Aquarelliste et peintre voyageur - En peinture, l'art de l'aquarelle est un mode d'expression qui va des carnets de voyages à la création de tableaux : en voici les différentes facettes inspiratrices, techniques et créatives selon Alain MARC ...
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Aquarelliste et peintre voyageur
  • Aquarelliste et peintre voyageur
  • : En peinture, l'art de l'aquarelle est un mode d'expression qui va des carnets de voyages à la création de tableaux : en voici les différentes facettes inspiratrices, techniques et créatives selon Alain MARC ...
  • Contact

Me joindre, les stages, etc. :

Pour m'écrire, cliquez ici

Pour le calendrier des stages 2020 cliquez ici

Plein de nouveautés vous attendent !

(pour les tarifs et disponibilités me les demander directement en cliquant ici)

-  Les stages "aquarelle" dans l'Hexagone sont ouverts aux débutants et aux pratiquants déjà confirmés souhaitant se perfectionner : ils ont pour but d'apporter efficacité et aisance d'expression à l'aquarelliste de terrain. Nombreux sont les aquarellistes issus de mes stages ou passés s'y perfectionner depuis 4 décennies...
- Les stages "carnets de voyages" sont une véritable immersion dans la pratique du carnet de voyage et de l'aquarelle sur le terrain, orientés "autonomie" ils sont ouverts aux stagiaires ayant assez de pratique pour en profiter pleinement . De la Provence au Jura Oriental et jusqu'au Portugal, ce sont quelques destinations où vous pourrez aller en 2020...

- Tous les stages sont différents, n'hésitez pas à m'en demander les informations par courriel (voir plus haut) .

-------------------------------------------------------------------------------------------

Vous aimez ce blog ?

Alors, découvrez le site d'Alain MARC :

width="300"

 

Et abonnez-vous à sa newsletter,

cliquez sur ce bouton :

vous y retrouverez tous les futurs articles publiés ici,

plus complets, plus documentés,

plus riches, dans le respect et

la confidentialité de vos données personnelles !

(Et n’oubliez pas de confirmer dans l'e-mail sui vous sera envoyé pour vérifier votre adresse !)

-----------------------------------------------------

Extraits vidéo d'Aquarelle en Voyage :

 

 

Recherche

Partenaires

Voici où trouver vos meilleurs

produits aquarelle

et carnets de voyages :

aquarelle-bouton-2

N'hésitez pas à les contacter

et à leur commander de ma part,

ce sont de vrais amis qui soutiennent mon travail !

 

Andalousies

«Andalousie, la Route d’Alain MARC», carnet de voyage de Pierre NAVA
Découvrez article après article en cliquant sur les vignettes ci-dessous le carnet spontané de Pierre m’accompagnant en Andalousie, et les «Petites Histoires vidéo» qu’il m’a inspirées :

La-Barca-1b-Pierre-Nava.jpg

Préambule

La Barca 2a Pierre Nava

L'étape de Peniscola

Andalousie b Pierre Nava

Sur la route de l'Andalousie...

Moulin-b Pierre-San Jose 2

Au Cabo de Gata

Bateau Pierre Isleta 3b

La Isleta del Moro

Huebro Pierre vignette

Huebro, la montagne enchantée

Pierre-Nava-Guadix-4-copie-1

Guadix, les maisons troglodytiques

Rio Fardès

Le rio Fardés

26 juin 2008 4 26 /06 /juin /2008 10:24

Florent et Adeline sur les pistes du Togo ...

Nous aimons bien l’Afrique dans la famille …
Vous souvenez vous de notre voyage commun au Ghana l'an dernier ?

Eh bien si vous prenez l’avion sur Air Ivoire pour vous rendre dans l‘un des nombreux pays d’Afrique de l’Ouest, vous pourrez conserver en souvenir la belle revue de bord « Ivoire », dans laquelle vous retrouverez un extrait inédit du carnet de voyage au Togo de mon fils Florent et de son amie Adeline, avec quelques pages et le résumé de leur voyage au jour le jour sur les pistes de ce charmant pays d’Afrique de l’ouest .


La première page du reportage carnettiste de Florent et Adeline au Togo, dans le dernier numéro d’Ivoire .

Voici un très court extrait du texte de ce voyage riche en péripéties et coloré, comme tout authentique voyage africain :

« (Kpalimé)
Nous parcourons la ville très animée, comme toutes les villes africaines, en couleurs et sonorités. Les gens nous saluent. L’accueil Togolais est très sympathique.
Passage incontournable par le marché, réputé pour ses fruits tropicaux. Puis nous nous éloignons en direction du centre artisanal, dans lequel prédomine le travail du bois, pour acheter un awalé. De retour à l’hôtel, nous sourions à l’écoute des informations télévisées relatant le terrible froid québécois.

Le joli marché coloré de Kétao . (Croquis aquarellé Florent MARC)

Le lendemain, nous nous rendons au Mont Kloto (la montagne aux tortues). La route pour y aller grimpe parmi les tecks, les acajous, les wawas et les irokos. Un magnifique panorama s’offre à nous (on peut voir jusqu’au Ghana tout proche mais aujourd’hui, l’harmattan déjà présent obstrue hélas, l’horizon).
Au sommet, nous faisons la rencontre d’Apollinaire et de son frère qui tient dans sa main un pangolin (fourmiller) : - quel étrange animal couvert d’écailles !
Apollinaire propose une ballade en forêts à partir du village de Kouma Konda. Celui-ci se caractérise par ses portes et volets peints par des artistes venus de Lomé.
Nous traversons la place centrale avec son magnifique arbre à palabres, dans les rues, quelques enfants jouent entre les bacs de café qui sèchent. Il règne une atmosphère de tranquillité qui nous apaise .

Tisserand à Passouadé . (Croquis aquarellé Florent MARC)

Notre guide nous fait découvrir de nombreuses plantes tels du raphia, du manioc, du roucouiller (dont les graines rouges servent au maquillage lors des fêtes traditionnelles), des noix de cola, des cafetiers, cacaotiers, palmiers, bananiers et autres yuccas…
Après cette pause d’écotourisme bénéfique et enrichissante, nous filons vers Atakpamé et le plateau de Danye.
Je croque quelques scènes de rue en fin de journée. Commerçants et petits vendeurs remontent la grande route de Lomé. La nuit va tomber, demain, ils se lèveront pour repartir dans l’autre sens… »

 

Forgerons à Tcharé . (Croquis aquarellé Florent MARC)

Deuxième page du dernier numéro d’Ivoire, l’une de ces nombreuses revues de bord qui apportent divertissement et découvertes aux voyageurs mais auxquelles malheureusement peu d’entre-nous on accès … Celle-ci également, est débordante de soleil, et je suis très fier des premières aquarelles publiées par Florent (je vous présenterai à l’avenir quelques extraits de ses carnets d’Amérique du Sud ou d’Afrique) …

Partager cet article

Repost0
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 20:23

Cadeau pour vous, fidèles lecteurs de ce blog : la route du Califat en Andalousie, à feuilleter en ligne, télécharger ou imprimer !


