Aquarelliste et peintre voyageur - En peinture, l'art de l'aquarelle est un mode d'expression qui va des carnets de voyages à la création de tableaux : en voici les différentes facettes inspiratrices, techniques et créatives selon Alain MARC ...
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Aquarelliste et peintre voyageur
  • Aquarelliste et peintre voyageur
  • : En peinture, l'art de l'aquarelle est un mode d'expression qui va des carnets de voyages à la création de tableaux : en voici les différentes facettes inspiratrices, techniques et créatives selon Alain MARC ...
  • Contact

Me joindre, les stages, etc. :

Pour m'écrire, cliquez ici

Pour le calendrier des stages 2020 cliquez ici

Plein de nouveautés vous attendent !

(pour les tarifs et disponibilités me les demander directement en cliquant ici)

-  Les stages "aquarelle" dans l'Hexagone sont ouverts aux débutants et aux pratiquants déjà confirmés souhaitant se perfectionner : ils ont pour but d'apporter efficacité et aisance d'expression à l'aquarelliste de terrain. Nombreux sont les aquarellistes issus de mes stages ou passés s'y perfectionner depuis 4 décennies...
- Les stages "carnets de voyages" sont une véritable immersion dans la pratique du carnet de voyage et de l'aquarelle sur le terrain, orientés "autonomie" ils sont ouverts aux stagiaires ayant assez de pratique pour en profiter pleinement . De la Provence au Jura Oriental et jusqu'au Portugal, ce sont quelques destinations où vous pourrez aller en 2020...

- Tous les stages sont différents, n'hésitez pas à m'en demander les informations par courriel (voir plus haut) .

-------------------------------------------------------------------------------------------

Vous aimez ce blog ?

Alors, découvrez le site d'Alain MARC :

width="300"

 

Et abonnez-vous à sa newsletter,

cliquez sur ce bouton :

vous y retrouverez tous les futurs articles publiés ici,

plus complets, plus documentés,

plus riches, dans le respect et

la confidentialité de vos données personnelles !

(Et n’oubliez pas de confirmer dans l'e-mail sui vous sera envoyé pour vérifier votre adresse !)

-----------------------------------------------------

Extraits vidéo d'Aquarelle en Voyage :

 

 

Recherche

Partenaires

Voici où trouver vos meilleurs

produits aquarelle

et carnets de voyages :

aquarelle-bouton-2

N'hésitez pas à les contacter

et à leur commander de ma part,

ce sont de vrais amis qui soutiennent mon travail !

 

Andalousies

«Andalousie, la Route d’Alain MARC», carnet de voyage de Pierre NAVA
Découvrez article après article en cliquant sur les vignettes ci-dessous le carnet spontané de Pierre m’accompagnant en Andalousie, et les «Petites Histoires vidéo» qu’il m’a inspirées :

La-Barca-1b-Pierre-Nava.jpg

Préambule

La Barca 2a Pierre Nava

L'étape de Peniscola

Andalousie b Pierre Nava

Sur la route de l'Andalousie...

Moulin-b Pierre-San Jose 2

Au Cabo de Gata

Bateau Pierre Isleta 3b

La Isleta del Moro

Huebro Pierre vignette

Huebro, la montagne enchantée

Pierre-Nava-Guadix-4-copie-1

Guadix, les maisons troglodytiques

Rio Fardès

Le rio Fardés

24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 15:54

Biennale des Carnets de Voyages de Clermont-Ferrand 2008 : une maturité rayonnante !

Résumer cette dernière Biennale, la 9ème du nom, serait impossible en quelques lignes . Je me limiterai à constater le nombre toujours croissant des visiteurs, nombreux dès le jour d’ouverture à se presser aux entrées du Plydôme : des fidèles, amateurs avertis et « spécialistes », et de nouveaux visiteurs ravis de découvrir une aussi passionnante manifestation .

Dès l’ouverture le vendredi matin, c’était la foule à la Biennale : les allées envahies traduisaient bien la passion de plus en plus grande du public pour ce mode d’expression . (Photo Alain MARC)

Côté exposants, des carnettistes des premiers instants de cette Biennale comme je le fus aussi, souvent amis de longue date, toujours aussi prolifiques, créatifs, qui se renouvellent sans arrêt avec pour chacun leurs expression particulière : Martine CHANTEREAU pour son nouveau carnet d’Abyssinie, Antonia NEYRENS avec son nouveau carnet d’Éthiopie, Michel MONTIGNÉ avec les peintres voyageurs de l’armée qui présentaient dans un îlot commun de très intéressants travaux de terrain, SIMON pour son superbe Sahara, et d’autres venus plus tard comme Marie-Hélène PUGET qui nous emmenait dans sa vivifiante Bretagne, Stéfano FARAVELLI et ses délicieux petits carnets moleskine pour son travail sur l’Égypte, Hervé GRIMAL et son nouveau livre sur Babylone, Claire et Reno MARCA dont le magnifique « Algérie » vient d’être publié, etc. ….

