma démarche picturale dans d'autres billets .

En partance pour animer un stage «carnet de voyage» au Maroc au moment où j’écris cet article je vous dis "à très bientôt",

null 

C’était avec mon interprète lors de ma première exposition à Hong Kong en 2001, l’Asie a toujours été porteuse d’accomplissement pour moi …

Partager cet article

Repost0