Vous savez bien que j’aime les surprises : pour me faire pardonner du retard pris dans la publication du dernier article sur notre carnet de voyage dans le Grand Sud Marocain (vidéo en cours de finalisation), je vous invite à découvrir ou redécouvrir dans sa nouvelle version « La route du Califat et des villages blancs », que nous avons réalisée avec Yolande GERDIL et Pierre NAVA en Andalousie, en préparation du stage carnet de voyage que j’y ai réalisé l’année suivante .

C’est aussi pour répondre à certaines d’entre-vous qui ont le regard tourné vers une part d’elles-mêmes à accomplir en terre Andalouse, ou n’arrivant pas à le télécharger dans son ancienne version, que j’ai réalisé celle-ci .

Je dois dire qu’en plus d’un atavisme familial qui m’attache par des liens profonds à la terre du Cid, j’ai le plaisir d’animer régulièrement depuis plus de 10 ans des voyages de peinture en Andalousie où les thèmes de travail sont régulièrement renouvelés, avec un alternance « Andalousie de l’est » - « Andalousie de l’ouest », qui permet à notre petit groupe de découvrir de nombreuses facettes de cette très belle région .

Le prochain stage de ce type est programmé du 15 au 22 mai 2009 . Le thème en est : « Andalousie de l’ouest : route des villages blancs, trésors d’Andalousie . »

Différent de celui de la Route du Califat (nous ne verrons pas les mêmes villages), il permettra à ses participants de réaliser un superbe carnet de voyage dans un circuit inédit à partir de Séville, où de villages en hameaux de caractère nous irons à la rencontre de la lumière et de belles couleurs, du blanc éclatant des murs et du noir du fer forgé au rouge des géraniums et des bougainvilliers, ou au vert des oliviers et ocres, roses, jaunes, parmes et bleutés de Sierras lointaines ou proches …

Villages perchés, villages refuges ou villages cocons au cœur des paysages changeants : ce sont les couleurs de l’Andalousie profonde, là où l’âme andalouse garde toute sa pureté .

Partir à la découverte de ce trésor caché et de sa vie quotidienne carnet et pinceaux en poche hors des sentiers battus (sans exclure les plus intéressants « hauts lieux » du tourisme local, car nos thèmes de travail seront nombreux et variés) sera renouer avec l’émotion des carnets authentiques sur une terre mythique, merveilleux trait d’union entre les différentes cultures des deux rives de la Méditerranée ! 

À présent ne vous privez pas du plaisir de feuilleter ce carnet virtuel : vous pouvez le mettre plein écran, tourner avec la souris les pages comme celles d’un livre, grossir à la loupe les pages pour les examiner telles celles d’un véritable carnet !

Pour lancer la lecture du carnet cliquez sur son image ci-dessus, vous en tournerez les pages avec le pointeur de la souris en le plaçant dans les angles et les grossirez avec la roulette et la loupe, (vous pouvez littéralement "entrer" visuellement dans notre voyage au maximum du grossissement de certaines photos ou aquarelles si vous avez mis "plein écran" avec le petit bouton de la barre de fonctionnement en haut à gauche de la fenêtre ouverte par votre explorateur sur ce carnet - pour le télécharger ou l'imprimer se rendre sur sa page d'ébergement, voir liens "Calaméo" ci-dessous -) …

Certaines pages du carnet correspondent en plus à des ambiances audio ou vidéo que vous découvrirez dans des articles de ce blog en cliquant sur les liens suivants (en bleu) :

Pages 33 à 37 : Les « respirations » de Grenade, premier contact au son des guitares gitanes dans l’ambiance des vieux quartiers .  (témoignage audio Alain MARC pendant le stage)

Pages 38 à 40 : Grenade, le « Compas » des bas quartiers, ambiance des rues, la criée de la petite marchande de légumes, mendiants musiciens, etc.  (témoignage audio Alain MARC pendant les repérages)

Pages 41 à 45 : Grenade, le charme secret de l’Albacin,
de la côte d’Aceituneras au Mirador San Nicolas les enfants jouent dans les ruelles, des chants d’oiseaux dans les patios, les cloches sonnant à San José ou au monastère San Isabel la Réal, fontaine de l’«algibe », etc. (témoignage audio Alain MARC pendant les repérages)

Pages 45 à 49 : Flamenco de Grenade à Cordoue, 
dans la chaleur moite des « tablaos » . (témoignage audio Alain MARC pendant les repérages)

Pages 62 à 65 : Cordoue, la mosquée cathédrale, bruissement de l'eau dans le bassin des ablutions, visiteurs dans la mosquée, les cloches de "l'Alminhar" ... (témoignage audio Alain MARC pendant les repérages)

Pages 65 à 67 : Cordoue, les cloches de "l'Alminhar" qui résonnent au dessus de Cordoue
portant leur carillon bien au-delà des rives du Guadalquivir, jusqu'au loin dans la "campinia" ...  (témoignage vidéo Alain MARC pendant les repérages)

Pages 70 à 73 : Cordoue, la foire médiévale
qui nous replonge dans des temps révolus mais fascinants ...  (témoignage vidéo Alain MARC pendant les repérages)

Partager cet article

Repost0
29 mai 2008 4 29 /05 /mai /2008 19:04

Me voici récompensé par le prix "Arte Y Pico"

par Lody : http://fimologie.over-blog.com/

                                        


Le prix « Arte y Pico » nous vient d’Uruguay, créé par Eseya, jeune femme artisan d’art qui fabrique des poupées de lainage et tissus parfois naïves, parfois d’une immense tendresse, mais toujours empreintes de poésie et de cette vie magique, quasi poignante aux portes du sacré, qui anime l’ensemble de l’art populaire sud-américain .

Dans l’esprit d’inventivité, de spontanéité et d’intelligence de communication qui caractérise Eseya, le concept de son prix « Arte y Pico » ne pouvait que lui ouvrir les portes des échanges internationaux nés des possibilités du Web et de la solidarité entre bloggeurs, initiant ainsi une sorte de chaîne qui lui permet de diffuser encore plus largement ses différents sites et créations …

Quant à Lody, que je remercie pour cette attention qui me touche beaucoup, elle manie avec talent tous les outils des créateurs de bijoux, et ses précieuses réalisations joyeuses et colorées sont une véritable fête qui fleure bon fraîcheur et bon goût …

J’entre donc avec plaisir dans le jeu de ce prix « Arte y Pico » qui m’invite sur le principe de règles à respecter à désigner 5 nouveaux « primés », qui auront chacun à leur tour à en désigner 5 autres et ainsi de suite, sachant que c’est à chaque fois un petit signe d’amitié et d’estime qu’on se fait …

Avec plaisir mais perplexité puisqu’il ne m’est vraiment pas facile de choisir simplement 5 blogs parmi tous ceux à qui j’aimerais décerner ce prix (car j’en avais sélectionné 25 dont tous les sympathiques blogs qui me rendent régulièrement visite ici, après un premier choix de 64 !), aussi ne soyez pas déçus (es) ou vexés (es) si vous ne faites pas partie des primés (es) vu que c’est un véritable casse-tête même si ce n’est pour moi qu’un jeu, et considérez-vous quand même comme choisis (es) parmi toutes et tous les nominés (es) du départ car vous êtes, amis (es) venant souvent ici, les primés (es) permanents (es) de mon cœur !

