Aquarelliste et peintre voyageur - En peinture, l'art de l'aquarelle est un mode d'expression qui va des carnets de voyages à la création de tableaux : en voici les différentes facettes inspiratrices, techniques et créatives selon Alain MARC ...
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Aquarelliste et peintre voyageur
  • Aquarelliste et peintre voyageur
  • : En peinture, l'art de l'aquarelle est un mode d'expression qui va des carnets de voyages à la création de tableaux : en voici les différentes facettes inspiratrices, techniques et créatives selon Alain MARC ...
  • Contact

Me joindre, les stages, etc. :

Pour m'écrire, cliquez ici

Pour le calendrier des stages 2020 cliquez ici

Plein de nouveautés vous attendent !

(pour les tarifs et disponibilités me les demander directement en cliquant ici)

-  Les stages "aquarelle" dans l'Hexagone sont ouverts aux débutants et aux pratiquants déjà confirmés souhaitant se perfectionner : ils ont pour but d'apporter efficacité et aisance d'expression à l'aquarelliste de terrain. Nombreux sont les aquarellistes issus de mes stages ou passés s'y perfectionner depuis 4 décennies...
- Les stages "carnets de voyages" sont une véritable immersion dans la pratique du carnet de voyage et de l'aquarelle sur le terrain, orientés "autonomie" ils sont ouverts aux stagiaires ayant assez de pratique pour en profiter pleinement . De la Provence au Jura Oriental et jusqu'au Portugal, ce sont quelques destinations où vous pourrez aller en 2020...

- Tous les stages sont différents, n'hésitez pas à m'en demander les informations par courriel (voir plus haut) .

-------------------------------------------------------------------------------------------

Vous aimez ce blog ?

Alors, découvrez le site d'Alain MARC :

width="300"

 

Et abonnez-vous à sa newsletter,

cliquez sur ce bouton :

vous y retrouverez tous les futurs articles publiés ici,

plus complets, plus documentés,

plus riches, dans le respect et

la confidentialité de vos données personnelles !

(Et n’oubliez pas de confirmer dans l'e-mail sui vous sera envoyé pour vérifier votre adresse !)

-----------------------------------------------------

Extraits vidéo d'Aquarelle en Voyage :

 

 

Recherche

Partenaires

Voici où trouver vos meilleurs

produits aquarelle

et carnets de voyages :

aquarelle-bouton-2

N'hésitez pas à les contacter

et à leur commander de ma part,

ce sont de vrais amis qui soutiennent mon travail !

 

Andalousies

«Andalousie, la Route d’Alain MARC», carnet de voyage de Pierre NAVA
Découvrez article après article en cliquant sur les vignettes ci-dessous le carnet spontané de Pierre m’accompagnant en Andalousie, et les «Petites Histoires vidéo» qu’il m’a inspirées :

La-Barca-1b-Pierre-Nava.jpg

Préambule

La Barca 2a Pierre Nava

L'étape de Peniscola

Andalousie b Pierre Nava

Sur la route de l'Andalousie...

Moulin-b Pierre-San Jose 2

Au Cabo de Gata

Bateau Pierre Isleta 3b

La Isleta del Moro

Huebro Pierre vignette

Huebro, la montagne enchantée

Pierre-Nava-Guadix-4-copie-1

Guadix, les maisons troglodytiques

Rio Fardès

Le rio Fardés

27 mars 2008 4 27 /03 /mars /2008 23:32

Artothèque de Rieupeyroux : l’art à la portée de tous en milieu rural qui plus est !

C'est à une intéressante exposition d'art contemporain que je vous invite aujourd'hui, à partir du Centre Culturel de Rieupeyroux en Aveyron : une exposition originale et atypique puisqu'on peut y emprunter les oeuvres exposées et bien d'autres à choisir dans une réserve très fournie . 
Belle exposition et belle artothèque qui profite à toute la région du Ségala, aux vallonnements lumineux et ouverts dont Baraqueville est l'un des fiefs, et à un département dont le dynamisme n'a d'égal que l'originalité, l'Aveyron, ainsi qu'à toute la région, dont les départements voisins : Tarn, Lot, Cantal, Lozère, Gard, Hérault . 
Mais cette exposition grâce à son fond, vous permet aussi amis (es) citadins (es) des grandes villes proches (Montpellier, Toulouse par exemple), d’emprunter pour quelques jours ou quelques semaines une œuvre d’art authentique, une peinture, une photographie ou une sculpture qui sera le reflet de votre goût, de votre personnalité, une oeuvre qui va illuminer votre intérieur sans franchir le pas d’un achat souvent onéreux .

C’est la possibilité que vous offre l’artothèque de Rieupeyroux, charmante bourgade aveyronnaise .

Si vous souhaitez voir le fond de l’artothèque en voici l’adresse web :

http://www.centreculturelaveyron.fr/artotheque.php

Et celle du Centre Culturel de Rieupeyroux :

http://www.centreculturelaveyron.fr/

Si vous êtes en Midi-Pyrénées, n’hésitez pas, le déplacement en vaut la peine et pour un abonnement modeste vous pourrez bénéficier de ce privilège rare d’avoir sur vos murs ou dans vos meubles une signature reconnue, un coin de vie intense à vous approprier .

Cela vous est également possible si vous êtes une collectivité, une entreprise, un établissement d’enseignement, un formidable moyen pour changer votre univers quotidien !

Je profite de ce petit article sur l’artothèque de Rieupeyroux, pour vous parler un peu de ma peinture, puisque j’ai quelques toiles en location dans cette artothèque, et que nombre d’entre-vous ne me connaissent que par les carnets de voyages et l’aquarelle :

Avant tout, je citerai Madame Donatella MICAULT (critique d'Art, qui fut membre du Comité de Direction du Syndicat de la Presse Artistique Française, à propos de mon travail il y déjà plus de 20 ans, dans « Prestige de la Peinture et de la Sculpture dans le Monde aujourd’hui ») :

«  ALAIN MARC est le peintre de la pensée qui nous échappe .
Deux techniques picturales ont sa préférence : l'aquarelle et la peinture .
Les aquarelles sont figuratives . Elles révèlent les formes visuelles que la conscience ordinaire appréhende . Les formes sont familières . Nous sommes dans le monde du connu .
Après avoir séduit le spectateur, le peintre nous entraîne dans l'univers de ses toiles .
L'artiste s'évertue à franchir les frontières du visuel. Sa
recherche, véritable marche en avant perpétuelle, puise ailleurs sa
création. »

Cela vous permet déjà de comprendre que ma démarche picturale, même si elle est quelque part le prolongement de mon expression formelle sur papier, va beaucoup plus loin dans son « produit visuel, sensible et tactile » .