Présentés sous vitrines des carnets de voyages dans leur authenticité : ici ceux de Bernadette CAZAL … (Photo Alain MARC avec l‘aimable autorisation de Bernadette)

Mais aussi un grand nombre de nouveaux venus marquant un profond renouvellement des exposants à cette manifestation, dont l’empreinte générale dénote un véritable retour au classicisme, mouvement de fond rassurant dont un peut noter l’ancrage dans des racines indispensables au développement des grandes valeurs carnettistes .

L’occasion de rencontrer de sympathiques et talentueux exposants avec deux pôles étrangers très intéressants : l’Espagne qui était invitée privilégiée cette année, et l’Italie toujours aussi prolifique et de grande qualité .

Quelques pages des carnets d’ Éléna Monaco : une construction et un rendu sans faille qui s’inscrivent dans les plus belles pages de l’art du carnet de voyage . (Carnet de voyage Éléna Monaco)

Je m’arrête sur quelques stands « coup de coeur » parmi ces nouveaux venus, (en commençant par deux exposantes qui m’ont fait confiance à un moment de leur parcours à travers mes stages et formations où j’ai eu le plaisir de les accueillir, de les accompagner et de les aider), que les autres me pardonnent, ils sont tous très talentueux, je consacrerai plus tard à certaines et certains d’autres articles, il m’en faudrait au moins une centaine pour parler d’eux . Quant aux ateliers que j’y ai animés et au « carnet - fleur », je vous en parlerai dans le prochain article, à présent, parcourons les allées :

 

Bernadette CAZAL sélectionnée pour son carnet « Toro Bravo », consacré au monde taurin et à la tauromachie, pratique les arts plastiques dès son plus jeune âge, elle a toujours aimé peindre et dessiner . J’ai le plaisir de la connaître et de l’encourager depuis longtemps, et elle a eu le privilège de participer à plusieurs stages très originaux que je n’organise plus aujourd’hui à cause de leur complexité et de la charge de travail qu’ils représentaient (tel celui qui nous emmena au fil de l’eau du Canal du Midi à la Camargue, au delta du Rhône, et à quelques-uns des plus jolis port de nos côtes Languedociennes il y a déjà plus d’une décennie) . Comme tant d’autres, Bernadette honore de ses succès les parcelles de regard que j’ai pu partager avec elle lors de ces approches formatives, et elle a eu la joie d’être lauréate pour ce carnet du concours organisé par l’imprimerie Caractère, je vous tiendrai au courant de ses futures éditions . (Photo Alain MARC avec l‘aimable autorisation de Bernadette)

 

Page extraite du carnet « Toro Bravo » réalisé par Bernadette CAZAL : un voyage aussi dans ses réflexions intimes au cœur des manades et des arènes, une rencontre forte qui affronte directement cet univers si contesté par les non aficionados de la lumière et de l’ombre de la mort … (Aquarelle Bernadette CAZAL)

 

Il faut voir dans le travail de Bernadette Cazal, dans ses rêves flamboyants où courent les taureaux remplis de courage, de victoire par leur grandeur animale face aux hommes, avec leur noblesse et leur bravoure, son intérêt pour la bête plus que pour les hommes qui la défient, une sorte de cri du cœur qui intéressera les plus farouches adversaires de la corrida, comme ses plus ardents défenseurs … (Aquarelle Bernadette CAZAL)


Catherine HERREN apporte elle aussi à cette 9ème Biennale avec ses carnets du Mali et Centre Afrique une touche et un regard talentueux dont j’ai pu déceler et encourager l’expression il y a également plusieurs années . Nous avons de beaux souvenirs communs vécus lors d’exercices sur les pistes du Grand sud … Comme pour Bernadette, je suis très heureux qu’elle fasse aujourd’hui partie des carnettistes reconnus par la Biennale . (Photo Alain MARC avec l'aimable autorisation de Catherine)

 

Catherine Hérens exprime la vie dans chacune des ses illustrations ; on découvre chez elle une Afrique chatoyante de couleurs, envahissante par ses odeurs, lumineuse et sonore ! (Aquarelle Catherine Hérens) .