Cela m’offre une sympathique évasion avant de reprendre la série du voyage au Maroc par delà la douleur qui m’affecte à la suite du décès de mon père, et j’en profite pour remercier de leur soutien et messages de condoléances toutes celles et ceux qui se sont manifesté à moi ou à ma famille, que ce soit à travers ce blog, par courrier postal ou e-mail, cela me touche profondément, je vous répondrai individuellement dès que possible, j’ai commencé de le faire et vais continuer un peu chaque jour car vous êtes très nombreuses et nombreux à vous être manifestés (es), sachez bien surtout si je n’ai encore pu le faire que je ne vous oublie pas !

Quant au prix « Arte y Pico », si vous êtes à votre tour « primé (e) », voici les règles à respecter :

1/ Vous devez choisir 5 blogs que vous estimez mériter ce prix pour leur créativité, conception, matériel intéressant et contribution à la communauté de bloggeurs, quelle que soit la langue,
2/ Chaque prix doit contenir le lien vers le blog de son auteur pour être visité par tous,
3/ Chaque lauréat doit montrer son prix et remettre le nom et le lien vers le blog qui lui a donné,
4/ Le lauréat doit montrer le lien de l'Art y Pico blog,
5/ Et afficher les règles .

C'est à présent à mon tour de désigner mes vainqueurs et je les félicite mais vous êtes nombreux les blogs amis entre lesquels j'ai hésité !

Claire FELLONI :

http://aquarelle-bota-clairefelloni.over-blog.com/
Pour la qualité de son blog, la finesse et la beauté de ses aquarelles, la clarté et l’originalité de son enseignement ...

Jean PÉRIÉ :

ttp://chasseurdhorizons.over-blog.com/
Pour l’aventure extraordinaire qu’il prépare et son vécu exceptionnel d’explorateur (c‘est rare les vrais explorateurs de nos jours) ...

Cocole :

http://cocole.over-blog.com/
Pour son incroyable constance et productivité créative avant qu’elle ne ferme son blog ...

Marie Soleil : 
http://erima.over-blog.com/

et ABC (à égalité) :

http://detente-en-poesie.over-blog.com/

Pour leur sens de la poésie et leur regard plein de fraîcheur sur le quotidien ...

___________________________

31 mai 2008 :

Une amie et un ami (parmi tant d'autres, car je consacrerai plus tard un article spécial à Jean-Paul DUCHEZ pour le prix qu'il a obtenu à la Féria de Nîmes) sont à l'honneur ces temps-ci, je rajoute pour eux ce paragraphe à mon article, puisque les lauriers sont en cours de distribution !

Annie LAUTNER, peintre et poète pour la publication de son dernier ouvrage "Promesse des mots", un recueil intimiste et sensible où elle nous fait partager avec émotion et profondeur son rapport au langage, à l'art d'écrire, à l'inspiration ...

Ce n'est pas un monologue poétique mais au contraire un dialogue qui nous touche d'autant plus qu'il nous implique dans son regard sur la vie à travers la valeur de l'instant présent et la magie des mots, qui, du soleil, et de l'amour à la paix nous emmènent sur des chemins de lumière ...

"Promesse des mots" Annie LAUTNER, Fnac, 12 €

__________________________________

Gilles DURAND, talentueux aquarelliste, pour son exposition (avec 2 autres artistes) à la Galerie le Clos de la Coterie, à côté de Montpellier, du 3 au 29 juin prochain .

Les aquarelles de Gilles DURAND vous toucheront par leur intensité plastique et la force de leur expression : nées d'une maîtrise parfaite des subtilités de cet art, leur pouvoir suggestif n'a dégal que leur force poétique .

Sa sensibilité est celle d'une rencontre entre la lumière et l'émotion, où la dimension de l'atmosphère est le fil conducteur de notre parcours jusqu'à l'âme du sujet : une perception forte et émouvante qui, nous plonge dans sa vérité du regard .

N'hésitez pas à aller visiter cette exposition si vous passez ou êtes en Languedoc - Roussilon ce mois de juin, (vernissage le vendredi 6 juin 18h 30) !


Partager cet article

Repost0
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 10:46

JEAN MARC, poète, forgeron d‘art, peintre et conteur nous a quittés ce matin pour des sources de pure lumière …

  

« Hommes enchaînés, votre pensée est forte, échappant à la mort »

Sculpture de JEAN MARC, Forgeron d’Art .
 

J’espère que tu ne m’en voudras pas, de là où tu es à présent, de t’emprunter cette très belle photo faite par René DELON saisissant « La force de la pensée » que tu avais forgée au temps de notre jeunesse, pour te dire publiquement un dernier adieu en te rendant hommage grâce à ce support nouveau pour toi du monde de l’informatique et de l’Internet, capable d’amener ta puissance créatrice à l’autre bout de la terre …

Tu es parti ce matin aux premiers rayons du soleil dans un concert de chants d’oiseaux, et j’espère à présent que plus aucune chaîne n’entrave ta montée vers la lumière .

Que toutes les prières, que toutes les pensées de celles et ceux qui te connaissaient et connaissaient ton œuvre, de nos amis (es) aquarellistes et artistes qui avaient eu la chance de t’avoir comme deuxième professeur dans certains de mes stages et dans les voyages qu’ils avaient partagés avec toi, mais aussi de cette vaste famille qui ne te connaissait pas et qui s’est formée autour de ce blog, t’accompagnent dans le Grand Voyage et demandent au Tout Puissant que tu as si souvent invoqué dans les visages ensanglantés de ces Christs de souffrance condamnés par les hommes qu’ils aimaient, et que tu faisais renaître dans le feu de ta forge, de t’accueillir au cœur de la Création même, toi qui en étais ici-bas l’un des si nobles fils conducteurs !