Alain MARC « Le passage des sages » Technique mixte sur toile 90x90 cm  

A une époque où la distinction entre la substance esprit et la substance matière est désuète, non adaptée à nos modes contemporains de pensée, de communication et de vie, je réfléchis à une peinture où l'influence des origines de l'art, de ses manifestations primitives, de son évolution initiale (inséparables des interactions entre la pensée humaine et les milieux naturels), marque d'une forte empreinte sa quête d'une "spiritualité de la matière" dans laquelle sont reposées les questions du rapport avec le visible et avec la réalité matérielle .

Alain MARC « La nuit de l’ours » Acrylique, pigments et sable sur toile 89 x 73 cm

Nourrie de sables, de terres, de cendres, de nombreux matériaux naturels où la couleur intervient parfois, ma recherche picturale se situe dans un cadre de pensée "métaréaliste", car l'esprit et la matière y forment une seule et même réalité : ils existent l'un à travers l'autre.

Alain MARC « Toréro» Acrylique, pigments et sable sur toile 75 x 75 cm

La perception visuelle des toiles qui en résulte amène le spectateur à se "re-situer" face au tableau, à changer de point de vue pour l'observer, puisqu'une même toile est différente suivant la distance, l'angle de perception, l'incidence de la lumière, son intensité, remettant en cela la question de la perception visuelle :

- la réalité est-elle exactement ce que nous voyons ou croyons voir ?

- ne sommes-nous pas trompés par notre propre perception des choses et du monde ?

Partager cet article

Repost0
23 mars 2008 7 23 /03 /mars /2008 13:34
 

En direct avec vous ce dimanche à 18 h heure française !

 

Il sera midi à New York et Montréal, 18 h au Maroc, Algérie, Tunisie, 13 h à Quito, 20 h à Moscou, 7 h du matin dans le Pacifique, je dis cela à l'intention de celles et ceux d'entre-vous qui suivent ce blog avec tant de régularité de si loin, qui me font un petit signe d'amitié de temps en temps par e-mail, et que je remercie de leur fidélité .
Encore merci à vous toutes et tous de continuer de me lire et de soutenir ce projet un peu fou de partager ma passion de l'aquarelle en toute liberté par-delà les contraintes de l'usage que j'en fait au quotidien professionnellement, vous êtes à présent près de 1000 à venir découvrir tous les jours des 4 coins de la planète !

Il était donc important, en plus de lui conserver son attrait, que pour passer à une étape nouvelle, je l'enrichisse de nouvelles fonctions, particulièrement en matière de multimédia et en interactivité : possibilité depuis l’avant-dernier article de voir les vidéos en haute définition plein écran, du module flottant interactif de « Dailymotion » vous permettant d'aller directement aux vidéos de votre choix, et deux robots de traduction qui sont à présent au service de nos amis étrangers non francophones .
 
Enfin depuis ce matin (objet de cet article) la possibilité d’entrer directement en relation avec moi en live webcam et visio-conférence !

Ce n’est pour l’instant qu’une fonction expérimentale qui me permettra de m’adresser à vous en temps réel où que vous soyez connectés à Internet, mais vous pourrez surtout à l’avenir, (si la période d’essais entreprise se déroule bien), me suivre de cette façon en atelier virtuel et conférences à thème !

Dès cet après-midi, à 18 h heure française (en fait je démarrerai mes essais avant mais je m’adresserai à vous à 18h) je vous invite à ouvrir le petit lecteur « Stickam » récemment installé dans le module de droite (ou celui de tout au fond du blog), et pour celles et ceux d’entre-vous qui se seront inscrits chez « Stickam », à me poser directement des questions sur l’espace « tchat » installé tout en bas de mon blog avec le lecteur correspondant .

Si vous avez des questions (aquarelle ou concernant ce blog mais pas privées) je vous répondrai de vive voix en diffusion universelle grâce à ce petit lecteur . Vous pouvez en un premier temps me les poser par commentaire sous cet article consacré à cette nouveauté .
Ce test me servira à savoir comment vous recevez mes émissions (qualité de l’image et du son), et vous me direz si au contraire vous avez des difficultés et si vous n’avez pas l’ADSL, si le blog s’ouvre bien plus lentement qu’avant, etc. ?

Voici comment faire :

1) - Si vos lecteurs ont juste à l’écran l'aquarelle du soleil couchant aux cocotiers sur la plage avec marqué dessus en bas « Profile Image Not Available » ou (et) « Enlarged » en haut à droite en vert, cliquez sur le bouton à gauche de la loupe, il ouvre le menu dans l’écran .

2) - Descendez dans ce menu, et cliquez sur « Live Streaming Vidéo » en bas du menu (accolé à droite d’une petite Webcam), « Enlarged » va être remplacé par « Live », et vous devriez me voir et m’entendre .

Les seules complications pouvant perturber le fonctionnement de ce système sont des problèmes techniques liés à la bande passante, au décalage son lié au grand nombre de connexions par ce moyen entre les USA et vos ordinateurs et à un possible « plantage » de mon PC (puissance et mémoire énormément sollicitées pour moi pendant l’expérience !) …

Si cette expérience vous intéresse (et qu’elle fonctionne correctement pendant la période d‘essai), nous pourrons dans l’avenir nous retrouver pinceaux à la main par caméra interposée, ou pour diverses visioconférences .
Alors pour aujourd’hui je vous dis « à ce soir », et aux prochaines interventions de ma part par ce support (je noterai les prochaines au dessus du lecteur de droite) .

Alain MARC

Partager cet article

Repost0
21 mars 2008 5 21 /03 /mars /2008 16:54

Sur la piste des grottes ornées du Mato Grosso, avec mon copain Jean PÉRIÉ

Je profite d’un énorme plantage de l’ordinateur, qui a complètement anéanti l’article et la vidéo que j’allais mettre en ligne sur notre étape picturale dans la vallée du Draâ au Maroc, pour vous présenter un personnage d’exception, qui en plus est un ami d’enfance .

L’expérience hors du commun qu’il est en train de préparer pour notre plus grande joie de carnettistes avides de découvertes, d’émotions, et de nouveaux espaces d‘expression, va se situer dans la droite ligne des aventures qui ont faites de tous les voyageurs découvreurs et explorateurs des êtres de légendes, parce qu’ils ont élargi notre regard en donnant une nouvelle dimension à notre horizon .