Nous entrons avec elle dans cet univers fascinant de l’Afrique de toujours (qui était le thème central de la Biennale cette année) : des rives du Niger aux profondeurs de la savane nous la suivons sur des pistes d’or et de lumière d’ethnies en ethnies, jusqu’aux sources qui viennent déverser au fond de nous tous les rêves d’une Afrique éternelle et féconde . (Aquarelle et technique mixte, Catherine Herren)


 

C’est grâce au pinceau, au pastel et à la plume que s’exprime Catherine Herrens, qu’elle mixte savamment avec collages et rehauts pour peindre et transmettre cette Afrique multiple et émouvante qui l’a prise au cœur . (Aquarelle et technique mixte, Catherine Herren)


 

Voici à présent Claudia Delahaye et Gaëlle Hersent . Elles rentrent de Guyane où elles ont croqué sur le vif expressions et attitudes, paysages et vie sauvage : un travail intéressant mêlant aquarelle et encre de Chine, sensibilité et réalisme . (Photo Alain MARC avec l’aimable autorisation de Claudia et Gaëlle)


La forêt qui vous saute aux yeux et au cœur, une rencontre forte et intimiste avec l’univers de la Guyane ! (Aquarelle Claudia Delahaye)


Moment de vie auprès de la cabane, saisi par Gaëlle, de quelques touches d’aquarelle et traits de plume : là aussi on sent la moiteur humide des lieux, avec la vie qui grouille tout autour … (Aquarelle Gaëlle Hersent)


Chantal Mangnaniello arrive elle aussi à la Biennale pour la première fois : un regard de peintre derrière celui de la carnettiste, une pratique de tous les instants où s’exprime par le biais des techniques mixtes tout son talent avec ses carnets de Damas, du Liban et de Chine … (Photo Alain MARC avec l’aimable autorisation de Chantal)


La vie en dessous de la vie, peut-être qualifierai-je ainsi le travail de Chantal : une fête permanente, où nous retrouvons une universelle intériorité en découvrant les beautés du monde transcendées par son regard ! (Chantal Mangnaniello, techniques mixtes) .


Voici Éléna et Claudio Monaco, sympathiques italiens venus de la région de Turin nous présenter un magnifique carnet sur le Cambodge . Éléna a étudié à l’Académie artistique de Turin et à celle d’Urbino, se spécialisant en gravure et lithographie, empreintes qui marquent de leur qualité chacune de ses aquarelles, chacun de ses dessins . Quant à Claudio, il s’est lui aussi mis à l’aquarelle, au crayon et à la plume pour terminer ce carnet avec sa sœur : leur valeur technique et d’expression fait honneur au groupe italien, ce qui n’est pas sans déplaire à leurs amis dont Stéphano Faravelli si digne représentant lui aussi de cet admirable pays méditerranéen ! (Photo Alain MARC avec l’aimable autorisation d’Éléna et Claudio)


Quelques pages d’Éléna sur les chemins de l’Orient : émotion d’un travail qui tout en étant parfaitement fidèle aux valeurs du classicisme n’en demeure pas moins porteur d’une profonde sensibilité . Nous sommes là en présence de ce qui nous touchera toujours dans le carnet de voyage, l’empreinte de toutes véritables références des maîtres ! (Carnet de voyage Éléna Monaco)

 

Je termine la présentation de ce superbe travail d’Éléna en vous laissant admirer la qualité de ses portraits à l’aquarelle : plus qu’un voyage, nous faisons avec elle une véritable révision de nos fondamentaux ! (Carnet de voyage du Cambodge, aquarelle Éléna Monaco)


Avec cet autre portait d’enfant, vous comprendrez combien il est important si on veut se référer à l’excellence, d’aller faire un tour à la Biennale des Carnets de Voyages de Clermont-Ferrand : Éléna Monaco n’était bien sur pas la seule et unique à toucher à ce type de maîtrise, (j’aurais tellement aimé citer ici tous les autres incontournables talents), mais ce voyage en vaut la peine, croyez-le, c’est tout à l’honneur de la formidable équipe qui fait vivre et prospérer cette belle manifestation … (Carnet de voyage du Cambodge, aquarelle Éléna Monaco)


Pour terminer mes « coups de coeur » dans ce rapide parcours des allées, je voulais aussi saluer mon ami Eban, un artiste de haut niveau dont je vous reparlerai plus tard : il jaillit dans sa peinture le souffle subtil des forces picturales et poétiques d’extrême orient . Né à Banméthuot au Sud Viet-Nam, nous avons la chance de profiter chez nous de sa présence, puisqu’il a choisi la France pour y laisser les plus belles traces de son art . (Photo Alain MARC avec l'aimable autorisation de Eban)


Voir travailler Eban, c’est comprendre ce que peuvent révéler les forces de l’esprit alliées à celles de la nature : le fruit d’un atavisme séculaire nourri par un travail acharné et un talent inné, le résultat d’années de pratique qui ne peuvent s’improviser, une rencontre précieuse des émotions de l’instant et des sentiments les plus intimes d’un cheminement qui justifie à lui seul la joie de voyager à travers les empreintes d’un rêve qu’il ne cesse de matérialiser … (Aquarelle Eban)

 


Je vous laisse pour terminer avec la palette d'Eban : peu de choses et un travail immense caché derrière un incontournable talent suffisent pour refaire naître le monde ! (Photo Alain MARC avec l‘aimable autorisation de Eban)

Avec sa gentillesse EBAN communique à votre intention :


Partager cet article

Repost0
8 novembre 2008 6 08 /11 /novembre /2008 17:13

J’avais oublié de vous dire …

Puisque plusieurs d’entre-vous m’ont déjà posé la question : - où peux-tu nous dédicacer ton livre « Aveyron, Carnets de routes » pendant la prochaine Biennale des Carnets de Voyages de Clermont-Ferrand du 14 au 16 novembre prochain, puisque tu n’y a pas pris de stand cette année ?