Permets-moi de répéter en pensant à toi mon papa, à l’intention de toutes celles et ceux qui ne te connaissaient pas et qui t’auraient aimé car tu étais de leur famille d’esprit, ce que je peux dire de toi plus que de l’homme et de l’artiste à travers le père que je pleure, cette phrase du Professeur Maurice MAROIS écrite à ton intention dans la publication en 1970 des Nouvelles Éditions Latines sur ton œuvre déjà considérable :

« Tous ces enfants de l’Art, frères par vous, sont membres d’une immense famille répandue sur notre terre : l’œuvre de tous les hommes de bonne volonté, qui aiment la vie, veulent lui donner un sens et lutter pour elle . »

… Tu avais sculpté la médaille de l’INSTITUT DE LA VIE .

Tu voulais tellement vivre pour continuer ton chemin créatif, et nous étions si impuissants à pouvoir t’aider dans tes années de souffrance …

Tes enfants ne t’oublieront pas, ni tes enfants de métal et d’acier ni tes enfants de chair et de sang : ils continueront ton œuvre, et celles et ceux qui se reconnaîtront en elle l’éterniseront .

Partager cet article

Repost0
10 mai 2008 6 10 /05 /mai /2008 17:44

Zagora : aquarelle rehaussée à la Kasbah Asmâa, au Maroc .    


Lesson in watercolor the Kasbah Asmâa, Zagora, south of Morocco . from Frenchwatercolourist on Vimeo.

Nouvelle étude sur le motif, entièrement filmée pour vous depuis la préparation des couleurs jusqu’à la finalisation de l’aquarelle avec cette vidéo réalisée à Zagora dans le patio de l'hôtel "Kasbah Asmâa", lors d’une étape de repos et de ressourcement sur la route du désert dans le Grand Sud Marocain … Cette étude est destinée à une approche en niveau « initiation », où le travail réalisé est basé sur une expression « formelle », assez fidèle à la réalité (permettant donc peu de liberté en interprétation personnelle) . Grâce au nouveau module de lecture vidéo ci-dessus, vous pouvez profiter de cette leçon en plein écran depuis ce blog : laisser d'abord la vidéo se charger avant de la lire, puis pour l’avoir en plein écran cliquez sur le bouton « Full » du lecteur, représenté par 4 petites flèches groupées en bas à droite du lecteur après les barres de lecture et du volume audio et avant le logo "Vimeo" . Pour la voir en haute définition il vous faut l'ouvrir directement avec le lien du titre dans "Vimeo", et lorsque vous y serez cliquez sur le bouton « HD » sur le côté droite en haut du module de lecture . Si vous n'arrivez pas à lire ma vidéo ci-dessus directement dans cette page, vous pouvez aussi ouvrir le lien " Lesson in watercolor the Kasbah Asmâa, Zagora, south of Morocco" et  opérer de même pour la haute définition et la lecture plein écran, en n'oubliant pas d'appuyer sur la touche "escape" de votre clavier pour en sortir . ("Zagora : aquarelle rehaussée à la Kasbah Asmâa", vidéo Alain MARC)

En descendant vers le sud lors de notre belle promenade picturale au Maroc, nous voici à Zagora, ville emblématique de cette vaste région, d’où les caravanes qui partaient pour Tombouctou, devaient à dos de dromadaires affronter le désert pendant 45 jours …

Notre étape dans cette belle palmeraie située de part et d’autre de l’Oued Drâa, se délecte d’une journée et d’une nuit de repos au sympathique hôtel de la Kasbah Asmâa, à la sortie de la ville, tout de suite après la traversée du Drâa, sur la route de M’Hamid .

Je fais rarement la publicité d’un établissement d’accueil, mais celui-ci, comme le Riad Saharanour à Marrakech, ou l’Hôtel de la Vallée à Ouarzazate, mérite une attention particulière pour la qualité de son accueil et son charme .

Le nombre incroyable de motifs que le peintre voyageur y trouvera, ajoute encore à son attrait .

C’est dans ce lieu privilégié, que nous avons réalisé des pages entières de nos carnets, où le moindre objet, devenait un centre d’intérêt joyeux et coloré .

Une fois bien reposés, nous partions pour le désert ...

Le patio de l’hôtel est un havre de paix, au milieu des chants d’oiseaux, des orangers, des palmiers et des fleurs … (Photo Alain MARC)

Les tables sous la kaïma sont déjà une fête qui sollicite autant les papilles que la palette ! (Photo Alain MARC)

Hôtel Kasbah Asmâa, Zagora, Maroc

Dès l’arrivée des premiers plats, couleurs et pinceaux sont vite rangés, pour laisser place à une prise d’assaut des couverts ! (Photo Alain MARC)

Yolande et Pierre ont de la peine à s’arracher à leur travail : il faut dire qu’ils sont dans un jour de réussite et qu’il est bien difficile de passer de la peinture aux assiettes, quand on réalise de si belles aquarelles et que les sujets sont aussi beaux et intéressants … (Photo Alain MARC)

Yolande m’a dessiné dans un coin de page, mais je me demande si je ne gâche pas un peu un aussi joli motif ! (Carnet de voyage Yolande GERDIL)

Quant à Pierre, il s’arrête de peindre pour manger, avec cette théière ambrée qui reflète le soleil … (Aquarelle Pierre Nava)

Ici, les objets de cuivre ciselé, sont non seulement le reflet du talent des artisans marocains, mais aussi celui d’un art de vivre ancestral qui pousse son raffinement jusqu’au merveilleux, dans un florilège de signes et de symboles éternels . (Photo Alain MARC)

Je ne peux résister au plaisir de photographier sans cesse les jeux de lumière à travers les reflets de ce coffre au métal précieusement ciselé lui aussi … (Photo Alain MARC)

Si vous passez par la Kasbah Asmâa, vous verrez peut-être sur un mur de la réception cette petite aquarelle extraite de mon carnet de voyage de l’an 2000 : j’avais déjà succombé au charme coloré de cet endroit enchanteur, où je réside toujours chaque fois que je passe par Zagora . Je vous recommande de vous y arrêter aussi, n’hésitez pas à y aller de ma part, la gentillesse des responsables des lieux autant que celle du personnel honorent la grande tradition de l’hospitalité et de l’accueil marocains . (Aquarelle voyage Alain MARC)

Voici l’aquarelle rehaussée de la vidéo, destinée au cours « illustration colorée en initiation», stages carnet de voyage . Les grands points en sont la simplicité, le respect des éléments dominants, - la seule « liberté » prise étant celle du vase sur la table (qui n‘était pas sur celle-ci) et l’interprétation en gris nuancé (occasion d’apprendre à faire du noir à partir du vert Winsor et de l’alizarine cramoisie) de la porte borgne en arc outrepassé au lieu de grenat -, ainsi que l'intérêt de se lancer en priorité dans la couleur sans dessin préalable, pour ensuite apporter de façon plus libre le graphisme en fin d‘exécution . (Aquarelle Alain MARC)