Il s’appelle JEAN PÉRIÉ, et il est justement « Chasseur d’Horizons » !
Peut-être le connaissez-vous déjà, si vous avez lu à la fin des années 70 un best-seller des Éditions R. LAFFONT titré « Tout l’or de l’Eldorado » ?

La vie du chercheur d’or Georges POMMOT racontée dans cet ouvrage, c’est Jean qui l’a recueillie, écrite, traduite … C’est dire s’il connaît bien la moite pénombre des forêts amazoniennes, la boue des marécages où se cachent anacondas et caïmans, la vie des « garimpeiros », et celle des indiens de plus en plus anéantis par les agressions de toutes sortes, à commencer par celle de la présence de ces « mangeurs de forêt » …

Mais la richesse et l’intérêt des travaux de Jean PÉRIÉ , n’est loin s’en faut pas limitée à cela, et c’est à une existence singulière et à des découvertes passionnantes que vous allez être confrontés en mettant, (virtuellement parlant), vos pas dans les siens !

S’il y a longtemps que je voulais vous parler de lui et que je ne l’avais pas encore fait, c’est que j’attendais avec impatience de pouvoir vous entraîner dans son sillage, grâce au blog qu’il vient de créer .

Et le voilà, ce blog : il vient de le faire naître pour nous raconter, et surtout pour nous faire partager, car ils sont immenses les horizons qu’il commence à nous révéler !

Vous allez les parcourir avec Jean  le paléoanthropologue qui partant de l’Oroéna polynésien va vous plonger au cœur du Mato Grosso .

Mais aussi avec Jean l’explorateur infatigable qui participe au premier contact avec les tribus d’indiens à plateaux de la jungle amazonienne .

Jean l’inventeur archéologue passionné qui découvre la piste des premiers hommes de l’Amérique du sud .

Mais surtout vous les découvrirez avec Jean mon ami d’enfance, dont l’un de nos meilleurs souvenirs est lié à ces moments magiques où nous avions à peine une dizaine d’années, et explorions déjà sans rien dire à nos parents les dédales souterrains des terriers de renards et de blaireaux, aménagés par ces opportunistes animaux dans de petits réseaux calcaires tout près de chez nous .

Nous rampions avec son frère et un autre copain à nos côtés, une bougie à la main, un canif attaché au bout d’un bâton par le premier qui avançait, sans conscience du danger que nous courrions, en nous retrouvant plus d’une fois face à un blaireau aux yeux brillants acculé au fond de son terrier, qui nous montrait ses dents terrorisé, et nous faisait battre en retraite sans chercher à l’affronter !

À présent je vous laisse cliquer ici , et comme il le dit si bien lui-même, partir « au coeur du continent sud-américain, au cœur de paysages et de vestiges témoins d'une occupation préhistorique vieille de 20 000 ans et dont j'espère vous faire partager l'extraordinaire beauté sur mon blog "chasseur d'horizons". »

Surtout, prenez le temps de lire en entier ses premiers articles et ne ratez pas la vidéo qu’il y a rajoutée !

Quant à moi, je profite du temps où vous allez visiter le journal en ligne de mon ami Jean, pour essayer de refaire entièrement cette vidéo sur laquelle j'avais déjà tant travaillé ...

Je rajoute à cet article consacré à mon ami Jean PÉRIÉ , cette image que certains d’entre-vous connaissent déjà, extraite de mon premier Noël au Ghana en forêt, et que je lui dédie, parce qu’elle est liée pour moi à un sentiment tout à fait indicible qui est celui de la découverte de lieux, d’ambiances, d’odeurs, de couleurs, qui très loin de tout ce qu’on connaissait vont nous marquer à jamais : c’est grâce à eux, qu’on ne peut plus s’arrêter de voyager ! (Aquarelle Alain MARC extraite d’un carnet de voyage au Ghana)

Partager cet article

Repost0
16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 16:48

Test français/anglais et vidéo haute définition ...
High definition French/English and video test...

Nouvelle mise en ligne résumant un article que vous avez déjà lu il y a quelques semaines pour tester de nouvelles fonctionnalités sur lesquelles j'effectue des essais, afin de voir si je les adopte en totalité ou seulement partiellement dans l'évolution logique de ce blog, ou bien même si je les abandonne .
C'est pour répondre à une demande de plus en plus importante de nos amis anglo-saxons ou non francophones mais maniant l'anglais, que je réalise ce test . J'aimerais beaucoup avoir votre avis .
Pour la vidéo c'est autre chose : elle devrait apparaître en très bonne définition et vous devriez la voir en plein écran si vous êtes équipés en ADSL à très haut débit (un peu moins bien en ADSL "classique"), en suivant les conseils que je donne dans le petit texte qui est juste en dessous de son lecteur .
 
Voilà, n'hésitez donc pas à me donner votre avis, cela m'aidera à rendre ce blog encore plus intéressant !

New on-line publishing summarizing an article which you have already read some weeks ago to test new features on which I make tests, to see if I adopt them altogether or only partially in the logical evolution of this blog, either even if I abandon them .
It is to answer the more and more important demand of our Anglo-Saxon or not French-speaking friends but handling English, that I realize this test . 
For the video it is the other matter: she should appear in very good definition and you should see herin full screen if you are equipped in ADSL with very high debit(a little less indeed in "classic" ADSL), by following the councils which I give in the small text which is just below her reader .
Here we are, do not hesitate to give me your opinion, it will help me to return this even more interesting blog !

Aït-Ben-Addou, vers la piste de l’Ounila … 
Aït-Ben-Addou, towards the track of Ounila …
 


Watercolor painting in Morocco to Aït-Ben-Addou . from Frenchwatercolourist on Vimeo
Pour voir la vidéo en haute définition ouvrez le lien "Watercolor painting in Morocco to Aït-Ben-Addou ." et cliquez sur le bouton « HD » du lecteur ; pour l’avoir en plein écran (très peu de perte mais ADSL rapide conseillé) cliquez aussi sur le bouton « Full » (Vidéo Alain MARC)
 
To see the video in high definition open the link " Watercolor painting in Morocco to Aït-Ben-Addou. " And click the button " HD " of the reader and for the credit note in full screen (little loss but advised fast ADSL) also click the button " Full " (Video Alain MARC)

 Maybe you remember you of our passage with Ptit' Jo, in the magnificent ksar of Aït-Ben-Addou in the last spring?.
We return to it today because this extraordinary site is situated on the route leading towards the track of Ounila .
We arrest there even a whole morning because there is here subject to draw hours and hours .
I drew a lot in Aït-Ben-Dou, (often of the place which I like most : of the edge of the oued, when the sun goes to bed) but this morning the sun goes up straight ahead in the sky and already warm early the plots of land of lucerne, green at feet of the high bulwarks, and the happiness to paint and for all synonym for collection of the shade in this beginning of morning …

Discovery of the article " Aït-Ben-Addou, towards the track of Ounila ", in French language by clicking here !