- Comme vous le savez, j’y anime plusieurs ateliers . Hors, si un espace « dédicaces » ne m’est pas attribué pour les moments où je ne suis pas en animation ateliers, venez à la fin des ateliers (ou amenez votre ouvrage à ces ateliers si vous y participez), je vous dédicacerai mon livre sur place dès que la séance d’atelier thématique sera terminée .

La couverture du livre que beaucoup d’entre-vous connaissent déjà bien : elle est pour cette nouvelle réédition, réalisée dans un superbe papier glacé qui met encore mieux en valeur les couleurs de l’aquarelle du motif (C’est la vallée de l’Aveyron au début de l'automne à Mirabel entre Rodez et Villefranche-de-Rouergue) .

Croquis de route et aquarelles se partagent les illustrations du livre accompagnés de textes et commentaires dans et hors texte . Ici je me suis arrêté au marché aux bestiaux de Laissac, un marché hebdomadaire typique et très animé qui se déroule tous les mardis matins . De nombreuses autres planches de ce type illustrent la vie de ce département qui fait figure de province à lui seul (le Rouergue), réalisées en une ou plusieurs séances sur le motif, et qui me laissent de magnifiques souvenirs que vous partagerez avec moi au fil des pages …

Portraits et rencontres fortes, singulières ou atypiques, paysages et nature aux quatre saisons (j’ai mis 5 ans pour réaliser ce livre), vie sauvage, particularités économiques, architecturales, géographiques, fascination pour le patrimoine de ma région, ont été les fils conducteurs de cet ouvrage que vous pourrez acheter à l’espace librairie de la Biennale ou commander chez votre libraire ou à la FNAC  (ou ici, ici, ici, et ailleurs, etc.) si vous ne le trouvez pas sur leurs rayons, pensez-y pour vos cadeaux de Noêl, je peux vous assurer que si vous l'offrez à quelqu'un qui aime nos valeurs, son patrimoine, nos paysage et cette façon particulière de les aborder , ce sera un cadeau apprécié (et pas seulement des Aveyronnais que vous connaitriez) car nombreux sont les témoignages de sympathie qu'il m'a approrté depuis sa parution, depuis même les antipodes il n'y a pas très longtemps où on m'a fait plaisir en me disant que c'était un grand bol d'air pur venu de notre petit bout de France !

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 12:39

Promotion pour la page "Stage d'aquarelle en Provence" :

Aquarelles en Provence, « La route des peintres de la lumière » (A) ...

Elle est magnifique, longue et variée, cette route des peintres !

Bien sûr, tout le monde pense à Cézanne et à sa chère Sainte Victoire, on songe aussi…

Lire la page "Stage d'aquarelle en Provence".

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 12:39

Promotion pour la page "Stage d'aquarelle en Bretagne" :

Aquarelles en Bretagne, « Marines et paysage côtier » (A) ...

Il y a quelques jours se déroulait en Trégor l’un des nombreux stages d’aquarelle en Bretagne que j’ai eu l’occasion d’animer depuis plus de vingt ans .

Lire la page "Stage d'aquarelle en Bretagne".

Partager cet article

Repost0
31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 19:12

Ateliers Alain MARC à la 9ème Biennale des Carnets de Voyages de Clermont-Ferrand .

Je fais une parenthèse sur le sentier de l’Aven Noir pour raison d’urgence vis-à-vis de mes ateliers 2008 à la prochaine Biennale des Carnets de Voyages de Clermont-Ferrand : travail à préparer chez vous avant d’y participer si vous y êtes inscrit (te) !

Ils vont être pour celles et ceux qui ont suivis ceux de 2007, leur suite logique et leur approfondissement, ainsi qu’une grande découverte pour les nouveaux venus .

Le nombre de personnes participant effectivement de façon concrète à chacun de mes ateliers est limité aux 15 premiers inscrits par atelier, les personnes suivantes pouvant y assister en « auditeurs libres » en fonction des places disponibles auront intérêt à prendre des notes car elles ne pourront faire directement les exercices proposés mais seulement y assister .