En « perfectionnement », on préfèrera une interprétation plus légère et libérée où les jeux de lumière mettent en valeur les volumes et les formes, en privilégiant la couleur et en réduisant le graphisme à son expression la plus élémentaire, les temps de réalisation devant dans les deux cas se limiter à 20 minutes maximum temps de préparation des couleurs et de séchage compris (si on veut progresser, se fixer 8 à 10 minutes en s’obligeant à les respecter) . (Aquarelle Alain MARC)

Pierre n’a pas dépassé les 8 mn, son aquarelle n’en est que plus expressive et poétique ! … à noter également, son interprétation plus en « ogive »  que je ne l‘ai fait moi-même, de l‘arc outrepassé, ce qui allège beaucoup plus la forme de la porte : bon point Pierre ! (Aquarelle Pierre NAVA)

Demain, nous partons pour le désert, ce sera l’objet des prochain articles, ne les ratez pas ... Nous y sommes déjà en route avec cette photo du Djebel Zagora effacé par le vent de sable au soleil couchant . C’est la route de M’Hamid, une femme se protège du vent en allant je ne sais où, sans doute vers l’un de ces ksours enfouis au ras du sol, comme celui de Tissergate . J’aime particulièrement cette approche du désert où les petits points des acacias gommiers, en forme de parasol, épineux en diable, ne sont plus que des virgules disparaissant à l’horizon, pour laisser place à l’immensité, dans l’absolue poésie d’une rencontre entre les espaces de la terre et du ciel … (Photo Alain MARC)

Partager cet article

Repost0
25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 11:49

Grâce à vous, ce blog se voit distingué par une sympathique récompense !

"Marché aux fleurs en Provence" Aquarelle Alain MARC, 21 x 29,7 cm, 1997 .

Vraiment je vous couvre de fleurs ces temps-ci : - jamais je ne vous aurai autant remerciés, mais vous le méritez, et c’est du fond du cœur que je le fais !

Figurez-vous qu’un sympathique catalogue belge de liens en ligne, vient de me décerner le « Lien d’Or » de la semaine !

« Mes nombreuses heures de navigation sur Internet me permettent de découvrir tous les jours de très beaux sites.
Mon intention est d'en récompenser un par semaine en lui décernant le "lien d'or".
Pour obtenir cette récompense le site doit absolument être francophone, personnel, et...je dois l'aimer! »

Ainsi s’exprime François PECHEUX, le web master de « LIENS UTILES », ce site de recherche différent et de grand intérêt qui est bien plus qu’un annuaire !

Peut-être l’aviez-vous déjà remarqué en lisant les commentaires de l’article précédent ?

Alors, si ce n’était pas fait je vous l’annonce avant que la semaine soit terminée .

C’est une autre manière de vous remercier, car c’est grâce à vos nombreuses visites et à votre fidélité que ce « Lien d’Or » m’a été décerné . Donc, à mon tour je vous le transmets …

Bien sur me direz-vous, tu y es certainement toi aussi pour quelque chose ?

- Ainsi va la vie, je vous répondrai, qu’il n’y a pas de dynamique, sans élan, sans spontanéité, sans intelligence ni partage qui ne provoque en retour un mouvement qui fasse avancer !

En quelque sorte nous sommes tous ensemble en train de « ramer », et c’est en nous serrant toutes et tous les coudes, ce qui sur le Web, nous fait naviguer ; croyez-moi c’est une belle façon de participer au voyage, à celui que nous faisons ensemble, certes, mais aussi à celui que dans l’avenir vous et bien d’autres, ferez à partir du regard sur le monde qu’ensemble, toujours, nous aurons façonné !

En témoigne aussi le petit mot de Jean-Louis, que je site ici :

« Quand on tombe dans votre blog on a beaucoup de mal à en ressortir ! Bravo, autant pour vos illustrations que vos textes et les sujets abordés.
J'ai sélectionné votre article « Le Pétassou de Trèves
» pour figurer gratuitement dans l' Annuaire Babel Culture et Voyage - http://babel.myblox.fr/ - pour sa qualité et l'intérêt qu'il présente (catégorie Languedoc > Cévènnes) » .

Je vous conseille pour lui aussi d’aller visiter son site, car je pourrais lui faire des éloges comme celles faites à François : son annuaire est intéressant car dans la plupart de ses rubriques c’est sur des critères de qualité qu’il est fait (je ne dis pas cela par rapport à son choix me concernant vous le comprenez, mais simplement parce que j‘y ai trouvé de fort intéressantes sources sur plein de sujets) !

Naturellement, j’ai renvoyé « l’ascenseur » à François et Jean-Louis, en rajoutant leur lien dans la colonne « Liens » des amis, qui devient une mine d’or, tant il y a à présent de potentialités !

Au fait, allez jeter un coup d’œil au dernier article de mon copain l’explorateur Jean PÉRIÉ , vous y lirez un article super comme si vous y étiez !

Tout cela pour vous dire que doucement je me remets, que tout cela fait aussi du bien au moral, et qu’en plus je ne vous oublie pas : dans quelques semaines j’espère, nous pourrons continuer notre superbe balade au Maroc (Dieu sait si plus que jamais là-bas aussi mon cœur y est !), car pour le moment je continue de me reposer afin d’avoir assez de forces bientôt pour réunir les aquarelles du prochain thème et les scanner, rassembler les photos et les trier, et surtout dérusher les vidéos et faire un montage dont je veux vous régaler !

À bientôt, avec toute mon amitié !

Partager cet article

Repost0
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 16:48

Interlude en forme de coup de pouce pour mon amie Martine Chantereau .


"Hameau près d'Imouzer-des-Ida-Outanane" Aquarelle Alain MARC  2003, 21 x 29,7 cm

Je ne me souviens plus de ce hameau en bout de piste, dans une vallée perdue du côté du Tisi’n Test, je crois juste qu'il n'est pas loin d'Imouzer-des-Ita-Outanane …

Ce dont je me souviens, c’est d’une sérénité à nulle autre pareille, de paysages sublimes, d’une vie simple et dure, de gens adorables et d’enfants tout autant .

Et la lumière : une lumière incroyable, comme dans les tableaux d’Eugène GIRARDET  (un orientaliste formidable, je vous reparlerai un jour des Orientalistes) !

Nous y étions arrivés tard, avec mon ami Pierre, en roulant au hasard droit devant nous .

Tout y était grandiose et beau .

Je me souviens de ces gamins qui se sont précipités vers nous .

Mais pour eux nous n’avions ni Dirhams, ni bonbons, ni stylos .

Non . Seulement une autre forme de partage basée sur la confiance et le jeu : je leur avais appris des comptines et des rondes de chez nous .

Ils riaient aux éclats .

Ils ont aussi eu leur leçon de coups de pinceaux . Quand après deux ou trois aquarelles nous avons rangé nos affaires, ils ne voulaient plus nous laisser partir !

- Qu’est-ce qu’ils peuvent être merveilleux les gamins d’ici, quand ils n’ont pas été pervertis par un tourisme mal vécu, mal compris !