Partager cet article

Repost0
13 mars 2008 4 13 /03 /mars /2008 21:54

De Tifoultoute à Agdz .

 


Jolie casbah de Tifoultoute, presque aux portes de Ouarzazate : une visite conseillée avant d’aller sur d’autres routes . Nous, c’est vers Zagora que nous descendons ensuite, avec une halte devenue à présent traditionnelle sur les hauteurs de l’Anti-Atlas … (Vidéo Alain MARC)

Nous y avons toujours passé des heures de pur bonheur sur le bord de l’oued, à dessiner la casbah, tôt le matin ou tard le soir . Le soir, quand le ciel rougeoie, les murailles de pisé ont la couleur du ciel . Le matin, quand il se pare de cet or si fin qu’on dirait une poussière précieuse, le ksar poudroie de cette même dorure à faire pâlir d’envie les cinéastes de l’Atlas Corporation Studios . Même Ptit’Jo en a des souvenirs enchanteurs

undefined

Il est déjà tard au moment où je prends cette photo . Nous rangeons carnets, couleurs et pinceaux, car la lumière commence à transformer murailles et façades en une masse uniforme qui ne donneras plus grand-chose ni pour le peintre ni pour le photographe … (Photo Alain MARC) 

undefined

L’un des moments où les bords de l’oued en dessous de la casbah ont le plus de charme est celui où les autochtones récoltent les dates (fin octobre), les faisant tomber par paquets massifs sur de grandes bâches colorées . Voilà un autre sujet de carnet qui n’est pas des moins intéressants et qui préfigure déjà notre traversée de la grande palmeraie du Draâ qui nous attend sur le chemin . Faire déjà quelques croquis, en se promenant au pied des palmiers est un pur bonheur, je vous l’assure ! (Photo Alain MARC) 

undefined


- Quand avais-je peint la casbah, ce jour-là ? Je ne m’en souviens plus, le temps s’est arrêté dans ce flamboiement carthame et or, où les ombres bleues s’insinuaient déjà dans les palmiers du bord de l’oued … Peut-être ce jour-là avais-je oublié la montre pour découvrir le Temps … (Carnet Alain MARC)

Mais le temps nous rattrape toujours, nous, pauvres occidentaux qui n’avons que la montre et jamais le temps de nous poser pour donner à la contemplation la juste profondeur de sa véritable dimension méditative …

Nous avons retraversé l’oued Ighissi pour rattraper la route de Ouarzazate, laissant derrière nous le plateau aride et légèrement ondulé, derrière lequel s’éloignent les neiges de l’Atlas .

undefined


Tout juste est-il creusé, ce plateau de Ouarzazate, du parcours à fond plat des oueds . Celui-ci était parsemé de fleurs bleues comme de grosses touffes de thym mais m’approchant pour en cueillir, je me suis vite aperçu avec résignation qu’il ne s’agissait que de plantes si piquantes, que seule l’aquarelle suffisait pour en garder le souvenir ! (Carnet Alain MARC)

undefined


90 km plus au sud, la route serpente et s’élève en lacets pour franchir l’Anti-Atlas, peu après le village des Aït-Saoun . Les pentes de la montagne se déclinent alors en empilement de strates au couleurs brunes et ocres du plus bel effet . (Carnet Alain MARC)

undefined

L’occasion aussi (presque toujours) de faire connaissance de quelque marchand ambulant ou d’un montreur d’uromastix (merci Adil pour m’avoir appris son nom) qui se feront un plaisir de poser pour vous si vous les gratifiez d’un pourboire bien mérité . (Photo Alain MARC)

Nous faisons alors une halte picturale des plus profitables, car pendant ce temps-là les moteurs des véhicules mis à rude épreuve dans la chaleur de la montée peuvent un peu refroidir .

undefined

Ahmed était de ceux-là qui avait bien voulu poser pour moi, magnifique, si majestueux que je n’avais même pas dessiné son lézard du désert (voir vidéo ci-dessus, vous retrouverez ce sympathique personnage et les différentes étapes de sa réalisation dans nouveau numéro spécial de « Dessins et Peintures » - n°13 de février - mars 2008) . (Aquarelle Alain MARC)

undefined

Étude des couleurs des pentes du col des Aït-Saoun (nommé également col du Tizi‘n Tinififft il culmine à 1660 m) . Il est toujours intéressant de faire une étude de couleurs sur le papier même lors d’un relevé rapide comme celui-ci . (Croquis Alain MARC ) 

undefined

L’autre versant en couleurs directes par Pierre NAVA 
( temps de travail 3 mn, et il y a tout, même la chaleur ! ) .
 

undefined

« Personnages au col », toujours de Pierre NAVA (temps de travail à peine plus que le motif précédent : à part la photo, vous connaissez moyen d’expression plus rapide qui soit aussi créatif ? ) 

undefined

En bas, de l’autre côté du col, on arrive à Agdz, au pied du Djebel Kissane dans une sorte de paradis qui va se prolonger sur 150 km, jusqu’au sud de Zagora : la vallée du Draâ et ses superbes palmeraies, où nous ferons une étape dans le prochain article, un très beau parcours en perspective ... (Photo Alain MARC)

Partager cet article

Repost0
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 17:35

Portraits d’ici et d’ailleurs dans « Dessins et peintures » …

Avant de repartir pour aller dessiner et peindre sur les pistes du Grand Sud Marocain, je vous invite à découvrir ce nouveau numéro spécial de « Dessins et Peintures » qui vient de sortir :

undefined

 C’est une intéressante parution, riche en exemples et conseils très utiles (je ne parle pas de l’article que j’y ai écrit, mais de ceux de mes collègues artistes peintres voyageurs) .