À l’heure actuelle presque tous mes ateliers sont complets, mais les retardataires, dépêchez-vous de vous inscrire auprès des organisateurs :  contact@biennale-carnetdevoyage.com

Coup d’œil sur un atelier : de la théorie à la pratique, développement et explications comme si vous étiez sur le motif … (Photo Katia FERSING)

J’ai déjà consacré plusieurs articles à cette passionnante Biennale, mais cet article s’adresse particulièrement aux personnes participant à mes ateliers dont voici les thèmes, dates, horaires et informations de mise en œuvre :

Samedi 15 novembre :

14h - 15h30 :

1) - « Préparation, confection et mise en oeuvre des supports et fonds pour un carnet au pouvoir évocateur unique destiné à des voyages de courte durée dans le concept du "carnet fleur" » .

16h - 17h30 :

2) - « Assemblage, finalisation et mise en valeur du "carnet fleur" dans une démarche carnettiste créative basée sur « l'objet mémoire » .

Dimanche 16 novembre (ce sont les mêmes ateliers qui recommencent) :

11h - 12h30 :

1) - « Préparation, confection et mise en oeuvre des supports et fonds pour un carnet au pouvoir évocateur unique destiné à des voyages de courte durée dans le concept du "carnet fleur"» .

14h30 - 16h :

2) - « Assemblage, finalisation et mise en valeur du "carnet fleur" dans une démarche carnettiste créative basée sur « l'objet-mémoire »  .

L’une des pages du « carnet fleur » préparée sur papier de journal en pictogrammes mandarin pour mon carnet de voyage au Yunnan personnel selon les méthodes anciennes du « tonking », dans le « rendu » des rouleaux de la tradition chinoise . Cette page peut rester en l’état et être insérée « tel quel » dans le « carnet fleur »  ou bien être utilisée comme fond pour un croquis, une aquarelle ou du texte : nous aborderons ce type de préparation dans le cadre du premier atelier . (Création Alain MARC)

*** Attention : les deux ateliers sont liés, il est utile d’avoir participé au premier atelier pour bien assimiler le second, mais « j’aiderai » au mieux les personnes ne pouvant dans l’ordre participer aux deux .

Enfin et surtout  : pour profiter pleinement de ces véritables sessions de formation en condensé, un certain nombre d’éléments, produits et fournitures sont cette année à préparer à votre domicile (en plus de votre matériel habituel d’aquarelle voir rappel plus bas) et à apporter à l’atelier, selon la liste ci-dessous (afin que les fournitures à apporter ne soient pas trop importantes un simple sac devrait suffire, mais les préparations suivantes seront déjà réalisées avant d’arriver à la Biennale) .


S’il le faut, je n’hésiterai pas à entrer dans le détail pour que vous compreniez mieux le sens de la démarche qui aboutit à la réussite dans les techniques utilisées ! (Photo Katia FERSING)

A - Éléments réalisés chez soi à apporter à la Biennale pour les deux ateliers :

a) - 20 carrés de papier de 16 x 16 cm ainsi constitués :

- 6 carrés de papier blanc à dessin de 160 gr de 16 x 16 cm (par exemple Daler-Rowney ou Canson) sur lesquels vous collerez bien à plat et centré pour chacun d’eux 1 carré plus petit de 13 x 13 cm découpé dans du papier journal (l’idéal serait un journal de langue arabe les motifs que nous y dessinerons étant d’inspiration marocaine : choisissez un morceau agréable à l’œil, - texte ou graphisme -, qui constituera un fond sur lequel nous travaillerons) afin que le blanc du papier le plus grand constitue une marge pour le papier journal .

Collage du carré de journal 13 x 13 cm sur le carré de papier dessin blanc 16 x 16 cm de 160 gr : laisser tremper quelques minutes les papiers dans une cuvette d’eau, puis poser le papier à dessin blanc sur une nappe de plastique bien plane (après l’avoir égoutté en le tenant par un angle au dessus de la cuvette) puis poser à côté la feuille du carré de journal à l’envers (le côté qu’on veut voir une fois collé étant contre la nappe) avec précaution pour le pas le déchirer car plus fragile, et badigeonner les deux carrés de médium acrylique mat très légèrement dilué à l’eau, avec un spalter ou pinceau plat du bâtiment (bien laver les outils à l’eau après travail) . Déposer ensuite avec prudence pour qu’il ne se déchire pas le carré de papier journal au centre du papier dessin blanc, les deux faces badigeonnées l’une contre l’autre, puis bien coller les deux éléments en repassant délicatement par-dessus avec le pinceau plat et large juste humidifié à l’eau, du centre vers l’extérieur, afin d’éliminer pliures et bulles d’air .

Laisser sécher sur la nappe de plastique bien à plat, la feuille ainsi réalisée sera détachée sans problème le lendemain .