Quand on n’a pas encore appris que les Dirhams ne tombent pas du ciel, qu’il y a d’autres façons de tendre la main que celles de l’obole dans cette main tendue, on peut refaire le monde avec d’autres valeurs passant par le jeu ou le fruit d’un effort, d’un labeur et d’un service rendu avec en plus le sourire et des étoiles dans les yeux …

Nous sommes repartis avec certes nos aquarelles, des souvenirs merveilleux, mais surtout de nouveaux amis que nous ne sommes pas prêts d’oublier .

Je reviendrai un jour sur cette histoire avec les autres aquarelles, les photos et les vidéos dont je ne sais plus où je les ai mises aujourd’hui …

Mais en attendant, si vous voulez à votre tour vivre une aussi jolie aventure carnet de croquis et pinceaux à la main, si un original stage « carnet de voyage » vous tente, allez rejoindre mon amie Martine CHANTEREAU dans la superbe vallée des Aït Bouguemès, un autre coin splendide beaucoup plus à l’est du Haut Atlas, (nous y étions passés juste à côté avec Ptit’Jo l’an dernier) .

N’hésitez surtout pas car son stage n’est pas encore complet, vous serez loin de le regretter : Martine est compétente, pédagogue et possède un talent fou !

Quand vous la contacterez faites-le de ma part, car l’amitié entre carnettistes est aussi le plus joli des cadeaux .

Comme elle anime aussi d’autres stages qui peuvent vous intéresser, voici les renseignements qu’il vous faut :

1) - Son e-mail pour lui écrire :

martine.chantereau@gmail.com

2) - Ses stages où des places sont libres :

- du 8 au 15 juin "Coup de crayon à Dar Itrane" avec l’agence Atalante qui en assure la logistique, dans le Haut Atlas marocain (voir fiche sur Internet à http://www.atalante.fr/fiche?18156 )

- du 1er au 8 décembre " Pays dogon croqué", avec Atalante toujours, au Mali (voir fiche sur Internet à http://www.atalante.fr/fiche?18278)

- et en principe un voyage au Yemen du 7 au 17 novembre avec Orients, mais vu les dangers qui planent sur ce pays, ce voyage sera peut-être remplacé par un autre en Ouzbakistan en octobre .

Quant à moi, eh bien je crains que vous ne puissiez me retrouver ici de régulière façon pour l’instant, car voyez-vous je suis en pénitence : j’ai voulu me remettre à travailler trop tôt (comme quoi Henry SALVADOR avait raison : « Le travail c’est la santé, ne rien faire c’est la conserver ») !

Fini la rigolade, si je veux « reprendre » sans soucis d’ici quelques mois je dois être plus rigoureux vis-à-vis de ma santé (mon « quota »  d’ordinateur par exemple est pour aujourd’hui déjà dépassé), et comme vous savez déjà un peu toutes et tous les projets que j’ai pour vous dans cet espace, faut absolument que j’écoute la Médecine avec plus de rigueur .

Pour terminer aujourd’hui je vais vous le dire : ce qui m’a le plus touché après vos messages et témoignages d’amitié (encore mille mercis, vous savez combien cela continue de m’aider), c’est qu’il y a eu échange entre vous sur ce blog par commentaires interposés, ce qui prouve bien qu’elle est belle et qu’elle est vivante, votre communauté !

À un de ces jours, avec toute mon amitié …

Partager cet article

Repost0
17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 18:25

Merci de tout mon cœur !

Merci de tout mon cœur à vous toutes et tous, amis (es) connus et inconnus (es), je suis de retour chez moi avec toute la force, toute l’énergie que vous m’avez apportées !

Merci pour vos pensées, vos témoignages d’amitié, tous vos commentaires à l’article précédent qui sont si gentils (Adil, tu m’as fait bien rire, avec ces rayons de soleil qui sont aussi de l’amitié), les centaines d’e-mails qui me sont parvenus sur mes différentes boîtes de réception (et encore je n’ai pas eu le temps de trier le stock énorme de mon anti-spam qui me classe de nombreux messages perso en « spam » car paramétré assez « sérré »), merci pour tous les coups de téléphone qui transformaient presque certains jour en « standard » mon chevet, à toutes celles et ceux d’entre-vous qui avez pu venir me dire un petit bonjour alors que je ressemblais encore à une pieuvre tellement j’avais de « tuyaux » branchés !

À toi Daniel, qui a servi de correspondant, alors que notre Ptit-Jo ne pouvait le faire (car je ne suis que son grand-père), le reste de la famille étant trop pris ou près de moi à me soutenir et (moralement lui aussi) ) à m’aider …

Un merci particulier parmi tous (toutes) les autres autant appréciés, (vous m’avez beaucoup toutes et tous touché) également à Anne-Marie et Jean-François qui m’ont apporté tous ces splendides carnets de voyages oeuvres originales d’Anne-Marie revenant des 4 coins du monde, à Louis venu de Paris, et même si quelque fois c’était un peu la bousculade dans la chambre, ce fut un vrai bonheur par votre présence que vous m’avez apporté !

Bonheur également de lire vos premiers e-mail, à vous que je ne connais pas mais qui m’avez écrit, (Fat de Ouarzazate, JP de Montréal, Helle du Danemark, etc., je n’ai pas encore tout lu), à vous qui avez un jour ou fait un bout de chemin avec moi ou me suivez depuis longtemps : je ne vous oublie pas !

Simplement pardonnez-moi de vous répondre d’abord par cet article-là, j’essaierai de le faire petit à petit de manière individuelle mais c’est des semaines qu’il me faudra : ne soyez pas trop impatients (tes) mais promis je le ferai (car il n’y a pas un seul message moins important que les autres) .

De même pardonnez-moi si je ne remets pas tout de suite de nouvel article en ligne : mon chirurgien est formel, je dois me ménager, j’ai une période de convalescence très longue et pour le moment malgré ma volonté et ma rage d’en sortir je suis un peu « faiblard » et ne dois pas rester très longtemps derrière le clavier …

En tout cas je peux vous le dire et croyez-moi il n’y a pas lieu d’en douter : la force de la pensée existe, vous m’avez subjugué, transporté, je ressentais presque « physiquement » vos présences et je me sens toujours fortement « aidé » !

Je vous le dois et je résume : je suis monté à l’abordage de la maladie le couteau entre les dents, l’opération s’est très bien passée et quand Daniel est passé prendre de mes nouvelles et me faire part de vos encouragements sur le blog il m‘a trouvé dans la meilleure forme possible compte tenu des circonstance …

Pour le moment, ce n’est pas encore fini, le plus gros est passé mais je dirai que j’ai toujours la baïonnette au fusil !

Il n’empêche, vos pensées m’accompagnent, c’est super, je vous envoie toute ma gratitude et une amitié que vous ne pouvez imaginer !