Voici, parmi un sommaire qui regorge d’analyses techniques d’exécution concernant un grand nombre de portraits :
- Produits utiles,
- Guide pratique de la photographie appliquée à la peinture dans le cas du portrait,
- Nombreuses exécutions de portraits au pastel, à l’huile, lavis, aquarelle, alkyde, etc.
- Reportages : Dany Boutillier, des visages à aimer,
                        Isabelle Nugues, la force du regard,

- Portrait d’artiste : Emmanuel MICHEL « De l’errance à l’enracinement » (je vous ai déjà parlé de Michel lors de sa rencontre à la Biennale des Carnets de Voyages de Clermont-Ferrand en 2006) …

Dans l’article sur lequel j’ai travaillé, vous bénéficierez de 3 leçons d’aquarelle dédiées au portrait, dont les portraits de :

undefined Akoua, la petite vendeuse d’ananas ghanéenne, rencontrée pendant la réalisation de mon carnet du Ghana,
 

undefined

Ahmed, l’amazigh du Grand Sud, rencontré au col du Tizi’n Tinififft, où nous irons peindre dans le prochain article, "dresseur de geckos" et autres reptiles du désert, 

undefined

 Mon copain Serge CAILLAULT, spéléologue, compagnon d’exploration et l’un des assistants de Roland PÉLISSIER dans le cadre de l’exploration de l’AVEN NOIR, le gouffre auquel je consacre mon prochain ouvrage d’aquarelles,

undefined

  L'une des pages de mon article, où je donne de nombreux conseils pour qu’à votre tour vous réussissiez tous ces portraits …
 

undefined

Nous verrons dans le prochain article Yolande et Pierre dessiner l’un des geckos de notre ami Ahmed,(le petit animal - un uromastix, en français  "fouette queue" - est à moitié caché sur cette photo par la main d’un touriste qui le caresse), tandis que notre amazigh regarde interloqué l’allure qu’on va donner à son lézard du désert …

Partager cet article

Repost0
1 mars 2008 6 01 /03 /mars /2008 09:49

Des Gorges du Todra à celles du Dadès.

 

 Depuis Tinerhir 53 km à l’est de Boumalne du Dadès, nous avons souvent remonté la superbe vallée du Todra, menant aux mêmes Gorges, pour de merveilleuses séances de peinture ... (Vidéo Alain MARC que vous pouvez revoir différemment dans un autre clip mis ici en ligne lors d‘un article précédent)

Nous restions aux terrasses des restaurants des gorges pour peindre et dessiner le fond du canyon, et croquer les montagnards y faisant une étape pour abreuver leurs mulets, pour se reposer un peu à l’ombre de grands abris sous roches .

Mais le tourisme de masse est passé par là : il y a tout gâché, chassant les paysans autochtones, hommes et bêtes, les empêchant de se désaltérer, de s’arrêter même, asphaltant la chaussée, accumulant béton et bitume, transformant en un parking débordant d’autobus les sauvages berges des sources et de l’oued, jusqu’à détruire l’âme des lieux, à tel point que nous-mêmes qui aimions tant cet endroit ne voulons revenir dans cet énorme gâchis .  

undefined

C’était il y a plus de dix ans : j’écrivais sur mon carnet ma joie d’être tout seul avec une caravane descendant de la montagne … Qu’il est loin ce temps-là ! Mais il en reste des pages d’aquarelles que rien ni personne ne pourra altérer : - comment les autorités on-elles pu laisser un si merveilleux paysage se transformer en une sorte de vulgaire centre d’attraction ? (Aquarelle Alain MARC)

Aussi, c’est vers la haute vallée du Dadès que nous remontons aujourd’hui jusqu’au défilé qui matérialise le fond des gorges . Ensuite la route continue de s’élever vers les cols et hauts sommets de l’Atlas, permettant même de basculer vers sur les Gorges du Todra si on est équipé d’un bon tout terrain et qu’on aie du temps devant soi .

En ce qui nous concerne, nous nous contenterons de rester pour peindre dans la vallée et les gorges, plus près de Boumalne du Dadès où nous avons pris le repas de midi, car les motifs y sont innombrables, et le paysage d’une grande beauté .  

undefined

Ce croquis de Pierre NAVA me laisse songeur : - pensait-il encore au copieux tagine que nous avions à midi, lorsque nous sommes partis ? (Carnet Pierre NAVA)

undefined

L’une des anciennes kasbah du Glaoui, à l’entrée de la haute vallée du Dadès : nous sommes tout de suite dans l’ambiance des décors qui nous attendent plus haut . (Photo Alain MARC)

undefined

Plus haut justement, la Kasbah Ishat, au dessus des jardins et des vergers . (Photo Alain MARC)

undefined

Halte très rapide, les temps de faire deux ou trois photos . Pierre, lui en profite pour réaliser cette pochade ou la lumière imbibe les rochers … (Aquarelle Pierre NAVA )

undefined

Plus en amont encore : la vallée s’élargit avant de se resserrer à nouveau, ouvrant sur des panoramas à la grande beauté . (Photo Alain MARC )

undefined

Détail de la photo ci-dessus . (Photo Alain MARC )

undefined

Quand aucune Kasbah n’est visible dans le paysage, il conserve une étonnante pureté . Yolande en a saisi l’atmosphère de quelques rapides coups de pinceaux . (Aquarelle Yolande GERDIL )

undefined

Nous sommes ici tout près de la falaise de Tamlat : les roches passent de l’orangé et du grenat au rose des roches érodées dites des « doigts de singe », endroit où les contrastes de complémentaires entre les couleurs du rocher et celles de la verdure de la vallée sont les plus marquées . (Photo Alain MARC ) 

undefined

Image à contre-jour du petit groupe dessinant (ou photographiant) à toute vitesse le paysage, car la vallée et les gorges sont encore longues, et plusieurs séances d’aquarelle sont programmées . Mais il vous est tout à fait possible de vous y poser et de peindre en toute tranquillité si vous êtes autonome et disposez de suffisamment de temps pour y rester, sachant que dans un stage le programme est fait pour que votre apprentissage vous amène à la plus efficacité possible, et que les acquis qui vous restent soient faits pour la durée . (Photo Alain MARC) 

undefined

Encore un travail de Yolande, soulignant le contraste de la verdure et le rose des sommets …. (Aquarelle Yolande GERDIL)

undefined

Au dessus de nous les fameux « doigts de singes » comme des roches moutonnées . (Photo Alain MARC)

undefined

Ils tombent tout droit sur le fond plat de la vallée où en hiver les petits arbres sans feuilles et au tronc immaculé parsèment les carrés de cultures comme dans un conte de fées . (Photo Alain MARC) 

undefined

Mais au moment du stage, les feuilles sont argentées, les troncs paraissent bien plus sombres, et ces jeux d’ombre et de lumière sur les feuillages et les rochers vont m’inspirer un important cours d’aquarelle (plutôt cours d’atelier), où nous étudierons la magie du mélange de 5 couleurs rares (ou plutôt peu couramment employées), dont l’intensité et le pouvoir suggestif conviennent tant aux motifs de synthèse, qu’aux travaux abstraits . (Photo Alain MARC) (Aquarelle Alain MARC)