- 6 feuilles de papier de papier Kraft de 16 x 16 cm,

- 6 feuilles de papier blanc à dessin identiques à celles du collage précédent,

- 2 feuilles de papier cristal transparent ou fantaisie / décoratif du commerce (selon votre goût personnel)

b) - 2 cartons épais (1,5 ou 2 mm par exemple) carrés de 10 x 10 cm (des chutes de passe-partout ou carton gris ou blanc peuvent très bien convenir),

c) - 2 feuilles de joli papier décoratif de 13 x 13 cm (essayez de trouver des feuilles assorties au thème « oriental » de notre exercice)

d) - 2 rubans ( par exemple en raphia coloré assorti aux feuilles de papier décoratif précédent) de 3 mm de large et 25 cm de long 

e) - 2 ou 3 chutes de papier pour masquer les pliages à coller dans la réalisation du « carnet - fleur » (qualité indifférente, un vieux journal peut convenir)

B - Fournitures à apporter également :

a) - Matériel dessin - aquarelle léger (crayon graphite ou porte-mine 0,7 mm 2 B + gomme blanche + boîte 6 ou 12 demi godets + 1 pinceau pointe conique et pas plate à réservoir d’eau Pentel rempli d’eau ou 1 à 2 pinceaux aquarelle avec petit récipient se fermant hermétiquement pour l’eau)

b) - 1 bâton pastel gras ou à la cire de couleur sombre (bleu outremer à sépia) + idem en aquarellable (par exemple Néocolor II)  

c) - Stylos feutre et plume suivants :

- Stabilo OH Universal permanent noir ou équivalent,

- Stylo plume à encre rechargeable (par exemple à pompe style « ArtPen Convertisseur » de Rotring)

- Stylo Pentel Hybrid Gel Grip DX 1,0 blanc (ou équivalent blanc, un simple correcteur blanc de Reynolds peut convenir mais n’aura jamais la finesse d’un Pentel Hybrid)

d) - Encre Colorex Pébéo sépia

e) - Gesso acrylique Liquitex Basics blanc (en petit pot ou récipient plastique facile à transporter) 

f) - 1 petite brosse à peindre ordinaire pour le bricolage (pinceau plat pour peinture du bâtiment)  

g) - Colle blanche en stick de bonne qualité

h) - Quelques feuilles de papier éponge genre « Sopalin

i) - 2 chiffons coton de 25 x 25 cm 

j) - 1 petite nappe de plastique d’environ 60 x 80 cm (+ 1 vieux journal) pour protéger son plan de travail

k) - blouse légère de protection pour ne pas se tacher avec l’encre ou le gesso (ou porter sur soi des vêtements sans valeur) 

Partager cet article

Repost0
30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 21:49
Automne flamboyant sur le sentier de l’Aven Noir …

Étrangement, la végétation change en remontant les Gorges du Trévezel, les couleurs sont différentes de celles de la Dourbie toute proche, c’est une autre forme d’enchantement en gravissant le talweg au matorral tout aussi parfumé, plein sud en adret du Causse Noir .
Sous le soleil qui décline lorsqu’il éclaire la vallée en passant à travers les nuages, les pentes de l’ubac du Bégon sont multicolores elles aussi et on peut plus facilement qu’à tout autre moment de l’année étudier le caractère du paysage :  parfois, affleure l’argile rouge sur certaines terrasses, mais elles sont généralement colonisées par la végétation des milieux buissonnants à amélanchiers, buis, genévriers, qui envahissent les emplacements d’anciennes cultures constituant une zone de broussailles aux chaudes ternaires mi-fruticée mi-matorral, en dessous des forêts de chênes pubescents parfois ponctuées du vert vif des pins sylvestres et de celles des plantations artificielles de conifères où se mélangent de nombreuses essences ….  

Pas évident d’être précis quand le temps presse ! Pourtant je tiens à saisir leur différence à ces deux arbrisseaux méridionaux, dont le nerprun alaterne, plus méditerranéen que l’amélanchier m’invite à en faire un gros bouquet au retour pour illuminer une table basse à la maison … (Aquarelle Alain MARC)
Je suis frappé par la couleur brun de pérylène à alizarine cramoisie des parcelles abandonnées, des franges des haies, où règne l’amélanchier commun qui contraste tant avec le rose saumoné presque fluorescent des nerpruns sauvages de la Dourbie . Souvent, surtout vers le fond de vallée, un érable, certainement un érable de Montpellier, lance sa flamme rose, capucine ou orangée dans la mêlée .
C’est une somptueuse pièce de théâtre dans laquelle nous sommes entrés avec l’étrange impression que notre petitesse, notre insignifiance, notre solitude n’est rien dans cette immensité de grandeur, de beauté, de magnificence : nos minuscules rôles d’acteurs qui traversent la scène parait même dérisoire face au lyrisme de la musique légère du vent d’autant qui lèche les strates arbusives, et de celle de quelques craves qui tourbillonnent dans le ciel au dessus de nous et dont le cri joyeux se répercute de falaise en falaise .
Bientôt, le trou béant de l’Aven Noir est à nos pieds .
Nous nous dépêchons d’installer la corde qui va nous plonger dans les pénombres souterraines, car la nuit arrive de son voile carthame qui recouvre tout, jusqu’à relier les ténèbres du ciel à celles de la terre …