À bientôt donc, dès que je serai un peu plus reposé ?

Partager cet article

Repost0
6 avril 2008 7 06 /04 /avril /2008 09:25

Je vous dis « au revoir », pour quelques temps au moins …

 

Pendant un temps non à ce jour maîtrisé, vous ne verrez pas d’article nouveau . Mais n’abandonnez pas ce blog, il reste plus que jamais le fil ténu et pourtant si solide par delà sa virtualité entre vous et moi, entre vous et « vous » à travers ce que certaines parutions peuvent quelquefois vous apporter (sur 257 articles, il y en a probablement un que vous ne connaissez pas et qui pourra - peut-être - encore vous intéresser ?) . Repassez-voir de temps en temps si je suis revenu, s'il y a du nouveau …

J’ai extrait cette petite illustration d’une page de mon carnet d’aquarelle au fil de l’eau, du temps où je louais un bateau et que nous partions peindre entre amis (es) aquarellistes de canaux en étangs languedociens, jusqu’au Rhône ou en petite Camargue .

Les stagiaires, experts et apprentis aquarellistes étaient aussi équipiers, et notre aventure était si belle, inédite et toujours renouvelée !

Nous faisions étape dans des ports au nom charmant comme Sète, Agde, Beaucaire, Le Grau du Roi ou Aigues-Mortes …

Nous allions au gré de notre navigation picturale à la rencontre des flamants roses, des taureaux, de petits chevaux blancs qui montaient sur la passerelle car nous leur avions offert des bouts de pain et ils voulaient être nos amis, nous nous arrêtions aux ferrades sous les murs des citadelles, dans les marchés méditerranéens colorés, ou dans les bistrots de pêcheurs en bord de quai .

Nos apéros inoubliables sur le pont du bateau rimaient avec « aquarelles au fil de l’eau », et Michèle aux fourneaux nous régalait de cèpes des Cévennes et de gardianes de taureau …

Ce jour-là, (celui de cette minuscule aquarelle), je levais l’ancre, nous partions pour un nouveau stage, lorsque le ciel devint menaçant loin de tout abri, et n’étions pas rassurés car il y avait tout le reste de l’étang de Thau à traverser !

Ainsi en est-il parfois au cours de la vie …

Mais vous savez, cela s’est bien terminé et notre semaine fut très réussie .

Alors c’est un peu ce que je me souhaite à présent car si je vous quitte aujourd’hui, ce n’est pas pour partir peindre ou voyager comme dans « l’aquarelle au fil de l’eau », non croyez-moi, pour moi c’est nettement moins rigollot !

Parfois il faut partir dans d’autres orages de la vie, comme je dis, (certes ce sera une autre expérience et une autre bataille aussi), mais là, si vous pensez à moi mardi 8 avril après-midi, même si c’est bien moi - et moi seul - qui serai dans les mains des chirurgiens, vos pensées positives et amies me rendront peut-être plus fort  - on ne sait jamais -, peut-être me sentirai-je moins seul et entouré de plus d’énergie ?

Peut-être dans les jours qui suivront, rien que d’imaginer vos pensées ou témoignages de sympathie (merci à celles et ceux d'entre-vous qui "savaient" et m'en ont déjà témoignés), dans ma convalescence pourrai-je à mon tour vous rendre mentalement tout ceci : mieux préparer les prochains articles et donner par ce journal en ligne, comme lors des "aquarelles au fil de l’eau", plus de profondeur à celles du fil de la vie, avec dans les reflets des arcs-en-ciels d’amitié ?

Espérons que ce n'est qu'un orage à traverser ...
Ensuite, nous repartirons pour la fin de notre balade picturale du Grand Sud Marocain, imaginerons les futures interventions élaborées dans un espace « Stickam » - ou semblable - enfin maîtrisé !

À ce sujet, merci Bazielle d’avoir récupéré ma « bouteille à la mer », à toutes et tous les autres d'avoir participé à mes premiers essais, je pense maintenant que nos réglages sont bien avancés à élaborer un intéressant concept d’ici la fin de l’année (il reste juste quelques tests importants à réaliser), et surtout, (puisque les vidéos vous plaisent assez), vous faire découvrir les coins secrets où j’aime le plus travailler, vous faire mieux partager mes travaux sur le motif, (nous reviendrons aussi à l’Aven Noir), et plein d’autres choses que je n’ai pas encore eu le temps de réaliser, ce sont d’ailleurs d’autres belles surprises que j’espère dans quelques mois vous réserver !

Alors au revoir et à bientôt, (si le Destin le permet), et encore merci à toutes et tous de m’avoir aidé à faire de ce blog, en 2 ans seulement, ce qu’il est aujourd’hui, car sans vous il y a longtemps que je l'aurais abandonné !

Partager cet article

Repost0
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 11:43

Aquarelle dans la vallée du Drâa, au Maroc .


Watercolor painting in Morocco, in the valley of Dra from Frenchwatercolourist on Vimeo.

          Travail énorme pour reconstituer cette vidéo dont la plupart des fichiers avaient été détruits lors d’un blocage de mon ordinateur ! Mais elle est à présent à votre disposition et vous allez avec elle pouvoir nous accompagner tout au long de cette magnifique vallée du Draâ qui nous a toujours offerte d’inoubliables moments … Pour voir la vidéo en haute définition ouvrez le lien "Watercolor painting in Morocco, in the valley of Dra" et pour l’avoir en plein écran cliquez sur le bouton « HD » puis sur le bouton « Full » du lecteur ; (très peu de perte mais ADSL rapide conseillé ; laissez la vidéo se charger s'il y a des coupures de téléchargement, puis reliez-là en toute fluidité . "Aquarelle dans la Vallée du Drâa", vidéo Alain MARC)

Nous poursuivons notre belle promenade picturale dans le grand sud marocain …
D’Agdz, en continuant notre route plein sud vers Zagora, nous arrivons rapidement à Tamnougalt où commence vraiment la vallée du Drâa . C’est l’une de mes vallées préférés du Maroc . Non que j’y trouve plus de sujets picturaux que dans les autres, mais plutôt que l’enchantement de sa belle palmeraie et le paysage qui l’entoure ne cessent de changer à toutes les heures du jour, prolongeant cette impression de paradis qui se dégage des chemins, des jardins, et des ksours de pisé qui longent tout le cours de l’oued .