undefined

  - Peut-être reconnaître-vous l’une de ces cinq couleurs qui permettent les plus séduisants mélanges d’intermédiaires ainsi que les plus belles ternaires ? Cette photo (où le nom des couleurs est noté) + les scans des différents types de mélange obtenus avec (en PDF) leurs usages et particularités, les analyses de couleurs et leurs intérêts ainsi que la vidéo complète de 18 mn de cette leçon et divers autres documents associés, seront dans l’avenir disponibles en téléchargement ou sur commande directe dans ma future boutique en ligne (je vous livre là un « secret ») où vous pourrez aussi commander des peintures originales aussi bien que des reproductions et gravures en tirage limité, et bien d’autres choses (à commencer par mes livres) dont je serai l’auteur . Les cours approfondis ou condensés pour tous les niveaux avec mes « tours de mains » et procédés personnels y tiendront une grande place, de même que mes programmes de stage y seront développés ! À découvrir donc dans les mois à venir, si d’aventure j’ai le temps d’en terminer les principaux éléments pour vous fournir des outils de travail et des moments de bonheur, comme j’aime déjà tant les partager avec vous lors des stages en France et à l’étranger ou pendant les Salons et expositions où vous pouvez parfois me rencontrer …

undefined

Mais revenons au peuplier ou au saule argenté : voilà ce qu’il donne une fois l’aquarelle terminée . Ce qui compte le plus, c’est d’essayer de traduire cette image un peu magique de verdure contre rocher, et de lumières d’où naissent des ombres, dans une sorte d’irréalité . Travail réalisé sans dessin préalable, le graphisme étant juste esquissé de la pointe du pinceau avant même de commencer, aucun repentir possible, cela apprend la liberté . (Aquarelle Alain MARC)

undefined

Travail très différent : c’est du croquis aquarellé . Dessin sommaire et peu accentué au crayon 2B bien affûté, à la plume ou au feutre pointe fine et gris foncé, couleurs saturées (plus pâles au lointain), posées dans la foulée . (Croquis-aquarelle Alain MARC)

undefined

Arrivés en haut des gorges, voici le défilé : avant que la plus belle lumière ne disparaisse le groupe s’installe pour travailler . La difficulté ici l’est pas dans les formes ni les volumes, mais bien dans le rendu de cette lumière qui n’est composée que des reflets dans l’ombre du soleil projeté sur les rochers . Une bonne analyse de synthèse et une « démo » appropriée viendront apporter aux moins hardis solutions et courage pour surmonter avec enthousiasme toutes les difficultés ! (Photo Alain MARC) 

undefined

Edith a bien compris que ce qui fait la force de la lumière qui vient à contre-jour, c’est la présence de l’ombre qui y est opposée, et que le soleil éblouissant frappant l’envers de cette falaise du premier plan à l’ombre sombre, ne peut que renvoyer sur la paroi en face une lumière qui paraîtra d’autant plus chaude, que sera froide l’ombre sombre de ce même rocher . D’où la présence des teintes bleutées de l’ombre sombre qui s’opposent aux complémentaires orangées de la paroi mieux éclairée . L’effet lumière est renforcé par la pureté de ses mélanges sur la palette et la transparence de sa couleur sur le papier, qui jouant lui-même le rôle d‘un miroir, rend plus lumineuse la couleur jaune orangée . (Aquarelle Edith FINET)

undefined

Interprétation très différente pour Pierre, qui donne sa priorité à la forme et aux volumes du rocher . Vous ne percevrez bien la lumière que si vous regardez ce motif à travers le flou de vos cils en plissant légèrement les yeux . C’est que la manière de Pierre vient directement de la façon de prendre et de mélanger ses couleurs, ce qui augmente la proportion de ternaires, et donne un aspect rompu à rabattu (voir vidéo), d’où une vision plus valorise que coloriste, et une aquarelle plus proche de la sensibilité d’un graveur que de celle d’un peintre de la couleur . (Aquarelle Pierre NAVA )

undefined

Dans ma « démo » quand à elle, si j’ai correctement équilibré ces différents aspects de lumière, de volumes et de formes, ce que j’ai par contre trop accentué (pour mieux expliquer que lorsqu’on échappe à la perspective linéaire c’est l’intensité et la chaleur des couleurs qui va rapprocher), c’est l’arrière plan de la montagne ensoleillée qui aurait dû être plus atténué . Mais une aquarelle de « démo » n’est pas une aquarelle « aboutie », elle doit au contraire mettre « l’accent » sur les clés et mécanismes qui doivent être compris . (Aquarelle de « démonstration » Alain MARC )

Partager cet article

Repost0
24 février 2008 7 24 /02 /février /2008 17:40

Du col de Boutaghrar à Boumalne Dadès.
 

 

Nous reprenons les pistes du grand sud marocain ... Un autre itinéraire, d’autres lumières : la prédominance du monde minéral, géologique, du gigantisme de l’Atlas, préfigure notre approche des gorges du Dadès . Dans cet univers, c’est la piste qui donne au trajet tout son caractère . Une sorte de bel hors-d’oeuvre remplissant notre matinée avant le formidable après-midi qui nous attend dans les gorges, au départ de Boumalne Dadès . Mais cela, c’est le sujet de la prochaine vidéo et de l’article qui l’accompagnera ! (Vidéo Alain MARC, laissez-là se télécharger entièrement si vous n'êtes pas en haut débit, avant de la relire en entier ...)

Le bonheur de prendre une telle piste, de bon matin, quand le soleil se lève à l’horizon, et de réussir nos séances de peinture, est lié au respect que nous aurons pendant notre trajet pour les autochtones que nous rencontrerons . Car une telle piste emprunte un parcours où les gens sont authentiques et ont beaucoup de valeur, où la mentalité n’a pas été « polluée » par le tourisme de masse . Il nous appartient donc, pour savourer pleinement la chance que nous avons d’aller peindre dans d’aussi intéressants endroits, d’être encore plus discrets et attentif aux personnes que nous rencontrerons afin de déranger le moins possible leur vie quotidienne, tout en leur montrant l’intérêt que nous accordons à leurs paysages, leur architecture, leur culture, en leur expliquant lorsqu’ils nous le demanderont ce que nous faisons, et ce que ce travail (car c’en est un) peut leur apporter à travers le regard (non volé mais mérité et valorisant) que nous donnerons de leur région et de la vie qu’ils y ont développée . 