Je ne peux m’empêcher de m’adonner à une analyse à la fois picturale et paysagère des lieux avant de mettre ma sous combinaison, et de charger mon kit de spéléo sur mes épaules . Roland, lui, comme à son habitude, a la gentillesse de m’attendre … (Aquarelle Alain MARC)

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 19:55
Sur la route de l’Aven Noir, l’automne dans les Gorges de la Dourbie …


Il fait merveilleusement beau cet après-midi dans les Gorges de la Dourbie . Et si chaud, qu’on se croirait un soir d’été, le chant de cigales en moins . D’ailleurs, il n’y a pas très longtemps qu’elles se sont tues .  Quelques jours à peine qu’on ne les entend plus . Elles ont compris que l’automne était déjà là, sans doute, avec sa chaude palette qui embrase les pentes, pose ses touches colorées au gré de son inspiration cabotine relookée certainement par le vent tiède qui venant d’Afrique s’est prélassé au dessus de la Méditerranée avant de déposer ici l’esprit coloré des terres et de la mer qu’il vient de survoler .
Vous souvenez-vous de la peinture de l’érable de Montpellier, petite merveille végétale que l’on ne trouve qu’ici ?
- Et de celle du cornier que j’avais peint lors de la même randonnée ?
Eh bien ils flamboient sur les pentes des gorges, avec une multitude d’autres végétaux typiquement méditerranéens .
Dire que nous allons nous enfoncer à nouveau dans les profondeurs de la terre au cœur d’une nuit éternelle et absolue où les couleurs, bien que tout aussi extraordinaires, vont être à chercher du faisceau de nos frontales !
… Avec le mystère de ne pas savoir les formes qu’elles vont nous révéler, les histoires qu’elles vont nous raconter .
- Halte enchanteresse à dessiner et peindre ces essences toutes aussi chatoyantes les unes que les autres, et parfumées, si parfumées ...

...(Aquarelle d’Alain MARC)

Imaginez que vous n’auriez jamais vu d’automne, surtout un automne aussi beau .
Imaginez que vous n’auriez jamais vu d’arbres de végétaux, d’herbes, de fleurs .
Imaginez votre émerveillement en les voyant pour la première fois : - eh bien c’est-ce que nous vivons un peu à l’envers au fond de l’Aven Noir lorsque nous partons comme ce soir en exploration, (on dit en spéléologie « en première »), car nous serons sans nul doute les premiers à découvrir de nouveaux paysages, de nouvelles formes, de nouvelles couleurs là où nous allons en ce moment .
Mais la contrée que nous traversons est si belle que nous ne nous privons pas de ne pas presser le pas et de voir, regarder, nous étonner, nous extasier : - qu’elle est belle notre terre, combien nous devons la comprendre et la protéger !


- Partout, c’est partout comme cela ici : mon frère du Canada, je partage avec toi le regard d’une symphonie qui ressemble à un prélude cristallin, éclatant et chaud de ce que tu vois, toi, du côté des Laurentides ! (Photo d’Alain MARC)

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 18:17

Marrakech, rue Bab Doukkala .

Dans la rue de Bab Doukkala, ainsi que dans toutes les autres rues de la médina, les gens vont et viennent et la vie grouille comme dans une ruche fertile et ensoleillée …

Toutes ces vies qui se croisent … Tous ces gens qui courent après un bonheur possible, éphémère ou illusoire .

Tous ceux qui se sentent si proches, tous ceux qui se croisent sans se regarder et s’ignorent même à l’opposé, comme si la grande arche de la vie ne nous menait pas sur un même océan vers une commune finalité .

Je m’interroge sur les bienfaits réels d’un tourisme outrancier, sur tant de différences qui nous séparent encore trop alors qu’elles devraient nous rapprocher dans plus d’humanisme, de compréhension, de partage et d’amitié … Je crois en la valeurs de ces derniers mots qui sont plus forts que des montagnes lorsqu’ils sont bien employés .

J’écris ceci avant de vous reprendre comme promis au fond de l’Aven Noir et de ses extraordinaires mystères, (puis nous reviendrons ici au Maroc où nous attend le récit d’un beau voyage), mais j’écris ceci en pensant à Fatima, car elle vient juste de laisser un commentaire au bas de l’article que je lui avais consacré quand j'avais appris qu'elle quittait l'hôpital après avoir été si gravement malade, si terriblement en danger et que je vous avais demandé de penser à elle et même de prier si votre foi, quelle que soit votre religion, vous permettait cette oecuménique solidarité …