 

Sur fond de Djebel Bou Zeroual, les rives du fleuve où se baigne le bleu du ciel vous imprègnent d’un romantisme indéfinissable, à la fois exotique et tendre quand le soir teinte de rose et de parme les pentes de la montagne, lui donnant la couleur des tamaris en fleurs … (Photo Alain MARC)

Même les premières aridités des djebels tout proches deviennent alors sensuelles et douces comme si tout ici, nous invitait au repos et à la méditation … (Photo Alain MARC)

Que de croquis, d’aquarelles et de dessins depuis la kasbah du glaoui à Taourirt jusqu’au havre de paix du patio de l’hôtel à Zagora ! Plus on réalise de motifs dans son carnet, plus on note ses impressions et ses rencontres, plus grand est le bonheur au retour de retrouver ces paysage, ces instants, et de les partager . (Carnet de voyage Alain MARC)

Le Draâ, qui a pris sa source dans le massif de l’Atlas, se frayant difficilement son chemin dans la montagne, devient ici un merveilleux cours d’eau qui s’écoule lentement jusqu’aux environs de Mhamid, où il disparaît sous les sables du désert . Il ne réapparaîtra alors dans son ancien cours que lors des grandes crues (d’autant plus rares qu’il ne pleut pas souvent ici), avant de se jeter dans les eaux de l’Océan Atlantique 750 Km plus loin .

Sur les terrasses dominant la palmeraie, à moins d’une dizaine de kilomètre d’Agdz, Tamnougalt possède déjà l’authenticité des ensembles de pisé que nous rencontrerons 200 Km plus bas aux portes du désert de sable . On peut y peindre de superbes ambiances « orientalistes » où la chaleur ocre des murailles de terre contraste avec le fond bleuté des djebels … (Photo Alain MARC)

Mur de séparation de parcelles dans la palmeraie par Pierre, qui s’est attaché à traduire le mystère d’un jardin caché par ce mur dont la porte aveuglante de lumière laisse présager une sorte d’Eden auquel nous n’avons pas droit … (Carnet de voyage Pierre NAVA)

On y trouve un très ancien mellah (quartier juif), en partie en ruine, qui domine la palmeraie, où il faut s’enfoncer et flâner en se laissant guider par les jeux d’ombre et de lumière, en allant de jardin en jardin sous les beaux palmiers produisant les si fameuses dattes bouffegous (Photo Alain MARC)

… Murs au bord du chemin dans la palmeraie, trouées de lumière et d’ombre où le soleil ruisselle, inondant la feuille de papier jusqu’à ne laisser plus que quelques traits pour définir les lieux dans un espace d’infinie pureté . (Croquis Yolande GERDIL)

En aval, à quelques kilomètres seulement, nous voici à Timiderte où le village s’étage en avancées et bastions rappelant les éperons roses du djebel … (Photo Alain MARC)

Plus en aval encore, au carrefour avec la route venant de Tazzarine, Tansikht se love dans une courbe de l’oued . (Carnet de voyage Alain MARC)

Sur les terrasses alentour, toujours : voici le fameux henné, dont la culture permet la fabrication du produit si connu . (Photo Alain MARC)

Edith s’est ici intéressée à l’un des nombreux séchoirs à henné, qui permettent à cette plante ressemblant un peu à de la luzerne, de sécher au grand air . (Croquis Edith FINET )

J’ai oublié le nom de ce ksar : comme dans une toile cubiste, les volumes anguleux et les ombres contrastées s’y opposent aux courbes toutes nuancées de la montagne, créant un splendide décor où tout peintre matiériste aurait trouvé de multiples sources d‘inspiration . (Photo Alain MARC)

La vie est intense en ces lieux . Cette discussion de femmes au retour de la palmeraie, n’est qu’une rapide illustration, (en travail direct et spontané) des scènes qui nous attendent au carrefour de tous les chemins, à l’ombre de la palmeraie, ou sous les murs de pisé … (Carnet de voyage Alain MARC)

Les costumes féminins, l’omniprésence du noir pour les femmes les plus âgées, les couleurs vives pour les plus jeunes, sont autant d’images d’une grande beauté paraissant intemporelles et s’inscrivant dans notre mémoire comme des leçons de lumière, des apprentissages de célérité ... (Photo Alain MARC

 

Impression d’impuissance pourtant au regard des croquis exécutés, tant fut bien plus belle la scène réelle sur laquelle aucun autre regard n’était porté, car la beauté ici est si naturelle que les êtres et les choses paraissent ne jamais s’en détacher . (Carnet de voyage Alain MARC)

Épreuve incomparable pour les peintres voyageurs, que d’essayer de peindre au milieu de la bousculade, de l’excitation et de l’indiscipline de toute la jeunesse du village, curieuse de voir ces artistes dessiner, impatiente du résultat obtenu, qui bouche en permanence le paysage malgré nos invectives et supplications sans cesse réitérées !

Il faut alors se tourner légèrement de côté, et sur un deuxième bloc saisir les sujets qui passent, pour ensuite revenir au principal thème d’étude, sachant que lui, ne va pas disparaître au coin du chemin, dans la palmeraie ! (Croquis Edith FINET)

Entre le djebel et la palmeraie, la kasbah étage ses murs de pisé, véritable citadelle abritant des familles entières, dont l’architecture fortifiée devait autrefois protéger les résidents sédentaires des raids de pilleurs venus du sud pour essayer de s’emparer des richesses de cette belle vallée . (Carnet de voyage Yolande GERDIL) 

Derniers instants de la journée : c’est le moment idéal pour s’arrêter et contempler, après avoir refermé les carnets de croquis, les ultimes rayons de soleil sur les strates innombrables des djebels qui longent le Drâa … (Photo Alain MARC)

Nous sommes arrivés à Zagora à la tombée de la nuit . Le lendemain matin, nous reprenons la route de la vallée du Drâa, pour découvrir depuis l’intérieur l’un de ces ksour de pisé qui nous avaient tant intrigués la veille . Arrêt à Tissergate . Au loin, sur Zagora, la tempête de sable s’est levée et les premières bourrasques arrivent jusqu’ici, mettant du sable dans nos yeux, nos vêtements, nos affaires de peinture . Nous comprenons pourquoi le ksar est ainsi bâti à l’abri du soleil et du vent …

On voit bien monter à l’horizon le nuage de sable en dessous du ciel bleu . Nous pensions qu‘il n‘avançait pas rapidement … (Photo Alain MARC)

En approchant des murs du ksar, le sable est déjà là, donnant au paysage une touche « photo sépia du 19ème siècle » … (Photo Alain MARC)

Le soleil traverse le sable qui vole de toute part . La tempête n’est pas encore bien épaisse, mais nous comprenons que cette fois nous sommes vraiment au sud ! (Photo Alain MARC)

Formidable occasion de noter l’ambiance sombre et fraîche des ruelles couvertes, à peine éclairées de puits de lumière … (Photo Alain MARC)

Impossible dans ces conditions de réaliser un travail long ou élaboré ; mais un rapide croquis de voyage est suffisant pour traduire avec réalisme cette succession de cadres sombres et ensoleillés qui s’emboîtent dans une étrange perspective comme sur une planche de BD . (Carnet de voyage Alain MARC)

Partager cet article

Repost0