undefined

 Montée au col de Boutaghrar côté sud . Au fond la ligne bleutée du Djebel Sarhro . L’opposition des couleurs est déjà forte et invite à une pose de lavis rapide . Nous n’en prendrons pas le temps cette fois car nous sommes déjà en retard si nous voulons nous arrêter à Boutaghrar . (Photo Alain MARC)

undefined

Nous voici au col, où la vue vers le nord-est s’ouvre sur l’oasis accompagnant le cours de l’Oued Gmoun et des villages de Boutaghrar et Tamalou . (Photo Alain MARC)

undefined

 À  l’ opposé, vers l‘ouest, on retrouve en aval même la vallée avec au loin le village de Tourbist . (Photo Alain MARC) 

undefined

Le sommet de l’Ighil Gmoun à peine enneigé (il culmine pourtant à 4071 m !) depuis toujours le col de Boutaghrar . (Photo Alain MARC)

Pour cet itinéraire je déconseille vivement (même si vous êtes équipés d’un bon véhicule tout terrain) de l’emprunter par mauvais temps, encore moins en plain hiver si la neige menace . Dans ces conditions-là ou par temps de pluie le franchissement du col est extrêmement dangereux, ne serait-ce qu’à cause des fréquents glissements de terrain et de la piste glissante et boueuse où nul parapet ne pourrait vous arrêter . 

undefined

La belle aquarelle des sommets vus du col, réalisée par Yolande GERDIL en 10 mn seulement : il y a longtemps que Yolande travaille dans l’esprit de l’aquarelle rapide si utile en carnets de voyages ! (Aquarelle Yolande GERDIL ) 

undefined

Nous sommes ici aux abords de Tamalou et Boutaghrar . C‘est toujours à regrets que nous voyons des départs de gorges et de défilés à la sortie même du village sans avoir la possibilité de nous y rendre . La présence d‘un petit hôtel à Boutaghrar nous ouvrira peut-être cette possibilité à l‘avenir ? (Photo Alain MARC ) 

undefined

 Installation de notre petite équipe devant ce superbe paysage : l’occasion d’y réaliser des panoramiques aux éclatantes couleurs … (Photo Alain MARC ) 

undefined
Le panoramique d’Edith FINET, superbe lui aussi sur 2 pages en vis à vis … (Aquarelle Edith FINET )

undefined

Une autre page du carnet de Yolande : inspirée par la beauté de la lumière son travail est la traduction la plus coloriste de ce paysage . (Aquarelle Yolande GERDIL )  

undefined

 Un peu plus vers l’aval nous avions peint ici au bord de l’oued Gmoun il y a 3 ans . Au fond c’est le village de Tourbist . (Photo Alain MARC)

undefined

 J’avais rapidement esquissé ce croquis aquarellé, ne terminant pas le côté droit pour laisser à l’oued et à la montagne toute leur importance … (Aquarelle Alain MARC )

undefined

Je consacrerai plus tard, lorsque je reviendrai sur cette piste de nombreuses séances aux rochers naturellement multicolores qui accompagnent l’itinéraire . Si c’est le paradis des géologues c’est aussi celui des peintres et des poètes des couleurs de la roche . (Photo Alain MARC) 

undefined

Les amateurs de toiles abstraites seraient servis ici : que de points de vues originaux et à l’étrange beauté nous réserve ce parcours ! Paradis des photographes aussi ? (Photo Alain MARC)

undefined

Ces formes et ces couleurs, assimilables à bien d’autres dans le désert m’avaient servies l’an dernier comme support d’étude à toute une série consacrée à ce monde sans limites, où nous cheminons aux frontières de l’informel … (Aquarelle Alain MARC) 

undefined

Retour à la réalité sur la piste reliant Boutaghrar aux Gorges du Dadès : des petits points s’animent au mileu de l’immense toile abstraite ; c’est une caravane de nomades, en déplacement . Il nous faut dès à présent chercher un endroit pour nous garer avant de la croiser, couper nos moteurs, et la laisser passer sans l’effrayer ni la gêner . (Photo Alain MARC) 

undefined

 Nous avons à présent rejoint Boumalne du Dadès pour notre repas de midi . De la terrasse du restaurant la vue sur la vallée du Dadès est splendide … (Photo Alain MARC) 

undefined

L’occasion d‘organiser une séance « prise de notes » outil trop peu usité du peintre voyageur et pourtant si efface pour qui veut progresser  ! (Photo Alain MARC)

undefined

Il suffit de très peu de temps pour prendre des notes : graphisme suggestif, annotation rapide des couleurs où seront notés nuances et dégradés . Ce travail pourra ultérieurement servir de base à une aquarelle libérée du sujet, mais expressive et empreinte de créativité … (Notes d’étude Alain MARC)

undefined

Recollées dans une pages du carnet les notes de voyage constituent des éléments dynamiques dont le charme ne peut que donner plus de caractère encore motifs alentour . (page du carnet d’Edith FINET)

Après cette superbe matinée, un bon tagine nous a tous réunis au dessus du vaste panorama qui était le thème de la séance de prise de notes . Après manger, départ pour les gorges du Dadès …

Ce sera l’importante étape du prochain article consacré à la deuxième partie de cette journée hors du commun, où nous avons réalisé un grand nombre de motifs compte tenu de la longueur du trajet et du peu de temps dont nous disposions pour cela . Nous le devons essentiellement à la rapidité de notre pratique et à la maîtrise des techniques de synthèse dont la prise de notes est l’une des clés (car elle sert aussi à voir ce qui est important et ce qui ne l’est pas, comment faire pour ne pas perdre de temps dans l’analyse du sujet autant que dans la mise en valeur des éléments de référence l’exprimant au plus près ) .

À bientôt donc, pour de nouvelles découvertes aquarellées …

Partager cet article

Repost0
5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 19:51

Si vous m’accordez une petite pause …

Juste une coupure au milieu des articles consacrés au carnet de voyage du Grand Sud marocain qui reprendront dans quelque temps : différents évènements personnels m’amènent à un peu d’irrégularité dans la mise en ligne de mes articles, m’en voulez-vous ?

Mais en contrepartie je vous prépare une rubrique nouvelle qui fera l’objet de mon prochain article, une rubrique qui ne sera alimentée qu’en fonction des circonstances qui me permettront à l’avenir de nourrir ce passionnant sujet .

Je ne vous en dis pas plus pour l’instant, mais je pense que vous serez passionnés (es) par la thématique de cette approche des techniques de l’aquarelle qui permet d’aller encore plus loin que celles du carnet de voyage, mais aussi qui s'attache à travers un concept simple et très  rapide à résumer des choses immenses ...