Alors puisque les mots sont capables de véhiculer d’extraordinaires bienfaits lorsqu’ils sont orientées vers le mieux être et la paix, je les utilise encore pour que nous continuions de penser à notre correspondante et amie Fatima, et que la grande famille "d'aquarelle en voyage" soit encore plus forte et utile à celles et ceux qui s'y trouveraient une parenté .
Il faut croire que le Ciel fut clément pour elle car ce qu’elle nous écrit est d’une grande beauté, ceci n’en est qu’un court extrait mais je vous invite à le lire en entier :
« Que vous dire sauf que vos mots ont guéri mes maux . Je ne sais pas s'il existe vraiment dans la langue de Molière ou dans n'importe quelle autre langue d'ailleurs des termes plus expressifs aptes à décrire l'effet produit par vos témoignages d'amour universel, d'amitié et de solidarité : impressionnant, surprenant, touchant, saisissant, émouvant... »

Comme nous sommes heureux pour toi Fatima que tu puisses aujourd’hui nous écrire cela, ton sincère merci nous touche beaucoup, mais tu sais, ce que nous avons fait ici est pour nous naturel car ce blog est avant tout le reflet de l’esprit qui l’anime à travers un souffle qui veut conserver au monde ce qu’il possède de beau …

Je suis persuadé que toutes celles et ceux qui se sont associés à ce simple mouvement de solidarité seront très heureux de te savoir revenue parmi nous et guérie, je suis aussi persuadé qu'ils continuent de penser à toi pour que toutes souffrances liées à ton épreuve disparaissent à jamais .

La rue de Bab Doukkala à Marrakech avec ses couleurs qui vous sautent aux yeux et son ambiance que vous n’oublierez jamais . Je n’avais que quelques minutes, juste quelques couleurs, pas de crayon, un très mauvais papier, je n’étais pas encore entré dans « l’ esprit des lieux » comme il aurait fallu que je le sois pour « être en connivence », mais cela ne fait rien : je vous fais tout de même partager … (Aquarelle 14,8 x 21 cm - Alain MARC 2008 -)

Partager cet article

Repost0
24 octobre 2008 5 24 /10 /octobre /2008 08:19

Un grand bonjour de Marrakech !

 

Vous souvenez-vous de la brebis gravide au regard tendre ?

Eh bien, à peine étais-je avec elle, à traverser ce causse bucolique aux genévriers odorant, à peine étais-je dans les splendides gorges de la Dourbie aux éclatantes couleurs d’automne, et au fond du gouffre de l’Aven Noir, que je me retrouve à Marrakech, sur la Place Jemaa El Fna, parce que je suis peut-être comme vous : - ou le temps passe trop vite, ou je fais trop de choses à la fois !

La place Jemaa El Fna, cœur de Marrakech la rouge, un matin d’automne où le soleil perce à travers une légère brume qui ajoute encore au poudroiement de la lumière des couleurs du Grand Sud … (Aquarelle 21 x 30 cm - Alain MARC 2008 -)

Alors je vous envoie un grand bonjour de ce Maroc tout aussi magnifique, que je suis en train de parcourir sous toutes les latitudes pour préparer de futurs stages insolites et originaux, et je vous promets qu’au retour je vous reprends avec moi sur les pentes du Trévezel, des Gorges de la Dourbie et au fond du Gouffre de l’Aven Noir où après plusieurs jours d’exploration nous avons à nouveau fait d’extraordinaires découvertes, et croyez-moi, avec la complicité de Roland et de Serge (mes camarades de ce séjour souterrain), je vais vous les faire partager !

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 17:18

Sœur Emmanuelle, hommage anonyme et universel . 

Parmi tous ces êtres d’exception qui nous montrent un chemin, je voulais rendre ce simple hommage à Soeur Emmanuelle dont le départ pour un espace où le temps n’existe plus, dans l’universalité de toutes vérités confondues, nous prive d’une âme d’une extrême grandeur …

S’effacent avec elle les absolus paysages qu’elle portait dans son cœur en les rendant possibles aux milliers d’enfants qui n’en avaient pas, sinon l’horizon des bidonvilles qu’elle les aidait à franchir en faisant d’eux les femmes et les hommes de demain .

Ce n’était « qu’une goutte d’eau dans l’océan » comme elle aimait à le dire, mais puissions-nous dans notre existence favoriser au moins une fois seulement l’émergence de la moindre molécule composant ce genre de « goutte » d’eau, et le monde se porterait mieux … 

« Paysage informel » . (Quelquefois, dans l’absolu, tous les êtres et tous les éléments peuvent entrer en résonance pour édifier un monde sans heurts où tous les possibles ne sont que les débuts de l’infini : le plus difficile est de trouver au fond de soi toute l’énergie à vouloir cette résonance . - Est-ce cela l’Amour extrême ? Alain MARC 1996 - Aquarelle informelle -)

Ce qu’en pense TOM

Et pour en savoir plus et mieux comprendre, deux hommages au hasard :

Hommage RTL

Hommage de l’Express

Partager cet article

Repost0