J’illustre ci-dessous le présent article par un paysage d’hiver, car le sujet qui nous permettra dans cette prochaine parution d’aborder la technique dont je viens de vous parler (mais qui reste inscrite dans les procédés rapides des carnets de voyages et releve toujours de l’aquarelle de terrain) est de saison, ayant un rapport direct comme toute tradition carnavalesque, avec la disparition des frimas, l’allongement des heures d’ensoleillement, et l’un des plus anciens mythes du personnage d’Arlequin .

À bientôt donc pour cette nouvelle aventure !

undefined 

Dans le prochain article nous allons chasser ces frimas avec un incroyable personnage dont je vous ai déjà parlé du bout des lèvres il y a déjà longtemps, mais sans approfondir . Cette fois nous l‘accompagnerons dans l’une des journées de sa très courte vie ...

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 22:03

Sympathiques rencontres à la casbah d’Amerhidil .
 

Quelques images d’archives pour démarrer cette vidéo : c’est que la casbah d’Amérhidil nous a toujours réservé le meilleur accueil qui soit, et depuis les nombreuses années où nous nous y arrêtons pour peindre, (même si nous ne faisons que passer), c’est avec plaisir que nous y faisons à chaque fois des rencontres sympathiques et chaleureuses ! (Vidéo Alain MARC) 

L’un des plus agréables attraits des carnets de voyages est sans aucun doute les rencontres qu’ils permettent . Cela ne donne pas toujours lieu à des portraits mais lorsqu’on peut en réaliser, ils sont toujours intéressants, non seulement comme exercices d’expression, mais surtout comme lieux de mémoire où vont se projeter tous nos souvenirs de l’instant .

En attendant, portraits ou pas, le carnet de voyage est le plus formidable moyen de contact qu’on puisse imaginer : les gens sont curieux de ce que nous faisons, et en voyant l’intérêt que nous portons à travers nos dessins et écrits à leur culture, architecture, paysages, ils sont enclins au dialogue, à l’échange, au contact dénué de toute appréhension, on est souvent aux antipodes de leurs réactions vis-à-vis de la photo . Il n’empêche, il faut tout de même rester sur nos gardes (voir ma mésaventure du Ghana), à plus forte raison si on veut dessiner des personnages (même vus de loin dans certains pays), et éviter surtout de dessiner des monuments dont on ignore l’importance même si on les trouve fort intéressants dans de très nombreux cas (administrations, bâtiments militaires traditionnels ou assimilés, et parfois religieux) …

undefined

Aziz (ici dessiné par Pierre NAVA) est l’un de nos sympathiques hôtes de la casbah d’Amérhidil : vous avez vu dans la vidéo ci-dessus sa dextérité (dextréi-thé) dans son approche de la cérémonie du thé ! Une originale façon de le présenter avant de le boire, en tout cas pleine d’humour, et qui vous donnera certainement envie de le boire avec lui en faisant connaissance avec ce bel endroit et tous ses habitants .

undefined

L'inspiration à la casbah d’Amérhidil ? Aucun problème de ce côté-là, tout le monde s’en donne à coeur joie, par exemple Yolande, ici, en train de dessiner le patio … (Photo Alain MARC )

undefined

Elle a rajouté sur le côté quelques-uns des nombreux ustensiles de la vie quotidienne de ces lieux, manière de montrer combien l’ingéniosité des habitants est ici habile et fonctionnelle sans pour autant manquer de finesse et de beauté, car chaque outil, chaque instrument, de la moindre serrure aux ustensiles de cuisine, pourrait figurer en bonne place dans les collections de tout musée de l’art populaire régional . (Aquarelle Yolande GERDIL )

undefined

Un exemple qui m’a frappé, la forme très pure des portes et passages permettant d'aller dans les différentes pièces : l’harmonie des matériaux, leur simplicité alliée à l’irréalité des effets d’ombre et de lumière, donnent de ces lieux où l’espace se définit par les volumes du creux, l’illusion d’images inversées où la perception visuelle perd ses repères pour ne laisser voir à la place du vide qu’un « objet » en relief, dont la plasticité très contemporaine peut faire penser à la plus pure des sculptures de lumière .

Pour bien comprendre ce que je dis, éloignez-vous de l‘écran de votre ordinateur, et regardez à distance cette photo : vous verrez alors comme une sculpture verticale, pointue et aux côtés galbés … (Photo Alain MARC )

undefined

L’ombre et la lumière justement . Ce dessin d’Edith FINET, nous emmène dans l’un des plus grands mythes de l’orient : celui du regard . Voir sans être vue, être dans la lumière en restant dans l’ombre, regard porté au-delà de soi-même pour revenir à soi, comme le passage d’un cheminement vers l’âme … (Aquarelle Edith FINET ) 

undefined

Presque mystique cette lumière pénétrant dans la cuisine abandonnée . Chaque ouverture comme une icône, exhume de son éblouissante vibration les formes simples des ustensiles oubliés . La flamme du foyer n’existe plus depuis longtemps, elle est devenue lumière intemporelle qui résonne en moi comme cette phrase puisée dans « Une enquête aux pays du Levant » de Maurice BARRÈS : « Je n’y vais pas chercher des couleurs et des images mais un enrichissement de l’âme . » Et, citant les grands peintres de l’orientalisme : « C’est par ce chemin de leur romantisme que je suis allé d’imagination à la part éternelle de la vie » . (Photo Alain MARC )

undefined

Cela m’inspire cette étude : rayonnement et réfraction de la lumière dans les couleurs des images du désert . Reflet des palmes et du ciel dans le bleu de l’oued, teintes chaudes des murs de pisé et éclat des rayons de soleil traversant les moucharabiehs pour se poser sur le regard des femmes … (Aquarelle Alain MARC )

undefined

Edith s’attache à ces outils et instruments qui ont permis à la vie de se perpétuer ici depuis des générations . Le puits du patio, une vielle serrure, quelques photos, le four à pain, et en souvenir de ce bel endroit la carte de visite de nos amis de la « Kasbah d’Améridil » . (Carnet Edith FINET)  

undefined

La magie de ces endroits tient sans doute au fait que rien ne parait vraiment changer dans le temps : il y a une dizaine années déjà j’y avais rencontré Mansour, le prédécesseur d’Aziz qui avait posé pour nous devant la casbah, en nous offrant le thé (voir vidéo de cet article), et le côté quasi sacré des lieux m’avait immédiatement frappé, je l’avais associé au petit marabout, à la vie qui passe et qui vient au pas du dromadaire et aux envoûtants levers de soleil sur les dunes de l’erg Chebbi . (Carnet Alain MARC)

Partager cet article

Repost0